SARah (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Données générales
Organisation Drapeau de l'Allemagne Bundeswehr
Constructeur Airbus Defence and Space
OHB-System
Domaine Images radar à usage militaire
Nombre d'exemplaires 3
Statut En construction
Lancement 2020
Lanceur Falcon 9
Durée 10 ans (mission primaire)
Caractéristiques techniques
Masse au lancement Type actif : 2 200 kg
Type passif : 1 800 kg
Ergols Hydrazine
Contrôle d'attitude Stabilisé sur 3 axes
Source d'énergie Panneaux solaires
Orbite
Orbite Héliosynchrone
Principaux instruments
Radar Radar à synthèse d'ouverture

SARah est un système de renseignement militaire spatial de l'armée allemande (Bundeswehr) comprenant trois satellites de reconnaissance radar qui doivent être déployés en 2020. Cette constellation doit remplacer la série des SAR-Lupe opérationnels depuis 2006.

Deux types de satellites seront déployés : un satellite actif utilisant une antenne réseau à commande de phase et deux satellites passif utilisant une antenne radar classique. Deux à trois fois plus lourds que la génération précédente (environ 2 tonnes), les satellites fournissent des images avec une résolution améliorée par rapport au système précédent (35-40 cm contre 1 mètre).

Les trois satellites doivent être placés sur une orbite polaire par deux vols du lanceur Falcon 9. Le coût du système complet en incluant le segment sol et 10 ans d'opérations est évalué à 800 millions d'euros.

Historique[modifier | modifier le code]

Remplacement des satellites SAR-Lupe[modifier | modifier le code]

Durant la guerre du Kosovo à la fin des années 1990, l'armée allemande se heurte aux réticences des États-Unis à partager le renseignement militaire collecté par sa constellation de satellites de reconnaissance. Tirant les leçons de ce conflit, la Bundeswehr commande et déploie entre 2006 et 2008, 5 satellites de reconnaissance radar SAR-Lupe fournissant des images caractérisées par une résolution spatiale de 1 mètre. Ce type de satellite présente l'avantage par rapport aux satellites de reconnaissance optique de pouvoir fournir des images quelles que soient l'heure et la couverture nuageuse.

En 2013, l'armée allemande passe commande d'une constellation baptisée SARah composée de trois satellites d'environ 2 tonnes destinés à remplacer les SAR-Lupe dont la durée de vie opérationnelle théorique s'achève en 2015-2017.

Les lancements des satellites sont prévus vers 2019-2020.

Poursuite de la coopération franco-allemande[modifier | modifier le code]

En 2002, la France et l'Allemagne ont signé l'accord dit de Schwerin conduisant à un échange capacitaire entre les deux pays. Par cet accord, la France détient des droits de programmation sur les satellites SAR-Lupe, en échange pour l'Allemagne de droits sur le système optique Helios 2. Cet accord a aussi conduit chacun des deux pays à se spécialiser : optique en France et radar en Allemagne.

Avec l'arrivée des nouvelles générations de satellites CSO et SARah, les deux pays décident de poursuivre leurs efforts en matière de coopération. En mars 2015, les ministres de la Défense déclarent leur intention d'élargir la coopération spatiale existante à ces nouveaux systèmes. Un accord est alors signé en juillet 2015, pour permettre l'entrée de l'Allemagne dans le programme CSO en cours de réalisation sous responsabilité française et l'accès de la France aux capacités du système radar SARah[1].

Cet accord optimise ainsi l’investissement réalisé par chaque nation[2] :

  • La France obtient des droits de programmation sur SArah.
  • L'Allemagne, en finançant à hauteur de 210 millions d'euros (soit deux tiers du coût d'un satellite), permet la réalisation en commun du troisième satellite CSO, ce qui lui ouvre des droits de programmation sur l'ensemble de ce système tout en améliorant ses performances globales. En outre, par les échanges capacitaires, en offrant des droits à la France sur SARah, elle augmente les siens sur CSO.

Segment spatial[modifier | modifier le code]

Les satellites et les équipements des deux stations terriennes sont fournis par la société allemande OHB-System qui est déjà le principal contributeur de la génération précédente. La filiale allemande de Airbus Defence and Space fournit l'antenne réseau à commande de phase et les équipements au sol associés qui présentent la principale innovation de la constellation[3].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Contrairement aux satellites SAR-Lupe tous identiques, les satellites SARah sont de deux types ce qui permet d'améliorer la résolution spatiale qui est portée à 35-40 centimètres. Le segment spatial du système SARah comprend ainsi :

  • Un satellite unique (SARah 1) utilisant une antenne réseau à commande de phase dont la technologie dérive de celle employée par les satellites TerraSAR-X et TanDEM-X développés par la filiale allemande de Airbus Defence and Space. Le développement de ce satellite de 2 200 kg est confiée à cette société[4].
  • Deux satellites (SARah 2 et SARah 3) utilisant une antenne radar classique dérivés des SAR-Lupe. Ces satellites de 1 800 kg sont construits par OHB-System[5].

Lancements[modifier | modifier le code]

Les satellites doivent être placés en orbite par un lanceur américain Falcon 9 dans le cadre de vols planifiés pour 2020[6]. Les satellites SARah 2 et SARah 3 sont lancés conjointement.

Satellite Date Lanceur Site de lancement Statut du lancement Identifiant COSPAR
SARah 1 vers 2020 Drapeau des États-Unis Falcon 9 Drapeau des États-Unis Vandenberg AFB
SARah 2

SARah 3

vers 2020 Drapeau des États-Unis Falcon 9 Drapeau des États-Unis Vandenberg AFB

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présidence de la République, « Communiqué de la Présidence de la République sur la coopération franco-allemande », sur Vie-publique,
  2. MM. Jacques GAUTIER, Daniel REINER et Xavier PINTAT, « Avis sur le projet de loi de finances pour 2016 - Défense : équipement des forces », sur Sénat,
  3. (de) Christian Dewitz, « Neue Aufklärungssatelliten f0r die Bundeswehr », sur Bundeswehr-Journal, Bundeswehr,
  4. (en) Gunter Krebs, « SARah 1 », sur Gunter's space page (consulté le 22 octobre 2017)
  5. (en) Gunter Krebs, « SARah 2, 3 », sur Gunter's space page (consulté le 22 octobre 2017)
  6. (en) Peter B. de Selding, « Falcon 9 Selected To Launch German Military Radar Satellites », sur spacenews.com,

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • SAR-Lupe, système de reconnaissance satellitaire radar prédécesseur de la constellation SARah.
  • TerraSAR-X, projet de satellite radar utilisant les technologies à usage militaire.
  • Satellite de reconnaissance, futur système de communications par satellite de la Bundeswehr.
  • OHB-System, principal contributeur industriel.