Falcon 9

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Falcon 9
Décollage du lanceur Falcon 9 du 14 Janvier 2017 (Iridium-1)
Décollage du lanceur Falcon 9 du 14 Janvier 2017 (Iridium-1)
Données générales
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Constructeur SpaceX
Premier vol
Dernier vol En service
Lancements réussis 5 (V1.0)
14 (V1.1)
17 (V1.1 FT)
Lancements ratés 0 (V1.0)
1 (V1.1)
1 (V1.1 FT)
Hauteur 53 m (V1.0)
68,7 m (V1.1)
70,1 m (V1.1 FT)
Diamètre 3,6 m
Masse au décollage 336 t (V1.0)
511 t (V1.1)
538 t (V1.1 FT)
Étage(s) 2
Charge utile
Orbite basse 8,5-9 t (V1.0)
13,15 t (V1.1)
22,8 t (V1.1 FT)
Orbite héliosynchrone 7 t (V1.0)
Transfert géostationnaire (GTO) 3,4 t (V1.0)
4,85 t (V1.1)
8,3 t (V1.1 FT)
Motorisation
Ergols LOX + RP-1
1er étage 9 Merlin 1D
2e étage 1 Merlin 1D
Schéma comparant les différents lanceurs développés ou étudiés par SpaceX : de gauche à droite Falcon 1, Falcon 9 v1.0, Falcon 9 v1.1 et Falcon Heavy.

Le Falcon 9 est un lanceur moyen développé par la société SpaceX dont la dernière version peut placer une charge utile de 22,8 tonnes en orbite basse ou de 8,3 tonnes en orbite de transfert géostationnaire. Le premier tir a eu lieu le . L'objectif de SpaceX est de fournir un lanceur permettant d'abaisser fortement le prix des mises en orbite grâce à des coûts de fabrication modérés et la récupération des étages. SpaceX a signé en décembre 2008 un contrat avec la NASA pour assurer une partie du ravitaillement de la Station spatiale internationale jusqu'à 2015 à l'aide du lanceur Falcon 9 et du cargo spatial SpaceX Dragon, contrat qui fut ensuite prolongé jusqu'en 2024. Le lanceur est également un des candidats pour la relève des équipages de la Station spatiale internationale qui seront transportés dans une version habitée du vaisseau cargo Dragon.

Le lanceur Falcon comprend deux étages propulsés par des moteurs Merlin et brûlant un mélange d'oxygène liquide et de RP-1. La version utilisée initialement (V1.0) ne permettant pas de tenir les performances annoncées, une version 1.1 utilisant des moteurs beaucoup plus puissants et un premier étage allongé a effectué son premier vol le . Space X utilise par ailleurs une version réutilisable du premier étage et développe une version Heavy (lourde) pouvant placer jusqu'à 63,8 tonnes en orbite basse. Le Falcon 9 est le premier lanceur de cette puissance développé par un opérateur privé. Une autre première remarquable est que tous les composants (avionique, moteur) ont été conçus spécifiquement par SpaceX, c'est-à-dire selon la stratégie dite d'intégration verticale, alors que les sociétés œuvrant dans le secteur se contentent généralement d'assembler des composants existants.

Contexte[modifier | modifier le code]

Elon Musk, fondateur de SpaceX et principal actionnaire, crée sa société avec l'objectif de faciliter l'accès à l'espace en s'attaquant à la principale limitation : le coût de lancement. En 2004, Musk annonce devant le Sénat américain un coût de lancement en orbite basse de 9 000 $ par kg pour le lanceur léger Falcon 1 et de 3 000 $ pour le lanceur moyen Falcon 5 remplacé depuis par le Falcon 9. Il déclare alors pouvoir abaisser à terme ce coût à 1 000 $ par kg[1]. Pour réduire le prix de mise en orbite, SpaceX prévoit de développer des lanceurs réutilisables qui mettent en œuvre des technologies à la fois modernes, éprouvées et simples. SpaceX met en avant également la taille réduite et l'organisation optimisée de la société qui contribue à accroître son efficacité.

SpaceX réussit à fortement abaisser les coûts de fabrication à travers deux choix qui le démarquent de ses concurrents. La société opte pour un dispositif industriel intégré verticalement en concevant et fabriquant en interne 70% des composants de son lanceur sur un site unique à Hawthorne (Californie) alors que ses principaux concurrents confient notamment le développement de la propulsion aux sociétés de motoristes. Le lanceur est désoptimisé c'est-à-dire que, pour limiter les coûts, le constructeur opte pour des techniques simples quitte à dégrader les performances (surenrichissement en kérosène pour réduire l'échauffement des moteurs, conception des étages identiques)[2]. Toutefois au fur et à mesure des développements, SpaceX doit faire marche arrière sur certaines des solutions techniques simplificatrices retenues initialement pour abaisser son coût. Ainsi les moteurs qui devaient initialement être de conception simple (revêtement ablatif, moteurs quasi identiques), ont été modifiés pour parvenir à atteindre les performances attendues et sont aujourd'hui sans doute beaucoup plus coûteux : refroidissement par circulation de kérosène, tuyère extensible pour le second étage.

Grâce au prix attractif obtenu mais également aux déboires des constructeurs russes confrontés à des problèmes de fiabilité (Sea Launch, Proton), le succès commercial de la fusée Falcon 9 débute dès le premier vol réussi du lanceur. Les contrats de lancements obtenus bouleversent largement le marché très étroit des lancements commerciaux mais également institutionnels américains en obligeant ses principaux concurrents à revoir en profondeur leur offre. Les européens mettent en chantier un nouveau lanceur Ariane 6 qui se veut plus attractif sur le plan financier. Le principal concurrent américain ULA, attaqué sur le marché des lancements institutionnels et mis en difficulté par les tensions politiques entre la Russie et les États-Unis qui entraînent une menace d'embargo sur la motorisation russe qu'utilise l'Atlas V, lance le développement de la fusée Vulcan pour remplacer l'Atlas et la Delta IV.

La société atteint plusieurs des objectifs initiaux qu'elle s'était fixée en réussissant en décembre 2015 la première récupération du premier étage du Falcon 9 et en mars 2017 la première réutilisation d'un autre premier étage ayant déjà volé précédemment. Mais on ne dispose pas d'éléments fiables permettant de démontrer la viabilité économique de cette technique qui pénalise la charge utile (la capacité GTO est diminuée de 33% dans la version récupérable du lanceur[3]), réduit l'effet d'échelle au niveau de la production des moteurs et entraîne des surcoûts liés aux dispositifs de récupération et de remise en état.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le Falcon 9 est un lanceur de capacité moyenne dont trois versions (V1.0, V1.1 et “Full Thrust”) de puissance croissante sont mises en service respectivement en 2010, 2013 et 2015. La réutilisation du premier étage est mise au point en parallèle avec une première récupération réussie en décembre 2015. Le lanceur est conçu pour que sa fiabilité soit compatible avec les exigences de la NASA en matière de lancements d'équipage.

Falcon 9 v1.0[modifier | modifier le code]

Le premier étage avec sa baie de propulsion (V1.0)

La fusée dans sa version initiale (1.0) avec sa charge utile est haute de 55 mètres, a un diamètre de 3,6 mètres (hors coiffe) et pèse 333 tonnes. Tous les composants (avionique, moteurs, étages, jupe inter étages, coiffe) ont été conçus spécifiquement par SpaceX alors que les sociétés œuvrant dans le secteur ne construisent généralement pas les moteurs.

Le lanceur comprend deux étages propulsés par des moteurs Merlin brûlant un mélange d'oxygène liquide et de RP-1 (une variante du kérosène). Ces deux ergols constituent le mélange le plus utilisé par les moteurs développés récemment. Moins performant que le mélange oxygène/hydrogène il est finalement moins pénalisant pour un premier étage car il nécessite des réservoirs moins volumineux et il est plus facile à mettre en œuvre. Son choix pour un second étage est par contre sans doute moins optimal. Le premier étage de la fusée est propulsé par 9 moteurs Merlin 1C qui développent en tout 448,9 t de poussée non modulable. La poussée des moteurs du premier étage est orientée grâce à un système de vérins qui déplace certains des moteurs montés sur cardan. L'énergie nécessaire est produite par le kérosène sous pression ce qui, selon le constructeur, simplifie l'architecture du lanceur en supprimant le système hydraulique utilisé traditionnellement[4]. La baie de propulsion avec ses moteurs représentent une masse de 7,7 tonnes soit plus de la moitié de la masse à vide du premier étage[5].

Le second étage, qui est une version raccourcie du premier étage, est propulsé par un seul moteur Merlin-C dans une version optimisée pour le fonctionnement dans le vide : la tuyère comporte une rallonge en alliage de niobium évacuant la chaleur par rayonnement. Le moteur délivre une poussée dans le vide de 44,5 tonnes modulable de 60 à 100 % pour une impulsion spécifique de 342s[6]. Le moteur est monté sur cardan pour orienter la poussée en lacet et tangage tandis que le déplacement en roulis est réalisé par le biais de la sortie du générateur de gaz. Le temps de fonctionnement nominal sur le Falcon 9 est de 354 secondes[4],[6],[7],[8].

Le réservoir du deuxième étage du lanceur. On distingue sur le pourtour une partie du système de séparation avec le premier étage.

Les réservoirs des deux étages sont réalisés en alliage d'aluminium lithium. La jupe de liaison entre les deux étages, réalisée en matériau composite aluminium-carbone est longue de 8 mètres pour accueillir la tuyère très allongée du moteur du second étage. Sur sa paroi intérieure se trouvent 4 conteneurs dans lesquels sont logés les parachutes qui doivent permettre la récupération du premier étage[9]. Les réservoirs des deux étages sont mis sous pression par de l'hélium réchauffé. La coiffe a un diamètre de 5,2 mètres et est haute de 13,9 mètres : son diamètre intérieur maximum de 4,6 mètres se maintient sur une hauteur de 6,6 mètres.

L'avionique est commune avec celle du lanceur Falcon 1 également développé par SpaceX. Elle bénéficie d'une triple redondance (ordinateurs de vol et systèmes inertiels) et fait appel à un récepteur GPS pour déterminer le positionnement de l'engin. Les données télémétriques et vidéo sont transmises en bande S par chaque étage individuellement. Le lanceur est, selon son constructeur, capable de remplir sa mission même après l'extinction d'un des neuf moteurs du premier étage. À cet effet des vannes permettent de couper l'alimentation de chaque moteur individuellement ; une cloison en kevlar et nextel protège chaque propulseur de l'explosion éventuelle d'un autre moteur. Selon son constructeur le Falcon 9 1.0 peut placer une charge utile de 10,45 tonnes en orbite basse (200 km) et de 4,5 tonnes en orbite de transfert géostationnaire[10],[4].

La société SpaceX communique de manière souvent vague (masse à vide non communiquée) et éventuellement contradictoire (incohérence entre impulsion spécifique et performances) sur les caractéristiques de ses lanceurs ; par ailleurs celles-ci sont souvent modifiées au cours de développement contrairement à ce qui se fait traditionnellement dans cette industrie[10].

Falcon 9 v1.1[modifier | modifier le code]

Une Falcon 9 v1.1 équipée de jambes d'atterrissage s'apprête à lancer un vaisseau cargo Dragon

Les premiers lancements de Falcon 9 utilisent une version du lanceur (baptisée aujourd'hui V1.0) dont les performances, longtemps non précisées, sont sensiblement inférieures à celles annoncées initialement. Pour atteindre ses objectifs, SpaceX a développé une nouvelle version du lanceur dite V 1.1 utilisant des moteurs Merlin nettement plus puissants. Le Merlin 1D développe 65 t de poussée au niveau de la mer contre 35 t pour la version précédente. Ce gain est obtenu en augmentant de 50% la pression dans la chambre de combustion qui passe à 97 bars. Les 9 moteurs du premier étage ne sont plus organisés en 3 rangées de 3 mais forment un cercle de 8 moteurs, le neuvième se situant au centre. Le premier étage est fortement rallongé pour contenir plus de carburant. La masse du lanceur passe de 318 tonnes à 480 tonnes[11]. La version 1.1 peut placer en orbite basse une charge utile de 13,15 tonnes contre 10,45 tonnes pour la version 1.0 et 5,3 tonnes en orbite géostationnaire contre 4,8 tonnes pour la version 1.0. La version précédente était uniquement utilisée pour lancer le cargo SpaceX Dragon qui ne nécessitait pas de coiffe. La nouvelle version dispose d'une coiffe permettant de placer en orbite dont les dimensions (13,1 m de hauteur 5,2 mètres de diamètre) permettent de couvrir les besoins du marché. Le premier vol de cette version a eu lieu le et est un succès[4],[12].

Falcon 9 Full Thrust (v1.1)[modifier | modifier le code]

La Falcon 9 v1.1 Full Thrust ("pleine poussée") est une version plus puissante améliorée de la v1.1. Le premier vol a eu lieu le . La poussée des moteurs des premier et deuxième étages est accrue, la structure du premier étage est modifiée et le deuxième étage est allongé. La structure de poussée du premier étage est modifiée tandis que l’inter-étage (structure entre les deux étages) est rallongé et renforcé. Le système d'atterrissage utilisé pour la récupération est amélioré : le train d'atterrissage et les panneaux des aérofreins sont modifiés. L'ensemble de ces modifications permettent de faire passer la masse satellisable en orbite de transfert géostationnaire de 4,85 à 5,5 tonnes[13].

Comparaison des versions du lanceur[modifier | modifier le code]

Caractéristiques des différentes versions[13]
Version Falcon 9 v1.0 (block 1) Falcon 9 v1.1 Falcon 9 v1.1 R Falcon 9 v1.1
“Full Thrust”
Dimensions
Hauteur totale 46,5 m 68,7 m ~70 m
Diamètre 3,6 m
Masse au décollage (tonnes) 336 t 511 t 538 t
Coiffe 3,7 m de largeur sur
7,2 m de hauteur
(dimension du cargo spatial SpaceX Dragon)
5,2 m de largeur sur
13,1 m de hauteur
1er étage
Longueur 29 m 41,5 m 41,5 m
Masse (ergols) 269,5 t (254 t) 410,9 t (388 t) 416,7 t (393 t)
Propulsion 9 × Merlin 1C
(9 x 422 kN) au sol
Impulsion spécifique 267 s
9 × Merlin 1D
(9 x 654 kN) au sol
Impulsion spécifique 282 s
9 × Merlin 1D+
(9 x 756 kN) au sol
Impulsion spécifique 286 s
Poussée initiale (kN) 3 807 kN 5 889 kN 6 805 kN
Durée de combustion 175 s 182 s 162 s
2e étage
Longueur 10,5 m 14 m 15,5 m
Masse (ergols) 56,8 t (54,6 t) 92,5 t (88,9 t) 113 t (108,7 t)
2e étage 1 × Merlin 1C Vide
520 kN dans le vide
Impulsion spécifique 366 s
1 × Merlin 1D Vide
805 kN dans le vide
Impulsion spécifique 347 s
1 × Merlin 1D+ Vide
934 kN dans le vide
Impulsion spécifique 348 s
Durée de combustion 346 s 376 s 397 s
Charge utile pour l'orbite basse (kg)
depuis Cap Canaveral
10 450 kg 13 150 kg
Capacités
Charge utile GTO (kg) 4 850 kg 5 500 kg 8 300 kg
Autre 1er étage réutilisable
Prix (millions US$) 56,5 millions US$
Statut
1er et dernier vol - - 22 décembre 2015 -
Succès total/partiel/échec 4/1/0 14/0/1 17/0/1
Composants du lanceur Falcon 1.1

Version partiellement réutilisable[modifier | modifier le code]

Tentative d'appontage du premier étage lors de la mission CRS-6.
Test d'atterrissage du prototype Grasshoper (juin 2013).

L'abaissement des coûts de lancement des fusées Falcon doit passer en grande partie par la réutilisation après usage des lanceurs. La technique utilisée sur les Falcon 1 et les premières Falcon 9 reposait sur l'utilisation de parachutes et la récupération en mer des étages. Mais toutes les tentatives de récupération effectuées après les lancements sont des échecs car les étages ne survivent pas à la séparation avec le reste du lanceur et aux contraintes thermiques subies à grande vitesse. Fin 2011, SpaceX annonce le choix d'une nouvelle technique de récupération qui doit être appliquée initialement au premier étage. Celui-ci, muni d'un train d'atterrissage déployable, doit revenir sur le site du lancement en effectuant un vol en partie propulsé et en atterrissant verticalement[14]. Ce scénario suppose que l'étage conserve une partie du carburant pour le retour au sol. Un prototype, baptisé Grasshoper est développé et effectue un premier test en avril 2013 à basse altitude et faible vitesse[15].

Principes[modifier | modifier le code]

Plusieurs techniques sont mises en œuvre pour récupérer le premier étage. Le retour sur Terre du lanceur nécessite l'utilisation de la propulsion à la fois pour annuler la vitesse acquise et ramener l'étage sur la base de lancement. Le premier étage est largué à une altitude et une vitesse plus faible que dans la version consommable du lanceur (2 km/s ou Mach 6 contre 3,4 km/s ou Mach 10) pour conserver les ergols nécessaires. Le système de contrôle d'attitude a été modifié pour permettre une stabilisation de l'étage durant sa descente. Le corps de l'étage est également modifié par l'ajout d'un train d'atterrissage quadripode et des grilles orientables utilisées pour stabiliser l'orientation durant la descente. Un système de guidage est utilisé pour le calcul de la trajectoire de retour et l'atterrissage de précision.

Séquence d'atterrissage[modifier | modifier le code]

Après la séparation du premier étage, les moteurs de contrôle d'attitude sont utilisés pour modifier l'orientation de l'étage afin que la poussée des moteurs ralentisse celui-ci. Environ deux minutes après la séparation trois des moteurs sont mis à feu durant environ 30 secondes pour ramener l'étage vers son point de départ. Deux minutes plus tard, après déploiement des grilles de stabilisation, les moteurs sont rallumés de nouveau pour ralentir l'étage. Enfin environ 30 secondes avant l'atterrissage un seul de ses moteurs est mis à feu et sa poussée est fortement modulée de manière à poser verticalement et à vitesse nulle l'étage. Six secondes avant le poser le train d'atterrissage est déployé[16].

Installations de lancement[modifier | modifier le code]

SpaceX dispose d'installations de lancement à la base de Cap Canaveral en Floride pour le ravitaillement de la Station spatiale internationale et le lancement de satellites en orbite géostationnaire (télécommunications) et depuis septembre 2013 d'une installation de tir à la base de lancement de Vandenberg en Californie pour le lancement des satellites en orbite polaire (satellites d'observation de la Terre, satellites militaires). Enfin la société fait construire une base de lancement à Boca Chica au Texas qui contrairement aux deux précédentes lui appartiendra en propre.

Cape Canaveral (Floride)[modifier | modifier le code]

Les installations de lancement de Cape Canaveral.

En Floride, le lanceur Falcon 9 est tiré depuis le pas de tir 40 (SLC-40) de la base de Cap Canaveral utilisé autrefois par les fusées Titan III et IV et reconverti pour le lanceur. Les installations comportent un hangar dans lequel le lanceur est assemblé à l'horizontale avec sa charge utile. Il est ensuite installé sur un véhicule sur rail qui supporte un dispositif d'érection sur lequel s'articule une table de lancement massive composée de longerons massifs en acier : cette dernière comporte quatre pattes auxquelles sont fixées le lanceur. L'ensemble est transporté jusqu'au pas de tir situé à faible distance où il est basculé en position verticale. La table de lancement est fixée au sol. Les conduits d'alimentation et les câbles électriques se connectent au lanceur en passant par le système d'érection qui est légèrement écarté du lanceur. Des réservoirs dispersés à une certaine distance du pas de tir et des tours supportant les paratonnerres complètent ces équipements[4]. L'ancienne base de lancement des missiles Atlas LC-13 a été reconvertie en base d'atterrissage (Landing Zone 1) pour les lanceurs-atterrisseurs Falcon 9.

Construction d'un bâtiment d'assemblage pour les Falcon 9 et Falcon Heavy près du complexe de lancement LC-39A du centre spatial Kennedy (juin 2015) acquis par la société SpaceX.

Vandenberg (Californie)[modifier | modifier le code]

Pour placer les satellites sur des orbites polaires SpaceX utilise le pas de tir 4E de la base de lancement de Vandenberg en Californie. Ce pas de tir a été utilisé à compter de 1962 pour les lancements des fusées Atlas puis jusqu'en 2005 par le lanceur Titan IV. SpaceX loue cette installation depuis juillet 2011 et des travaux d'adaptation du pas de tir ont été effectués jusqu'en novembre 2012. Le constructeur de la fusée Falcon 9 a réutilisé certains équipements mais a également réalisé des transformations importantes comme la destruction de la tour de service d'une hauteur de plus de 30 étages et de la tour d'approvisionnement d'une hauteur de 20 étages. Le complexe comprend une zone bétonnée et un large conduit d'évacuation des fumées. Autour du pas de tir, il y a des citernes de LOX, de RP-1 et d'eau, un bâtiment d'assemblage des lanceurs Falcon 9 et une voie bétonnée utilisée pour acheminer les lanceurs entre le bâtiment d'assemblage et le pas de tir. Lors des lancements, le lanceur, qui est stocké dans le bâtiment d'assemblage est disposée sur la tour/grue à l'aide d'une grue. La charge utile, dans sa coiffe est ensuite fixée au sommet du lanceur. La tour/grue est au dernier moment acheminée jusqu'au pas de tir pour éviter l'exposition de la fusée aux éventuelles intempéries.

Le premier tir depuis Vandenberg a eu lieu le pour placer en orbite le satellite canadien CASSIOPE[17]. Le second tir doit avoir lieu le pour le lancement du satellite Jason-3 pour la Nasa et l'ESA[18].

Boca Chica (Texas)[modifier | modifier le code]

SpaceX fait construire des installations de lancement pour son lanceur Falcon 9 à Boca Chica à environ 25 km à l'est de Brownsville (État du Texas) en bordure du golfe du Mexique et à quelques kilomètres de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Contrairement aux autres installations de lancement dont il dispose et qui dépendent du gouvernement américain (NASA et l’Armée de l'Air américaine) Boca Chica appartient en propre à la société, ce qui donnera plus de latitude à SpaceX dans l'exploitation du site. SpaceX a investi 100 millions de dollars (environ 88 millions d'euros) dans ce complexe de lancement. Les travaux ont débuté en 2015 et le premier lancement depuis ce site devrait avoir lieu en 2017[19].

Centre spatial Kennedy (Floride)[modifier | modifier le code]

Pour lancer sa future fusée lourde Falcon Heavy, SpaceX loue, dans le cadre d'un bail qui court jusqu'en 2025, le complexe de lancement LC-39A du centre spatial Kennedy utilisé autrefois par la Navette spatiale américaine. En 2015 et 2016 il réaménage le pas de tir et fait construire un bâtiment d'assemblage. La société a l'intention de lancer depuis ce site à la fois des Falcon Heavy et des Falcon 9. Le premier lancement d'une Falcon 9 a eu lieu le 19 février 2017 et le premier lancement d'une Falcon Heavy est planifié en 2017 depuis ce site[20].

Déroulement d'un lancement[modifier | modifier le code]

Le lanceur et ses moteurs sont fabriqués dans l'usine de la société située à Hawthorne en Californie près de l'aéroport de Los Angeles. SpaceX y dispose d'une surface couverte de 5,1 hectares permettant d'assembler en parallèle 3 lanceurs Falcon 9 ainsi que 2 douzaines de moteurs Merlin et trois lanceurs Falcon 1[4]. Le lanceur est transféré par route jusqu'à son site de lancement (Floride ou Californie) où il est assemblé avec sa charge utile puis testé avant son lancement. Au décollage, les moteurs sont allumés et le lanceur est retenu par les quatre pattes de la table de lancement pour vérifier que la poussée est nominale. Si les données fournies sont correctes, les fixations sont libérées et les pattes basculent en arrière pour s'écarter de la trajectoire des moteurs tandis que le lanceur s'élève lentement. Si une extinction des moteurs a été demandée, le système permet de relancer très rapidement le compte à rebours à h-15 minutes comme cela a été démontré au cours du premier lancement. Max Q (pression aérodynamique maximale) est atteint 76 secondes après le décollage et les contraintes aérodynamiques sont levées au bout de 115 secondes. À t+155,5 secondes, deux des neuf moteurs sont éteints pour limiter l'accélération car la poussée des moteurs de cet étage n'est pas modulable.

La séparation entre les deux étages n'est pas assistée par des fusées mais par des poussoirs pneumatiques comme sur le Falcon 1. Elle se déroule en 3 temps : extinction des moteurs du premier étage à t+174,2 secondes, séparation à t+176,2 secondes et démarrage du moteur du second étage à t+179,2 secondes. La jupe de liaison entre les deux étages qui est solidaire du premier étage comprend des parachutes qui doivent freiner sa descente et permettre sa récupération et sa réutilisation après son amerrissage. Le moteur du second étage a une poussée modulable (60 à 100 %) et peut être rallumé deux fois pour répondre à des besoins particuliers de trajectoire. Un double système d'allumage accroît la fiabilité de la mise à feu de ce moteur. La coiffe est éjectée à t+199,2 secondes. Pour une injection en orbite de transfert géostationnaire le second étage est éteint une première fois à t+457,9 secondes puis rallumé entre t+1488,6 et t+1544,6 secondes. Avant la séparation de la charge utile l'orientation du lanceur peut être fixe ou celui-ci peut être mis en rotation à la vitesse de 5 tours par seconde[4]. Initialement les deux étages devaient pouvoir être réutilisés après un lancement, la récupération et la réutilisation du second étage restent cependant encore à démontrer bien que le coût du premier étage représente à lui seul environ 75% de celui du lanceur.

Historique[modifier | modifier le code]

Une Falcon v1.0 dans le hangar d'assemblage de Cape Canaveral.
Une Falcon v1.0 est transporté sur son chariot érecteur jusqu'au pas de tir.

Genèse (2005)[modifier | modifier le code]

En 2005, la société Space X propose une gamme de lanceurs composée du lanceur léger Falcon 1 et du lanceur moyen Falcon 5. En septembre 2005, la société ajoute à sa gamme le Falcon 9 doté d'un premier étage nettement plus puissant propulsé par neuf moteurs Merlin au lieu de cinq sur le Falcon 5. Le premier vol est annoncé pour le deuxième trimestre 2007. Les deux lanceurs moyens doivent utiliser la même structure pour le premier étage mais le Falcon 5 est lancé avec des réservoirs partiellement remplis. Le Falcon 9 est initialement censé être propulsé par des Merlin 1B mais ce modèle est abandonné pour le Merlin 1C plus sophistiqué car refroidi par ses ergols, mais qui doit atteindre 556 kN de poussée au sol en fin de développement contre 378 kN pour le Merlin 1B. Le Falcon 5 disparaît par la suite du catalogue SpaceX[10].

Sélection dans le cadre du programme COTS de la NASA (2006)[modifier | modifier le code]

En septembre 2006, dans le cadre du programme COTS destiné à assurer le remplacement partiel de la navette spatiale américaine, la NASA sélectionne deux sociétés, dont SpaceX, pour le ravitaillement de la Station spatiale internationale. SpaceX a répondu à l'appel d'offres en proposant d'utiliser son lanceur Falcon 9 pour lancer le cargo spatial Dragon développé également par SpaceX. La NASA passe contrat avec la société SpaceX en décembre 2008 pour le lancement de 12 vaisseaux d'ici 2015 qui doivent amener une masse totale de 20 tonnes au minimum à la station spatiale contre une rémunération de 1,6 milliard de $. Les clauses du contrat prévoient qu'il peut être étendu jusqu'à concurrence d'un montant de 3,1 milliards de dollars[21]. SpaceX doit effectuer trois vols de qualification de difficulté croissante pour démontrer sa capacité à réaliser cette mission. Puis 12 vols de ravitaillement sont planifiés jusqu'en 2015.

Développement (2006-2010)[modifier | modifier le code]

Début 2007, SpaceX annonce l'achèvement du premier réservoir du premier étage du lanceur[22]. Le premier test d'un premier étage avec ses 9 moteurs est réalisé le premier août 2008[23]. En novembre 2008, les neuf moteurs sont testés avec succès pour une durée équivalente à celle d'un tir réel (178 secondes)[24]. En février 2008, le premier vol de démonstration du Falcon 9 avec le vaisseau Dragon est repoussé de 6 mois à la fin du premier trimestre 2008[25]. Le lanceur est pour la première fois assemblé en position verticale en janvier 2009 à Cap Carnaveral. En octobre 2009, un premier étage destiné à être lancé effectue un test réussi sur le banc d'essais de SpaceX situé à McGregor dans le Texas. Le lanceur complet est convoyé vers son site de lancement en février 2010. SpaceX prévoit à l'époque un lancement le avec une marge d'erreur de 1 à 3 mois liée aux incertitudes relatives aux tests d'intégration[26]. Le second étage est testé pour la première fois en novembre 2009. Le , Space X procède à un essai statique de 3,5 secondes du lanceur assemblé.

Vol inaugural (2010)[modifier | modifier le code]

Premier tir du lanceur le
Lancement du premier exemplaire de la V1.1 depuis Vandenberg (septembre 2013).

Après deux interruptions dans le compte à rebours dont un allumage du premier étage avorté, le premier lancement d'une fusée Falcon 9 a eu lieu le depuis la base de lancement de Cap Canaveral. La charge utile du lanceur était constituée par une maquette du cargo spatial SpaceX Dragon, nommée Dragon Spacecraft Qualification Unit. Malgré un roulis important non prévu, le second étage solidaire de sa charge utile s'est placé sur une orbite à peu près circulaire de 250 km avec une inclinaison de 34,5° correspondant presque parfaitement à l'objectif fixé (moins de 1 % de différence). Le premier étage, dont la réutilisation doit contribuer à la réduction du coût de lancement, s'est brisé en retombant[27],[28].

Qualification pour le programme COTS (2010-2012)[modifier | modifier le code]

La qualification pour le programme COTS, qui constitue la majorité du carnet de commande du lanceur, est un enjeu majeur pour SpaceX. Afin de qualifier le lanceur et le vaisseau SpaceX Dragon pour le ravitaillement de la Station spatiale internationale, trois vols de difficulté croissante doivent être réalisés avec succès. Fin mai 2010, SpaceX, qui a reçu 350 millions de $ d'avances de la part de la NASA, a annoncé à l'agence spatiale américaine qu'elle ne prévoyait plus qu'un seul vol de démonstration en juillet 2010. Le deuxième vol, nécessitant des développements complémentaires, est désormais prévu pour septembre 2011 tandis que le troisième vol serait réalisé en octobre 2011. Or, après l'arrêt de la navette spatiale fin 2010, le lanceur va jouer un rôle crucial dans le maintien du potentiel de la station spatiale : il n'existe plus aucune marge au cas où des problèmes de mise au point surgiraient. Par ailleurs, la NASA a décidé de ne plus utiliser les cargos russes Progress pour le ravitaillement de la partie américaine de la station à compter de fin 2011. Un report supplémentaire dans la date de disponibilité opérationnelle des cargos du programme COTS contraindrait à réduire l'activité de la station spatiale et à la placer en mode « survie » avec un équipage réduit et une activité scientifique limitée comme cela s'était produit après l'accident de la navette spatiale Columbia.

Après plusieurs reports le premier vol de qualification a lieu le . Le lanceur Falcon 9 a placé le cargo spatial SpaceX Dragon sur une orbite circulaire de 288 km avec une inclinaison de 34,53 degrés. Les communications ont été testées et des manœuvres de changement d'orbite et de contrôle d'orientation ont été effectuées par le vaisseau à l'aide de ses moteurs. Après près de 3 heures passées en orbite, la capsule a effectué une rentrée atmosphérique et a été récupérée après son amerrissage dans l'océan Pacifique qui s'est fait avec une précision de 800 mètres par rapport au point visé[29]. SpaceX est devenue la première société privée capable de lancer et de récupérer une capsule spatiale.

Le deuxième et dernier vol de qualification a lieu le . Initialement un troisième vol de qualification était programmé mais, en décembre 2011, la NASA a validé la proposition de SpaceX de fusionner les objectifs des deux missions. Le vol doit donc démontrer à la fois la capacité du vaisseau cargo Dragon à manœuvrer en toute sécurité à proximité de la station spatiale et effectuer un premier test d’amarrage. Le lanceur Falcon 9 emporte une capsule Dragon contenant 521 kilos de fret à destination de la Station spatiale internationale. Le 25 mai, la capsule Dragon est amarrée à la station spatiale et le vaisseau est déchargé de sa marchandise par l'équipage. Six jours plus tard, le vaisseau qui a été chargé avec 625 kg de matériel (dont les résultats d'un certain nombre d'expériences) à ramener sur Terre est désamarré et après avoir manœuvré entame sa rentrée atmosphérique. Il amerrit le 31 mai à environ 900 km de la côte californienne et est récupéré avec succès avec son contenu par une petite flottille affrétée par SpaceX. Ce vol conclut la phase de certification de l'ensemble Falcon 9/Dragon pour le programme COTS[30].

Les premiers vols opérationnels (2012-2013)[modifier | modifier le code]

À la suite des vols de qualification, le lanceur entame son premier vol opérationnel (CRS-1) destiné à ravitailler la Station spatiale internationale . Le lanceur emporte une capsule Dragon contenant 905 kilos de fret à destination de la Station spatiale internationale ainsi qu'un prototype de satellite Orbcomm de seconde génération d'une masse de 150 kg[31]. 90 secondes après le décollage, un des neuf moteurs du premier étage est victime d'une défaillance : les investigations postérieures réalisées par une commission mixte de SpaceX et de la NASA montreront qu'une brèche s'est ouverte dans la chambre de combustion et qu'un jet de gaz brulant en est sorti et a sectionné le conduit de l'alimentation principale en ergol déclenchant un incendie. L'ordinateur de vol a alors arrêté le moteur et le lanceur a poursuivi son vol en utilisant ses 8 autres moteurs[32],[33]. L'orbite visée est atteinte mais SpaceX ne procède pas au réallumage du second étage qui aurait permis de placer la charge secondaire, le minisatellite de démonstration Orbcomm-G2, sur son orbite de destination selon un accord passé avec la NASA et stipulant que si les réserves de carburant et d'oxygène liquide disponibles n'assureraient pas l'atteinte de l'orbite visée avec une probabilité supérieure à 99% le réallumage du second étage n'aurait pas lieu (le second étage disposait du carburant nécessaire mais les probabilités que l'oxygène liquide soit disponible en quantité suffisante n'étaient que de 95%). Le minisatellite est donc placé sur une orbite non opérationnelle et sera détruit en rentrant dans l'atmosphère quatre jours plus tard[34]. Mais la mission principale se déroule sans accroc, la capsule Dragon après avoir manœuvré est amarrée à la station spatiale le et est déchargée. 905 kg de fret sont chargés dans le vaisseau pour être ramenés sur Terre[31]. Le 28 octobre, le vaisseau est détaché de la station et après sa rentrée atmosphérique effectue un amerrissage dans l'Océan Pacifique. Les équipes de SpaceX et de la NASA parviennent à récupérer le vaisseau et son contenu sans difficultés[35].

La version V1.1 du lanceur introduit de profonds changements dans la configuration du lanceur avec notamment une masse accrue de plus de 40%. Le premier vol de cette version a lieu le , c'est un succès. Toutefois deux objectifs secondaires de ce vol ne sont pas atteints : Le moteur du second étage ne peut être rallumé après la séparation de la charge utile, fonctionnalité utilisée pour placer les satellites en orbite géostationnaire dans le cadre du vol suivant ; l'utilisation de la propulsion du premier étage après la séparation pour stabiliser les mouvements de celui-ci durant sa chute et permettre sa récupération[4],[12]. Le , le deuxième vol du lanceur dans sa version 1.1 emporte un satellite de télécommunications vers l'orbite géostationnaire. Cette fois le moteur du second étage est remis à feu pour l'insertion du satellite sur une orbite elliptique haute sans rencontrer de problème[36].

Défaillance du lanceur lors de la mission vol CRS-7 (juin 2015)[modifier | modifier le code]

Premier atterrissage réussi sur la Landing Zone 1 le

Lors du lancement de la mission de ravitaillement de la station spatiale internationale CRS-7 le , le lanceur est détruit après 139 secondes de vol. Une surpression dans le réservoir d'oxygène liquide du second étage fait exploser celui-ci alors que le premier étage fonctionnait normalement. Ce dernier continue à fonctionner durant plusieurs secondes avant de s'auto-détruire. Le capsule Dragon est éjectée par l'explosion du second étage mais ne disposant pas des instructions permettant de déployer ses parachutes dans ce contexte elle est détruite en percutant à grande vitesse l'océan. Le vaisseau cargo contenait 1,8 tonnes de ravitaillement ainsi qu'un adaptateur dans la partie non pressurisée qui devant permettre l'amarrage des futurs vaisseaux privés à la station spatiale[37],[38].

Mi juillet, Elon Musk annonce les résultats préliminaires des investigations effectuées après l'accident pour déterminer l'origine de la défaillance. L'origine de celle-ci serait liée à l'une des bouteilles d'hélium sous pression situées à l'intérieur du réservoir d'oxygène. De manière conventionnelle sur un lanceur, ce gaz est progressivement libéré dans le réservoir lorsque le moteur de l'étage fonctionne pour maintenir sous pression le réservoir au fur et à mesure que l'oxygène est brulé. L'hélium remplit deux objectifs : préserver l'intégrité de la structure du réservoir et refouler l'oxygène restant vers le moteur. La bouteille est maintenue en position par des poutrelles en acier fixées par ailleurs à la paroi du réservoir. Une de ces poutrelles aurait cédé alors que le lanceur accélérait à plus de 3 g. La bouteille libérée aurait largué accidentellement de l'hélium mettant en surpression le réservoir, provoquant son éventrement puis la défaillance du lanceur. Ce diagnostic devait être confirmé au cours de l'été[37],[38]. Le lanceur revolera avec succès le 22 décembre 2015.

Premier vol de la version v1.1 "Full Thrust" (décembre 2015)[modifier | modifier le code]

Le vol du inaugure une nouvelle version plus puissante du lanceur baptisée "Full Thrust" (FT). C'est le premier lancement depuis l'échec de juin 2015 et ce sera également le premier lancement qui verra la récupération réussie du premier étage du lanceur. Au cours de 8 mois qui suivent (de janvier à aout 2016) le Falcon 9 FT est utilisé à 7 reprises avec succès pour des vols commerciaux (satellites de télécommunications en orbite géostationnaire, satellite d'observation de la Terre en orbite héliosynchrone Jason 3).

Explosion au sol du lanceur (septembre 2016)[modifier | modifier le code]

Le 1er septembre 2016, un essai de mise à feu des moteurs du lanceur Falcon 9 FT n°29, dont le lancement est planifié 2 jours plus tard, est préparé sur le pas de tir du complexe de lancement SLC-40. Pour ce test effectué avant chaque lancement, le lanceur est placé en position de tir, ses réservoirs de ses deux étages sont remplis et la charge utile est fixée au sommet du lanceur. Cette procédure permet de tester l'ensemble dans sa configuration au décollage ce qui raccourcit la phase de lancement proprement dite. A 13h07 TU, alors que le plein d'ergols est en cours, une anomalie déclenche l'explosion du lanceur. Le lanceur ainsi que le satellite de télécommunications israélien Amos 6 de 5,4 tonnes et d'une valeur de 200 millions US$, sont détruits, plaçant son opérateur Spacecom dans une situation financière délicate. Le complexe de lancement est en partie endommagé et est mis hors d'état de fonctionner[39].

La situation est également délicate pour la société SpaceX qui a un carnet de commandes très volumineux et qui souffre déjà de retards importants par rapport au calendrier de lancement sur lequel il s'est engagé envers ses clients. Iridium qui a confié le lancement de sa constellation de satellites à SpaceX (une soixantaine de satellites lancés par grappe de 10 sur une période de 12 mois), est particulièrement touché. Comme dans tous les cas de perte du lanceur, l'incident doit être compris et l'anomalie éventuelle doit être corrigée avant toute reprise des vols. Malgré les difficultés auxquelles se heurte l'enquête, les dirigeants de SpaceX annoncent, quelques semaines après la destruction du lanceur, qu'une reprise est envisageable dès novembre. Le complexe de tir est en partie détruit et ne sera pas remis en état tout de suite mais SpaceX s'apprête à inaugurer en novembre un second pas de tir en Floride, le SLC-39A[40].

La recherche de l'origine de l'anomalie se révèle difficile malgré la présence de nombreux capteurs qui transmettaient des données sur le comportement du lanceur durant le plein d'ergols. Comme en juin 2015, on découvre que l'explosion a pris sa source dans le réservoir d'oxygène du deuxième étage. L'hypothèse la plus probable est qu'une sphère remplie d'hélium, gaz chargé de pressuriser les ergols, a été victime d'une rupture de sa structure. La biellette tenant le réservoir d'hélium à l'origine de la perte du lanceur en juin 2015 est, a priori, mise hors de cause [41]. Une explication avancée, qui reste à confirmer, est que la rupture aurait pu être provoquée par un différentiel de température trop important entre l'hélium injecté dans le réservoir COPV (acronyme de Composite-Overwrapped Pressure Vessel) et l'oxygène liquide en cours de remplissage et qui était en train de submerger celui-ci. Le COPV est un réservoir de forme cylindrique haut de 1,5 mètre et d'un diamètre de 60 cm. qui doit résister à des contraintes structurelles et thermiques particulièrement importantes (pression interne de 350 bars et différentiels de température importants avec une température externe de quelques dizaines de kelvin liée au choix de SpaceX d'utiliser de l'oxygène liquide surrefroidi). SpaceX a choisi de réaliser la structure du réservoir en composite carbone bobiné pour gagner du poids. La face interne est recouverte d'une mince couche métallique pour maintenir l'étanchéité. Le recours pour cet usage à une structure à base de composite carbone au comportement mal maitrisé dans les conditions imposées par les procédures de SpaceX (remplissage rapide sans refroidissement au préalable de la structure) constitue un choix inédit pour un lanceur qui pourrait être à l'origine de la défaillance[42]

Initialement prévu le 16 décembre 2016, le premier lancement depuis l'explosion est reporté dans le courant du mois de janvier 2017, annonce la société d'Elon Musk. En cause, l'autorisation manquante de l'Administration fédérale de l'aviation (FAA) qui gère également la réglementation en matière de lancements spatiaux commerciaux. Avant de donner son feu vert à la reprise de l'activité de SpaceX, la FAA attend les conclusions de l'enquête que mènent SpaceX, la Nasa et l'U.S. Air Force. Ce report des opérations de vol, s'il n'est évidemment pas inquiétant, ne fait pas les affaires d'Inmarsat et Hellas-Sat. Les deux sociétés ont décidé de renoncer à utiliser le Falcon 9 de SpaceX pour la mise en orbite du satellite Inmarsat S-band qui embarque la charge utile Hellas-Sat 3, et d'activer une option de lancement auprès d'Arianespace : le satellite sera mis en orbite par le lanceur lourd Ariane 5 depuis le Centre spatial guyanais, au deuxième trimestre 2017[43].

Mise au point de la récupération du premier étage du lanceur[modifier | modifier le code]

Lors des deux premiers tirs du lanceur en 2010 une rentrée atmosphérique du premier étage suivie de son amerrissage sous parachutes sont tentés mais se soldent par des échecs, SpaceX abandonne cette méthode et se focalise sur la récupération propulsive en concevant le modèle 1.1 du lanceur. Son premier vol a lieu lors du sixième tir du lanceur en septembre 2013, SpaceX effectue son premier test d'amerrissage contrôlé dont l'objectif est de tester les phases de rentrée atmosphérique, freinage et amerrissage à vitesse réduite d'un premier étage équipé pour sa récupération. Durant ce premier test le propulseur unique impliqué dans la phase de freinage ne parvient pas à stabiliser le lanceur. Mais lors du second et du troisième test effectués en avril et en juillet 2014 SpaceX parvient à effectuer deux amerrissages en douceur du premier étage muni de jambes d'atterrissage déployables. Ces étages ne survivent cependant pas à leur basculement sur l'océan et ne peuvent être récupérés.
Une première tentative d'atterrissage sur une barge océanique a eu lieu le dans le cadre de la mission de ravitaillement de la station spatiale internationale CRS-5 mais un manque de liquide hydraulique actionnant les ailerons des stabilisateurs cellulaires durant les dernières secondes de l'atterrissage provoque l'échec de la manœuvre.
Une nouvelle tentative est effectuée le 11 février, le lanceur emportant alors 50% de liquide hydraulique supplémentaire, s'envole avec succès. Le premier étage se sépare après presque 3 minutes de vol et démarre son retour autonome. Cependant, le mauvais temps (vagues de 10 mètres) dans la zone de récupération n'a pas pu permettre à SpaceX de déployer sa plateforme d'atterrissage. Le premier étage a donc "amerri en douceur" à l'endroit prévu.
Lors de la troisième tentative effectuée le à l'occasion de la mission de ravitaillement de la station spatiale internationale CRS-6, le premier étage parvient à se poser sur la plateforme mais une trop grande vitesse latérale et horizontale, due à une valve défaillante, brise deux des quatre jambes d'atterrissage et le fait basculer sur la barge avant d'exploser.
La première récupération réussie du premier étage eu lieu le et met en œuvre la première utilisation de la version full thrust du lanceur[44]. Le lanceur place en orbite onze satellites de télécommunications de la société Orbcomm. Le premier étage effectue pour la première fois un atterrissage réussi à Cap Canaveral[45],[46]. Alors que lors des essais précédents, l'atterrissage avait eu lieu sur une plateforme au large de la Floride, l'étage revient se poser cette fois sur un ancien pas de tir reconverti et rebaptisé Landing zone 1, tout proche du site de lancement. L'examen soigneux du lanceur récupéré s'est déroulé en position horizontale dans le bâtiment construit par SpaceX à proximité du pas de tir 39-A au centre spatial Kennedy près de Cape Canaveral. Le 31 décembre, soit 10 jours après l'atterrissage, Elon Musk annonçait que les systèmes paraissaient en bon état[47]. Le , le lanceur a été positionné verticalement sur le pas de tir 40 de Cap Canaveral pour un court essai des moteurs. Les données révélèrent un lanceur en bon état en dehors du moteur numéro 9 qui présentait des variations de puissance[48]. Cela pourrait être en rapport avec l'ingestion de débris à l'atterrissage et cela sera confirmé par une endoscopie du moteur dans les jours suivants.

Le SpaceX réussit enfin l'appontage du premier étage de son lanceur sur une barge océanique baptisée Of course I still love you. Ces exploits seront répétés régulièrement lors des lancements qui suivront.

Le 30 mars 2017 à l'occasion de la mission SES-10, SpaceX réutilise pour la première fois un premier étage ayant précédemment servi à mettre en orbite le vaisseau Dragon lors de la mission CRS-8[49],[50]. Le premier étage est de nouveau récupéré sur la barge autonome Of course I still love you.

Viabilité économique[modifier | modifier le code]

Falcon 9 comparée à[51],[52],[53],[54],[55],[56],[57]...
Charge utile
Lanceur Masse Hauteur Orbite
basse
Orbite
GTO
Drapeau des États-Unis Falcon 9 FT 549 t 70 m 23 t 8,3 t
Drapeau de la République populaire de Chine Longue Marche 5 867 t 57 m 23 t 13 t
Drapeau de l’Union européenne Ariane 5 ECA 777 t 53 m 21 t 10,5 t
Drapeau des États-Unis Atlas V 551 587 t 62 m 18,5 t 8,7 t
Drapeau des États-Unis Delta IV Heavy 733 t 71 m 29 t 14,2 t
Drapeau de la Russie Proton-M/Briz-M 713 t 58,2 m 22 t 6 t
Drapeau du Japon H-IIB 531 t 56,6 m 19 t 8 t

L'industrie spatiale émet des doutes sur le modèle économique de la réutilisation des lanceurs. La navette spatiale avait déjà échoué à réduire les coûts par la réutilisation de la navette elle-même (plusieurs mois de remise en état entre les lancements) et des boosters latéraux du premier étage qui étaient récupérés dans l'eau salée (très corrosive pour les moteurs) après leur amerrissages.

Peu après le succès d'atterrissage du lanceur Falcon 9, ses concurrents critiquaient ce choix stratégique[58]. Les éléments qui posent question sont :

  • la perte de rendement due à la nécessité de garder des réserves de carburant pour l'atterrissage ;
  • la réduction des économies d'échelles liée à la baisse du volume de production de lanceurs neufs ;
  • les coûts de remise en état du lanceur ;
  • la commercialisation plus difficile de lanceurs usagés (fiabilité à déterminer).

Falcon Heavy[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Falcon Heavy.

SpaceX travaille actuellement sur une version lourde de son lanceur baptisée Falcon Heavy : celui-ci comporte deux premiers étages latéraux complémentaires, portant le nombre de moteurs à 27. La capacité du lanceur sera de 63,8 tonnes en orbite basse[59] et de 26,7 tonnes en orbite de transfert géostationnaire. Son coût annoncé est de 90 à 135 millions $ (2017).

Historique des lancements[modifier | modifier le code]

Les 5 premiers lancements utilisent le modèle 1.0 du lanceur qui est ensuite remplacé par le modèle 1.1. À partir du 20e lancement le modèle 1.1 est amélioré avec une poussée supérieure de 30%, il est renommé "Full Thrust" (pleine poussée), abrévié en "FT".
Les tentatives de récupération du premier étage (voir dernière colonne) se font d'abord via parachutes, ensuite sur l'océan, puis sur des barges océaniques et enfin au sol. Ces deux dernières méthodes sont toujours pratiquées selon les profils des lancements.

Liste mise à jour le
Type     Date     
(UTC)
Base de
        lancement         
                  Charge                   i
utile
      Masse      
charge utile
           Orbite                              Objectif                  
lancement
     Statut      Remarques    Récupération    
premier étage
1 v1.0 04-06-2010 Cap Canaveral Maquette SpaceX Dragon ? Orbite basse Test du lanceur Succès Écheci(parachutes)
2 v1.0 08-12-2010 Cap Canaveral SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Test SpaceX Dragon. Premier
vol de démonstration COTS-1
Succès SpaceX devient la première société privée à récupérer un vaisseau spatial. Écheci(parachutes)
3 v1.0 22-05-2012 Cap Canaveral SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Test SpaceX Dragon. Deuxième
vol de démonstration COTS-2
Succès SpaceX devient la première société privée à amarrer un vaisseau à la station spatiale
internationale ISS.
Non tenté
4 v1.0 08-10-2012 Cap Canaveral -SpaceX Dragon
-Orbcomm-G2,|charge secondaire
-5 500 kgi+ifret
-150 kg
Orbite basse -Ravitaillement ISS CRS-1
-Test minisat démo Orbcomm-G2
-Succès 
Échecipartiel
Extinction prématurée d'un moteur, Dragon est injecté sur la bonne orbite mais pas le minisatellite de démonstration Orbcomm-G2 qui est perdu quelques jours plus tard. Non tenté
5 v1.0 01-03-2013 Cap Canaveral SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-2 Succès Non tenté
6 v1.1 30-09-2013 Vandenberg CASSIOPE 500 kg Orbite polaire Satellite d'étude de l'ionosphère
et démonstrateur technologique
Succès Premier vol de la version 1.1 et 1er tir de Vandenberg. Le 1er étage réussit une rentrée atmosphérique mais ne peut être stabilisé et percute l'océan à trop grande vitesse. Échec (océan)
7 v1.1 03-12-2013 Cap Canaveral SES-8 (en) 3 200 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Premier vol commercial vers l'orbite géostationnaire Non tenté
8 v1.1 06-01-2014 Cap Canaveral Thaicom 6 (en) 3 325 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Non tenté
9 v1.1 18-04-2014 Cap Canaveral SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-3 Succès Le premier étage réussit sa rentrée atmosphérique et son amerrissage sur l'océan. Succès (océan)
10 v1.1 14-07-2014 Cap Canaveral Orbcomm OG2 (six satellites) 1 100 kg Orbite basse 6 satellites de transfert de
données Orbcomm de 172 kg
Succès Second amerrissage successif réussi du premier étage. Succès (océan)
11 v1.1 05-08-2014 Cap Canaveral Asiasat 8 4 535 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Non tenté
12 v1.1 07-09-2014 Cap Canaveral Asiasat 6 (en) 3 700 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Non tenté
13 v1.1 21-09-2014 Cap Canaveral SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-4 Succès Non tenté
14 v1.1 10-01-2015 Cap Canaveral SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-5 Succès Le premier étage réussit à atteindre une barge océanique mais sous un mauvais angle suite à un manque de fluide hydraulique, il la percute et termine sa chute dans l'océan Échec (barge)
15 v1.1 11-02-2015 Cap Canaveral DSCOVR 570 kg L1 Satellite d'observation du climat Succès Le mauvais temps en haute mer empêche une tentative d'appontage sur la barge mais le premier étage réussit néanmoins un amerrissage en douceur. Succès (océan)
16 v1.1 02-03-2015 Cap Canaveral -ABS-3A (en)
-Eutelsat 115 West B (Satmex 7)
-2 000 kg
-2 200 kg
Orbite géostationnaire Satellites de télécommunications Succès Non tenté
17 v1.1 14-04-2015 Cap Canaveral SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-6 Succès Le premier étage atteint avec précision la barge océanique mais une trop grande vitesse latérale due à une valve défaillante le fait basculer et s'écraser sur la barge. Échec (barge)
18 v1.1 27-04-2015 Cap Canaveral TurkmenAlem52E / MonacoSAT 4 800 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Non tenté
19 v1.1 28-06-2015 Cap Canaveral SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-7 Échec Explosion du 2e étage du lanceur après 2 minutes de vol. Non tenté suite à l'explosion.
20 FT 22-12-2015 Cap Canaveral Orbcomm OG2 (onze satellites) 1 900 kg Orbite basse 11 satellites de transfert de
données Orbcomm de 172 kg
Succès Premier vol de la version Full Thrust (FT). Retour et atterrissage réussi du premier étage sur terre à proximité du pas de tir sur la Landing Zone 1. Une étape historique. Succès (sol)
21 v1.1 17-01-2016 Vandenberg Jason-3 500 kg SSO Satellite d'altimétrie satellitale
(Observation océanique)
Succès Dernier vol de la version v1.1. Le premier étage se pose sur la barge mais une jambe d'atterrissage ne se verrouille pas et l'étage bascule sur la barge avant d'exploser. Échec (barge)
22 FT 04-03-2016 Cap Canaveral SES-9 (en) 5 300 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès SES demande un supplément de performance afin d'arriver en GTO plus tôt, poussant le lanceur à ses limites. Le premier étage réussit à atteindre la barge mais s'y écrase. Échec (barge)
23 FT 08-04-2016 Cap Canaveral SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-8 Succès Le premier étage réussit pour la première fois son appontage sur la barge océanique. Succès (barge)
24 FT 06-05-2016 Cap Canaveral JCSAT-14 4 700 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Premier appontage réussi du premier étage sur la barge lors d'un lancement en GTO. Succès (barge)
25 FT 27-05-2016 Cap Canaveral Thaicom 8 (en) 3 100 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Nouvel appontage réussi du premier étage sur la barge océanique. Succès (barge)
26 FT 15-06-2016 Cap Canaveral -ABS-2A
-Eutelsat 117 West B (Satmex 9)
-2 000 kg
-2 000 kg
Orbite géostationnaire Satellites de télécommunications Succès Le premier étage se pose trop violemment sur la barge et est perdu. Échec (barge)
27 FT 18-07-2016 Cap Canaveral SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-9 Succès Nouvel atterrissage réussi du premier étage sur la Landing Zone 1. Succès (sol)
28 FT 14-08-2016 Cap Canaveral JCSAT-16 4 700 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Appontage réussi du premier étage sur la barge océanique. Succès (barge)
29 FT 01-09-2016 Cap Canaveral Amos-6 (en) 5 500 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Échec Explosion du lanceur sur son pas de tir lors de son remplissage en vue d’un essai statique des moteurs. Non tenté suite à l'explosion.
30 FT 14-01-2017 Vandenberg Iridium Next 1 (dix satellites) 9 600 kg Orbite polaire Satellites de télécommunications Succès Succès (barge)
31 FT 19-02-2017 Centre spatial Kennedy SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-10 Succès Succès (sol)
32 FT 16-03-2017 Centre spatial Kennedy EchoStar XXIII 5 600 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Non tenté
33 FT 30-03-2017 Centre spatial Kennedy SES-10 (en) 5 300 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Première réutilisation et récupération d'un premier étage ayant déjà volé, celui de la mission CRS-8 du 08-04-2016. Un nouvel exploit historique accompli par SpaceX.[60] Succès (barge)
34 FT 01-05-2017 Centre spatial Kennedy NROL-76 / USA 276 ? Orbite basse Satellite militaire secret du NRO Succès Succès (sol)
35 FT 15-05-2017 Centre spatial Kennedy Inmarsat-5 F4 6 086 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Ce satellite devait être lancé par une Falcon Heavy mais a été lancé par une Falcon 9 suite à ses performances améliorées et parce que la Falcon Heavy n'a pas encore volé Non tenté
36 FT 03-06-2017 Centre spatial Kennedy SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-11 Succès Succès (sol)
37 FT 23-06-2017 Centre spatial Kennedy BulgariaSat-1 (en) 3 700 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès Réutilisation du premier étage utilisé lors de la mission Iridium Next 1 du 14-01-2017. Succès (barge)
38 FT 25-06-2017 Vandenberg Iridium Next 2 (dix satellites) 9 600 kg Orbite polaire Satellites de télécommunications Succès Le plus court délai entre deux lancements à partir de différents pas de tir (2 jours). Succès (barge)
39 FT 05-07-2017 Centre spatial Kennedy Intelsat 35e (en) 6 761 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Succès La plus lourde masse lancée en orbite géostationnaire par une Falcon 9 à ce jour et le plus court délai entre deux lancements à partir du même pas de tir (12 jours). Non tenté

Lancements planifiés

40 FT 10-08-2017 Centre spatial Kennedy SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-12 Sol
41 FT 24-08-2017 Vandenberg Formosat-5 (en) 525 kg SSO Satellite de télédétection Barge
42 FT 28-08-2017 Centre spatial Kennedy X-37B OTV-5 4 990 kg + fret Orbite basse Mini-navette militaire de l'USAF Sol
43 FT xx-09-2017 Centre spatial Kennedy SES-11 / EchoStar 105 5 300 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Barge
44 FT xx-09-2017 Centre spatial Kennedy SES-16 / GovSat + 4 000 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications
45 FT xx-09-2017 Vandenberg Iridium Next 3 (dix satellites) 9 600 kg Orbite polaire Satellites de télécommunications Barge
46 FT xx-10-2017 Cap Canaveral Koreasat 5A 3 500 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Barge
47 FT xx-10-2017 Vandenberg PAZ 1 200 kg Orbite polaire Satellite de télédétection radar
48 FT xx-10-2017 Vandenberg Saocom 1A (en) 1 600 kg SSO Satellite de télédétection radar
49 FT xx-11-2017 Vandenberg Iridium Next 4 (dix satellites) 9 600 kg Orbite polaire Satellites de télécommunications
50 FT 21-11-2017 Centre spatial Kennedy SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-13 Sol
51 FT xx-12-2017 Cap Canaveral Bangabandhu 1 3 500 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Sol
52 FT xx-12-2017 Cap Canaveral Hispasat 30W-6 (Hispasat 1F) + 5 000 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications
53 FT xx-01-2018 Cap Canaveral SES-14 / GOLD 4 200 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications
Instrument d'étude héliophysique
54 FT xx-01-2018 Vandenberg 2017 Sun Synch Express SSO-A ? SSO Dispenseur de nombreux petits
satellites
55 FT xx-01-2018 Vandenberg Iridium Next 5 (dix satellites) 9 600 kg Orbite polaire Satellites de télécommunications
56 FT 26-01-2018 Centre spatial Kennedy SpaceX Dragon 5 500 kg + fret Orbite basse Ravitaillement ISS CRS-14 Sol
57 FT xx-02-2018 Cap Canaveral Es'hail 2 (en) + 3 000 kg Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications Barge
58 FT xx-02-2018 Cap Canaveral -PSN VI
-Satellite gouvernemental secret
+ 5 000 kg
        ?
Orbite géostationnaire Satellite de télécommunications
                    ?
59 FT 09-03-2018 Centre spatial Kennedy Dragon V2 8 000 kg + fret Orbite basse Vol SpX-Demo 1 non habité vers
la station spatiale internationale
Sol
60 FT xx-03-2018 Vandenberg Iridium Next 6 (dix satellites) 9 600 kg Orbite polaire Satellites de télécommunications
61 FT 20-03-2018 Cap Canaveral TESS 350 kg Orbite haute Télescope spatial

Carnet de commandes[modifier | modifier le code]

Le carnet de commandes de SpaceX comporte environ soixante-dix lancements représentant un montant contractuel de plus de 10 milliards de dollars[61] (mars 2016) dont un minimum de 20 missions de ravitaillement de la station spatiale internationale, 7 missions consacrées au lancement de la constellation Iridium, quelques missions militaires et de nombreux satellites de télécommunications[62].

Vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « ELON MUSK - SENATE TESTIMONY MAY 5, 2004 », SpaceX, .
  2. Stéphane Barensky et al., « L'Europe relève le gant face au "new space" », Air et Cosmos, no 2457S,‎ , p. 178-190.
  3. Remy Decourt et al., « Premier vol de Falcon Heavy pour mai 2016 », Air et Cosmos, no 2467,‎ , p. 42.
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (en) SpaceX, « Falcon 9 user's guide », .
  5. (en) « Falcon 9 UPDATES », SpaceX, (consulté le 5 juin 2010).
  6. a et b (en) « SpaceX Falcon 9 upper stage engine successfully completes full mission duration firing. », SpaceX, (consulté le 12 mars 2009).
  7. (en) SpaceX.com Falcon 9 overview.
  8. (en) NASA, SpaceX, « Space Act Agreement Between National Aeronautics And Space Administration And Space Explorations Technologies Corp. For Commercial Orbital Transport Services Demonstration (COTS) » [PDF], inconnue (consulté le 22 novembre 2007).
  9. (en) « Falcon 9 UPDATES », SpaceX, (consulté le 5 juin 2010).
  10. a, b et c (de) Bernd Leitenberger, « Die Falcon Trägerraketen » (consulté le 12 mai 2010).
  11. « Falcon 9's commercial promise to be tested in 2013 », Spaceflight Now (consulté le 17 novembre 2012).
  12. a et b (en) William Graham, « SpaceX successfully launches debut Falcon 9 v1.1 », sur www.nasaspaceflight.com, .
  13. a et b Norbert Brügge, « Falcon 9 », sur Spacerockets (consulté le 22 décembre 2015).
  14. (en) « SpaceX chief details reusable rocket », (consulté le 30 décembre 2012).
  15. (en) Alan Boyle, « SpaceX launches its Grasshopper rocket on 12-story-high hop in Texas », (consulté le 25 décembre 2012).
  16. (en) Chris Bergin, « Fine-tuning Falcon 9 landing focuses on throttle valve response », sur nasaspaceflight.com, .
  17. SpaceX, « Launch Manifest », sur SpaceX (consulté le 17 janvier 2016).
  18. SpaceX, SpaceX Jason 3 Press Kit, , 2 p. (lire en ligne).
  19. (en) Rémy Decourt, « SpaceX ouvrira une nouvelle base spatiale pour faire face au succès », sur futura-sciences.com, .
  20. (en) Jason Davis, « Preparing America’s Spaceport for NASA’s New Rocket », sur The Planetary society, .
  21. (en) « F9/Dragon Will Replace the Cargo Transport Function of the Space Shuttle after 2010 », SpaceX.com, (consulté le 26 janvier 2009).
  22. (en) « SpaceX Completes Primary Structure of the Falcon 9 First Stage Tank », Space Exploration Technologies Corp., .
  23. (en) « SpaceX: First nine engine firing of its Falcon 9 », NASA Spaceflight, .
  24. (en) « SpaceX successfully conducts full mission-length firing of its Falcon 9 launch vehicle », SpaceX, .
  25. (en) Rob Coppinger, « SpaceX Falcon 9 maiden flight delayed by six months to late Q1 2009 », Flight Global, .
  26. (en) « "SpaceX announces Falcon 9 assembly underway at the Cape », Orlando Sentinel, .
  27. (en) « SpaceX success for maiden launch of Falcon 9 », nasaspaceflight.com, 4 juin2010 (consulté le 4 juin 2010).
  28. (en) Stephen Clark, « Mission Status Center », spaceflightnow.com, (consulté le 4 juin 2010).
  29. « La première capsule privée lancée dans l'espace amerrit dans le Pacifique »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), AFP, (consulté le 8 décembre 2010).
  30. « Les astronautes de l'ISS sont entrés dans la capsule Dragon », Le Monde, (consulté le 30 mai 2012).
  31. a et b « SpX CRS-1 Mission Press Kit », NASA, SpaceX, 45th Space Wing, .
  32. Chris Bergin, « Dragon enjoying ISS stay, despite minor issues – Falcon 9 investigation begins », sur NASAspaceflight.com, (consulté le 21 octobre 2012).
  33. http://www.aviationweek.com/blogs.aspx?plckblogid=blog:04ce340e-4b63-4d23-9695-d49ab661f385&plckpostid=blog%3A04ce340e-4b63-4d23-9695-d49ab661f385post%3A929ec15c-3c9e-4e8d-b3db-bf0f65af09ad.
  34. Stephen Clark, « Orbcomm craft falls to Earth, company claims total loss », Spaceflight Now, .
  35. Stephen Clark, « http://spaceflightnow.com/falcon9/004/121028splashdown/#.Uit25j8R-Eg », Spaceflight Now, .
  36. (en) Stephen Clark, « Falcon 9 rocket launches first commercial telecom payload », sur www.spaceflightnow.com, .
  37. a et b (en) Jason Davis, « Broken Bottle Strut Likely Doomed Falcon 9 Rocket, Says Elon Musk », sur The Planetary society, .
  38. a et b (en) Chris Bergin, « SpaceX Falcon 9 failure investigation focuses on COPV struts », sur www.nasaspaceflight.com, .
  39. Stefan Barensky, « SpaceX : un Falcon 9 explose au sol avec son satellite », Aerospatium, no 16,‎ , p. 10-11 (lire en ligne).
  40. Stefan Barensky, « SpaceX : entre attente et questions », Aerospatium, no 17,‎ , p. 36-37 (lire en ligne).
  41. Stefan Barensky, « SpaceX rêve d’un retour en vol en novembre », Aerospatium, no 18,‎ , p. 15-16 (lire en ligne).
  42. Patric Blau, « SpaceX resorts to ‘Creative’ Testing in Falcon 9 Explosion Investigation », sur spaceflight101.com, .
  43. Rémy Decourt, Futura-Sciences, 9 décembre 2016, « Explosion du lanceur Falcon 9 : SpaceX retarde son retour en vol et perd un contrat ».
  44. « SpaceX on Twitter », sur Twitter (consulté le 22 décembre 2015).
  45. (en) Jason Davis, « SpaceX Falcon 9 Returns to Flight, Sticks Landing at Cape Canaveral », sur The Planetary society, .
  46. (en) Chris Bergin, « SpaceX returns to flight with OG2, nails historic core return », sur nasaspaceflight.com, .
  47. « Elon Musk on Twitter », sur Twitter (consulté le 16 janvier 2016).
  48. « Elon Musk on Twitter », sur Twitter (consulté le 16 janvier 2016).
  49. (en) « SES-10 MISSION »
  50. (en) « The Guardian - SpaceX becomes first to re-fly used rocket », sur www.theguardian.com
  51. (en) Patric Blau, « Long March 5 Launch Vehicle » (consulté le 3 novembre 2016).
  52. (en) Patric Blau, « Proton-M/Briz-M – Launch Vehicle » (consulté le 3 novembre 2016).
  53. (en) Patric Blau, « Falcon 9 FT (Falcon 9 v1.2) » (consulté le 3 novembre 2016).
  54. (en) Patric Blau, « Delta IV Heavy – RS-68A Upgrade » (consulté le 3 novembre 2016).
  55. (en) Patric Blau, « Atlas V 551 » (consulté le 3 novembre 2016).
  56. (en) Patric Blau, « Ariane 5 ECA » (consulté le 3 novembre 2016).
  57. (en) Patric Blau, « H-IIB Launch Vehicle » (consulté le 3 novembre 2016).
  58. « Les sérieux doutes d'Arianespace sur la fusée réutilisable de SpaceX », sur Challenges, https://plus.google.com/+challenges (consulté le 16 janvier 2016).
  59. (en) SpaceX, « Falcon Heavy overview », (consulté le 16 mai 2017).
  60. Michel Cabirol, « SpaceX entre définitivement dans la fabuleuse histoire de la conquête spatiale » (consulté le 2 avril 2017).
  61. (en) SpaceX, « About », (consulté le 19 mars 2016).
  62. (en) SpaceX, « Missions », (consulté le 19 mars 2016).

Spécifications du constructeur[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]