Aerospatium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aerospatium
Image illustrative de l’article Aerospatium

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quinzomadaire
Genre Presse spécialisée (aéronautique et espace)
Prix au numéro 12,50 euros
Diffusion 15 000 ex. (2016)
Date de fondation 2015
Ville d’édition Paris

Rédacteur en chef Stefan Barensky
ISSN 2494-7326
Site web [1]

Aerospatium est un magazine quinzomadaire français indépendant traitant de l'industrie aéronautique et spatiale. Il a été fondé en 2015 par trois journalistes spécialistes du secteur : Stefan Barensky (espace), Caroline Bruneau (industrie), Gabrielle Carpel (technologie)[1]. Ils ont été rejoints en mars 2016 par le journaliste aéronautique Léo Barnier. Depuis Gabrielle Carpel et Léo Barnier ont quitté le média: Léo Barnier travaille actuellement (2018) au Journal de l'Aviation, Gabrielle Carpel chez DronesActu.

Diffusé exclusivement sous format numérique, il est membre du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne (SPIIL).

Description[modifier | modifier le code]

Son slogan est : « Le magazine qui prend de la hauteur ».

Le magazine est publié un vendredi sur deux en format PDF[2], optimisé pour la lecture sur tablette, téléphone et ordinateur. Sa diffusion se fait sous abonnement auprès des particuliers, des entreprises et des institutions[1]. Il est proposé sous un régime de licence qui permet sa diffusion sans restriction ni redevance au sein des sociétés et autres entités abonnées.

Il est associé à un site internet sur lequel certains articles réservés aux abonnés sont mis en ligne avant la publication du magazine.

Historique[modifier | modifier le code]

Le magazine a été créé à l'automne 2015 par trois journalistes issus de la rédaction de la revue Air & Cosmos[2],[3] avec l'objectif de publier « des informations de qualité, pertinentes, sur l’actualité et les enjeux du secteur aéronautique et spatial »[4] à destination d'un lectorat francophone international, notamment en France, Guyane française, Belgique, Suisse, au Luxembourg, au Québec et au Maghreb.

Afin de présenter la formule et de tester le principe de la diffusion numérique en format PDF, trois numéros prototypes, numérotés 0.1, 0.2 et 0.3, ont été publiés et mis à disposition gratuitement les 14 et 28 novembre ainsi que le 12 décembre 2015[5]. Ils incorporent des dossiers détaillés sur les enjeux de la Conférence mondiale des radiocommunications, la Conférence de Paris sur le climat (COP21) et les lanceurs réutilisables[6].

L'équipe est rejointe par la journaliste Anne Musquère, spécialiste des hélicoptères et également ancienne de la rédaction d'Air & Cosmos.

Le premier numéro parait le 22 janvier 2016 avec une couverture consacrée aux drones.

À partir du n°5, publié le 18 mars 2016, la rubrique aéronautique est tenue par Léo Barnier, lui aussi issu de la rédaction d'Air & Cosmos[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Théo Pirard, « Aero Spatium : nouveau magazine français qui prend de la hauteur pour le domaine aérospatial », Wallonie Espace Infos, no 84,‎ , p. 69-70
  2. a et b Vincent Lamigeon, « Aerospatium, nouveau magazine numérique de l’aérospatial », sur Challenges, (consulté le 2 juillet 2016)
  3. « Aerospatium gravite autour des lecteurs d'Air & Cosmos », La Lettre A, no 1713,‎ (lire en ligne)
  4. Stefan Barensky, « Éditorial : Prototype », Aerospatium, no 0.1,‎ , p. 3 (ISSN 2494-7326, lire en ligne)
  5. « Découverte d'un nouveau WebZine sur l'aérospatiale, Aerospatium », sur Pax Aquitania, (consulté le 2 juillet 2016)
  6. « Aerospatium : Nouveau magazine numérique consacré au spatial », sur Theatrum Belli, (consulté le 2 juillet 2016)
  7. Stefan Barensky, « Éditorial : Extension du domaine de vol », Aerospatium, no 5,‎ , p. 3 (ISSN 2494-7326, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]