Wendigo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Windigo (homonymie).

Le wendigo (pluriel : wendigowak / wendigos[1]) est une créature surnaturelle, maléfique et cannibale, issue de la mythologie des Amérindiens algonquiens du Canada, qui s'est étendue à tout le folklore d'Amérique du Nord. Cette légende est partagée par plusieurs tribus amérindiennes et peut désigner la transformation physique d'un humain après la consommation de viande humaine comme une possession spirituelle. Le wendigo a aussi renforcé le tabou autour de la pratique du cannibalisme chez ces peuples. Les wendigowak (wendigos) vivent dans les profondeurs de la forêt et apparaissent dans des contes où le surnaturel côtoie des choses inhumaines et atroces. Parmi les histoires qui circulent, ils sont solidement ancrés dans les légendes amérindiennes où ils tiennent une place importante. De nombreux lieux et lacs portent ce nom, tel le parc national du Wendigo, et de nombreuses œuvres modernes s'en inspirent dans la littérature comme au cinéma, bien que ces wendigowak puissent avoir des caractéristiques différentes de ceux des légendes originelles.Les Wendigowak ont aussi donné la légende du Chupa Cabra.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot apparait dans différentes langues et dialectes amérindiens, il y a des douzaines de variations sur ce nom, wendigo et windigo[2] étant les plus communs, mais on trouve également weendigo, windago, windiga, witiko, wihtikow, et de nombreuses autres variantes. Le mot désignant cette créature n'est pas un nom propre car il reste flou et correspond à plusieurs créatures nommées wendigo comme une sorte de référence. Il s'orthographie de différentes manières selon les périodes et la tribu indiennes :

  • Wiindigoo est issu de l'Ojibwe et serait à l'origine du mot anglais wendigo[3] ;
  • Wìdjigò est l'équivalent en Algonquin, et Wīhtikōw chez la nation Cri du Québec[3]. Le terme en Proto-algonquin était *wi•nteko•wa, qui signifie probablement « hibou » à l'origine[3] ;
  • Windago chez les indiens Athabascan de l'Est ;
  • Wendago chez les indiens Saulteaux du Manitoba ;
  • Windigo, wetiko ou wetkiko.

La traduction du nom wendigo serait « cannibale maudit ».

Légende[modifier | modifier le code]

La légende du wendigo est bien connue parmi les tribus parlant l'algonquin en Amérique, aucun monstre ou mauvais esprit n'évoquant une telle crainte superstitieuse chez les amérindiens.

Mythologie des Algonquiens[modifier | modifier le code]

Le wendigo est issu des croyances traditionnelles de tribus parlant une langue algonquienne, au nord des États-Unis et au Canada, plus particulièrement les Saulteux/Ojibwa, les Cris et les Innus[4]. Bien que les descriptions varient quelque peu, toutes ces cultures ont en commun la description des wendigowak comme malveillants et cannibales, et comme êtres surnaturels (manitous) possédant une grande force spirituelle[5], qui vivent de préférence dans la forêt. Ils sont associées à l'hiver, au nord et aux frimas ainsi qu'à la famine[6].

Basil Johnston, un ojibwa enseignant et chercheur de l'Ontario, donne une description des wendigo dans les légendes des algonquins[7].

« Le Wendigo était émacié à un point extrême, sa peau desséchée tirée et tendue sur ses os. Avec ses os poussant contre sa peau, elle même de la couleur des cendres grises de la mort, et ses yeux repoussés au plus profond de leurs orbites, le Wendigo ressemblait à un squelette récemment déterré de sa tombe. Ses lèvres, étaient en lambeaux […] souillé de sang et de souffrance et de suppurations de la chair, le Wendigo dégageait une odeur étrange et inquiétante de dégradation et de décomposition, de mort et de corruption. »

— Basil Johnston

Le wendigo est associé aux pêchés de gourmandise, de cupidité ou d'excès en tout genre. Il n'est jamais satisfait après avoir tué une personne pour la dévorer, et se met constamment à la recherche de nouvelles victimes. Dans certaines traditions, l'homme qui est dominé par la cupidité pourrait se transformer en wendigo, le mythe devenant ainsi une façon de prôner la coopération et la modération[8]. On peut comparer le wendigo aux ogres ou aux géants des traditions européennes.

Parmi les ojibwés, les cris de l'Est et les innus, les wendigowak sont décrits comme des géants plusieurs fois plus grands que les êtres humains, une caractéristique absente du mythe algonquin dans les autres cultures[9]. Chaque fois qu'un wendigo mange une autre personne, il grossit en proportion de ce qu'il vient d'avaler et ressent à nouveau la faim, de sorte qu'il n'est jamais rassasié[10], les Wendigowak (Wendigos) sont donc constamment à la fois gavés et en état de famine.

En général, le wendigo est associé à l'hiver, lorsque la nourriture se fait rare et que les hommes sont poussés au cannibalisme en cas de grande famine ou de disette. La plupart des contes indiquent que le wendigo fait son apparition lors de la montée des vents froids, poussant des cris perçants et de terribles hurlements. Certains prétendent même que le wendigo est fait de glace et de froid, tout au moins son cœur. Bien que la plupart des contes présentent le wendigo comme étant cannibale, dangereux et violent, l'« hôte » peut encore essayer de vivre loin de la civilisation, au plus profond des bois, pour empêcher quiconque d'être sa prochaine victime. Quelques personnes habitées par le wendigo se suicideraient même pour éviter de blesser quelqu'un.

Certains contes mentionnent aussi le wendigo comme un géant de glace squelettique (ou un géant squelettique au cœur de glace) ou comme une bête monstrueuse mi-homme mi-animale, proche du loup-garou, ou encore un grand hominidé, proche du Sasquatch. Il peut aussi être un esprit mauvais qui hante la plupart du temps les bois subarctiques à la recherche d'un hôte pour l'aider à satisfaire son envie physique de chair humaine. Il est caractérisé par son extrême cruauté envers ses victimes et son gout immodéré pour la chair humaine. Il peut aussi prendre « une forme d'ombre », mais toutes ces formes ont en commun un cœur de glace (particulièrement visible lorsqu’il est sous forme de squelette) : sa partie humaine aurait naguère eu le cœur brisé par un humain et c'est pourquoi il serait gelé à tout jamais. Une version Sioux (probablement tirée de la légende du wendigo canadien) le décrit comme un esprit malfaisant qui déchiquette et dévore tout ce qui vit. Son haleine répand des maladies et il se transforme parfois en ouragan.

Il semble être nocturne, parce qu'on dit de lui qu'il cherche ses victimes pendant l'aube et les dévore dans l'obscurité. La chair pourrait être son principale régime, mais on dit aussi qu'il mange le bois, les mousses de marais et parfois des champignons putréfiés.[réf. nécessaire]

Comment devenir wendigo ?[modifier | modifier le code]

Les légendes changent dans les détails, mais leur contour est resté le même. La cause la plus fréquente d'une transformation en wendigo est le recours au cannibalisme, soit la consommation du corps d'une personne humaine. Des chasseurs ou des personnes perdues qui sont restées trop longtemps en état de famine (particulièrement en hiver) se tournent vers cette pratique en dernier recours et deviennent des wendigowak[11] (wendigos).

La seconde cause fréquemment mentionnée est la possession par l'esprit démoniaque d'un wendigo, souvent dans un rêve où la personne voit un wendigo ou est appelée par un esprit de wendigo, ou alors en rencontrant un esprit de wendigo dans la forêt pendant la nuit. Une fois habitées par son esprit, ces personnes deviennent violentes et obsédées par le désir de manger de la chair humaine. Leurs caractères connaissent de profondes transformations et ceux-ci deviennent asociaux et violents, se voyant peu à peu contrôlés par l'esprit et l'horrible appétit du wendigo qui vit en eux. Le wendigo est toujours censé avoir été humain autrefois. Transformés en d'horribles bêtes, ils hantent les forêts en quête d'humains à dévorer. Cette transformation peut aussi précéder la malédiction d'un chaman ou être le résultat d'un rituel de transformation.

Lutte contre les wendigos[modifier | modifier le code]

Les wendigowak (wendigos) ne sont pas immortels et peuvent être tués de différentes façons, dont une balle en argent, ainsi que le relatent de nombreux contes et légendes indiennes. On peut aussi brûler le corps de son hôte dans de la cendre. Un wendigo peut être tué si l’on fait fondre son cœur de glace. Pour cela, on peut le détruire par le feu ou lui verser du suif brûlant dessus.

Points communs avec les lycanthropes[modifier | modifier le code]

Les wendigowak (wendigos) ont plusieurs points communs avec les loups-garous issus des légendes et folklores européens, dont il serait l'équivalent pour les amérindiens. Ils ont parfois une forme humaine, sous laquelle ils ne peuvent être démasqués qu’à cause de leurs yeux rouges. D'autre part, ils ont une forme monstrueuse souvent décrite comme semi-animale et des cas de transmissions par morsures sont mentionnés.

Origines du mythe[modifier | modifier le code]

On suppose que cette légende daterait du temps où certaines tribus pratiquaient encore le cannibalisme. Parmi les tribus d'algonquins, le cannibalisme, même pour sauver sa propre vie, est considéré comme un tabou. Les réponses à la famine sont le suicide ou l'abandon à la mort[12]. Ce mythe aurait peut être servi d'avertissement pour les tribus nordiques dont les hivers étaient longs et rudes, et qui risquaient de ne rien rapporter de leurs chasses durant cette saison. C'était un moyen d’éviter qu’en cas de famine, ils ne s'en prennent aux membres de leur propre clan. Cette supposition est basée sur les déformations physiques du Wendigo (corps squelettique et déformé, sans lèvres, ni orteils) qui font penser aux lésions dues à la famine et aux engelures. Le Wendigo serait un mythe basé sur la personnification des difficultés de l'hiver et le tabou du cannibalisme.

Mentions du mythe[modifier | modifier le code]

Les premières histoires sur le mythe de Wendigo ont été rapportées par des explorateurs et des missionnaires et elles remontent au XVIIe siècle. Ils le décrivent plutôt comme un loup-garou, un diable, ou un cannibale.

La cérémonie du wendigo[modifier | modifier le code]

Une cérémonie de danse satirique était organisée chez les Assiniboines, les Cris et les Ojibwa en période de famine afin de renforcer le sérieux du tabou représenté par le wendigo. Cette danse était nommée wiindigookaanzhimowin en Ojibwa et fait aujourd'hui partie des danses du soleil, les danseurs portent un masque et remuent au rythme d'un tambour[13] la dernière cérémonie wendigo connue qui s'est déroulée sur le sol des États-Unis le fut au Windigo Lake de Star Island à Cass Lake, dans la réserve indienne de Leech Lake, au nord du Minnesota[14].

Psychologie[modifier | modifier le code]

Le phénomène du wendigo est devenu plus qu'un simple mythe, certains psychologues nomment « Psychose du wendigo » le fait de montrer des signes de tendances cannibales pour un patient faisant preuve d'un comportement violent et asocial. Des meurtres de Wendigo ont eu lieu au Canada au début du XXe siècle. L'anthropologue Morton Teicher a décrit l'état clinique de ceux qui passaient pour être des Wendigo et l'a nommé « psychose de Windigo ».

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le Wendigo est devenu un personnage courant dans les histoires d'horreur, tout comme le vampire ou le loup-garou, bien que ces descriptions ne ressemblent que peu à celles de la mythologie originale.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans le mythe de Cthulhu, créé par Lovecraft, le Wendigo est un autre titre pour Ithaqua, l'un des Grands Anciens primordiaux qui ne semble pouvoir vivre que dans les parties glacées du monde, comme l'Alaska et l'Amérique du Nord.
  • Dans la série de jeux sur table The World of Darkness (ainsi que dans la version pour LARP de Mind's Eye Theater), Wendigo est le nom d'une tribu de loups-garous.
  • Dans le roman de Stephen King Simetierre, le cimetière éponyme marque l’emplacement d’un autre cimetière, beaucoup plus ancien, qui a été maudit par le Wendigo durant le siècle précédent. Tout cadavre qui y est enterré revient à la vie mais dans un état altéré de son état original.
  • Dans le roman Wendigo de Graham Masterton, une femme dont les enfants ont été kidnappés a recours aux services d'un détective privé qui lui propose de faire appel à un chaman sioux pour invoquer le Wendigo.
  • L'histoire d'horreur d'Algernon Blackwood, The Wendigo, a présenté la légende comme une fiction d'horreur. Le cannibalisme est délaissé en faveur d'une psychologie plus subtile : celui qui voit le wendigo devient le wendigo. Le lecteur ne voit jamais le wendigo, bien que nous soyons témoin de la déshumanisation progressive du personnage qui l'a vu. Blackwood aurait basé son histoire sur un incident réel qui s’est passé dans une vallée isolée et qui a créé une panique tandis qu'il habitait au Canada. Il a travaillé sur de nombreux détails de la légende indienne dans cette histoire. Cependant, le wendigo de Blackwood n'est pas un ancien humain, mais un esprit pré-humain primordial. Cette vision est en accord avec le mysticisme personnel de Blackwood.
  • Le livre le plus complet sur le Wendigo est l’anthologie de John Robert Colombo. Elle contient des histoires et des poésies sur le Wendigo, en grande partie inspirées par l’œuvre d'Algernon Blackwood.
  • Ogden Nash a écrit un poème humoristique sur le Wendigo, où il décrit l'aspect de la créature. Comme l'auteur canadien Margaret Atwood le précise, la description de Nash est seulement partiellement vraie par rapport à la légende.
  • La bande dessinée Wendigo raconte l'histoire de Kid et Elam, deux trappeurs qui passent l'hiver dans un chalet perdu au cœur du Yukon. Un matin, leur chien ramène un homme moribond. Contre toute attente, il survit au froid glacial de la nuit du Yukon mais refuse toute nourriture. Kid le conduit à Fort Yukon où il espère qu'un prêtre parviendra à le soigner.
  • Le roman du canadien Joseph Boyden, Le chemin des âmes, met en scène le mythe du windigo, à la fois dans le contexte des us et coutumes traditionnels des indiens (Cris) et dans le contexte plus « moderne » de la Première Guerre mondiale.

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

  • Wendigo, un film de 1978 par Rodger Darbonne où des aventuriers se font éliminer un à un par le wendigo.
  • La Légende du Wendigo (titre original : Wendigo), film fantastique américain de 2001 réalisé par Larry Fessenden. Une famille en week-end dans les Adirondacks est confrontée à un chasseur dément. L'enfant de la famille, à qui un indien (que lui seul semble voir) a donné une statuette représentant la créature, se vengera de l'assassin de son père par l'intermédiaire du Wendigo.
  • Vorace (titre original : Ravenous) d'Antonia Byrd (1999), raconte que le wendigo mange des humains pour prendre leur force. En pleine Sierra Nevada, des soldats américains sont confrontés à un Wendigo qui a massacré des membres d'une expédition.
  • Dans Charmed, saison 1, épisode 12 : Métamorphoses, Piper se transforme en Wendigo après avoir été attaquée par une bête. Elle apprend grâce au Livre des Ombres que le Wendigo traque ses victimes pendant les 3 soirs de la pleine lune et leur mange le cœur.
  • Série télévisée Invisible Man : saison 2 épisode 1 (La Légende de Sasquatch).
  • La série télévisée Supernatural mentionne aussi le wendigo dans le deuxième épisode de la saison 1.
  • La série télévisée Les Mystères de Haven mentionne aussi le wendigo dans le dixième épisode de la saison 2.
  • Dans le film Ginger Snaps : Aux origines du mal (2004), les wendigos sont des loup-garous.
  • Dans la série télévisée Fortier, les 2 derniers épisodes de la saison 5 sont fondés sur le Wendigo.
  • Dans le film The Last Winter[Lequel ?], les wendigos représentent la nature vengeresse.
  • Dans la série télévisée Fear Itself, l'épisode 8 tourne autour du mythe du Wendigo.
  • Steve Englehart et Herb Trimpe créèrent pour les comics Marvel le personnage de Wendigo basé sur le mythe amérindien-canadien, il apparut pour la première fois dans Incredible Hulk #162, en avril 1973.
  • Dans la série télévisée Grimm, l'épisode 11 de la saison 2 met en scène des wendigos.
  • Dans le film Lone Ranger (2013), le personnage de Butch Cavendish est qualifié de Wendigo par Tonto.
  • Dans la série Hannibal; le Wendigo fait figure de représentation symbolique du Docteur Lecter; évoquant son premier acte de cannibalisme involontaire durant l'hiver slave.
  • Dans la série Scooby Doo: Mystère et associés, l'épisode traite d'un malfrat utilisant les croyances populaires d'Amérique du Sud et en se déguisant en Wendigo, ce pour commettre ses méfaits. Dans ce cas, le Wendigo a une apparence animale, proche de celle du loup-garou.
  • Dans la série Teen Wolf (saison 4 épisode 3) : Le Wendigo tente de manger un tout nouveau joueur de l'équipe de Lacrosse du Lycée de Beacon Hills, et Scott MacCall essaie de le sauver. Le Wendigo est tué par un autre monstre étrange qui n'a pas de bouche, ni de cheveux, et a le regard très fatigué.

Musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport du conseil supérieur de la langue française Journal officiel du 6 décembre 1990
  2. Exemple de windigo dans la langue usuelle
  3. a, b et c Goddard 1969, cité par Brightman 1988:340
  4. (en) Brightman (1988:359, 362), Parker (1960:603)
  5. Brightman (1988:337, 339)
  6. (en) Brightman (1988:362)
  7. Johnston (2001:221)
  8. Johnston (2001:222-225), Johnston (1990:167)
  9. Brightman (1988:344)
  10. Johnston (2001:222, 226) , Johnston (1990:166), Schwarz (1969:11)
  11. Brightman (1988:337, 339, 343, 364)
  12. Brightman (1988:365 -- 6)
  13. (en) « The Mask Dance », Saskatchewan Indian, vol. 5, no 2,‎ février 1976, p. 45 (lire en ligne)
  14. Warren, William W. History of the Ojibway People. Borealis Books (St. Paul, MN: 1984)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Loren et Patrick Huyghe Coleman. The Field Guide To Bigfoot, Yeti And Other Mystery Primates Worldwide, New York, Avon Books, Inc. 1999
  • (en) Robert A. Brightman, The Windigo in the Material World. Ethnohistory 35 (4): 337–379. doi:10.2307/482140. 1988
  • (en) John Robert Columbo Mysterious Canada, Toronto, Doubleday, 1988
  • (en) John Robert Columbo. Windigo : An Anthology Of Fact And Fantastic Fiction, Saskatoon, Western Producer Prairie Books, 1982
  • (en) Basil Johnston. Ojibway Heritage. Lincoln : University of Nebraska Press, 1990 (réédition de 1976)
  • (en) John Green. On The Tracks Of The Sasquatch, Seattle, Publishing Ltd., 1968
  • (en) Norval Morriseau. Legends Of My People : The Great Odjibway, Toronto, The Ryerson Press, 1965
  • (en) Allan Zullo. Mysteries Of The Unexplained, Watermill Press, 1996