OS-M

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

OS-M
Lanceur spatial léger
Image illustrative de l’article OS-M
Données générales
Pays d’origine Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Constructeur OneSpace
Premier vol 27 mars 2019
Période développement 2016-2018
Statut En cours de qualification
Lancements (échecs) 1 (1)
Hauteur 19 mètres
Étage(s) 3
Charge utile
Orbite basse 205 kg (300 km)
Orbite héliosynchrone 112 kg (500 km)
Motorisation
Ergols Propergol solide

OS-M ou OS-M1 ou OneSpace-2 est un micro-lanceur commercial chinois développé par la société OneSpace. Cette fusée comprend trois étages à propergol solide capable de placer une charge utile de 205 kilogrammes sur une orbite terrestre basse et 112 kilogrammes sur une orbite héliosynchrone de 500 kilomètres. Son vol inaugural, effectué le , a été un échec.

Historique[modifier | modifier le code]

Le lanceur OS-M est développé par la société chinoise OneSpace. Le une fusée-sonde OS-X, troisième étage du lanceur, est lancée depuis le site de Alxa en Chine. Le vol est un succès : la fusée atteint une altitude de 40 kilomètres. Un deuxième vol de cette fusée-sonde est effectué le depuis la base de lancement de Jiuquan. La fusée atteint une altitude de 35 kilomètres[1]. Enfin le 27 mars 2019 un lanceur complet OS-M décolle de la base de Jiuquan pour un premier vol orbital qui doit placer en orbital un CubeSat 8U Lingque-1B de la société ZeoGLab. Mais le contrôle du lanceur est perdu 47 secondes après le décollage lors de la séparation du premier étage[2].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

OS-M est un lanceur comprenant trois étages à propergol solide capable de placer une charge utile de 205 kilogrammes sur une orbite terrestre basse et 112 kilogrammes sur une orbite héliosynchrone de 500 kilomètres. Les deux premiers étages pratiquement identiques sont basés sur d'anciens missiles militaires qui utilise la technique des déviateurs de jet pour contrôler l'orientation de la poussée. Le dernier étage est identique à la fusée-sonde OS-X[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Doug Messier, « 2018 Was Busy Year for Suborbital Flight Tests », sur Parabolic Arc,
  2. Doug Messier, « OneSpace : Echec du vol inaugural de lanceur OS-M », sur East Pendulum,
  3. (es) Daniel Marín, « Microlanzadores chinos: una de cal y otra de arena », sur Eureka,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]