Baku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la capitale de l'Azerbaïdjan, voir Bakou.
Illustration d'un baku par Hokusai.

Le Baku (獏 ou 貘?) est une créature fantastique japonaise qui se nourrit des rêves et des cauchemars. Elle existe depuis longtemps dans le folklore et l'art japonais, et apparaît, plus récemment, dans les anime et mangas. Durant les dernières années, l'apparence habituelle que l'on donne au baku a changé.

Le terme japonais baku a deux significations, renvoyant à la fois à la créature dévoreuse de rêves traditionnelle et au tapir. En Corée, le terme utilisé est maek (hangul : 맥, hanja : 貊).

Histoire et description[modifier | modifier le code]

Le baku traditionnel japonais est originaire du folklore chinois et devient familier au Japon dès la période Muromachi (XIVe ‑ XVe siècle). Hori Tadao (2005) a décrit les capacités de consommation de rêves, attribuées au baku traditionnel, et les a comparées aux autres moyen de protection contre les cauchemars tel que l'utilisation d'amulettes. La base de donnée Kaii-Yōkai Denshō[1], cite environ 1957 articles, et Shigeru Mizuki (2004) décrit aussi les aptitudes du baku.

Un manuscrit japonais du début du XVIIe siècle, le Sankai Ibutsu (山海異物?), décrit le baku comme une chimère de la mythologie chinoise, avec une trompe d'éléphant, des yeux de rhinocéros, une queue de bœuf, des pattes de tigre, et censé protéger de la pestilence et du mal, quoique les capacités de protection contre les cauchemars n'est pas mentionnée. Cependant, sur une estampe japonaise de 1971, un baku détruisant un cauchemar est dépeint avec une tête, des défenses, et un tronc d'éléphant, des cornes et des griffes de tigre. La tête, les défenses et le tronc de l'éléphant sont caractéristiques du baku illustré par les estampes de l'ère classique japonaise (pré-Meiji) et des sanctuaires, temples et des sculptures netsuke. Durant l'ère Meiji, Lafcadio Hearn (1902), décrit un baku semblable, possédant également les attributs de protection contre les cauchemars.

Baku dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1980, le baku apparaît dans les mangas, animes et autres formes de culture populaire, non plus comme une chimère d'un éléphant et d'un tigre, mais comme un tapir. On peut citer comme exemples le manga de Rumiko Takahashi, Urusei Yatsura (1995), et celui de Haruhiko Mikimoto, Marionette Generation (2001, original 1990), ou l'anime de 1984 de Mamoru Oshii, Beautiful Dreamer, ou encore, le professeur baku dans Love Monster de Riko Miyagi. Un baku semblable apparaît dans Pokémon et Digimon (Soporifik et Hypnomade sont des Pokémon proche du baku et il existe un Digimon du nom de Bakumon). Baku est un personnage principal du jeu Dual Hearts sur PlayStation 2, ressemblant à un cochon qui mange les rêves.

Cependant, tous les baku modernes ne sont pas des tapirs. Dans le dessin animé de Satoshi Kon, Paprika, sorti en 2007, Paprika, une jeune femme qui est une kami est une baku mangeuse de rêves qui dévore le méchant rêve. Le manga de Hakase Mizuki (2007), Ba_ku parle aussi d'un baku qui ne ressemble pas à un tapir. Dans le manga Naruto, un des personnages, Danzô Shimura peut invoquer un baku géant capable de créer un grand courant d'aspiration de sa bouche en rejetant l'air par sa trompe.

Les bakus dévoreurs de rêves ressemblant à des tapirs sont entrés dans la culture populaire non japonaise. Le livre illustré Le Mangeur de rêves de Christian Garrison raconte l'histoire d'un jeune garçon, Yukio, qui rencontre un baku et l'apporte à son village. Le Chasseur de rêves de Neil Gaiman, basé sur la mythologie japonaise, concerne le baku.

Un Baku apparaît dans le troisième épisode de la seconde saison de la série télévisée Lost Girl.

Dans le manga Yumekui Merry (Merry Nightmare), l'héroïne est une mangeuse de rêve. Elle n'a en rapport avec le baku que le fait de « manger » les rêves (yumekui voulant dire « mangeur de rêve »). Yumeji, le personnage principal, fait une allusion au baku pendant la série.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ja) Site de la base de données Kaii-Yōkai Denshō

Articles connexes[modifier | modifier le code]