Dragonfly (sonde spatiale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dragonfly.
Dragonfly
Description de cette image, également commentée ci-après
Dragonfly à la surface de Titan (vue d'artiste)
Données générales
Organisation Drapeau des États-Unis États-Unis NASA
Constructeur Applied Physics Laboratory
Programme New Frontiers
Domaine Étude de la surface et de l'atmosphère de Titan
Type de mission Aérobot de type aérogyre
Statut A l'étude
Lancement vers 2025
Caractéristiques techniques
Masse au lancement ~ 320 kg (aérogyre uniquement)
Source d'énergie MMRTG (aérogyre)
Puissance électrique 100 Watts
Principaux instruments
DraMS Spectromètre de masse
DraGNS Spectromètre gamma et neutron
DraGMe Suite capteurs météo
DragonCam Suite de caméras

Dragonfly (libellule en anglais) est un projet de mission d'exploration du système solaire américain dont l'objectif est d'étudier Titan la plus grosse des lunes de Saturne. La mission exploite la présence d'une atmosphère dense et d'une gravité relativement peu élevée : elle met en œuvre un aérobot de type aérogyre qui effectuera de multiples vols de courte durée pour étudier la basse atmosphère et la surface de Titan. Dragonfly est un des deux finalistes retenus en décembre 2017 pour la quatrième mission du programme New Frontiers qui regroupe des missions d'exploration du système solaire dont le coût est plafonné à un milliard de dollars. Sa sélection finale interviendra en 2019.

Contexte : l'exploration de Titan[modifier | modifier le code]

La mission Cassini-Huygens, qui a étudié Titan entre 2004 et 2017, a révélé un monde d'un grand intérêt scientifique. Une chimie complexe et diversifiée reposant sur le carbone se déroule à la surface de cette lune de Saturne. On retrouve les mêmes processus que sur Terre mais le cycle du méthane remplace celui de l'eau. C'est un laboratoire naturel unique pour étudier la chimie prébiotique et pour rechercher des signatures de formes de vie basées sur les hydrocarbures. Il se peut que les matières organiques interagissent avec de l'eau liquide à la surface ou non loin de la surface accroissant la possibilité de l'apparition d'une chimie prébiotique. Des échanges pourraient avoir lieu avec un océan intérieur. Les mesures effectuées par les instruments de la mission ont laissé beaucoup d'inconnues sur la composition des matériaux en surface. Par contre les scientifiques ont la certitude que celle-ci est très variable selon les lieux. Il est donc essentiel de collecter des données sur différents sites pour déterminer dans quelle mesure la chimie prébiotique a pu progresser dans des environnements géologiques différents. Compte tenu de cet objectif la mobilité d'un engin spatial est essentielle pour pouvoir effectuer les mesures sur les différents sites[1].

Projets d'exploration précédents[modifier | modifier le code]

Montgolfière des projets TANDEM et TSSM.

Avant même l'arrivée de Cassini-Huygens dans le système saturnien, des groupes de travail préparant le Planetary Science Decadal Survey de 2003 avaient identifiés à la fois l'importance scientifique de la chimie à l’œuvre à la surface de Titan et le potentiel d'une mission exploitant la mobilité d'un aéronef. Les premiers scénarios de mission reposant sur des engins plus lourds que l'air et sur des hélicoptères datent de cette époque. Depuis la réception des premiers résultats fournis par Cassini-Huygens, plusieurs projets aux caractéristiques et aux coûts variables ont été proposés sans qu'aucun ne soit retenu jusque-là[2] :

  • Titan Prebiotic Explorer (TIPEX) est une étude interne du centre JPL de la NASA datant de 2006 comprenant un orbiteur et une montgolfière. Des échantillons de sol sont collectés à l'aide d'un dispositif de prélèvement largué puis ramené dans la gondole.
  • Titan Explorer est la première proposition répondant au cahier des charges définissant les attentes scientifiques de la NASA. Ce projet de 2007 très ambitieux, élaboré par le laboratoire Applied Physics Laboratory (proposant de Dragonfly), comprend un orbiteur utilisant l'aérocapture, une montgolfière et un atterrisseur statique.
  • L'Agence spatiale européenne, qui a développé l'atterrisseur Huygens propose à peu près à la même époque Titan and Enceladus Mission (TandEM) un projet combinant l'étude de Titan et d'Encelade autre satellite de Saturne.
  • Titan Saturn System Mission (TSSM) résulte de la fusion en 2009 des études menées jusque-là par la NASA et l'Agence spatiale européenne. La mission devait comprendre un orbiteur américain et deux engins développés par l'Europe : une montgolfière fournie par le CNES et un atterrisseur fonctionnant sur batterie et donc avec une durée de vie brève, qui devrait se poser sur l'une des mers de méthane de Titane.
  • AVIATR est un projet d'aéronef alimenté en énergie par un générateur thermoélectrique à radioisotope et moteur Stirling (ASRG) développé en réponse à l'appel à propositions de 2010 du programme Discovery. Mais le projet s'est avéré incompatible avec les contraintes budgétaires de ce programme dédié aux missions à faible budget.
  • Titan Mare Explorer (TIME) est un des trois finalistes retenus en 2011 pour la sélection de le 12ème mission du programme Discovery. Il s'agissait de faire atterrir sur un lac de méthane Ligeia Mare un engin alimenté en énergie par un ASRG. Le projet ne sera pas retenu dans la sélection finale en 2012.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Architecture de l'aérobot[modifier | modifier le code]

Dragonfly est comme ce drone un octorotor utilisant des paires de rotor. Cette formule mécaniquement simple et disposant d'une redondance satisfaisante permet d'obtenir un aéronef très manœuvrant.

Pour pouvoir explorer plusieurs sites à la surface de Titan distants de 10 à 100 km entre eux, différents scénarios ont été étudiés. Le recours à plusieurs atterrisseurs nécessite de développer plusieurs copies des instruments scientifiques et du système de d'acquisition avec un impact fort en termes de masse et donc de coût L'approche la plus favorable consiste à utiliser un seul ensemble instrumental et à le déplacer d'un site à un autre. Plusieurs architectures d'aéronef ont été étudiées : hélicoptère, ballon gonflé à l'hélium ou à l'hydrogène, montgolfière (ballon à air chaud) et avion. La solution retenue exploite le fait que Titan a une gravité sept fois plus réduite que celle de la Terre et dispose d'une atmosphère quatre fois plus épaisse. Ces deux caractéristiques sont favorables à la mise en œuvre d'un engin volant plus lourd que l'air. Les ingénieurs ont choisi la formule de l'octorotor, aéronef équipé de huit rotors de 1 mètre de diamètre (deux à chaque coin de sa structure). C'est l'équivalent d'un quadrirotor utilisant des paires de rotors qui fournissent une redondance essentielle dans un contexte où aucune réparation ne peut être envisagée. Les déplacements de l'aéronef sont obtenus uniquement en faisant varier la vitesse de rotation d'un ou plusieurs des rotors. Cette architecture, rendue possible par les progrès de l'électronique en charge du pilotage de la vitesse des rotors, permet d'obtenir un ensemble mécanique plus simple que celle d'un hélicoptère dont la facilité de mise en œuvre est illustrée par la multiplication récente des drones de ce type. Cette formule permet de mieux contrôler les phases de vol et d'atterrissage. Un engin de ce type peut être facilement testé sur Terre et a un encombrement compatible avec le volume disponible dans le module de descente chargé de le protéger durant la rentrée atmosphérique dans l'atmosphère de Titan[1].

Dragonfly, dont la masse serait d'environ 320 kg, peut effectuer des vols de quelques heures en pilotage automatique en utilisant une batterie électrique comme source d'énergie. Celle-ci est rechargée au sol à l'aide d'un générateur thermoélectrique à radioisotope embarqué. Durant la phase de vol, le drone analyse la composition de l'atmosphère et établit le profil vertical de celle-ci. Lorsqu'il est au sol, il étudie la composition des matériaux organiques et des glaces de la surface en utilisant un spectromètre de masse et un spectromètre gamma à neutrons actifs. Le drone dispose également d'instruments pour étudier la météorologie et effectuer des études sismiques[3].

Il avait été envisagé initialement de munir Dragonfly d'un système de flottaison pour que l'aérobot puisse se poser sur les lacs de méthane de Titan. Mais cette option a été abandonnée au profit d'un système d'atterrissage constitué par deux patins ne permettant de se poser que sur le sol ferme. La forme et la taille de l'aéronef ont du prendre en compte le volume disponible dans le module de descente (diamètre externe 3,6 mètres dans le scénario proposé en 2017) chargé de protéger l'engin durant la rentrée atmosphérique sur Titan. En position de stockage dans le module de descente, les patins sont repliés. Le corps de l'aéronef est de forme rectangulaire avec le MMRTG fixé à l'arrière en position inclinée dans une configuration analogue à celle du MMRTG du rover Curiosity. Une antenne parabolique grand gain, utilisée pour les communications avec la Terre, est fixée sur la partie supérieure de l'aérobot. Lorsqu'elle n'est pas utilisée elle est repliée. Deux systèmes de prélèvement d'échantillons du sol de Titan (un par patin), de conception très simple, permettent d'alimenter le spectromètre de masse. Il s'agit d'une foreuse disposant d'un actuateur avec un seul degré de liberté. La densité de l'atmosphère de Titan permet de convoyer pneumatiquement l'échantillon de sol prélevé, quelle que soit sa nature, par un système d'aspiration jusqu'à l'instrument effectuant son analyse[4].

Énergie[modifier | modifier le code]

Un MMRTG similaire à celui visible ici (au centre de la photo) à l'arrière du rover Curiosity sur Mars pourrait être utilisé pour fournir l'énergie de l'aérobot Dragonfly.

L'énergie constitue la principale contrainte à laquelle doit faire face un aérobot sur Titan. L'énergie solaire disponible au niveau de l'orbite de cette lune est 100 fois moins importante que sur Terre[Note 1]. Par ailleurs l'atmosphère épaisse et brumeuse de Titan filtre le rayonnement du Soleil divisant encore par 10 cette faible quantité d'énergie solaire. Les besoins en énergie sont accrus par la température particulièrement basse (94 kelvin soit -179°C en moyenne) qui nécessite de produire de la chaleur pour maintenir en fonctionnement de nombreux composants de l'aérobot. Dans ces conditions le recours à un générateur thermoélectrique à radioisotope (MMRTG), produisant de l'énergie électrique par conversion de l'énergie thermique résultant de la désintégration radioactive de plutonium 238 constitue la seule option disponible. Le programme New Frontiers met à disposition de la mission qui sera retenue trois MMRTG analogues à celui utilisé par le rover Curiosity sur Mars. Chaque MMRTG fournit en début de vie 2 000 watts thermiques convertis en 120 watts électriques. Compte tenu de leur masse unitaire il ne peut pas être envisagé d'utiliser plus d'un MMRTG sur Firefly. La durée du transit entre la Terre et Titan (environ 9 ans) qui entrainera une diminution sensible de l'énergie produite et le retour d'expérience pour l'instant limité à 5 ans sur Curiosity, ont incité les concepteurs de Firefly à tabler sur la production de 70 watts électriques. L'énergie thermique non convertie en électricité sera utilisée pour maintenir l'intérieur de l'aéronef et en particulier les batteries à des températures suffisamment élevées. D'épaisses couches d'isolant thermique envelopperont le corps de l'aéronef. Seul le capteur de l'instrument DraGNS, qui dans des conditions normales nécessite un cryorefroidisseur (en), sera exposé sans aucune protection thermique[5].

La consommation électrique générée par la collecte et l'analyse chimique des échantillons du sol est importante mais porte sur des durées relativement brèves. Ce sont les activités de collecte continue de données (données météorologiques et sismiques) qui, bien que nécessitant une puissance électrique faible, demandent le plus d'énergie en ce qui concerne la charge utile. Pour les télécommunications réalisées par l'intermédiaire d'une antenne parabolique à grand gain, 5 millijoules d'énergie sont nécessaires pour transmettre 1 bit d'information à la Terre. La transmission de 10 gigabits de données (soit 100 fois plus que ce que Huygens a envoyé à la Terre en utilisant le relais de Cassini) nécessite donc 140 kWh soit environ 80 jours de production du MMRTG. Le jour sur Titan dure 384 heures (16 jours terrestres). Au niveau de Titan, la Terre se trouve pratiquement dans la même direction que le Soleil (l'écart se maintient dans un angle compris entre 0 et 6°). Les communications avec la Terre se font donc uniquement de jour et la nuit est donc consacrée à la recharge des batteries. Malheureusement du fait de sa durée (192 heures) il faudrait disposer d'une batterie de 140 kg pour stocker toute l'énergie produite ce qui dépasse largement les contraintes de masse de la mission. Les concepteurs de la mission ont donc accepté qu'une partie de l'énergie produite durant la nuit ne soit pas stockée pour son utilisation dans la journée[6].

Performances en vol et aérodynamisme[modifier | modifier le code]

L'atmosphère de Titan est beaucoup plus dense (x 4,4) et plus froide que celle de la Terre. Elle est composée à 95% d'azote ce qui abaisse sa viscosité. En conséquence le nombre de Reynolds de Dragonfly sur Titan est plusieurs fois plus élevé que s'il volait sur Terre. Le profil des pales des rotors est adapté pour optimiser son efficacité et il est proche de celui adopté par les pales des éoliennes terrestres ce qui présente l'avantage d'accroitre sa robustesse. Dans l'atmosphère de Titan, la vitesse du son est de 194 m/s, contre 340 m/s sur Terre, ce qui limite à la fois la vitesse de rotation des rotors et la longueur des pales. En pratique cette contrainte a un impact réduit sur les performances de l'aéronef. Compte tenu de ces caractéristiques, Dragonfly (masse environ 320 kg) pourra atteindre une vitesse maximale en vol de 10 m/s (environ 33 km/h). Pour un vol sur une distance d'environ 40 km, la consommation électrique serait d'environ 2 kW. Une batterie d'environ 30 kg, avec une densité énergétique de 100 W-h/kg, permettrait donc de franchir 60 km. L'énergie nécessaire pour un vol ne croit pas de manière linéaire par rapport à la masse de l'aéronef mais en portant cette valeur à la puissance 1,5 ce qui constitue une des caractéristiques limitant la masse de Dragonfly. Malgré la vitesse maximale modeste envisagée, les concepteurs de l'aéronef ont soigné son aérodynamisme qui constitue un facteur de consommation électrique significatif dans l'atmosphère épaisse de Titan. Pour limiter les forces de trainée, la face avant de l'aéronef présente une forme aérodynamique, un carénage enveloppe les foreuses fixées sur les patins et l'antenne parabolique est repliée à plat pont en vol. L'aéronef pourra être utilisé pour réaliser des sondages verticaux de la basse atmosphère jusqu'à une altitude d'environ 4 km. Le mode de propulsion permet une ascension verticale mais interdit une descente verticale. Le modèle de circulation atmosphérique de Titan établi à l'aide des données recueillies par la sonde spatiale Cassini prédist des vents dont la vitesse atteint au maximum de 1 à 2 m/s. Ceux-ci ne devraient donc avoir qu'un impact mineur sur la distance franchissable par Dragonfly[7].

Instruments scientifiques[modifier | modifier le code]

L'aérobot embarque une charge utile qui reprend par bien des aspects, un sous-ensemble des instruments sélectionnés par la NASA dans le cadre du projet Titan Explorer de 2007. Il permet de recueillir des données géophysiques, de réaliser des photos et de collecter des données météorologiques ainsi que d'étudier les principales caractéristiques de la chimie de la surface. La mesure de l'hydrogène atmosphérique, indice éventuel d'une activité biologique, ainsi que la possibilité de déterminer rapidement les éléments chimiques présents à la surface sans avoir à prélever d'échantillon grâce à une mesure du rayonnement gamma stimulé par un bombardement de neutrons constituent une nouveauté par rapport à la proposition de 2007[8]. La charge utile comprend quatre suites instrumentales[9] :

  • DraMS (Dragonfly Mass Spectrometer) est un spectromètre de masse qui a la capacité d'identifier des molécules de masse élevée, indices d'éléments prébiotiques. L'instrument qui est proposé par le centre de vol spatial Goddard dérive pour certains éléments du laboratoire d'analyse SAM embarqué sur le rover Curiosity ainsi que des développements de l'instrument MOMA du rover ExoMars. L'instrument est alimenté en échantillons du sol par les deux foreuses fixés sur les patins de l'aéronef.
  • DraGNS (Dragonfly Gamma-Ray and Neutron Spectrometer) est un instrument utilisé pour analyser les éléments chimiques présents dans le sol à proximité immédiate de l'aérobot sans avoir à recueillir d'échantillons à l'aide d'un système de prélèvement. L'instrument utilise un générateur de neutrons pour identifier la signature gamma car l'atmosphère épaisse de Titan intercepte les rayons cosmiques qui, sur d'autres corps célestes, excitent les atomes en surface. L'instrument permet de déterminer la proportion d'atomes de carbone, d'azote, d'hydrogène et d'oxygène. Il permet de ranger le sol rapidement dans une classification grossière (glace d'eau riche en ammoniaque, glace pure, dune de sable,...). L'instrument permet également d'identifier des éléments non organiques mineurs tels que le sodium ou le soufre. Cette identification permet d'aider l'équipe scientifique sur Terre à choisir le type d'analyse qui doit être réalisée. L'instrument est fourni par le centre de vol spatial Goddard.
  • DraGMet (Dragonfly Geophysics and Meteorology Package) est une suite de capteurs fournissant la pression atmosphérique, la température ainsi que la direction et la vitesse du vent. Des capteurs fonctionnant en proche infrarouge déterminent la proportion de méthane présent dans l'atmosphère (équivalent de l'humidité terrestre dans une atmosphère ou le méthane remplace l'eau). Des électrodes placées dans les patins mesurent la constante diélectrique du sol. Les propriétés du sol sont mesurées avec un capteur qui détermine sa porosité et son humidité (proportion de méthane). Des capteurs sismiques sont utilisés pour déterminer les caractéristiques du régolithe, recherchent les activités sismiques ce qui peut permettre d'en déuire la structure interne de Titan. Cette suite instrumentale est fournie par le laboratoireApplied Physics Laboratory.
  • DragonCam (Dragonfly Camera Suite) est un ensemble de caméras utilisant une électronique commune. Ces instruments fournissent des images du sol vers le bas et vers l'avant lorsque Dragonfly est en vol ou au sol. Un microscope est disponible pour examiner la surface à l'échelle du grain de sable. Des caméras panoramiques fournissent une vue d'ensemble et détaillée du terrain à proximité. Cette suite instrumentale est proche par bien des aspects de celles embarqué sur les rovers martiens (Curiosity, Mars 2020). Les différences portent sur la prise en compte de la luminosité beaucoup plus faible. Des projecteurs utilisant des LED permettront d'obtenir des images nocturnes en couleur. Un projecteur de lumière ultraviolet est utilisé pour détecter, par la technique de la fluorescence, certains matériaux organiques comme les composés aromatiques. Les caméras sont fournies par Malin Space Science Systems.

Déroulement de la mission[modifier | modifier le code]

Arrivée sur Titan[modifier | modifier le code]

Vers l'équateur de Titan, on trouve des champs de dune(en bas sur l'image) similaires à ceux de Namib en Afrique du Sud (en haut sur l'image qui pourraient constituer une zone d'atterrissage convenant à la fois aux contraintes techniques et aux objectifs scientifiques.

Titan dispose d'une atmosphère dense et épaisse qui impose une contrainte réduite sur l'angle d'arrivée de la sonde spatiale lorsqu'elle entame sa rentrée atmosphérique. En 2005 l'atterrisseur Huygens a plongé dans l'atmosphère de Titan avec une incidence de 65° (donc plus proche de la verticale que de l'horizontale) alors que les engins spatiaux atterrissant sur Mars sont obligés de pénétrer dans l'atmosphère peu dense et de faible épaisseur de cette planète avec une incidence rasante (angle d'environ 15°)[10]. Cette caractéristique permet de disposer d'une grande latitude pour sélectionner le site d'atterrissage qui sera situé dans une zone forme d'anneau de grande taille déterminé par le point d'entrée dans l'atmosphère. Pour limiter la vitesse d'arrivée et ainsi réduire l'épaisseur du bouclier thermique du module de descente, le scénario le plus favorable consisterait à atterrir sur la face arrière de Titan[Note 2] toutefois le gain de masse serait relativement faible. Si la sonde spatiale arrive au milieu de la décennie 2030, l'atterrissage devra se faire à une latitude basse pour que les communications avec la Terre puissent se faire dans de bonnes conditions. Compte tenu de la date d'arrivée, la sonde spatiale sera confrontée à des conditions météorologiques similaires à celles rencontrées par l'atterrisseur Huygens (saison et latitude identiques). Un atterrissage non loin de l'équateur est le scénario préféré à la fois des scientifiques et des ingénieurs. Cette région est caractérisée, selon les relevés (notamment radar) de Cassini Huygens, par des terrains peu accidentés donc limitant les risques à l'atterrissage. La région est couverte de dunes espacées atteignant une altitude maximale de 150 mètres avec des pentes douces (environ 5°) formant un paysage assez analogue à celui de la mer de sables de Namib en Afrique du Sud. Si ces caractéristiques sont complètement similaires environ 95% de la surface devrait comporter des pentes inférieures à 6% laissant donc beaucoup de latitude dans le choix du site d'atterrissage pour un engin conçu pour accepter une pente pouvant atteindre 10°. Par ailleurs durant la phase finale de l'atterrissage l'aérobot fera fonctionner ses rotors ce qui lui donnera du temps pour sélectionner le site d'atterrissage le plus propice d'après les analyses de terrain effectuées à l'aide de son radar[11].

L'exploration de Titan[modifier | modifier le code]

Une fois au sol, Dragonfly utilisera progressivement sa capacité à se déplacer en augmentant à chaque fois la distance, la durée et l'altitude des vols. Il pourra commencer par des déplacements de quelques mètres vers des emplacements dont les caractéristiques sont connues par les images prises par ses caméras. En fonction de la diversité des sols autour du site, il pourra éventuellement ainsi analyser différents types de sol. Pour valider les performances des capteurs de l'aéronef, les premiers déplacements lointains pourront se faire d'abord en se basant sur des données fournies par les capteurs inertiels avant d'exploiter la navigation optique reposant sur l'analyse des images prises une fois qu'aura été dressé un catalogue de points de repères dans la région alentour[12].

La stratégie d'exploration combinera la prise de photos aériennes de zones d'atterrissage potentiels au cours de vols de reconnaissance et l'analyse des images par les équipes sur Terre pour identifier des sites à la fois intéressants et présentant un risque limité. A chaque fois qu'il atterrit l'aérobot déploie son antenne parabolique grand gain et commence à transmettre en priorité les photos aériennes effectuées ainsi que ses paramètres de fonctionnement durant le vol. Dès l'atterrissage, la consistance du terrain est analysée à l'aide des capteurs fixés sur les patins. Au bout de quelques heures le spectromètre gamma a déterminé la composition chimique du sol alentour permettant de classer le terrain dans une des grandes catégories identifiées sur Titan (par exemple dunes de sable organique, glace d'eau, hydrates d'ammoniac gelé,...). A l'aide de ces données et des images du site prises par les caméras, l'équipe scientifique au sol déterminera s'il faut effectuer le prélèvement d'un échantillon du sol avec l'une des deux foreuses et son analyse par le spectromètre de masse. Cette activité consommatrice d'énergie pourra être effectuée de nuit si les batteries disposent de l'énergie nécessaire. Les autres activités pouvant être réalisées durant la nuit sont le recueil des données sismiques et météorologiques et la prise d'images du sol en utilisant les projecteurs. Les photos prises de nuit permettront de déterminer avec plus de précision la couleurs des matériaux en surface que les photos de jour éclairées par une lumière solaire filtrée par l'épaisse atmosphère et tirant sur le rouge[13].

Historique du projet[modifier | modifier le code]

Processus de sélection dans le cadre du programme New Frontiers[modifier | modifier le code]

Après une pause d'un an imposée par des contraintes budgétaires, le programme New Frontiers de la NASA, qui rassemble des missions d'exploration du système solaire à coût intermédiaire, est réactivé début 2015. Un appel à propositions est lancé fin 2016. Il est prévu à l'époque qu'une pré-sélection débouchant sur des études approfondies soit finalisée en novembre 2017 puis que la sélection finale soit effectuée en juillet 2019. Les propositions de mission doivent porter sur un des six thèmes énoncés dans le plan stratégique et le plan scientifique de la NASA de 2014[14] :

  • Mission de retour d'échantillon de la surface d'une comète
  • Mission de retour d'échantillon du sol prélevé dans le Bassin Pôle Sud-Aitken près du pôle sud de la Lune.
  • Mondes océaniques ; Encelade et/ou Titan
  • Sonde atmosphérique de Saturne
  • Étude des astéroïdes troyens orbitant aux points de Lagrange L4 ou L5 de la planète Jupiter.
  • Étude de la composition et les caractéristiques de la surface de Vénus visant à répondre aux deux objectifs suivants : formation des planètes terrestres et modalités de l'évolution de Vénus depuis son origine sans doute similaire à celle de la Terre.

12 projets sont proposés. Dragonfly est le fruit des travaux d'une équipe du laboratoire Applied Physics Laboratory (APL) de l'Université Johns-Hopkins dans le Maryland dirigée par la planétologue Elizabeth Turtle (en). JH-APL a déjà développé par le passé plusieurs missions d'exploration du système solaire de la NASA[15].

Dragonfly est une des deux missions retenues en décembre 2017 pour la sélection finale qui doit avoir lieu en 2019. Si Dragonfly franchit cette dernière étape, il serait lancé vers 2025 et pourrait arriver sur le sol de Titan durant la décennie 2030[16],[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'énergie solaire disponible décroit proportionnellement au carré de la distance du Soleil : la Terre est à 1 Unité Astronomique (U.A.) de cet astre tandis que Saturne et ses lunes se trouvent à une distance comprise entre 9 et 10 U.A.
  2. Titan est en rotation synchrone autour de Saturne c'est à dire que la face tournée vers cette planète est toujours la même (comme notre Lune par rapport à la Terre). Il y a donc une face avant (celle située dans la direction du déplacement) et une face arrière. En atterrissant sur la face arrière, la vitesse d'arrivée de la sonde spatiale est diminuée de la composante, parallèle à sa trajectoire, de la vitesse de déplacement de Titan sur son orbite.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) E.P. Turtle, J.W. Barnes, M.G. Trainer, R.D. Lorenz, S.M. MacKenzie, K.E. Hibbard, D. Adams, P. Bedini, J.W. Langelaan, K. Zacny, « Exploring Titan's Prebiotic Organic Chemistry and Habitability », sur Lunar and Planetary Science Conference, The Planetary Society, .
  2. Lorenz 2017, p. 4.
  3. (en) Van Kane, « Here's what we know about the 12 proposals for NASA's next New Frontiers mission », The Planetary Society, .
  4. Lorenz 2017, p. 3-4.
  5. Lorenz 2017, p. 5.
  6. Lorenz 2017, p. 5-6
  7. Lorenz 2017, p. 6-7
  8. Lorenz 2017, p. 4
  9. Lorenz 2017, p. 6
  10. (en) Robert D. Braun, Robert M. Manning et al., « Mars Exploration Entry, Descent, and Landing Challenges », Journal of Spacecraft and Rockets, vol. 44, no 2,‎ , p. 310-323 (DOI 10.2514/1.25116, lire en ligne).
  11. Lorenz 2017, p. 6-7
  12. Lorenz 2017, p. 7.
  13. Lorenz 2017, p. 8-9
  14. (en) « NASA New Frontiers Program AO released », Lunar and Planetary Institute.
  15. a et b (en) Nola Taylor, « 'Dragonfly' Drone Could Explore Saturn Moon Titan », sur space.com, .
  16. (en) « NASA Invests in Concept Development for Missions to Comet, Saturn Moon Titan », NASA, .

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Ralph D. Lorenz, Elizabeth P. Turtle, Jason W. Barnes, Melissa G. Trainer et al., « Dragonfly: A Rotorcraft Lander Concept for Scientific Exploration at Titan », Johns Hopkins APL Technical Digest,‎ , p. 1-14 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) Page du laboratoire Applied Physics Laboratory à l'origine du projet Dragonfly