Diaspora libanaise en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La diaspora libanaise inclut dans cet article les émigrés du Liban en France, ainsi que leurs descendants.

Selon l'INSEE, en 2008, il y avait en France métropolitaine 35 949 personnes nées au Liban[1] ainsi que 10 500 enfants de moins de 18 ans nés en France et d'origine libanaise[2].

Les migrations vers la France[modifier | modifier le code]

Histoire des migrations[modifier | modifier le code]

Après des migrations sporadiques du Moyen-Orient vers la France depuis le XVIIe siècle, la croissance réelle de la population libanaise en France a commencé en 1975, avec le début de la guerre civile au Liban qui a poussé des milliers de personnes à l'exil. L'exode s'est aggravé en 1982 avec l'intervention israélienne.

Origine des libanais de France[modifier | modifier le code]

Bien qu'il n'existe pas de données concrètes sur l'appartenance religieuse de la communauté libanaise en France, il est communément admis que les chrétiens maronites et les musulmans chiites constituent la majorité des Libanais résidant en France.

Implantation des Libanais en France[modifier | modifier le code]

Selon l'INSEE, en 2008, il y avait en France métropolitaine 35 949 personnes nées au Liban[1] ainsi que 10 500 enfants de moins de 18 ans nés en France ayant au moins un parent né au Liban[2]. Ils habitent en grande majorité dans des grandes villes (Paris, Marseille, Lyon, Strasbourg, Nice, etc.). Néanmoins, des villes comme Boulogne-sur-Mer comportent une forte proportion de Libanais.

Une Association qui a vraiment réussi a regrouper les Libanais en France, en ce concentrant sur l'Ile de France, c'est la Diaspora Libanaise Overseas[3], crée par Naoum Abi-Rached. C'est un Libanais qui a quitté son pays durant la guerre et après avoir travaillé toute sa vie dans la mode, il y a voulu retrouver ses racines et donc il a fondé cette association.

Personnalités d'origine libanaise[modifier | modifier le code]

Histoire d'un émigré du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1873, Joseph Rochaïd [ou Rachid] Dahadah, riche Libanais en exil arriva à Dinard ; "il marqua par ses projets d'intérêt général l'urbanisation du centre-ville de Dinard. Il acquit de nombreux terrains dans la Vallée dont il assainit le versant oriental. Il construisit de nouvelles voies vers le centre, dont la rue de Verdun et la rue du Clos-de-la-Fontaine, qui mènent à la place qui a pris aujourd'hui son nom : la place Rochaïd. Il y fit construire des halles en 1876 pour les marchés des poissons, viandes et légumes. Il fut le fermier du bac sur la Rance jusqu'en 1884. Il construisit plusieurs villas. Il fut à l'origine de plusieurs projets audacieux tels que l'ouverture de la ligne de chemin de fer Dinan-Dinard inaugurée en 1887 et la trouée de la Porte d'Emeraude qui sera réalisée plus tard par ses fils[4]".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]