LauncherOne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LauncherOne
Lanceur spatial
Lanceur LauncherOne
Lanceur LauncherOne
Données générales
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Constructeur The Spaceship Company
Premier vol 25 mai 2020[1]
Période développement 2012-
Statut En développement
Lancements (échecs) 1 (1)
Hauteur ~16 mètres
Diamètre 1,8 mètres
Masse au décollage ~25 t.
Étage(s) 2
Base(s) de lancement Lancement aéroporté
Charge utile
Orbite basse 500 kg
Orbite héliosynchrone 300 kg
Dimension coiffe 1,36 m. x 2,28 m.
Motorisation
Ergols kérosène/oxygène liquide
1er étage Newton-3
poussée 327 kN
2e étage Newton-4
poussée 16 kN

LauncherOne est un lanceur léger développé par la société américaine Virgin Orbit, filiale de Virgin Group, pouvant placer en orbite basse une charge utile d'environ 500 kg. Le lanceur est conçu pour être largué à haute altitude par un avion gros porteur Boeing 747-400. Il comporte deux étages dont la propulsion est assurée par des moteurs-fusée à ergols liquides. Le développement du lanceur entamé en 2012 a débouché sur un premier vol d'essai le 25 mai 2020[1] qui est un échec.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

LauncherOne est un lanceur aéroporté de petite taille qui est conçu pour être largué à une altitude d'environ 10 km. Cette technique permet d'accroitre les performances et d'adapter le site de lancement (mobile par définition) aux objectifs de l'engin spatial à satelliser. Le lanceur long d'environ 16 mètres et d'une masse de 25 tonnes comporte deux étages[2] :

Performances[modifier | modifier le code]

Le lanceur permet de placer en orbite terrestre basse jusqu'à 500 kg (altitude 200 km et inclinaison orbitale de 28,5°) et en orbite héliosynchrone jusqu'à 300 kg (altitude 500 km). Le volume interne de la coiffe comporte une partie cylindrique d'un diamètre de 1,36 mètres et d'une hauteur de 2,28 mètres. La hauteur hors tout de la coiffe est de 3,63 mètres[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le développement du lanceur LauncherOne est annoncé par la société Virgin Galactic en 2012. Initialement la fusée devait être lancée depuis l'avion porteur WhiteKnightTwo développé par la même société pour des vols de tourisme spatial. Plusieurs changements sont apportés par la suite au projet : la charge utile du lanceur passe de 100 à 200 kg en orbite héliosynchrone tandis que l'avion porteur WhiteKnightTwo est remplacé par un Boeing 747-400 baptisé Cosmic Girl. Une usine est édifiée à Long Beach en Californie. Un contrat géant est signé en 2016 avec le constructeur de la constellation de satellites OneWeb pour 39 lancements[4] mais le 27 mars 2020, OneWeb s'est placé sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites[5],[6].

Vol[modifier | modifier le code]

Le B-747 Cosmic Girl aménagé pour le tir de LancherOne.

Un vol de test du LauncherOne était envisagé d'ici fin 2019[7], puis en mai 2020[1], pour un premier vol commercial au 2e semestre 2020.

Le premier tir a lieu le 25 mai 2020 au large de Los Angeles après un décollage depuis l'aéroport et port spatial de Mojave, mais cela est un échec. La société a indique : « Nous avons confirmé une libération correcte par l'appareil. Mais la mission s'est terminée peu après le début du vol. Cosmic Girl et notre équipage vont bien et reviennent à la base ».[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en)Launch Schedule, May 2020 spaceflightnow.com, consulté le 16 mai 2020.
  2. (en-US) « Technology - A New Approach To Proven Technology », sur Virgin Orbit (consulté le 27 mai 2020)
  3. (en) « LoauncherOne Service Guide version 0.2 », sur Virgin Galactic,
  4. (en) Caleb Henry, « LauncherOne to Start Test Missions in 2017 », sur satellitetoday.com,
  5. « Le crash pour la constellation satellitaire OneWeb ? », sur La Tribune (consulté le 1er avril 2020)
  6. « OneWeb en cessation de paiement », sur Air et Cosmos (consulté le 15 avril 2020)
  7. Antoine Meunier, « LAUNCHER ONE : Possible premier vol en fin d'année », sur http://www.lachroniquespatiale.com, (consulté le 13 septembre 2019)
  8. « Spatial : le premier lancement aéroporté de Virgin Orbit est un échec », sur La Tribune, (consulté le 26 mai 2020).

Documentation[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]