Temps universel coordonné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « UTC » redirige ici. Pour les autres significations, voir UTC (homonymie).
L’heure dans le monde par rapport à UTC

Le Temps universel coordonné ou UTC (en anglais : « Coordinated Universal Time ») est une échelle de temps adoptée comme base du temps civil international par la majorité des pays du globe.

Description[modifier | modifier le code]

UTC est une échelle de temps comprise entre le Temps atomique international ou TAI qui est stable mais déconnecté de la rotation de la Terre et le Temps universel (TU), directement lié à la rotation de la Terre et donc lentement variable. Le terme « coordonné » indique que le Temps universel coordonné est en fait identique au Temps atomique international dont il a la stabilité et l’exactitude à un nombre entier de secondes près, ce qui lui permet de coller au Temps universel à moins de 0,9 s près.

Coordinated Universal Time a été abrégé en UTC, au lieu de CUT correspondant au sigle en anglais ou de TUC correspondant au sigle en français. En effet, si les experts de l’Union internationale des télécommunications étaient d’accord pour définir une abréviation commune à toutes les langues, ils étaient divisés sur le choix de la langue. Finalement, c’est le compromis UTC, nécessitant un effort des deux parties, qui fut choisi. C’est cette notation qui est utilisée par la norme ISO 8601.

Compromis sur le choix de l’abréviation
Langue Initiales Mots
Français TUC Temps Universel Coordonné
Anglais CUT Coordinated Universal Time
Compromis UTC Anglais officieux/informel : Universal Time Coordinated[1] Français officieux/informel : Universel Temps Coordonné[2]

Temps atomique international[modifier | modifier le code]

Le Temps universel coordonné en Europe l’hiver.
Légende :
Le Temps universel coordonné au Canada.
Normale Avancée Nom du fuseau horaire
UTC−03:30 UTC−02:30 Terre-Neuve
UTC−04:00 UTC−03:00 Atlantique
UTC−04:00 Atlantique
UTC−05:00 UTC−04:00 Est
UTC−05:00 Est
UTC−06:00 UTC−05:00 Prairies
UTC−06:00 Prairies
UTC−07:00 UTC−06:00 Rocheuses
UTC−07:00 Rocheuses
UTC−08:00 UTC−07:00 Pacifique
Note : selon la Constitution canadienne, les provinces décident si elles adoptent l’heure avancée ou non ou quelle partie de leur territoire y est assujetti.

Le problème du Temps universel ou UT est qu’il définit le jour comme la durée moyenne de rotation de la Terre autour de son axe. Or, cette rotation n’est pas constante, elle ralentit lentement sous l’effet des marées et, de plus, présente des irrégularités imprévisibles : la durée des jours UT augmente donc très lentement en moyenne. Mais dans les années 1960 et jusqu’à ces dernières années, plusieurs activités dont la navigation astronomique et le suivi de sondes spatiales, avaient toujours besoin du Temps universel, c’est-à-dire se référaient toujours à la rotation terrestre, tout en nécessitant une échelle de temps la plus stable possible.

Initialement, avant l’instauration du TAI, le temps atomique délivré par les horloges atomiques était modifié en fréquence pour suivre la rotation terrestre et faire en sorte que la différence UTC − UT reste dans une limite fixée. Ce système devint vite lourd et trop compliqué à mettre en œuvre. C’est pour remédier à tous ces problèmes qu’en 1972 on instaura un Temps atomique international ou TAI intangible et on lia UTC à ce TAI.

UTC a la même marche et la même fréquence que le TAI mais en diffère par un nombre entier de secondes. Pour faire en sorte que la différence entre UTC et UT reste inférieure à 0,9 s, tout en assurant un écart d’un nombre entier de secondes par rapport au temps atomique, UTC est occasionnellement incrémenté ou décrémenté d’une seconde atomique entière.

Le TAI est établi par le Bureau international des poids et mesures[N 1], à partir de plus de 400[N 2] horloges atomiques réparties dans plus de 70 laboratoires dans le monde[3]. Ces horloges de référence sont majoritairement des horloges atomiques au césium, mais des masers à hydrogène et quelques horloges atomiques au rubidium sont aussi utilisés[4].

Détails et mise en œuvre[modifier | modifier le code]

Afin de garder le Temps universel coordonné synchronisé avec la rotation de la Terre, une seconde intercalaire (en anglais : « leap second ») est donc parfois rajoutée, ou retranchée, à la fin des mois de juin ou de décembre. Jusqu’à présent ces secondes intercalaires ont toujours été ajoutées, jamais retranchées : le temps UTC retarde donc sur le temps TAI. Ces insertions ne sont pas systématiques, elles sont décidées par l’International Earth Rotation and Reference Systems Service ou IERS, basé en particulier à l’Observatoire de Paris, au vu de l’évolution de la rotation terrestre.

Pour ajouter ou retrancher une seconde, le décompte du temps affiché par les horloges atomiques est simplement modifié :

En temps normal, au passage de minuit UTC, l’horloge atomique indiquerait 23 h 59 min 59 s puis h 0 min 0 s.

Pour ajouter une seconde, on lui fait afficher 23 h 59 min 59 s puis 23 h 59 min 60 s et enfin h 0 min 0 s. Une deuxième horloge atomique sur laquelle on ne serait pas intervenu afficherait alors h 0 min 1 s : la première a bien pris une seconde de retard.

Pour retrancher une seconde, on lui ferait afficher 23 h 59 min 58 s puis h 0 min 0 s. Ainsi, une deuxième horloge atomique sur laquelle on ne serait pas intervenu afficherait alors 23 h 59 min 59 s : la première a bien pris une seconde d’avance.

La modification de l’affichage se fait automatiquement. Il suffit de programmer la date à laquelle le saut de seconde doit avoir lieu.

Historique[modifier | modifier le code]

Le , ajout d’une seconde. Le décalage entre UTC et TAI passe à 33 secondes, après avoir été de 32 secondes durant 7 ans (depuis 1999).

Le , ajout d’une seconde. Le décalage passe à 34 secondes.

Le [5], une autre seconde a été ajoutée, ce qui a porté le décalage entre UTC et TAI à 35 secondes.

Le [6] une autre seconde a été ajoutée. Le décalage est donc porté à 36 secondes.

UTC et GMT[modifier | modifier le code]

L’utilisation de l’appellation standard Temps moyen de Greenwich (sigle : GMT, de l’anglais Greenwich Mean Time) s’était imposée par la prépondérance de la marine britannique durant le XIXe siècle. Elle est désormais déconseillée parce que sa définition est ambiguë. L’utilisation de la nouvelle appellation standard Temps universel coordonné (ou son abréviation UTC) doit lui être préférée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Oxford Dictionaries, « Definition of Universal Time in Oxford Dictionaries (British & World English) » (consulté le 17 mars 2013)
  2. (en) BelleSerene, « French time: "heure légale" », Yachting and Boating World Forums (consulté le 14 mars 2013)
  3. (en) [1] Establishment of TAI and UTC, Bureau International des Poids et Mesures (BIPM), consulté le 8 juillet 2015
  4. (en) [2] Equipment and source of UTC of the laboratories contributing to TAI in 2013, Bureau International des Poids et Mesures (BIPM), consulté le 8 juillet 2015
  5. http://data.iers.org/products/16/14889/orig/bulletinc-043.txt Bulletin C 43 - UTC TIME STEP on the 1st of July 2012
  6. Roland Lehoucq, Pour uns seconde de plus dans Le Monde du 3 juin 2015, suppl. science et médecine, p. 1

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]