Relativity Space

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Relativity Space
logo de Relativity Space
Logo de Relativity Space.
illustration de Relativity Space
Imprimante métal 3D Stargate

Création 2015[1]
Fondateurs Tim Ellis et Jordan Noone
Siège social Los Angeles
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Astronautique
Produits Lanceur Terran 1
Effectif 83[2] personnes (2019)
Site web https://www.relativityspace.com/

Relativity Space est une société aérospatiale américaine basé à Los Angeles, en Californie. Elle a été fondée en 2015 par Tim Ellis et Jordan Noone[3]. Relativity développe ses propres lanceurs et moteurs-fusée pour ses services de lancements orbitaux commerciaux.

Historique[modifier | modifier le code]

Relativity Space a été fondé avec l'idée que Blue Origin et SpaceX n'en faisaient pas assez pour utiliser l'impression 3D dans le cadre de la fabrication de fusées. Relativity prévoit d'imprimer en 3D un lanceur complet, nommé Terran 1. L'utilisation intensive de l'impression 3D a permis à la société d'itérer rapidement des conceptions, d'utiliser moins d'outils et de main-d'œuvre humaine. En mars 2018, Relativity Space a signé un bail de 20 ans au John C. Stennis Space Center, un centre d'essais de moteurs-fusées de la NASA, pour tester ses composants de moteurs et pour tester son nouveau moteur-fusée, nommé Aeon 1[3],[4]. Le 17 janvier 2019, Relativity a annoncé qu'elle avait remporté un appel d'offres concurrentiel de la United States Air Force pour la reconstruction et l'exploitation du Launch Complex 16 (LC-16), aujourd'hui désaffecté, à la Base de lancement de Cap Canaveral. La société a annoncé qu'elle lancerait sa première fusée Terran 1 depuis ce site en 2020[5]. Relativity prévoit de lancer le service de lancement commercial début 2021[4].

Produits[modifier | modifier le code]

Impression 3D[modifier | modifier le code]

Afin d'imprimer en 3D de gros composants, Relativity a créé un système nommé Stargate, qui est, selon elle, la plus grande imprimante 3D de métaux au monde[6],[7]. Le système est basé sur le frittage sélectif par laser, qui utilise des faisceaux laser pour lier le métal en poudre, couche par couche, en structures précises et complexes qui comportent peu de pièces. La société souhaite imprimer au moins 95% de son lanceur, dont les moteurs, d'ici fin 2020[7]. La société envisage à terme d'imprimer en 3D un lanceur complet en 60 jours[8],[4].

Moteur-fusée Aeon 1[modifier | modifier le code]

Le moteur-fusée Aeon 1 est conçu pour générer 68 975 Newton de poussée au niveau de la mer et 86 775 Newton de poussée dans le vide. Le moteur est alimenté par du méthane liquide et de l'oxygène liquide (LOX). Il est fabriqué à partir d'un alliage de nickel. Il comporte environ 100 pièces et est imprimé en 3D[9]. Relativity a effectué plus de 100 essais du moteur Aeon 1 à l'aide de l'installation E-3 du John C. Stennis Space Center de la NASA, dans le Mississippi[4].

Lanceur Terran 1[modifier | modifier le code]

Terran 1 est un lanceur non réutilisable en cours de développement à deux étages. Le premier étage utilisera 9 moteurs Aeon 1, tandis que le second utilisera un seul moteur Aeon 1. La charge utile maximale sera de 1250 kg pour une orbite terrestre basse de 185 km, ou de 900 kg pour orbite héliosynchrone de 500 km, et de 700 kg pour une orbite héliosynchrone plus élevée (1200 km). La fusée n'utilisera pas d'hélium pour la pressurisation mais utilisera une pressurisation autogène[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]