Yama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yama (homonymie).
Yama
Image illustrative de l'article Yama
Caractéristiques
Autre(s) nom(s) Mritya (la Mort),
Kâla (le Temps),
Antaka,
Samana,
Dandî,
Dharmarâja (le Juge)
Monture un buffle
Famille
Père Vivasvat
Mère Saranyû
Conjoint Yamî qui devient Yamunâ après sa mort
Symboles
Attribut(s) un bâton (danda),
un nœud coulant (paśa),
une hache,
un poignard

C'est le Seigneur de la Mort dans l'hindouisme, celui des Vedas. Il est décrit de façon populaire comme le juge des morts qui se tient à la porte de l'enfer, qui pèse leurs bonnes et leurs mauvaises actions, et qui décide de leur destin. À la mort, ses serviteurs, appelés « les divinités de Yama » emmènent l'âme et la font descendre dans le royaume de Yama. Le premier être humain et donc le premier être à mourir. Il est le fils de Vivasvat et de Saranyû, une des filles de Tvashtri. Yama est parfois considéré comme le frère de Manu. Il a de nombreuses épouses, les dix filles de Daksha, Dhûmornâ, une forme de Shrî, Hemamâlâ, Susdhilâ, Vijayâ et surtout sa sœur jumelle Yamî, sa shakti, qui après sa mort devient la déesse Yamunâ.

Durant la période classique, il est parfois considéré comme le fils du soleil, Sûrya, qui peut parfois être destructeur.

Yama fait partie des dikpâla ou gardiens de l'espace. Il est le gardien du sud, généralement considéré comme néfaste.

Dans l'iconographie, il est généralement représenté avec un visage bleu nuit, une tête de buffle et deux bras tenant l'un un gourdin en forme de colonne vertébrale surmontée d'un crâne (danda) et l'autre un nœud coulant (paśu). Il est parfois représenté avec un phallus et il chevauche nu un buffle crachant du feu[réf. nécessaire].

Les réfrènements ou Yama[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Yama (yoga).

Le verbe sanskrit यम् yam signifie tenir en main, contenir, soutenir, porter réfréner, maîtriser, mettre en ordre.

Premier membre (anga) des Yoga Sutras ce sont cinq observances morales :

1. सत्य (satya) " véracité

2. अस्तेय (asteya) " honnêteté

3. अपरिग्रह (aparigraha) " détachement des biens ou contentement

4. ब्रह्मचर्य (brahmacharya) " modération ou déracinement de toute tendance proprement génitale

5. अहिंसा (ahimsa) " non-violence

Ces réfrènements résument les moyens d'être libre et plus heureux. Le respect des cinq yamas permet à l’homme d’être dans Sa vérité.

Noms locaux[modifier | modifier le code]

Yama, fin XVIIe début- XVIIIe siècle, Tibet, Metropolitan Museum of Art

tibétain : Chos-rgyal, Gshin-rje ; thaï : Phaya Yam, Yomarat ; khmer : Yom ; mongol : Erlik Khân ; tamoul : Kurru

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Robert A.F. Thurman, Le livre des morts tibétain

Sur les autres projets Wikimedia :