Diaspora indienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diaspora indienne
Populations significatives par région
Drapeau des États-Unis États-Unis 4 460 000[1]
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 3 000 000[1]
Drapeau de la Malaisie Malaisie 2 986 000[1]
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis 2 800 000[1]
Drapeau de la Birmanie Birmanie 2 000 000[1]
Drapeau du Pakistan Pakistan 2 000 000[1]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1 825 000[1]
Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka 1 600 000[1]
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 1 560 000[1]
Drapeau du Bangladesh Bangladesh 1 350 000[1]
Drapeau du Canada Canada 1 000 000[1]
Drapeau du Koweït Koweït 923 000[1]
Drapeau de Maurice Maurice 894 000[1]
Drapeau d'Oman Oman 796 000[1]
Drapeau de Singapour Singapour 650 000[1]
Drapeau du Népal Népal 600 000[1]
Drapeau du Qatar Qatar 600 000[1]
Drapeau de Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago 556 000[1]
Drapeau de l'Australie Australie 496 000[1]
Drapeau de Bahreïn Bahreïn 316 000[1]
Drapeau des Fidji Fidji 314 000[1]
Drapeau du Guyana Guyana 297 000[1]
Autres
Régions d’origine Inde
Langues Hindi, Pendjabi, Bengali, Anglais, Arabe, Malais...
Religions Majoritairement : Hindouisme, Islam Minoritairement : Christianisme, Bouddhisme, Judaïsme, Athéisme

Parmi les grands mouvements migratoires de la diaspora indienne, on retrouve l'épisode de l'engagisme, qui fait suite à l'abolition de l'esclavage.

En effet, cette « dispersion » des populations d'origine indienne suivit le cadre du coolie trade, qui plaçait la main-d'œuvre indienne dans les pays dominés par les économies coloniales, intégrées dans la taylorisation internationale.

Cette diaspora a connu des configurations les plus diverses donnant, par exemple, la coolitude, qui est une mise en relation des Indes (mosaïque de peuples, langues, cultures et religions) avec d'autres imaginaires.

Cette diaspora, une des plus étendues au monde, compte une vingtaine de millions de personnes d'origine indienne, que l'on regroupe peu à peu dans le GOPIO, acronyme pour Groupment Of People of Indian Origin (Groupement des Personnes d'Origine Indienne).

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, on compte des mouvements de population de militaires, de commerçants et de missionnaires hindous, qui installent des temples et des communautés religieuses dans le Sud-Est de l'Asie. Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, la migration d'Indiens concerne surtout les castes supérieures, comme des commerçants ou des employés engagés comme auxiliaires de l'Empire britannique. Ils se rendent principalement en Afrique du Sud, en Birmanie, en Malaisie et aux îles Fidji. Après les abolitions occidentales de l'esclavage au XIXe siècle, des milliers d'Indiens remplacent les esclaves noirs émancipés, à l’île Maurice, à La Réunion, en Martinique, dans les Antilles anglaises et françaises, au Guyana et sur la côte est-africaine. Après l'indépendance indienne de 1947 et la création du Pakistan, beaucoup d'hindous vont vivre dans les anciennes métropoles coloniales. Dans les années 1970, de nombreux d'Indiens vont travailler dans les pays du Golfe persique, attirés par la demande de main-d'œuvre consécutive à l'essor de l'industrie pétrolière. Dans les années 2000, on compte plutôt une migration d'intellectuels indiens, urbains surqualifiés ne trouvant pas d'emplois en Asie, à destination des États-Unis, du Canada, de l'Australie et du Royaume-Uni. En un siècle et demi, on estime à 20 millions le nombre d'Indiens qui ont migré, leur enracinement dans les pays d'accueil se traduisant de nos jours par la constructions de temples[2].

Répartition de la diaspora indienne[modifier | modifier le code]

Les effectifs sont donnés par le gouvernement indien, actualisés en 2012[3]. Ils comportent trois catégories:

  • les personnes expatriées possédant un passeport indien
  • les personnes ayant au moins un aïeul indien remontant à la quatrième génération
  • les apatrides

Ne figurent pas dans cette liste les descendants d'indiens au Pakistan et au Bangladesh qui formaient un même ensemble politique jusqu'en 1947.

Pays Effectif
États-Unis 2 245 239
Malaisie 2 050 000
Arabie saoudite 1 789 000
Émirats arabes unis 1 750 000
Sri Lanka 1 601 600
Royaume-Uni 1 500 000
Afrique du Sud 1 218 000
Canada 1 000 000
Maurice 882 220
Oman 718 642
Madagascar 25 000

En France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Diaspora indienne en France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v (en) Ministre des Affaires Étrangères (Inde), « Population Of Overseas Indians », sur mea.gov.in (consulté le 15 août 2017)
  2. Michel Théodon, « L'hindouisme migre avec les diasporas », L'atlas des religions, Le Monde-La Vie hors-série, 2011, pages 78-79.
  3. Courrier international, n°1168 du 21 au 27 mars 2013, p.49

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]