Charybde et Scylla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Charybde en Scylla.
Représentation de Scylla sur un vase grec

Charybde et Scylla sont deux monstres marins de la mythologie grecque, situés de part et d'autre d'un détroit traditionnellement identifié comme étant celui de Messine[1].

La légende est à l'origine de l'expression tomber de Charybde en Scylla, qui signifie « aller de mal en pis ». Plus précisément Charybde symbolise le « tout ou rien », la mort pour tous ou la vie pour tous, selon un jeu de probabilité. Et Scylla incarne la mort certaine pour une partie de l'équipage, mais la vie pour les autres. Il s'agit d'un choix entre le sacrifice calculé ou l'avenir aléatoire de la vie de tous.

Mythologie grecque[modifier | modifier le code]

Charybde était la fille de Poséidon et de Gaïa. Elle était perpétuellement affamée. Lorsqu'elle dévora le bétail d'Héraclès, le fils de Zeus. Zeus la punit en l'envoyant au fond d'un détroit.

Non loin de là vivait Scylla. À l'origine, Scylla était une nymphe dont Glaucos était follement amoureux. Ce dernier alla demander à la magicienne Circé un philtre d'amour, mais celle-ci, éperdument amoureuse de Glaucos et jalouse de Scylla, profita de l'occasion pour changer la nymphe en un monstre terrifiant[2].

Dans l’Odyssée, Circé décrit à Ulysse la route qu'il doit suivre en ces termes : « La route vous mène entre les Deux Écueils. L'un dresse jusqu'au vaste ciel sa cime pointue ; un nuage l'entoure, bleu sombre. Aucun mortel ne pourrait y monter ni s'y tenir, […] car la roche est lisse et semble polie tout autour. Au milieu de cette roche, une sombre caverne donnant au nord-ouest vers l'Érèbe. Droit sur elle vous mettrez le cap de votre creux navire, ô noble Ulysse ! D'une flèche, un homme robuste tirant d'un creux navire ne toucherait pas le fond de cette caverne. Scylla au cri retentissant y habite[3]. »

Scylla est présentée comme une créature monstrueuse, dont le cri retentissant est un aboiement qui résonne sur les parois de la caverne ; Circé la qualifie de « mal éternel, terrible fléau, réalité sauvage et qu'on ne peut combattre[4]. » Malgré les recommandations de Circé, Ulysse se munit de deux longues piques pour affronter le monstre, mais en vain : il perd six de ses marins et donne l'ordre de s'écarter au plus vite du rocher. Quant à Charybde, « elle engloutit l'eau noire ; trois fois par jour elle la vomit, trois fois elle l'engloutit[5]. » Ce gouffre est d'une force telle que Poséidon lui-même serait impuissant à sauver celui qui serait pris dans son tourbillon.

Interprétation du mythe dans l’Odyssée[modifier | modifier le code]

Depuis Homère, Charybde et Scylla forment deux termes associés, à la fois opposés et complémentaires. Scylla est une haute roche fixe qui se dresse jusqu'au ciel ; Charybde gît dans les profondeurs de la mer, telle une masse liquide descendant et remontant par mouvements de spirales. Ces deux dangers qui menaçaient les marins ont été dès l'Antiquité identifiés par Thucydide à « la passe redoutable, étant donné son étroitesse et ses courants » que nous appelons aujourd'hui le détroit de Messine. Ce tourbillon et ce récif sont signalés sur nos cartes marines et définis par les Instructions nautiques : « La rencontre de deux courants opposés produit, en divers endroits du détroit, des tourbillons et de grands remous appelés garofali. Les principaux garofali sont sur la côte de Sicile, entre le cap du Faro et la pointe Sottile, avec le jusant, et devant la tour de Palazzo, avec le flot ; ce dernier garofalo est très fort : c'est le Charybde des Anciens[6] ». Suivant les instructions de Circé, Ulysse a doublé les Sirènes en qui des navigateurs expérimentés reconnaissent les Galli, et mis le cap sur Scylla : c'est une roche qui apparaît à bâbord, avant la porte étroite donnant accès au sud. Elle aussi est signalée par nos modernes Instructions nautiques : « La ville de Scilla est bâtie en amphithéâtre sur les falaises escarpées d'une pointe saillante au Nord. » Sur ce promontoire élevé et rocheux, les Grecs ont imaginé le monstre Scylla en son antre. À mi-hauteur, se trouve en effet une grotte et la falaise résonne des coups de boutoir que lui assènent les vagues déferlantes[7].

Évocations[modifier | modifier le code]

  • Dans l’Odyssée, Ulysse est appelé à franchir le détroit avec son navire, puis est confronté à Charybde une seconde fois après un naufrage[8].
  • Dans l’Énéide de Virgile, le héros doit traverser le détroit en se rendant vers le Latium.
  • Dans l'histoire des Argonautes, ceux-ci franchissent le détroit sans difficultés (grâce à des interventions divines), en allant de Sardaigne vers la mer Ionienne, au retour de la Colchide[9]
  • Dans Ulysse de James Joyce, le neuvième épisode dans son entier fait référence à ce mythe.
  • Dans l'épisode 11 d’Ulysse 31, Charybde et Scylla sont représentées sous la forme de deux planètes à l'aspect monstrueux situées dans un vortex qui vu de dessus ressemble au symbole . La première est de feu, et la seconde de glace.
  • Dans le manga Les Chevaliers du Zodiaque, lors de l'attaque du sanctuaire sous-marin de Poséidon, le chevalier d'Andromède combat le général Io de Scylla, l'armure et les pouvoirs de ce dernier faisant référence au monstre mythologique.
  • Titre de l'album, sorti en 2008, du groupe Debout sur le zinc.
  • Dans L'Œuvre au noir de Marguerite Yourcenar (chapitre Les Fugger de Cologne).
  • Dans la saison 4 de la série Prison Break, Michael Scofield et son équipe doivent s'emparer d'une carte mémoire du nom de Scylla à laquelle on accède grâce à six clés électroniques (faisant référence aux six têtes de Scylla dans le récit d'Homère). Les titres français des deux premiers épisodes de cette ultime saison font d'ailleurs référence à ce mythe, puisqu'ils s'intitulent respectivement De Charybde... (# 4.01) …En Scylla (# 4.02).
  • Les épisodes 20 et 21 de la série Alias s'intitulent également respectivement De Charybde… (# 4.20) … en Scylla (# 4.21).
  • Une chanson du groupe Trivium sur l'album Shogun se nomme aussi Torn Between Scylla & Charybdis qui veut dire Déchiré entre Scylla et Charybde.
  • Scylla est le pseudonyme utilisé par un rappeur belge.
  • Dans le tome 2 de la saga Percy Jackson de Rick Riordan.
  • Karybde & Scylla sont les alias qu'utilisent un duo de DJ Trance français.
  • Charybde et Scylla dans l’œuvre Propos sur la Chrysopée par L.P. Dujols Page 171 Annexe 1, Charybde et Scylla les deux termes reviennent à ceci : Solve et Coagula.
  • Une chanson de The Police évoque les liens du mariage (wrapped around your finger) où Sting ne veut pas être « pris entre the Scylla and Charibdes ».
  • L'artiste français Kentin Jivek (en) rend hommage à ce mythe dans l'ep « Ava Bm » en 2011.
  • Dans Halo 3, l'Arbiter fait mention de cette expression, lorsque, après avoir tué le Prophète de la Vérité et vaincu les Covenants, le Major et l'Arbiter se retrouvent confrontés au Parasite.
  • Dans les tomes 2 et 3 de la trilogie Les Lames du cardinal de Pierre Pevel, Charybde et Scylla sont les deux dragonnets jumeaux de Alessandra di Santi dit l'Italienne.
  • Dans le film Le Hobbit : Un voyage inattendu, l'expression « tomber de Charybde en Scylla » est dans la bouche de Gandalf le magicien.
  • Dans God Of War : Ascension
  • Dans le film Percy Jackson : la Mer des monstres, de Thor Freudenthal en 2013.
  • Dans le jeu Smite des studios Hi-Rez, Scylla fait partie du panthéon de dieu accessible aux joueurs.

Origine de la locution[modifier | modifier le code]

Les marins antiques devant emprunter ce passage étaient confrontés à une alternative : passer par Charybde ou passer par Scylla, et donc « choisir entre Charybde et Scylla ».

La formule connue « tomber de Charybde en Scylla » semble avoir été ancrée dans la langue par Jean de La Fontaine avec sa fable « La Vieille et les deux Servantes » où la mise en place de l'expression tient peut-être davantage de l'harmonie du vers. Il avait été pourtant devancé par Gaultier de Châtillon dans son roman latin de l'Alexandréide, avec la mention : «...incidis in Scyllam cupiens vitare Charybdin... » (tombant sur Scylla en voulant éviter Charybde)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse [détail des éditions] [lire en ligne], IV, 24.
  2. Robert Graves 1967, p. 358-359.
  3. Odyssée, XII, 73-85.
  4. Odyssée, XII, 118-119.
  5. Odyssée, XII, 104-105
  6. Instructions nautiques no 731, p. 238-243, cité par Victor Bérard 1929, p. 396.
  7. Cuisenier 2003, p. 311-324.
  8. Homère, Odyssée [détail des éditions] [lire en ligne] (XII).
  9. Apollonios de Rhodes, Argonautiques [détail des éditions] [lire en ligne] (IV).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]