Cthulhu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cthulhu
Dessin de Cthulhu par H. P. Lovecraft en 1934
Dessin de Cthulhu par H. P. Lovecraft en 1934

Naissance Temps immémoriaux
Origine Au large de Bételgeuse
Affiliation Grands Anciens

Créé par H. P. Lovecraft
Film(s) The Call of Cthulhu (en)
Roman(s) L'Appel de Cthulhu,
Celui qui chuchotait dans les ténèbres,
Le Cauchemar d'Innsmouth,
Les Montagnes hallucinées
Première apparition L'Appel de Cthulhu (1926)

Cthulhu est une créature de fiction imaginée par l'écrivain américain H. P. Lovecraft dans la nouvelle L'Appel de Cthulhu (1926).

Monstre humanoïde gigantesque, Cthulhu possède une tête de seiche ainsi que des tentacules de pieuvre et des ailes semblables à celles d'un dragon[1].

Description et historique[modifier | modifier le code]

Vision d'artiste de Cthulhu.

Cthulhu est présenté comme un « Grand Ancien », ce qui en fait l'équivalent d'un dieu extraterrestre millénaire, au même titre que Chaugnar Faugn. En revanche, il ne semble pas que Cthulhu partage des liens autres que purement symboliques avec ces divinités de la cosmogonie lovecraftienne que sont Yog-Sothoth, Azathoth, Nyarlathotep, Nodens ou Shub-Niggurath, que les continuateurs de H. P. Lovecraft (notamment August Derleth) qualifient de « dieux extérieurs ». Selon l'interprétation d'August Derleth, postérieure à la mort de Lovecraft, Cthulhu fut jadis banni du lointain système de Xoth (lequel pourrait correspondre à l'étoile Bételgeuse dans la constellation d'Orion) par les « dieux très anciens », et dort désormais au fond du Pacifique Sud dans la cité sous-marine de R'lyeh, en attendant l'heure de son retour.

Mélange de mythologies européennes (le Kraken des Scandinaves) et du Proche-Orient (Dagon, le dieu-poisson des Philistins), Cthulhu est l'archétype du dieu cosmique monstrueux : d'apparence humanoïde (bien qu'il ne soit pas tout à fait correct de dire cela, Lovecraft insistant bien sur l'aspect totalement inconcevable de la créature), avec une tête de pieuvre et de grandes ailes filandreuses, il est vénéré par des créatures dégénérées, thème récurrent dans l'œuvre de Lovecraft. Cthulhu inspire également les rêves des hommes, élargissant ainsi le cercle de ses adorateurs[2].

Dans sa nouvelle L'Appel de Cthulhu (1926), H. P. Lovecraft parle de Cthulhu en ces termes : « Johansen estime que deux des six hommes qui ne regagnèrent pas le bateau moururent de peur à cet instant maudit. Nul ne saurait décrire le monstre ; aucun langage ne saurait peindre cette vision de folie, ce chaos de cris inarticulés, cette hideuse contradiction de toutes les lois de la matière et de l'ordre cosmique. »

Prononciation[modifier | modifier le code]

« La véritable sonorité, si les organes humains peuvent l'imiter, ou la retranscrire par courrier, ressemble à : khlûl'-hloo, la première syllabe étant prononcée gutturalement et très sèchement. Le « u » ressemble à celui de « full ». Cette première syllabe n'est pas sans rappeler « klul », puisque le « h » affirme l’épaisseur gutturale. Quant au son « l », lui, il n'est pas représenté[3]. »

Culte fictif[modifier | modifier le code]

« Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn » est une litanie liée au culte de Cthulhu, traduit dans les ouvrages français par « Dans sa demeure de R'lyeh la morte, Cthulhu rêve et attend ». Cette traduction semble inexacte, la version anglaise étant « In his house at R'lyeh dead Cthulhu waits dreaming », signifiant plutôt « Dans sa demeure de R'lyeh, le défunt Cthulhu attend en rêvant », ce qui est d'ailleurs cohérent avec la prononciation avancée du Necronomicon : « N'est pas mort ce qui à jamais dort et au long des ères étranges peut mourir même la Mort ».

August Derleth, dans sa nouvelle Le retour d'Hastur, mentionne une construction négative de cette phrase, se terminant par « Cthulhu naflfhtagn » et indiquant de ce fait le réveil de Cthulhu[4].

L'injonction « Iä, Iä, Cthulhu fhtagn » revient également souvent dans la bouche de ses adorateurs.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Affiche satirique polonaise lors de l'élection présidentielle de 2010. « Choisissez un plus grand mal. Votez pour Cthulhu. »
Peluche tricotée de Cthulhu faite maison.

On parle souvent du « Mythe de Cthulhu » pour désigner l'œuvre fantastique de Lovecraft, ce qui montre le caractère profondément original et populaire de la créature. Toutefois, Lovecraft n'a jamais utilisé ce terme, inventé par August Derleth après sa mort (Lovecraft désignait le mythe par « Yog-Sothoteries »)[5]. Cthulhu a d'ailleurs souvent été cité ou repris en littérature, dans la musique rock, au cinéma ou à la télévision, largement illustré et décrit. On peut même le trouver en peluche. Citons notamment :

Musique[modifier | modifier le code]

  • Dans l'album Continent du groupe The Acacia Strain, on trouve une chanson nommée « Cthulhu ».
  • Dans l'album Midian du groupe Cradle Of Filth se trouve la chanson intitulée « Cthulhu Dawn » ainsi que dans « Mother of Abomination » de l'album Nymphetamine où l'on entend « Ia! Ia! Cthulhu fhtagn! » scandé par une foule de plus en plus grande.
  • Dans l'album Dominate du groupe Adagio se trouve la chanson intitulée « R'Lyeh The Dead ».
  • Dans l'album Carapathia du groupe The Vision Bleak, sorti en 2005, une chanson est intitulée « Kutulu! » où on peut entendre l'incantation « IA! IA! KTULU FTHAGHN! IA! R'LYEH! KTULU FTHAGN! ».
  • Dans l'album 4×4=12 de Deadmau5, la chanson plus mouvementée de l'album est intitulée Cthulhu Sleeps. Durant ces concerts, lorsque Deadmau5 joue Cthulhu Sleeps, les projecteurs ainsi que tout l'équipement multimédia projettent une image de multiples tentacules en mouvement. Dans son album While 1<2, une autre chanson est appelée R'lyeh Laments, en français Les lamentations de R'lyeh.
  • Le dernier album du groupe Iced Earth, Plagues of Babylon, contient une chanson intitulée Cthulhu.
  • Sur Chauds, Sales et Humides, le deuxième album du groupe Wampas paru en 1988, la chanson Quivoron fait allusion à Cthulhu, Yog-Sototh et aux Grands Anciens.

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Le film Cloverfield fut précédé d'une campagne de mise en marché qui ne montrait que très brièvement le monstre. De nombreux faux « artworks » (dessins conceptuels) ont été diffusés, de fausses pages « myspace » ont été créées, des journaux télévisés inventés… et une rumeur sur le fait que la société Bad Robot (qui a produit le film) aurait racheté les droits de l'Appel de Cthulhu en 2003. Une autre rumeur fut vite lancée à partir de celle-là : le monstre géant qui attaque New York est Cthulhu. Coup fort pour la société : la rumeur a créé un « buzz » autour du film dû au charisme de l'homme pieuvre. Cependant, la rumeur s'est révélée fausse et le monstre n'a absolument rien de Cthulhu.

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Dans le dessin-animé South Park, on aperçoit Cthulhu parmi les autres monstres dans les épisodes de la trilogie Imaginationland, mais il n'a qu'un rôle de figuration. Il apparaît à la fin de l'épisode 11 de la saison 14 à cause d'une erreur de forage lunaire de la société pétrolière BP (renommée DP) qui l'a libéré d'une autre dimension, puis intervient ensuite dans les deux épisodes suivants. En effet, Eric Cartman, déguisé en super héros « Le Coon », s'allie et devient ami avec lui après avoir été viré du « Coon et sa bande », l'association d'élèves de son école déguisés en super héros qu'il avait créé un peu plus tôt.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans Moi, Cthulhu, l'auteur britannique Neil Gaiman met en scène sur un mode parodique Cthulhu, qui raconte sa naissance et son enfance à un esclave humain chargé de prendre des notes.

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Dans l'album de bande dessinée La citadelle aveugle de Moebius (alias Jean Giraud), qui est un recueil d'histoires courtes, le dessinateur dédie la dernière histoire de l'album à Cthulhu, où l'on voit un président imaginaire s’engouffrer dans une autre dimension pour chasser un animal mythique nommé Ktulu et implorer le dieu Lovecraft.
  • Dans la bande dessinée en ligne User Friendly, Cthulhu, qui avait la bougeotte pendant son sommeil éternel, fait un tour du côté du fournisseur d'accès internet « Columbia Internet », où il déprime parce ce qu'il n'effraie plus personne, les techniciens ayant déjà perdu la raison à force d'assister des utilisateurs imbéciles.

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

  • Dans le deuxième volet du jeu vidéo Scribblenauts, intitulé Super Scribblenauts, les énigmes de Maxwell, une des quêtes consiste à créer un monstre légendaire. Cette quête est appelée « Cthulhu fhtagn ». Il est par ailleurs possible de créer un Cthulhu dans ce jeu, tout comme dans le premier volet.
  • Dans la série de jeux vidéo français Alone in the Dark, débutée en 1993 et éditée par Infogrames (maintenant Atari), la ligne directrice de l'histoire du jeu s'inspire des nouvelles d'H.P. Lovecraft, et plus précisément du mythe de Cthulhu. Dans le jeu, on retrouve d'ailleurs dans une bibliothèque le Necronomicon et le De Vermis Mysteriis, deux ouvrages de la mythologie Lovecraftienne.
  • Le jeu vidéo Shadow of the Comet (aussi publié sous le nom de Call of Cthulhu: Shadow of the Comet), développé et édité par Infogrames, s'inspire totalement du mythe de Cthulhu.
  • Dans le jeu vidéo Scratches, un tableau au premier étage de la maison représente Cthulhu.
  • Dans le jeu vidéo Terraria, un des boss se nomme Eye of Cthulhu, soit « L’œil de Cthulhu » en français. Puis Brain of Chtulu, soit « Le cerveau de Chtulu ».
  • Cthulhu est le héros du jeu vidéo Cthulhu Saves the World de Zeboyd Games (en), sorti sur PC et Xbox 360. Dans ce jeu de rôle parodique, Cthulhu perd ses pouvoirs lors de son réveil ; il doit alors devenir un héros et sauver le monde s'il veut retrouver ses capacités et pouvoir détruire le monde.
  • Dans le MMORPG The Secret World, nombreuses sont les références à Lovecraft, une rue de Kingsmouth portant même le nom de « Lovecraft's Lane ». De plus, le dernier boss du premier donjon est une créature à l'apparence de l'ancien dieu.
  • Dans le jeu vidéo Mass Effect, un scientifique de l'organisation secrète Cerberus compare un moissonneur au dieu endormi : « Chandana a dit que le vaisseau était mort. Nous l'avons cru, et il avait raison. Cependant même un dieu mort peut rêver. »
  • Dans le jeu vidéo Dino-RPG de Motion Twin, les Borg, monstres aquatiques figurant au bestiaires, ont une tête de seiche, comme Cthulhu.
  • Dans le jeu vidéo en flash Doodle Devil, il est possible de créer Cthulhu à partir d'un démon et de l'eau[6].
  • Dans le jeu vidéo Darksiders II, une créature nommée « Le Hurleur » ressemble trait pour trait à la représentation de Cthulhu[7].
  • Dans la première mission du jeu vidéo Secret Agent Clank, on peut trouver un char d'assaut derrière une vitrine, et un panneau qui dit qu'il s'agit en fait d'un jouet qui appartient à une créature appelé « Ktoulou ».
  • Dans la première mission du jeu vidéo Octodad, on peut clairement voir Cthulhu représenté sur un vitrail.

Jeu de rôle[modifier | modifier le code]

  • Dans le jeu de rôle Donjons et Dragons, une aberration aquatique nommée « Cthuul », de grande taille, possédant des tentacules et des pinces, d'alignement chaotique mauvais, est sans doute un clin d'œil à Cthulhu. Celui-ci apparaissait tel quel dans la première édition du supplément Deities & Demigods (en), mais il fut ensuite retiré à cause d'un problème de droits.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. nosferatuttiquanti.centerblog.net Cthulhu grand ancien
  2. paranormal-encyclopedie.com Description de Cthulhu
  3. Lovecraft à Duane Rimel, 23 juillet 1934
  4. Le retour d'Hastur, dans Lovecraft T.III, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1992, p. 544
  5. Le Mythe de Cthulhu, sur le site hplovecraft-fr.com.
  6. http://wiki.answers.com/Q/How_do_you_complete_doodle_devil
  7. http://cdn.supersoluce.com/file/docs/docid_4f717b088f152f5d6600c5cf/elemid_4ee9fac00a2fe93e0e000014/thumb_darksiders-2-xbox-360-044.flv.jpg

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Meurger, Lovecraft et la S.-F., Vol. I, Amiens, Encrage, collection « Travaux », 1991 (chapitre 3 : « “The awful squid head” : sources anthropologiques du personnage de Cthulhu », p. 65-88).
  • Patrice Allart, Guide du Mythe de Cthulhu, Encrage, 1999.
  • S. T. Joshi (dir.), Qu'est-ce que le Mythe de Cthulhu?, La Clef d'Argent, 2007.