A-train (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A-Train.
Constellation A-train

A-train[1] (de l'anglais Afternoon Constellation)[2] est une constellation de satellites en cours de déploiement devant comporter, à terme, sept satellites franco-américains d'observation de la Terre, en orbite héliosynchrone circulaire et quasi-polaire (inclinaison de 98,2°), situés à 705 km d'altitude et de période de rotation 98,5 minutes, espacés de quelques secondes d'intervalles. Chaque satellite a une mission spécifique, mais leurs données combinées fournissent des informations exhaustives sur la constitution de l'atmosphère (nuages, gaz, molécules et aérosols) ainsi que sur l'évolution du climat. Ainsi Aqua (NASA), CLOUDSAT (NASA/ASC), CALIPSO (CNES/NASA), PARASOL (CNES), Glory (NASA), OCO (NASA) et Aura (NASA) constituent un observatoire spatial exceptionnel associant toutes les techniques connues de mesures actives ou passives.

Satellites[modifier | modifier le code]

Lancement de Calipso et Cloudsat, 28 avril 2006

La constellation est composée de :

  • la plateforme Aqua, lancée le , elle est considérée comme la locomotive. En effet, elle est la première à franchir chaque jour l'équateur à 13h30 locales. Sa mission concerne principalement le cycle de l'eau.
  • CloudSat, lancé le est un satellite dont la mission est dédiée à l'étude des nuages. Il passe au-dessus de l'équateur à 13h31 locales.
  • CALIPSO, lancé le (par le même lanceur que CloudSat) est un microsatellite qui fournit des profils verticaux de l'atmosphère. Il franchit l'équateur à 13h31min15s locales.
  • PARASOL, lancé le , est un microsatellite qui mesure les propriétés radiatives et microphysiques des nuages et des aérosols. Il passe au-dessus de l'équateur à 13h33 locales. Il a quitté l'A-Train le 2 décembre 2009 après une manœuvre d'abaissement mais il continue les mesures.
  • Aura, lancé le a pour mission d'étudier la qualité de l'air, l'ozone stratosphérique et l'évolution du climat. Il franchit l'équateur à 13h38 locales.
  • OCO-2, lancé le , est un satellite mesurant la quantité de dioxyde de carbone dans l'atmosphère terrestre (OCO-2 est la copie de OCO, perdu lors de l'échec du lanceur 5 ans plus tôt[3])
  • Glory[4], perdu lors d'un échec de son lanceur le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Colloque A-train : la constellation tient toutes ses promesses », dans CNESMAG, 01/2008
  2. http://www.cyberpresse.ca/sciences/astronomie-et-espace/201102/23/01-4373189-le-lancement-du-satellite-glory-reporte.php
  3. Jean Etienne, « Echec du lancement de OCO, satellite détecteur de CO2 », Dans Futura Sciences, 24 février 2009, en ligne sur www.futura-sciences.com
  4. Glory homepage

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]