Bunyip

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Représentation d'un bunyip, 1935

Le bunyip (« diable ») est une créature mythique de la mythologie aborigène australienne.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les descriptions de bunyips varient fortement. Les traits communs dans les peintures aborigènes incluent une queue de cheval, des nageoires, et des défenses de morse. Selon la légende, ils se cacheraient dans les marais, billabongs, lits des rivières, et les trous d'eau. La nuit, on peut entendre leurs cris effrayants quand ils dévorent quelque animal ou humain qui s'est aventuré près de leur demeure. Leur proie favorite est la femme. Ils apportent aussi des maladies.

Mythe ou réalité ?[modifier | modifier le code]

Représentation d'un bunyip, 1890

Au début de la colonisation européenne de l'Australie, l'idée que le bunyip était en fait un animal inconnu encore à découvrir était commune. Les premiers colons, peu familiarisés avec les sons et apparences des animaux particuliers de cette île continent, considéraient le bunyip comme un animal bizarre de plus, et lui attribuaient parfois les cris inhabituels qu'ils entendaient. À un certain moment, la découverte d'un étrange crâne dans une région isolée sembla fournir une preuve tangible de l'existence du bunyip.

À mesure que l'exploration de l'Australie progressait, le bunyip fut de plus en plus considéré comme un animal mythique. Le mystérieux crâne fut plus tard identifié comme celui d'un cheval ou d'un veau défiguré. L'expression « Pourquoi chercher le bunyip ? » apparut à la suite des tentatives répétées d'aventuriers australiens qui voulaient capturer ou voir le bunyip, la phrase indiquant que l'action proposée ne serait pas fructueuse, voire impossible.

Explications[modifier | modifier le code]

Bien qu'aucune preuve tangible de l'existence de ces animaux n'ait été trouvée, on a suggéré que les histoires de bunyips pourraient être des souvenirs aborigènes du diprotodon, qui s'éteignit il y a environ 50 000 ans. Les cris de l'opossum ou du koala auraient également pu être confondus avec ceux du bunyip, la plupart des gens étant très surpris de découvrir que les oppossums et les koalas sont capables de produire des grondements aussi bruyants.

Les bunyips dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Durant les années 1980, la télévision pour enfants australienne et la littérature montrèrent une version plus sympathique du bunyip : « Alexander Bunyip » créé par Michael Salmon.

Durant les années 1950 et 1960, « Bertie le Bunyip » était une émission pour enfants à Philadelphie, Pennsylvanie, créé par Lee Dexter, un Australien.

Une troupe de chanteurs de reggae néo-zélandaise reprit le nom de Bunyip pour une carrière allant de 1998 à 2003.

Dans le jeu vidéo Le tigre de Tasmanie, les bunyips sont des personnages importants à côté de plusieurs autres créatures d'Australie. Un bunyip est aussi une créature blindée dans la série Final fantasy.

Dans la bande dessinée La Jeunesse de Picsou, épisode 7, Le rêveur du Never Never, de Don Rosa, le héros éponyme croise un aborigène qui lui explique que Bunyip est une vague géante dans les mythes indigènes.

Autres significations[modifier | modifier le code]

Le mot bunyip est aussi utilisé comme surnom pour les lapins, à cause de la similarité évidente avec le mot anglais bunny.

Références populaire[modifier | modifier le code]

Le Bunyip est aussi montré dans le film Dot et le Kangourou. http://www.youtube.com/watch?v=WtrYO-Mog60