Programme New Frontiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
New Horizons est la première mission du programme New Frontiers.

Le programme New Frontiers est un programme de la NASA qui regroupe des missions d'exploration du système solaire dont le coût est plafonné à un milliard de dollars. Il est mis en place en 2002 en s'inspirant du programme Discovery qui, lui, regroupe des missions ayant le même objectif tout en étant deux fois moins coûteuses. Début 2015 trois sondes spatiales (New Horizons, Juno et OSIRIS-REx) rattachées à ce programme sont en opération ou en cours de développement. Une quatrième mission devrait être sélectionnée en 2017.

Concept[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990 la NASA met en place le programme Discovery qui regroupe des missions d'exploration du système solaire dont le coût hors lancement est inférieur à 450 millions de dollars. L'objectif de ce programme était de garantir des lancements réguliers de nouvelles missions (théoriquement tous les 2 ans) sans avoir à soumettre leur sélection à un accord du Congrès américain grâce au plafond retenu et à un système de sélection rigoureux. Le coût de ces missions limitait toutefois fortement la diversité des instruments emportés et excluait l'exploration des planètes externes (Jupiter et au delà). Le programme New Frontiers est créé en 2002 selon le même principe mais en fixant un plafond à un milliard de dollars (valeur actualisée en 2015). Une mission New Frontiers est retenue après un appel à propositions suivi d'une sélection mais, contrairement au programme Discovery, les objectifs du projet retenu doivent faire partie des axes d'étude listés par le dernier rapport des sciences planétaires établi tous les 10 ans par la communauté scientifique. Comme pour les missions Discovery et contrairement aux missions du programme Flagship non plafonnées, le Congrès n'intervient pas dans la décision de lancer ces missions qui ne sont limitées que par l'enveloppe budgétaire accordée au programme. Toutefois cette dernière contrainte peut fortement ralentir la cadence des lancements qui avait été fixée initialement à 5 ans. Ainsi au début des années 2010, la crise financière qui touche la NASA, impose un report de la sélection de la quatrième mission de plus de deux ans[1],[2].

Les missions en cours[modifier | modifier le code]

New Horizons[modifier | modifier le code]

Article détaillé : New Horizons.

New Horizons est la première mission de ce programme. La sonde spatiale a été lancée vers Pluton le 19 janvier 2006 qu'elle devrait atteindre, après avoir utilisé l'assistance gravitationnelle de Jupiter, en juillet 2015. Il est prévu que par la suite elle survole un petit corps de la ceinture de Kuiper entre 2015 et 2020.

Juno[modifier | modifier le code]

La sonde spatiale Juno
Article détaillé : Juno (sonde spatiale).

Juno, dont le lancement a eu lieu le 5 août 2011, est chronologiquement la deuxième mission du programme. La sonde doit se placer sur une orbite polaire autour de Jupiter pour étudier le champ magnétique de la planète. La sonde doit poursuivre les premières investigations menées par la sonde Galileo sur la composition de la couche supérieure de son atmosphère. L'objectif est non seulement de mieux comprendre la genèse et la nature du système solaire mais également de mieux comprendre les planètes géantes extérieures en général.

Les missions en phase de développement[modifier | modifier le code]

OSIRIS-REx[modifier | modifier le code]

Article détaillé : OSIRIS-REx.

OSIRIS-REx (Origins Spectral Interpretation Resource Identification Security Regolith Explorer) est la troisième mission du programme. Elle doit ramener sur Terre un échantillon du sol de l'astéroïde 1999 RQ36 pour permettre son analyse. La sonde procédera sur place à une étude de l'astéroïde à l'aide de spectromètres et d'un LIDAR. La composition de l'échantillon doit contribuer à améliorer notre connaissance du mode de formation du système solaire. La mission a été sélectionnée en mai 2011 pour un lancement en 2016[3].

Les missions à l'étude[modifier | modifier le code]

Concept mis en œuvre pour Venus In-Situ : ballon survolant la surface de Vénus

Quatrième mission du programme[modifier | modifier le code]

Début 2011 cinq missions candidates sont pressenties pour la quatrième mission du programme (listées ci-dessous)[4]. Mais les missions scientifiques de la NASA subissent de fortes réductions budgétaires liées à la crise économique en cours aggravée par les dépassements du télescope spatial JWST. Le budget de la NASA proposé début 2014 entraîne la mise en suspens du programme New Frontiers[5]. Début 2015, la NASA réintègre le programme dans ses prévisions budgétaires. L'appel à propositions devrait être désormais lancé fin 2016[2].

Venus In Situ Explorer[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Venus In Situ Explorer.

La sonde spatiale Venus In Situ Explorer doit étudier la composition et les caractéristiques de la surface de Vénus. La sonde doit extraire et analyser un échantillon du sol vénusien et doit également mesurer les éléments et la composition minéralogique de la surface.

Moonrise[modifier | modifier le code]

La sonde MoonRise a comme objectif de rapporter sur Terre un échantillon de la croute lunaire ancienne qui serait extraite près du Pole Sud lunaire[4].

Comet Surface Sample Return[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Comet Surface Sample Return.

La sonde Comet Surface Sample Return a comme objectif de ramener sur Terre des échantillons du noyau d'une comète prélevés à un ou plusieurs endroits du noyau ainsi dans la queue de la comète. L'objectif est de mieux connaitre la composition du système solaire au tout début de sa formation[4].

Saturn Probe[modifier | modifier le code]

Saturn Probe est une mission de type orbiteur qui devrait étudier avec précision l'atmosphère de Saturne, comme l'a en partie fait la mission Galileo pour Jupiter. Elle aurait notamment pour but de déterminer l'abondance des gaz nobles et la structure de l'atmosphère de la planète. Parmi les nombreux instruments que la sonde devrait emporter se trouveraient un spectromètre de masse neutre (NMS) ainsi qu'un oscillateur ultra stable (USO)[6].

Trojan Tour and Rendezvous[modifier | modifier le code]

Trojan Tour and Rendezvous est un projet qui vise à explorer plusieurs astéroïdes troyens, petits corps orbitant aux points de Lagrange L4 ou L5 de la planète Jupiter. Cette mission devrait fournir des éléments sur la composition minéralogique et élémentaire de la surface ainsi que la géologie de certains de ces astres. La sonde devrait être équipée de plusieurs instruments scientifiques, dont un spectromètre ultra-violet et un lidar[7].

Cinquième mission du programme[modifier | modifier le code]

Deux nouveaux programmes sont susceptibles d'être sélectionnées au début de la décennie 2020 en tant que cinquième mission du programme[2] :

  • Io Observer une étude de la lune la plus proche de sa planète mère Jupiter remarquable pour son activité volcanique. La sonde spatiale doit étudier la lune en effectuant des survols tout en résistant au rayonnement intense qui entoure Io.
  • Lunar Geophysical Network est un réseau de 3 à 5 capteurs sismiques qui seraient déposés à la surface de la Lune pour déterminer sa structure interne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Vision and Voyages for Planetary Science in the Decade 2013-2022 », Conseil National de la Recherche américain,‎ 4/2011 [PDF]
  2. a, b et c (en) Jason Callahan, « New life for New Frontiers », The Space Reviex,‎ 23 février 2015
  3. (en) « NASA to Launch New Science Mission to Asteroid in 2016 », NASA/JPL,‎ 25/5/2011
  4. a, b et c (en) « New Frontiers Program », NASA/JPL (consulté le 11/6/2014)
  5. (en) Van Kane, « Further Analysis of NASA's FY15 Budget Proposal: Steady As She Goes? », Planetary Society,‎ 22 mars 2014
  6. (en) California Institute of Technology, « Scientific Value of a Saturn Atmospheric Probe Mission » (consulté le 24 août 2013)
  7. (en) The National Academies Press, « Vision and Voyages for Planetary Science in the Decade 2013-2022 » (consulté le 24 août 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]