Fantôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fantôme (homonymie).
La statue du commandeur d'Anna Chromý à l'entrée du théâtre des États à Prague où eut lieu la première représentation de Don Giovanni en 1787.
Le fantôme par Yoshitoshi (1886).
Dame blanche au sommet d'une tour. Illustration du roman Le Château des Carpathes de Jules Verne paru en 1892.

Un fantôme est une apparition, une vision ou une illusion interprétée comme la manifestation surnaturelle d'une personne décédée. Les fantômes sont également appelés revenants, spectres ou, plus rarement, ombres[1]. Toutefois les termes ne sont pas rigoureusement synonymes : un revenant est l'apparition d'un mort connu, dans une apparence identique à celle qu'il avait de son vivant et qui se comporte comme un vivant, tandis qu'un fantôme est une image floue, lumineuse, brumeuse et inconsistante, qui paraît flotter au-dessus du sol[2],[3]. Les fantômes peuvent prendre un nom spécifique en raison de leurs origines et de leurs caractéristiques, tels les lémures romains ou les wilis slaves.

On qualifie souvent de « fantôme » le phénomène connu sous le nom de poltergeist, ou « esprit frappeur », qui se manifeste par des bruits et des déplacements inexplicables d'objets, et qui est généralement lié à la présence d'un enfant perturbé, mais n'implique pas de lien avec un défunt.

« Fantôme » est un nom fréquemment associé à d'autres formes d'apparitions telles qu'auto-stoppeuse fantôme ou vaisseau fantôme. Par extension, le terme est souvent ajouté à des noms de choses matérielles abandonnées (ville fantôme, stations fantômes du métro de Paris), disparues (membre fantôme, île fantôme), ou échappant à la perception directe (cabinet fantôme, énergie fantôme, alimentation fantôme), clandestines (détenus fantômes) ou encore, en archivistique, à une fiche laissée à la place du document retiré d'un fonds jusqu'à son retour.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom fantôme dérive du grec ancien φάντασμα, transcrit en phantasma en latin. Il a été ensuite repris d'une version méridionale fantauma, pour se fixer en fantosme au XIIe siècle, puis ultérieurement en fantôme par transposition classique du s en ^. Ses origines sont identiques à celles de fantasme. Il désigne initialement une illusion avant de prendre, en 1165, son sens courant actuel[4].

Apparence[modifier | modifier le code]

Selon le professeur Charles Richet : « les fantômes, sauf de rarissimes apparitions d’animaux, ont une forme humaine, vêtus des vêtements qu’ils portaient à l’époque de leur vie terrestre. Tantôt ils ont l’apparence parfaite de la vie, tantôt ils sont transparents et nuageux comme des ombres ; généralement ils semblent entrer par une porte, et poursuivre leur route jusqu’à une autre chambre, où ils disparaissent. Souvent ils naissent à l’improviste et se résolvent en vapeur, en passant à travers les murs et les portes closes. Tantôt ils marchent, tantôt ils sont comme suspendus dans l’air. L’arrivée du fantôme se révèle presque toujours par un vague sentiment d’horreur, la sensation d’une présence, coïncidant avec un souffle glacé : presque toujours ils semblent être totalement indifférents aux personnes vivantes qui sont là à les regarder. Parfois ils se livrent à quelque occupation domestique, parfois ils font des gestes désespérés. On observe de grandes différences dans leur allure[5]. »

La tradition voudrait que les apparitions soient vêtues de blanc, au motif probable que les défunts reviennent, assez logiquement, enveloppés dans le linceul dans lequel ils ont été inhumés. En fait, toutes les tenues ou presque sont recensées, à l'exception notoire de la nudité qui est rarissime. Les revenants revêtent le plus souvent le costume qu'ils portaient habituellement de leur vivant. Pour expliquer ce fait, Frank Podmore, membre du comité directeur de la Society for Psychical Research d'Angleterre (Société pour la recherche psychique ou SPR), a avancé que les apparitions, n'existant que dans l'esprit du visionnaire, celui-ci leur faisait porter la tenue qui lui paraissait convenir au personnage[6].

La classique image du fantôme traînant des chaînes est due à l'antique description de Pline le jeune (voir ci-dessous) et ne figure pratiquement jamais dans les récits ultérieurs. Le linceul blanc n'est apparu dans l'iconographie médiévale qu'à partir du XIIIe siècle[7].

Croyance aux fantômes[modifier | modifier le code]

Selon divers sondages effectués dans le monde depuis 1980, il apparait que la croyance à l'existence des fantômes est largement répandue dans la population, tout en variant fortement selon les pays : 13% en France (2000)[8], 21% au Québec (2001)[9], 50% chez les Chinois de Hong Kong (1981)[10], 51% aux États-Unis (2009)[8] (18% en ont déjà rencontré[11] ), 52% au Royaume-Uni (2013)[12]. Un sondage réalisé en 1991 chez les jeunes français âgés de 8 à 16 ans indiquait que 16% estimaient « que les fantômes peuvent exister »[13]. Dans certains pays, tel la Thaïlande, la croyance aux fantômes est quasi générale[14]. Il semble que l'opinion de nombre de personnes pourrait se résumer à la savoureuse réponse de Madame du Deffand : « Est-ce que je crois aux fantômes ? Non, mais j'en ai peur ! »[15].

Origines[modifier | modifier le code]

Dualité et retour de morts[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Double (dualité).
L'âme () au-dessus d'une momie égytienne, illustration du Papyrus d'Ani.

Depuis la nuit des temps, la plupart des traditions, des religions et des philosophies considèrent que l'être humain est composé d'un corps mortel et d'une âme immortelle ou encore, d'un corps, d'un esprit et d'une âme. l'Égypte antique avait une conception de l'être beaucoup plus complexe, mais distinguait entre autres le corps (djet) et l'âme . On retrouve une pensée analogue dans la plupart des civilisations du monde, avec des liens plus ou moins établis entre les notions d'âme, d'esprit, d'ombre ou de double[16],[17].

Le thème de morts revenant hanter les vivants est aussi ancien qu'universel. Le égyptien possède la faculté de se manifester sur le plan terrestre pour venger le défunt.

Racines antiques[modifier | modifier le code]

Athénodore et son fantôme, gravure d'Henry Justice Ford, vers 1900.

En occident, on trouve la trace du mythe des fantômes dès l'antiquité : Ulysse dialogue avec eux[N 1] dans le chant XI de l'Odyssée à la fin du VIIIe siècle av. J.-C., et ils ont un rôle dans les tragédies Électre et Ajax, écrites par Sophocle au IVe siècle av. J.-C. : « Je vois bien que nous ne sommes, nous tous qui vivons ici, rien de plus que des fantômes ou que des ombres légères[18]. »

Un des plus anciens récits concret qui nous soit parvenu, est dû à Pline le Jeune (61-114). Il relate dans une de ses Lettres l'incident survenu au philosophe Athénodore le Cananite, dans une maison qu'il venait de louer à très bon marché car elle était hantée par un terrible spectre qui faisait fuir ses habitants[19] : « dans le silence de la nuit, on entendait un froissement de fers, et, en écoutant avec attention, le retentissement de chaînes agitées. Le bruit semblait d'abord venir de loin, et ensuite s'approcher ; bientôt apparaissait le spectre : c'était un vieillard maigre et hideux, à la barbe longue, aux cheveux hérissés; ses pieds et ses mains étaient chargés de fers qu'il secouait. »

Athénodore s'installe dans la maison et attends l'arrivée du fantôme. Celui-ci ne tarde pas à se manifester bruyamment et l'invite à le suivre : « le fantôme marchait d'un pas lent ; il semblait accablé par le poids des chaînes. Arrivé dans la cour de la maison, il s'évanouit tout à coup aux yeux du philosophe. Celui-ci marque le lieu où il a disparu par un amas d'herbes et de feuilles. Le lendemain, il va trouver les magistrats et leur demande de faire fouiller en cet endroit. On trouve des ossements encore enlacés dans des chaînes, le corps, consumé par le temps et par la terre, n'avait laissé aux fers que ces restes nus et dépouillés. On les rassemble, on les ensevelit publiquement et, après ces derniers devoirs, le mort ne troubla plus le repos de la maison. »

Hantises et apparitions sont des évènements qui sont signalés en tous temps et en tous lieux, non seulement chez les grecs et les romains de l'antiquité, mais aussi dans toute l'Europe médiévale, et ce jusqu'à nos jours.

Typologie[modifier | modifier le code]

Malgré les propositions du chercheur britannique Hylary Evens[20], il n'existe pas de classification universellement reconnue des apparitions fantomatiques. On peut toutefois en distinguer les principales catégories. Dans le système de classification de Vallée, les poltergeists sont des « anomalies à effets physiques » de type AN-II, tandis que les fantômes sont des « entités » relevant du type AN-III.

Poltergeists[modifier | modifier le code]

Représentation de la manifestation d'un poltergeist en 1911
.

Les poltergeists, ou esprit frappeurs, sont souvent qualifiés de « fantômes », bien qu'ils constituent une catégorie particulière. « On regroupe traditionnellement toutes ces manifestations sous le terme générique de petite hantise, qui diffère de la grande en ce quelle exclut les apparitions, les revenants, les fantômes[21]. ».

Il s'agit essentiellement de mouvements d'objets inexplicables, de jets de pierres, de bruits sans cause physique apparente, de perturbations des appareillages électriques, de lumières, de départs de feux, etc. Les apparitions de formes floues sont très rares, ainsi que la référence possible à un ou plusieurs défunts. Ces phénomènes sont le plus souvent liés à la présence d'un ou d'une adolescent(e) perturbé(e).

Revenants[modifier | modifier le code]

Claude Lecouteux distingue les « vrais » revenants, défunts qui décident délibérément de revenir pour diverses raisons, par opposition aux « faux » revenants, constitués par des morts dont la présence semble perdurer quelque temps après leur décès, comme s'ils n'arrivaient pas à disparaître définitivement, ou bien tirés de l'au-delà pour défendre leur sépulture ou répondre à un appel de nécromancie[22].

Vrais revenants

Pour Xavier Yvanoff, « le revenant est un mort qui apparaît revêtu de son enveloppe corporelle. Il est rarement anonyme. C'est un mort que l'on connu au village et qui « revient » en chair et en os pour se présenter devant les vivants, le plus souvent à l'endroit où il a vécu. Physiquement, il possède le même corps qu'un vivant. C'est parfois à s'y méprendre et sa pâleur supposée est une idée fausse[23]. » On peut a priori classer dans cette catégorie les Auto-stoppeuses fantômes, si toutefois elles ne sont pas seulement légendaires, qui paraissent suffisamment réelles pour être prises en stop par des automobilistes abusés.

Le spectre de Barbara Radziwiłł répondant à l'invocation de Pan Twardowski. Tableau de Wojciech Gerson.
Faux revenants

Selon plusieurs récits légendaires du Moyen Âge, il arrive que des morts récents se manifestent et semblent refuser de se laisser mener au tombeau. Selon une tradition largement partagée, les morts « habitent » leurs tombeaux et il est malvenu de les y déranger. Il arrive que le défunt manifeste lui-même son mécontentement et menace l'intrus de l'amener à le rejoindre[24].

Une autre catégorie concerne les défunts qui sont contraints de revenir parmi les vivants à cause d'opérations de nécromancie. Dans son roman Métamorphoses écrit au IIe siècle, Apulée fait le récit d'un prophète égyptien qui fait revenir un cadavre à la vie : « il y a ici un Égyptien nommé Zatchlas, prophète du premier ordre. Dès longtemps il s'est engagé avec moi, au prix d'une somme considérable, à évoquer temporairement une âme du fond des enfers, et à lui faire animer de nouveau le corps qu'elle aurait quitté[25]. » « un léger soulèvement se manifeste vers la poitrine du mort, son pouls recommence à battre, ses poumons à jouer ; le cadavre se met sur son séant; la voix du jeune homme se fait entendre : J'avais déjà bu l'eau du Léthé, dit-il, et presque franchi les marais du Styx. Pourquoi me rengager dans les tristes devoirs de cette vie éphémère? Cessez, cessez, de grâce, et me rendez à mon repos. Ainsi parla le cadavre[26]. »

Selon une ancienne légende polonaise du XVIe siècle, un sorcier du nom de Pan Twardowski qui, tel Faust, aurait vendu son âme au diable en échange de pouvoirs surnaturels, réalisa l'apparition de la défunte reine de Pologne Barbara Radziwiłł à la demande de son époux, le roi Sigismond II.

« Katie King » émergeant de la forme allongée de Florence Cook.
Médiums et ectoplasmes

Le spiritisme est considéré comme la forme contemporaine d'invocation de l'esprit des morts et, à ce titre, l'héritier d'une tradition de nécromancie qui remonte à l'antiquité. Les communications se font par l'intermédiaire d'un médium en état de transe, à l'aide de divers supports tels que les tables tournantes, le Ouija, l'écriture automatique, etc.

La forme la plus aboutie est la matérialisation d'une substance, de nature indéterminée appelée ectoplasme (ou périsprit pour Allan Kardec), qui peut prendre des formes variées, censées représenter la manifestation d'un défunt. Bien que relatée par de nombreux témoins dignes de foi, l'existence des ectoplasmes n'a jamais été scientifiquement démontrée. À l’évidence, les apparitions des supposés revenants ectoplasmiques sont souvent constituées de morceaux de gaze ou de tissus légers entourant des photographies ou des dessins[27]. Beaucoup de médiums ont été surpris en pleine fraude manifeste. Le médium Florence Cook réussissait l'exploit de provoquer, par trucage, la manifestation d'un ectoplasme extrêmement réaliste (on pouvait le toucher et même lui prendre le pouls !) appelé « Katie King », qui n'était autre que Florence Cook elle-même déguisée.

Les ectoplasmes se distinguent fondamentalement des fantômes dans la mesure où, exclusivement émis par le corps du médium, ils n'ont aucune autonomie, et disparaissent dès sa sortie de transe.

Fantômes[modifier | modifier le code]

Les fantômes sont des apparitions, d'une forme généralement humaines (très rarement animale), entière ou partielle, ou des phénomènes lumineux telles que boules colorées, lueurs, etc. Ils sont, le plus souvent, flous et diffus. Ces phénomènes sont parfois vus par plusieurs personnes simultanément mais, dans quelques cas, avec des différences dans les détails observés[28].

Il arrive que ces manifestations se répètent aux mêmes endroits, sans qu'on puisse déterminer le personnage dont il pourrait s'agir, ni du motif de sa localisation dans un lieu précis. Les parapsychologues utilisent alors le terme « d'apparition récurrente localisée ».

Dans de nombreux cas, les témoins disent ne pas avoir été effrayés par l'apparition elle-même, mais s'inquiètent du sens qu'elle pourrait éventuellement avoir, pour eux ou leurs proches, tel l'annonce d'un décès[29]. C'est le rôle qui est traditionnellement tenu par certaines dames blanches. Pour Érasme : « Un des faits les plus connus demeure l’apparition de la dame blanche aux familles princières[30]. »

Dames blanches[modifier | modifier le code]

Apparition d'une dame blanche au chevet d'un mourant.

Parmi les différentes sortes de dames blanches, certaines entrent incontestablement dans la catégorie des fantômes. Ce sont :

Apparitions de crise[modifier | modifier le code]

Dans certaines circonstances particulièrement dramatiques, telles que l'accident ou l'agonie d'une personne, il arrive parfois que son fantôme apparaisse instantanément à ses proches[31]. Dans une étude publiée en Angleterre en 1886 et portant sur 17 000 personnes, les chercheurs posaient comme hypothèse qu'il s'agissait d'un message télépathique, émis involontairement par la victime, et reçu par le destinataire sous la forme d'une hallucination[32].

Dans une lettre adressée à Camille Flammarion en 1896, le jeune compositeur André Bloch relate, qu'alors que lui et sa mère séjournaient à Rome, cette dernière vit apparaître à côté d'elle son jeune neveu René Kraemer, âgé de 14 ans, qui la regardait en riant tout en lui disant : « mais oui, je suis bien mort ». De retour à Paris quinze jours plus tard, ils eurent la confirmation de la nouvelle de son décès qui s'était produit au moment précis de la vision[33].

Fantômes de vivants[modifier | modifier le code]

C'est le titre original anglais (Phantasms of the Living) d'un ouvrage, rédigé en 1886 et paru en France en 1891 sous le titre modifié « Les hallucinations télépathiques »[32], rédigé par Frederic Myers et Edmund Gurney, avec la participation de Frank Podmore, tous trois membres de la Society for Psychical Research anglaise.

Il arrive parfois, qu'en dehors de tout motif grave, des individus apparaissent à leurs proches, ou dans des lieux qui leur sont familiers, tout en étant physiquement à des distances considérables. Une telle aventure est survenue à Goethe : un jour qu'il se promenait sur une route avec un ami, il eut la surprise de rencontrer un autre ami du nom de Frédéric. Il l'interpela, mais celui-ci disparut sans répondre. De retour à son domicile, Goethe eut la surprise d'y trouver ledit Frédéric qui, assoupit, lui dit avoir rêvé leur rencontre sur la route[34].

Ce phénomène de dédoublement est connu sous le nom de bilocation lorsqu'il concerne des mystiques, des bienheureux ou des saint tel le Padre Pio[35]. Pour les ésotéristes, il pourrait s'agir de cas de dédoublement astral, le corps astral étant perçu exceptionnellement par des tiers.

Vision de son propre double[modifier | modifier le code]

Un autre phénomène consiste en la vision de son propre corps sous la forme d'un double fantomatique fréquemment transparent[36]. Cette hallucination est connue sous le nom allemand de Doppelgänger et est considérée en neurologie comme un phénomène autoscopique. Il semble que ce soit une expérience de ce type que relate Guy de Maupassant dans sa nouvelle Lui ?, présentée comme une lettre à un ami[37].

Armées fantômes[modifier | modifier le code]

De nombreuses légendes circulent au sujet de prétendues armées de fantômes, se manifestant sur des champs de bataille ou des lieux au passé historique :

  • Deux mois après la bataille de Edgehill (octobre 1642), divers témoins dont des officiers du roi, affirmèrent avoir vu durant la nuit, à plusieurs reprises, les armées rejouer la bataille dans le ciel.
  • En 1915 se développa la légende des Anges de Mons, selon laquelle un groupe d'anges serait apparu aux soldats de l'armée britannique à la fin de la bataille de Mons en Belgique. Son origine est une nouvelle intitulée The Bowmen (Les archers), de l'écrivain fantastique Arthur Machen, publiée en septembre 1914 dans le quotidien London Evening News, qui est devenue le support d'une rumeur colportant qu'il s'agissait de faits réels.
  • Dans les années 1930, à Cadbury Hill, colline fortifiée située dans le Somerset, au sud de l’Angleterre, et résidence possible d'un site d'un des chevaliers de la Table ronde, un jeune couple aurait assisté au défilé d'une troupe de cavaliers armés, s'éclairant avec des torches, qui disparurent subitement.
  • Dans la nuit du 2 janvier 1950, une conductrice fut victime d'un accident sur les rives d'un loch écossais. En terminant sa route à pied, elle vit des hommes vêtus de tuniques et de collants, tourner en rond à la lueur de torches. Une enquête ultérieure de la Society for Psychical Research conclut qu'elle avait peut-être assisté à la recherche des morts Pictes à l'issue de la bataille de Nechtansmere[38].

Fantômes d'animaux[modifier | modifier le code]

Illustration de Sidney Paget pour un tirage du Chien des Baskerville.

Dans ses Mémoires d'outre-tombe, Chateaubriand fait état d'un chat noir qui hanterait l'escalier d'une tour du château de Combourg, appelée de ce fait « la tour du chat »[39]. En 1876, lors de travaux de restauration, on découvrit dans un mur les restes desséchés d'un chat, probablement emmuré vivant au Moyen Âge pour conjurer le mauvais sort selon les coutumes de l'époque.

Le folklore anglo-saxon est riche en légendes concernant des fantômes de chiens noirs, presque toujours malveillants. C'est une d'elle, provenant du Dartmoor, qui aurait inspiré à Arthur Conan Doyle son roman Le Chien des Baskerville.

Dans un de ses ouvrages, Jean Prieur relate une douzaine de témoignages de la manifestation post-mortem d'animaux familiers. Dans un de ceux-ci, une chienne sauvage nommée Polka se laissait caresser et nourrir par une famille, mais repartait ensuite loger dans une carrière au fond d'un bois. Un jour, la chienne disparut et l'on apprit qu'elle avait été gravement blessée par une voiture à la suite de quoi elle était probablement partie agoniser dans un fourré. Toutefois les trois membres de la famille continuèrent à entendre des gémissements et des grattements à leur porte sans voir l'animal. Intrigués, ils se rendirent à sa cachette habituelle et la découvrirent morte depuis plusieurs jours, avec auprès d'elle trois chiots nouveau-nés, dont un vivait encore[40].

Ernest Bozzano recense neuf cas de fantômes d'animaux, tout en notant : « on comprendra que les fantômes d’animaux présentent rarement la même valeur probante que ceux d’êtres humains, soit parce qu’on peut plus difficilement les séparer des fantômes purement hallucinatoires, soit parce qu’il n’est pas toujours facile d’exclure que les percipients se soient trompés, en prenant des animaux vivants pour des fantômes d’animaux[41]. »

Pour mémoire, on peut citer également les chasses fantastiques qui associent les fantômes des composantes classiques des chasses à cour : cavaliers, chevaux et meutes de chiens.

Moyens de transport[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux récits relatant des phénomènes de hantise, réels ou légendaires, survenus à bord de bateaux, de trains, d'avions et même de sous-marins. Mais il arrive aussi parfois que ce soit les véhicules eux-mêmes qui se comportent comme des fantômes[42].

Vaisseaux fantômes[modifier | modifier le code]

Un vaisseau fantôme est un navire maudit qui, selon la légende, est condamné à errer sur les océans, conduit par un équipage de squelettes et de fantômes. Le plus célèbre des vaisseaux fantômes est le Hollandais volant, jadis appelé quelquefois Le voltigeur hollandais[43], également connu sous les noms anglais The Flying Dutchman[44] ou allemand Der Fliegende Hollander, ce dernier étant le titre original du premier des dix opéras majeurs[45] de Richard Wagner.

Il en existe d'autres, tels le Vaisseau fantôme de la baie des Chaleurs au Canada ou le Caleuche, vaisseau fantôme appartenant au folklore de l'archipel des îles Chiloé au Chili ou encore le Princess Augusta près de l'île américaine de Block Island, près de New York aux États-Unis.

On connait aussi de nombreuses traditions, notamment celtiques, concernant des barques peuplées de défunts.

Trains fantômes[modifier | modifier le code]

Train mortuaire d'Abraham Lincoln.

Les trains fantômes ne sont pas uniquement des attractions de fête foraine. Plusieurs légendes rapportent la présence d'« authentiques » trains spectraux.

À la suite de la grande émotion populaire suscitée par l'assassinat du président Abraham Lincoln en 1865, sa dépouille mortelle fut transportée jusqu'à sa sépulture, située dans l'Illinois, à bord d'un train spécial drapé de noir qui fit un très long détour pour qu'un grand nombre de personnes, massées sur son passage, puissent lui rendre un dernier hommage[46]. Depuis lors, la légende court qu'on peut parfois le voir passer, surtout la nuit ; il ne s'arrête pas dans les gares qu'il traverse, mais les horloges stoppent à sa venue[47],[48]. Une description en a été publiée dans le journal Albany Time : « il passe sans un bruit. S'il y a un clair de Lune, des nuages viennent couvrir la Lune pendant que le train fantôme suit sa route. Après le passage de la locomotive, le train funèbre défile lui-même, avec drapeaux et banderoles. La voie semble couverte d'un tapis noir et le cercueil est visible au centre de la voiture, tandis que tout autour de lui, dans les airs et dans le train derrière, se trouvent un grand nombre d'hommes en bleu, certains avec des cercueils sur le dos, d'autres s'appuyant dessus[49]. »

Le pont sur le Tay partiellement effondré après le déraillement du train de nuit Edimbourg Dundee.

Dans la nuit du 28 décembre 1879, eut lieu la catastrophe ferroviaire du pont sur le Tay. Au cours d'une terrible tempête, le train de nuit reliant Édimbourg à Dundee dérailla en passant sur le très long pont surplombant le fleuve Tay en Écosse, entrainant la chute de 13 travées. Il n'y eut aucun survivant parmi les 75 passagers. Peu de temps après le drame, on prétendit que de nombreux fantômes hantaient les alentours. Le pont fut reconstruit en 1887 et le trafic ferroviaire fut rétabli mais, un 28 décembre quelques années plus tard, on observa le passage à vive allure d'un train non programmé qui disparut une fois arrivé au milieu du pont[48].

Avions fantômes[modifier | modifier le code]

Les sites où se sont produits la chute d'avions victimes de catastrophes aériennes seraient parfois survolés par des appareils fantômes. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, un spitfire qui avait été abattu pendant les hostilités, aurait été souvent vu au-dessus du terrain d'aviation de Biggin Hill près de Londres, ancienne base de la Royal Air Force. Par les nuits d'orage, un avion fantôme survolerait la ville de Weybridge dans le Surrey en Angleterre, lieu où il s'est abattu durant une tempête en 1965[50].

Autobus fantôme[modifier | modifier le code]

Bus londonien des années 1930.

Dans les années 1930 à Londres, un des célèbres bus rouge à impériale, portant le N°7, a provoqué de nombreux accrochages et au moins un accident mortel. Tôt le matin, il fonçait sur les automobilistes, au carrefour de Saint Mark's Road et de Cambridge Gardens, près la station de métro de Ladbroke Grove, avant de disparaître mystérieusement. Le phénomène disparut rapidement après que les autorités eurent rectifié le tracé du carrefour[51],[52],[N 2].

Témoignages et preuves matérielles[modifier | modifier le code]

La presque totalité des apparitions de fantômes ne sont connues que par les récits du ou des témoins, souvent repris d'ouvrage en ouvrage sans vérification. Dans nombre de cas, le récit est tenu d'un tiers, comme l'indique très honnêtement Pline le Jeune dans son célèbre récit : « Cette histoire, je la crois sur la foi d'autrui. »[53]. De ce fait, la preuve de leur authenticité est problématique. Certaines histoires relèvent clairement du folklore ou de la légende, sans que l'origine du mythe puisse être connue[54]. Pour d'autres, la qualité des témoins suggère que leur récit est recevable, tout en tenant compte des possibilités d'illusions ou d'hallucinations. S'y ajoute les inventions, canulars et autres supercheries.

Nombre de témoignages ont été transmis par des lettres de prétendus témoins ou de proches des narrateurs. La quasi-totalité des nombreux exemples cités par Camille Flammarion dans ses ouvrages sur les manifestations post-mortem sont tirés des milliers de lettres reçues sans vérification. Comme l'indique Anne Jaffé, disciple de Jung : « Ces lettres ne peuvent pas, en elles-mêmes, être considérées comme contributions à la science [sic] de la parapsychologie telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui[55]. »

Photographies[modifier | modifier le code]

Si des photographes, tel l'anglais Simon Marsden, se sont spécialisés dans la photographie de lieux sinistres et/ou réputés hantés[56], les photographies des fantômes eux-mêmes sont très rares et controversées.

Photographies célèbres

Le plus célèbre cliché de revenant a été pris le 19 septembre 1936, dans le grand escalier du château de Raynham Hall dans le Norfolk, par deux photographes du magazine Country Life, Captain Provand et Indre Shira[57]. La silhouette, surnommée The Brown Lady (La Demoiselle brune), pourrait être celle de Lady Dorothy Townshend, épouse de Charles Townshend, propriétaire de Raynham Hall au début du XVIIe siècle.

Depuis ce jour, même si plusieurs photographies sont troublantes, telle celle réalisée en 2010 par Kevin Horkin dans les ruines du château de Gwrych au Pays-de-Galles[58],[59], aucune n'est considérée comme authentique, les risques de trucage ou d'anomalie involontaire explicable étant considérables.

Célébrité n'est pas synonyme d'authenticité. Dans les années 1990, l'abbaye de Mortemer fut au cœur de l'actualité paranormale lorsqu'une journaliste du nom de Muriel Motte prétendit avoir photographié, à plusieurs reprises, la silhouette d'un spectre hantant les ruines la nuit. En fait, il s'agissait de la photographie floutée des restes du clocher de l'abbatiale éclairés par un projecteur[60].

Origines possibles des images de fantômes
Orbes au-dessus d'un « rond de sorcière, en fait des flocons de neige. »

Dans la plupart des cas, lorsqu'il s'agit d'anciennes prises de vues, la cause la plus probable est une double exposition. Sinon il peut s'agir d'un reflet ou d'un objet parasite proche de l'objectif de l'appareil. Dans le cas où la photographie est prise dans l'obscurité - totale ou relative - l'appareil mélange une image nette, prise pendant le bref éclair du flash, avec une image floue et diffuse enregistrée pendant la période de pause d'une ou deux secondes qui suit l'éclair. Il peut en résulter un sujet qui semble entouré par une forme diffuse[61]. Depuis la généralisation des appareils photographiques numériques et la large diffusion de logiciels de retouche d'image, le trucage photographique est à la portée de tous et facilite la productions de fausses images de fantômes.

Orbes

Le phénomène des orbes, ou orbs, petites taches circulaires blanchâtres qui apparaissent particulièrement sur les photographies numériques prises à l'aide d'un flash, a propagé l'idée qu'il s'agissait de la trace laissée par des esprits fantomatiques. Bien que d'autres origines possibles (plasma, ovni...) soient avancées par les tenant du paranormal, les orbes sont en fait des images parasites provoquées par la réflexion de la lumière du flash sur des particules présentes dans l'air à proximité de l'objectif. Il peut s'agir de poussières diverses, de moucherons, de flocons de neige, de pollen, de gouttelettes d'eau, etc.

Vidéos[modifier | modifier le code]

Les vidéos de fantômes et autres poltergeists circulant sur internet sont légion. La plupart sont très peu convaincantes. Quelques-unes sont plus particulièrement célèbres (ou réussies...).

Fin 2003, une caméra de surveillance du château de Hampton Court a enregistré l'image d'un personnage en costume, supposé être le fantôme d'Henry VIII, refermant une porte[62]. La vidéo a été reprise et diffusée par de nombreuses chaînes de télévision mais, pour Richard Wiseman, professeur de psychologie à l'université du Hertfordshire, cité par le Daily Telegraph, il s'agit « soit d'un coup de publicité du palais, ce dont je doute, soit d'un visiteur qui a voulu se rendre utile en refermant la porte[63]. »

Une vidéo, fréquemment reprise dans les médias et présentée comme ayant été jugée authentique par des experts, est censée avoir enregistré l'image d'un enfant fantôme courant dans un ancien cimetière américain avant de grimper dans un arbre[64]. En fait, un examen attentif met en évidence une coupure dans l'enregistrement et suggère l'explication beaucoup plus rationnelle d'un enfant bien réel jetant un tissus dans un arbre[65].

La caméra de surveillance d'un parking de Tokyo a filmé l'étrange déplacement d'une silhouette féminine, semblant se déplacer à reculons avant de disparaître[66]. L'enregistrement est présenté comme authentique.

Une vidéo amateur circulant sur internet présente un groupe de touristes japonais se filmant au sommet d'une falaise bordant la mer. Sur une brève séquence on aperçoit nettement, en arrière plan, une personne se jetant dans le vide[67]. L'origine précise de cette vidéo semble inconnue. La possibilité d'un trucage est donc considérable, d'autant qu'il n'est fait référence à aucun suicide réel survenu à cet endroit.

Enregistrements sonores[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Phénomène de voix électronique.
Thomas Edison dictant dans sa bibliothèque.

La plupart des messages supposés émis par des esprits désincarnés ne sont pas directement audibles par les humains. On ne peut les écouter que par le truchement d'enregistrements électroniques.

Thomas Edison, l'inventeur du Phonographe en 1877, espérait encore en 1920 mettre au point un appareil permettant de capter directement les messages des esprits. Il ne s'agissait pas à proprement parler des fantômes, mais l'idée était proche. « Je prétends qu'on peut construire un appareil si sensible que, s'il y a des êtres dans un autre monde, qui souhaitent entrer en rapport avec nous dans ce monde-ci, les chances qu'ils puissent le faire avec cet appareil seront bien meilleures qu'avec les tables tournantes[68]... »

En 1959, le producteur de cinéma suédois Friedrich Jürgenson (1903–1987), parti se promener avec un magnétophone aux environs de Stockholm pour enregistrer des chants d'oiseaux, eut la surprise d'entendre des voix derrière leurs pépiements. Intrigué, il multiplia les enregistrements. Pensant avoir identifié des messages en provenance d'amis ou de parents défunts, il publia ses découvertes en 1964. Konstantin Raudive, un ancien professeur de psychologie, se pencha à son tour durant neuf ans sur le sujet et réunit plus de 10 000 échantillons de voix. En 1968, il rédigea un livre accompagné d'un disque[69] sur le fruit de ses recherches qu'il poursuivit jusqu'à sa mort en 1974[70].

Les enregistrements par un magnétophone de messages audibles sont très rares. On les connait surtout dans les cas de poltergeists ou sont enregistrés de bruits divers et des rauques voix spectrales. (utilisation des « fausses cordes vocales » des humains victimes du phénomène[N 3].)

Chasseurs de fantômes[modifier | modifier le code]

Harry Price en 1922.

On appelle « chasseurs de fantômes » les personnes qui se sont spécialisées dans l'étude des phénomènes de hantise. Le thème a été popularisé de façon comique dans le célèbre film américain SOS Fantômes sorti en 1984. Dans la réalité, la plupart des chasseurs de fantômes ne cherchent pas à combattre ces phénomènes, mais plutôt à les analyser en collectant un maximum de renseignements.

L'Anglais Harry Price (1881-1948), fondateur en 1925 du National Laboratory of Psychical Research à Londres, fut probablement le plus célèbre chercheur dans ce domaine au XXe siècle. Il publia une douzaine d'ouvrages, dont deux furent consacrés au presbytère de Borley présenté comme « le lieu le plus hanté d'Angleterre ».

De nos jours, de nombreuses personnes, ou associations d'amateurs, se proclament chasseurs de fantômes, sans pour autant avoir une attitude réellement scientifique. Malgré l'emploi fréquent de divers détecteurs et appareils sophistiqués, censés fournir des preuves des phénomènes observés, leurs recherches n'apportent rien de concret aux études sur le sujet[71].

Article détaillé : Chasse au fantôme.

Face à la science[modifier | modifier le code]

Pour Emmanuel Kant (1724-1804), « on peut être sûr que jamais une académie des sciences ne choisira un pareil sujet, pour le mettre au concours ; non pas que chacun de ses membres soit persuadé de la futilité et du mensonge de toutes ces narrations, mais bien parce que la loi de la prudence met de sages bornes à l'examen de ces questions. Les histoires de revenants rencontreront toujours des croyants secrets et seront toujours l'objet, en public, d'une incrédulité de bon ton[72]. »

De la seconde partie du XIXe siècle jusqu'au milieu du XXe, et encore jusqu'à nos jours, de nombreux savants et parapsychologues ont enquêté sur ces phénomènes. Parmi ceux-ci on peut citer : Camille Flammarion (1842-1925) astronome, Charles Richet (1850-1935) prix Nobel de médecine, Frank Podmore (1856-1910) écrivain, Ernest Bozzano (1862-1943) parapsychologue, Jean Prieur (1914-) professeur de français, Claude Lecouteux (1943-) docteur es lettres, Walter von Lucadou (1945-) physicien et psychologue, etc. Ils se sont souvent regroupés dans des instituts tels que la Society for Psychical Research (Société pour la recherche psychique ou SPR) fondée en 1882 en Angleterre, ou l'Institut métapsychique international (IMI) créé en 1919 en France.

Actuellement, la communauté scientifique considère en général que, méprises et tromperies mises à part, la plupart des manifestations de fantômes présentées comme authentiques n'ont pas de réalité physique. Les apparitions spectrales n'entrent pas dans le champ des études du mouvement zététique, celui-ci se limitant aux hypothèses réfutables et excluant, de fait, tout ce qui touche aux croyances. Pour Pascale Catala[N 4]. : « seule une approche rationnelle, se fondant sur diverses disciplines scientifiques (physique, psychologie, psychiatriques, sociologie, neurophysiologiques, etc. permettra de démêler le vrai du faux[73]. »

Hallucinations[modifier | modifier le code]

Le buveur d'absinthe (1901)
par Viktor Oliva.

Les hallucinations sont définies comme des perceptions en l'absence de stimuli externes. Elles doivent être distinguées des illusions, qui résultent de perceptions altérées de stimuli externes existant, et des hallucinoses, qui sont des perceptions en l'absence de stimuli externes mais avec conservation de la conscience de la nature endogène (qui a une cause interne) de la perception[74].

Une des caractéristiques importantes de l'état psychotique est l'absence de prise de conscience suffisante de la nature pathologique des symptômes (Anosognosie). Les patients pensent que leur comportement, et les expériences hallucinatoires qu'ils vivent, ne sont en aucune manière inhabituelles ou étranges[75].

Paralysie du sommeil[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Paralysie du sommeil.

Un trouble du sommeil relativement fréquent[N 5], connu sous le nom de paralysie du sommeil, peut probablement expliquer bon nombre de cas de hantise, lorsque ceux-ci se produisent quand le témoin est couché dans un lit[76].

Le sujet, sur le point de s'endormir ou de s'éveiller, mais tout à fait conscient, se trouve dans l'incapacité d'effectuer le moindre mouvement volontaire. À cette sensation désagréable, sont couramment associées des hallucinations auditives telles que bruits de pas, voix et sons divers ainsi que des impressions d'oppression, de suffocation et de présence d'une personne maléfique dans la pièce. Les hallucinations visuelles sont assez peu fréquentes[77],[78].

Beaucoup moins communes sont d'autres impressions, comme des sensations de vibration, de douleur ou de froid, des odeurs, des mouvements des couvertures, etc. Ces hallucinations sont ressenties comme des faits réels, accompagnés d'un sentiment de danger extrême, voire de risque mortel. Plus rarement encore, le ressenti peut être de la colère, de la tristesse, une sensation d'extase, voire des désirs érotiques[79].

Fantôme sur commande[modifier | modifier le code]

Une patiente de vingt-deux ans, sans antécédents psychiatriques, traitée à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) pour un problème d'épilepsie a eu la désagréable sensation qu'une personne, placée derrière elle, cherchait à l'étreindre, lorsque les chercheurs ont stimulé les électrodes placées dans son cerveau à la jonction temporo-pariétale[80]. Un dysfonctionnement de cette zone cérébrale est déjà soupçonné d'être à l'origine de la sensation de voyage astral[81].

Malaises et infrasons[modifier | modifier le code]

Des recherches scientifiques ont permis de mettre en cause les infrasons – sons émis à des fréquences inférieures à 20 Hertz (Hz), inaudibles pour l’oreille humaine – dans la production de sentiments d’anxiété, de peur ou de tristesse, voire dans la production d’hallucinations. Les effets physiologiques et psychologiques des infrasons ont été découverts au début du XXe siècle. La propagande nazie les aurait utilisés pour accentuer l’excitation des foules pendant les discours d’Adolf Hitler et aurait ultérieurement cherché à construire des armes soniques qui semblent être restées au stade expérimental. Fin 1963, le docteur Vladimir Gavreau, chercheur au laboratoire d’électro-acoustique de Marseille, fut confronté aux violents malaises, migraines et nausées répétés de ses collaborateurs. Après de longues recherches tous azimuts, il découvrit que leur cause était un ventilateur qui émettait des sons inaudibles, d'une fréquence de 7 Hz[82],[83].

Au cours d’une expérience conduite par le docteur Richard Lord, chercheur acousticien au National Physical Laboratory et par le professeur Richard Wiseman, psychologue à l'université du Hertfordshire, des sons à très basse fréquence ont été émis au cours de quatre morceaux joués pendant un concert réunissant 750 personnes à Londres. À la sortie, 22 % des spectateurs ont déclaré avoir eu des réactions de peur ou de tristesse au cours des passages en question. Selon le professeur Wiseman : « Certains chercheurs ont suggéré que ce niveau de son peut être relevé dans certaines maisons dites hantées et ainsi provoquer des sensations curieuses couramment attribuées à la présence d'un fantôme - nos découvertes confirment cette hypothèse »[84]. Le vent s’engouffrant dans les longs corridors et les conduits de cheminée des châteaux pourrait être à l’origine de ces infrasons. Selon Vic Tandy, ingénieur à l’université de Coventry, des sons d’une fréquence d’environ 19 Hz peuvent faire entrer en résonance le globe oculaire humain, provoquant des troubles de la vision et des hallucinations[85],[86].

Champs magnétiques[modifier | modifier le code]

La Terre baigne naturellement dans un champ magnétique qui lui est propre, dont la composante verticale à sa surface est stable aux alentours de 500 milligauss. Dans les années 1980, en étudiant le comportement des sourciers, le professeur Yves Rocard a estimé qu'un être humain pouvait être sensible à une variation de magnétisme de l'ordre du milligauss[87]. Hors, dans certains lieux supposés hantés, il a été mesuré des champs magnétiques beaucoup plus considérables, allant jusqu'à 825 milligauss. Certaines personnes pourraient y être particulièrement sensibles, et interpréter leur ressenti en fonction de leurs croyances personnelles[88],[89].

Fantômes et lieux hantés célèbres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Catégorie:Lieu réputé hanté.

Les relations détaillées d'apparitions de fantômes et de lieux supposés hantés suffiraient, à eux seuls, à remplir une bibliothèque. Il est donc exclu d'engager ici une telle entreprise. Quelques cas sont toutefois particulièrement célèbres :

France[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Mortemer dans l'Eure serait hantée par le fantôme de Mathilde l'Emperesse, petite-fille de Guillaume le Conquérant, qui apparaîtrait les nuits de pleine Lune.

Les jardins du Trianon seraient parfois peuplés de fantômes. L'après-midi du 10 août 1901, deux touristes anglaises s'égarèrent dans les jardins du château de Versailles proches du Trianon. Elles y firent la rencontre insolite de plusieurs personnages en tenue du XVIIIe siècle. Dans un climat qu'elles qualifièrent d'« anormal, insolite et déplaisant », elles échangèrent plusieurs phrases avec eux avant de retrouver un environnement « normal » devant l'entrée du Petit Trianon où elles achevèrent leur visite. En confrontant ultérieurement leurs souvenirs, elles découvrirent qu'elles n'avaient pas remarqué parfois les mêmes choses. Elles publièrent leur aventure en 1911 sous des pseudonymes[90], une traduction française en fut publiée en 1959[91]. Des témoignages assez proches auraient été enregistrés en 1908, 1928 et 1955[92]. Dans les années 1930, un chercheur du nom de R.J. Sturge-Whiting fit une analyse approfondie des témoignages. Il conclut que les deux visiteuses n'avaient, en réalité, rencontré que du personnel du château et d'autres touristes[93].

Le château de Veauce (Allier) : cette forteresse serait hantée par le fantôme de Lucie, une jeune domestique morte de faim dans une tour du château. L'ancien propriétaire, le baron Ephraïm Tagori de la Tour, prétendait la rencontrer toutes les nuits sur un chemin de ronde[94]. L'évènement a fait l'objet d'un reportage, réalisé par Jean-Yves Casgha en août 1984 et diffusé le 8 juillet 1992 dans l'émission Mystères de TF1[95].

Le château de Combourg : celui-ci, situé à Combourg en Ille-et-Vilaine serait d'après Chateaubriand qui y passé une partie de son enfance, hanté par le fantôme d'un chat accompagné par une jambe de bois.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

« Albion est - qui l'ignore ? - île de fantômes[96]. »
Les princes dans la Tour par John Everett Millais en 1878.

La tour de Londres est supposée être visitée par les spectres des nombreuses victimes qui y ont été enfermées, torturées ou exécutées durant des siècles. Parmi les plus célèbres se trouvent Anne Boleyn qui y apparaîtrait fréquemment, parfois sans sa tête ! Walter Raleigh se promènerait les nuits de pleine Lune sur les remparts proches de ses anciens appartements, Henri Percy (9e comte de Northumberland) déambulerait pour sa part sur les remparts de Martin tower et Guilford Dudley viendrait s'assoir près d'une fenêtre de Beauchamp tower. Margaret Pole, 8e comtesse de Salisbury, ferait revivre aux témoins les circonstances atroces de sa décapitation et les deux jeunes princes, Édouard V d'Angleterre et Richard de Shrewsbury, emprisonnés dans la Tour et disparus de façon inexpliquée seraient apparus à plusieurs reprises. S'y ajoutent de nombreuses autres apparitions plus ou moins clairement identifiées[97]. Il semblerait que la dernière apparition remonte au 13 février 1957, date à laquelle deux gardes de la Tour aperçurent une silhouette blanche, qui pourrait être le spectre de Jeanne Grey, entre les créneaux du sommet de la salt tower[98].

Le Château de Hampton Court : le 22 décembre 2003, une caméra de surveillance a enregistré une forme fantomatique attribuée à Henry VIII. Le palais, outre d'autres apparitions d'Henri VIII dans les couloirs du château, est réputé pour abriter le fantôme de Catherine Howard, cinquième femme du souverain, condamnée pour adultère[99].

Le presbytère de Borley fut proclamé par Harry Price « La maison la plus hantée d'Angleterre »[100] en 1940. Ce sinistre bâtiment, construit en 1863 aurait été le lieu de multiples apparitions et poltergeists de 1929 jusqu'à son incendie en 1939, voire sur l'emplacement de ses ruines durant encore une dizaine d'années. Toutefois, l'épouse du révérend Smith, qui habitait le lieu à cette époque, a déclarée à plusieurs reprises ne pas croire que le presbytère ait été hanté. Une étude approfondie, publiée en 1955, aboutit aux mêmes conclusions[101],[102].

Le château de Raynham Hall, dans le Norfolk, est célèbre par la photo du fantôme de la « Demoiselle brune » prise en 1936 dans son grand escalier. Il pourrait s'agir Lady Dorothy Townshend, seconde épouse de Charles Townshend, second vicomte de Raynham et propriétaire du château au début du XVIIe siècle. Officiellement morte et inhumée en 1726, une légende relate que son époux aurait simulé son décès pour la maintenir ensuite enfermée dans une pièce isolée du château pendant plusieurs années.

Le village de Pluckley, dans le Kent serait un des villages les plus hantés d’Angleterre. De très nombreux fantômes y ont été observés, dont plusieurs dans l'auberge[103].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

États-Unis[modifier | modifier le code]

La Maison-Blanche serait hantée par le fantôme d'Abraham Lincoln, président des États-Unis assassiné en 1865. Le premier témoignage remonte à l'épouse de Calvin Coolidge (président de 1923 à 1929) qui aurait aperçue sa silhouette à une fenêtre du Bureau ovale. Il aurait ensuite été vu à plusieurs reprises durant la présidence de Franklin Delano Roosevelt (1933-1945) par diverses personnes, dont la reine Wilhelmine des Pays-Bas durant son séjour dans la chambre de Lincoln à la Maison-Blanche[47].

Le sanatorium de Waverly Hills est situé au 8101, Dixie Highway à Louisville dans l'État du Kentucky. L'établissement est très populaire aux États-Unis, où il est présenté comme étant « l'endroit le plus hanté d'Amérique » et a été l'objet de plusieurs shows et émissions télévisées[104].

Outre le fait qu'il s'agit plutôt d'un cas de poltergeist, et malgré son extrême popularité, l'Affaire d'Amityville qui a inspirée un roman et un film célèbres, demeure extrêmement douteuse car la plupart des phénomènes décrits ont trouvé une explication banale. Par ailleurs, de nombreuses contradictions et déformations dans les propos des membres de la famille de George Lutz jettent un voile de discrédit sur leurs témoignages.

La réserve indienne d'Isleta au Nouveau-Mexique a été le siège de la légende du Padre Padilla dont le corps était réputé se relever de sa tombe et errer dans le village certains soirs[105],[106]. Le 25 avril 1895, Anton Docher décida d'investiguer ce phénoméne en présence d'autres témoins et ouvrit la tombe du Padre Padilla[107],[108]. Au cours de cette enquête, Anton Docher se blessa au bras et la gangrène s'installa à tel point que les médecins préconisérent l'amputation et que les habitants évoquérent la malédiction du Père Padilla. Anton Docher pria alors la dépouille du Padre Padilla pour sa guérison et la blessure disparut comme par miracle[109],[110],[111],[112],[113],[114].

Médias[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Le thème du fantôme, et ses nombreux dérivés, a donné lieu à une si abondante littérature qu'il serait vain de tenter d'en établir une liste[N 6]. En dehors des innombrables recueils « d'histoires de fantômes », et des essais ou études sur ce sujet, partiellement listés dans la bibliographie, on peut relever parmi les textes classiques d'écrivains célèbres :

Ouvrages 
Illustration d'un exemplaire de 1914 du Fantôme de Canterville d'Oscar Wilde
Contes et nouvelles 
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Théâtre[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Opéras[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Films[modifier | modifier le code]

Les fantômes ont toujours représenté un thème particulièrement riche, que Georges Méliès mettait en scène, dès 1896, avec l'apparition de trois spectres dans son film Le Manoir du diable[115]. Progressivement, les personnages de fantômes s'affranchirent du genre fantastique pour gagner des œuvres plus romantiques ou légères, telle la comédie populaire SOS Fantômes. Selon une étude américaine, le nombre de productions reprenant ce thème n'a cessé de croître depuis les années 1960, aidées en cela par les facilités offertes par le développement des effets spéciaux et des images de synthèse[116].

Article détaillé : Liste de films de fantômes.

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En fait il fait revenir des spectres de l'Hadès par une opération de nécromancie pour recevoir leurs conseils
  2. Dans Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, troisième tome de la saga Harry Potter, le Magicobus ((en)Knight bus) qui sert à transporter Harry a peut-être été inspiré de ce fait-divers.
  3. Au niveau du larynx, les cordes vocales sont surplombées par des bandes ventriculaires au nombre de deux, appelées également fausses cordes vocales. Chez l'homme, leur rôle n'a qu'un intérêt phonatoire restreint. Leur utilisation produit la voix rauque caractéristique de Louis Armstrong qui avait un œdème et une hypertrophie des fausses cordes vocales. In Jean Abitbol, L'odyssée de la voix, Robert Laffont, Paris, 2005, p. 65 et p. 206
  4. Pascale Catala, diplômée de psychologie et d'informatique, est membre du comité directeur de l'Institut métapsychique international (IMI)
  5. Diverses études ont établi que 25 à 60 % de la population l'expérimente au moins une fois sous une forme légère dans une vie, mais seuls 0,3 à 6,2 % des cas la subissent de façon régulière, sous une forme plus ou moins sévère ((en) Allan Cheyne, Sleep Paralysis and Associated Hypnagogic and Hypnopompic Experiences Michel Billiard & Yves Dauvilliers, Les troubles du sommeil, Masson, Paris, 2005, pp. 197-198)
  6. Une recherche avec « fantôme » sur un site internet de vente de livres renvoie plus de 5 000 références !

Références[modifier | modifier le code]

  1. Julion Tondriau et Roland Villeneuve, Dictionnaire du Diable et de la démonologie, Marabout université, 1968, p. 79
  2. Xavier Yvanoff, Histoire de revenants, T1, JMG, 2007, p. 17
  3. Claude Lecouteux, Fantômes et Revenants au Moyen Âge, Imago, 1986 ; 3e éd. 2009 pp. 7-8
  4. Dictionnaire historique de la langue française Robert, 1998 p. 1397
  5. Charles Richet, Traité de métapsychique, Payot, Paris, 1922, pp. 719-720 lien Gallica
  6. Collectif, Fantômes et apparitions, Les mystères de l'inconnu, éditions Time-Life, 1990, pp. 34-36
  7. Pascale Catala, Apparitions et maisons hantées, Presses du Châtelet, Paris, 2004 p. 38
  8. a et b Taux de croyance aux fantômes aux USA et en France
  9. Taux de croyance aux fantômes au Québec
  10. Andrew MacKenzie, L'invisible et le visible, J'ai Lu, l'Aventure mystérieuse, Paris, 1993 p. 291 (ISBN 2-277-23604-7)
  11. Taux de fantômes rencontrés au USA
  12. Taux de croyance aux fantômes au Royaume-uni
  13. Croyances aux fantômes chez les jeunes en France
  14. Fantômes en ThaIlande
  15. Citation de Madame du Deffrand
  16. Otto Rank, Don Juan et le Double, Petite Bibliothèque Payot, 2001 (ISBN 978-2228895149)
  17. Pascale Catala, Apparitions et maisons hantées, Presses du Châtelet, Paris, 2004 p. 45
  18. Sophocle, Ajax, vers 124-125
  19. Pline le Jeune, Lettres de Pline le Jeune, T2 Livres VI-IX, traduites par De Sacy, C. L. F. Panckoucke, Paris, 1828, pp. 161-165 Lien Gallica
  20. Hilary Evens, Les rencontres avec les fantômes remises dans un contexte global in La gazette fortéenne, Volume 2, 2003 [1]
  21. René Louis, L'ère des médiums, Autrement, 1989, (ISBN 978-2862602752)
  22. Claude Lecouteux, Fantômes et Revenants au Moyen Âge, Imago, 1986 ; 3e éd. 2009, p. 65
  23. Xavier Yvanoff, Histoire de revenants, JMG, 2007 T1 p. 17
  24. Claude Lecouteux, Fantômes et Revenants au Moyen Âge, Imago, 1986 ; 3e éd. 2009, pp. 72-75
  25. Métamorphoses (II, 28, 1)
  26. Métamorphoses (II, 29, 2-4)
  27. Photographies d'ectoplasmes
  28. Pascale Catala, Apparitions et maisons hantées, Presses du Châtelet, Paris, 2004 pp. 28-30
  29. Pascale Catala, Apparitions et maisons hantées, Presses du Châtelet, Paris, 2004 pp. 150-151
  30. Érasme, Des prodiges, In Dictionnaire du Diable et de la démonologie, Marabout université, 1968 p. 51
  31. Pascale Catala, Apparitions et maisons hantées, Presses du Châtelet, Paris, 2004 pp. 31-32
  32. a et b F. Myers, E. Gurney et F. Podmore,Les Hallucinations Télépathiques, préface de Charles Richet, Alcan, Paris, 1891
  33. Camille Flammarion, L'inconnu et les problèmes psychiques, E. Flammarion, Paris, 1900 pp.  70-71 Lien Gallica
  34. Danielle Hemmert et Alex Roudène, L'univers des fantômes, J'ai Lu, L'aventure mystérieuse, Paris, 1976 pp. 48-49
  35. Danielle Hemmert et Alex Roudène, L'univers des fantômes, J'ai Lu, L'aventure mystérieuse, Paris, 1976 pp. 29-44
  36. Catherine Lemaire, Rêves éveillés, Empêcheurs de Penser en Rond, collection Psy, 1999 (ISBN 978-2843240812)
  37. Guy de Maupassant Lui ? Lire en ligne
  38. Collectif, Fantômes et apparitions, Éditions Time-Life, Amsterdam, 1989 pp. 129-135
  39. Reportage sur les fantômes du château de Combourg diffusé sur TF1
  40. Jean Prieur, L'âme des animaux, J'ai Lu, l'Aventure mystérieuse no 3039, pp. 117-132
  41. Ernest Bozzano, Les Phénomènes de hantise, Alcan, Paris, 1929 chapitre 3, cas XII
  42. Liste d'histoires de véhicules fantômes
  43. Léon Renard, L'art naval, Hachette, Paris, 1873, (3e édition), p. 268 lien Gallica
  44. Archibald Philip Primrose (comte de Rosebery), Napoléon, la dernière phase, Hachette, Paris, 1901 (3e édition) p. 132 Lien Gallica
  45. L'opéra de Wagner sur le site de forumopera.com
  46. (en) La route du train funéraire d'Abraham Lincoln
  47. a et b Daniel Cohen, Encyclopédie des fantômes, Robert Laffont, 1991pp. 17-18
  48. a et b Xavier Yvanoff, Histoire de revenants, JMG, 2007, T2 p. 373
  49. Daniel Cohen, Encyclopédie des fantômes, Robert Laffont, 1991p. 19
  50. Xavier Yvanoff, Histoire de revenants, T2, JMG, 2007, p. 372-373
  51. (en) Frank Smyth, Ghosts and Poltergeists, Olympic Marketing Corp, 1976 p. 60 (ISBN 978-0385113151)
  52. (en) Richard Jones, Walking haunted London, New Holland Publisher, Londres, 2007, p. 78 (ISBN 978184537891[à vérifier : isbn invalide]) Lire en ligne
  53. Pline le Jeune, Lettres de Pline le Jeune, T2 Livres VI-IX, traduites par De Sacy, C. L. F. Panckoucke, Paris, 1828 p. 165 Lien Gallica
  54. Daniel Cohen, Encyclopédie des fantômes, Robert Laffont, 1991 p. 9
  55. Anne Jaffé, Apparitions. Fantômes, rêves et mythes, Mecure de France, Le Mail, 1983 pp. 20-21
  56. (en) Photographies de Simon Marsden
  57. (en)The Brown Lady of Raynham
  58. Photo d'un présumé fantôme prise au château de Gwrych
  59. (en) Article du Sun sur la photographie du présumé fantôme du château de Gwrych
  60. Analyse critique des photos dans l'encyclopédie du paranormal
  61. Photos de fantômes sur site de l'observatoire zététique
  62. Vidéo du supposé fantôme d'Henri VIII fermant une porte du château de Hampton Court
  63. (en)Article de Zoe Griffin du 20 décembre 2003 publié dans The Daily Telegraph
  64. Vidéo censée avoir enregistré un enfant fantôme dans un cimetière américain
  65. Démystification de l'enfant fantôme sur le site de La Porte Des Etoiles
  66. Fantôme filmé dans un parking de Tokyo
  67. Vidéo amateur filmant involontairement le fantôme d'un suicidé
  68. Christine Bergé, La Voix des esprits, Métailié, Collection : Traversées, 1990 p. 110 (ISBN 978-2864240815)
  69. Konstantin Raudive, Breakthrough: an Amazing Experiment in Electronic Communication with the Dead, Colin Smythe Ltd, janvier 2005 (ISBN 978-0861409990)
  70. Collectif, Fantômes et apparitions, Éditions Time-Life, Amsterdam, 1989 (ISBN 2-7344-0442-7) fantômes et appar time pp. 116-117
  71. (en) Benjamin Radford, The Shady Science of Ghost Hunting, LiveScience, 27 octobre 2006
  72. Emmanuel Kant, in Camille Flammarion, L'inconnu et les problèmes psychiques, E. Flammarion, Paris, 1900 pp. 226-227 Lien Gallica
  73. Pascale Catala, Apparitions et maisons hantées, Presses du Châtelet, Paris, 2004, p. 16
  74. Henri Ey, Traité des hallucinations, tome 2, Ed. Bibliothèque des Introuvables, 2004 (ISBN 2-84575-244-X)
  75. Herbert Rosenfeld, États psychotiques : Essais psychanalytiques (Le Fil rouge), PUF, 1976
  76. Pascale Catala, Apparitions et maisons hantées, Presses du Châtelet, Paris, 2004 pp. 138-139
  77. (en) Y. Hishikawa, T. Shimizu, Physiology of REM sleep, cataplexy, and sleep paralysis, Advances in neurology, 1995, pp. 245-271.
  78. (en) James Allan Cheyne, Ian R. Newby-Clark et Steve D. Rueffer, Hallucinoid Experiences Associated with Sleep Pralysis, Relations among Hypnagogic and Hypnopompic Experiences Associated with Sleep Paralysis, 1999, Journal of Sleep Research, 8, pp. 313-317 (Traduction en français)
  79. [PDF]James Allan Cheyne, Waterloo Unusual Sleep Experiences Questionnaire – VIIIa Technical Report, Department of Psychology University of Waterloo, mai 2002
  80. Science & Vie N°1072 janvier 2007 p. 21
  81. (en) Blanke, Landis, Spinelli & Seeck : Out-of-body experience and autoscopy of neurological origin
  82. (en)L’arme sonique du docteur Gavreau
  83. Le son comme arme
  84. (en) Patricia Reaney, Soundless Music Shown to Produce Weird Sensations’’ in The Sun du 7 septembre 2003, d’après une dépêche de l’agence Reuter
  85. Vic Tandy, The Ghost in the Machine in Journal of the Society for Psychical Research Volume 62, no 851 avril 1998 [2]
  86. Science et Vie N° 974 novembre 1998 p. 28
  87. Yves Rocard, La science et les sourciers ; baguettes, pendules, biomagnétisme, Dunod, Paris, 1989 (ISBN 2-10-002996-7)
  88. Pascale Catala, Apparitions et maisons hantées, Presses du Châtelet, Paris, 2004 pp. 171-173
  89. (en)James Houran & Rense Lange, Hauntings and Poltergeists: Multidisciplinary Perspectives, McFarland & Co Inc, 2001
  90. (en) Miss Morisson & Miss Lamont, An adventure, Faber and Faber, Londres, 1911
  91. Charlotte Anne Elizabeth Moberly, Eleanor Frances Jourdain, Les Fantômes du Trianon, Préface de Jean Cocteau, éditions du Rocher, 1959
  92. Guy Breton et Louis Pauwels, Contacts avec l'au-delà, Robert Laffont, 1980 pp. 65-66
  93. Daniel Cohen, Encyclopédie des fantômes, Robert Laffont, 1991 p. 91
  94. Lucie et le château de Veauce sur le site Maison-Hantée.com
  95. Reportage sur le fantôme de Lucie au château de Veauce
  96. Préface de Robert Amadou à l'ouvrage de Dingwall, Goldney & Hall, Le presbytère hanté de Borley, La tour saint Jacques, éditions Denoël, 1958
  97. Collectif, Fantômes et apparitions, éditions Time-Life, Amsterdam, 1990, p. 102-109
  98. Article dans France-soir du 14 février 1957
  99. [(en) http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk/1249366.stm Palace ghost laid to rest]
  100. (en) Harry Price, The Most Haunted House in Ingland, George Harrap, 1940
  101. Dingwall, Goldney & Hall, Le presbytère hanté de Borley, La tour saint Jacques, éditions Denoël, 1958
  102. (en) Harry Price, The End of Borley Rectory, George Harrap, 1946
  103. [(en) http://www.telegraph.co.uk/travel/destinations/europe/uk/3278642/Pluckley-the-most-haunted-village-in-England.html Pluckley : the most haunted village in England?]
  104. Reportage sur le sanatorium de Waverly Hills dans l'émission de TF1 La soirée de l'étrange du 31 octobre 2009
  105. Samuel Gance. Anton ou la trajectoire d'un père. L'Harmattan, 2013, p. 179-187.
  106. Keleher and Chant. The Padre of Isleta. Sunstone Press, 2009, p. 38.
  107. Joe L. Montoya.Isleta Pueblo and the Church of St. Augustine.1978.p. 35-36
  108. Keleher and Chant. The Padre of Isleta. Sunstone Press, 2009, p. 50-53.
  109. Samuel Gance. Anton ou la trajectoire d'un père. L'Harmattan, 2013, p. 186.
  110. Alice Bullock.Living legends of the Santa Fe country .1985.p. 84-85
  111. Samuel Carson.The Overland monthly. Vol 51.1908.p. 518-520
  112. Westways-Vol.74.1982.p. 46-48
  113. Keleher and Chant. The Padre of Isleta. Sunstone Press, 2009, p. 109.
  114. Ray John de Aragón. Hidden History of Spanish New Mexico, 2012, p. 81
  115. Film Le Manoir du diable par Georges Méliès
  116. (en) James Houran & Rense Lange, Hauntings and Poltergeists: Multidisciplinary Perspectives, McFarland & Co Inc, 2001

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Augustin Calmet, Dissertations sur les apparitions des anges, des démons et des esprits et sur les revenants (fac simile de l'édition de Bure, 1746), Phénix éditions, 2001 (ISBN 978-1166114152).
  • Augustin Calmet, Traité sur les apparitions des esprits et sur les vampires ou les revenants de Hongrie, de Moravie, etc., Debure l'aîné, Paris, 1751 Lien Gallica
  • Arthur Schopenhauer, Essai sur les apparitions et opuscules divers, Felix Arcan, Paris, 1912.
  • Charles Richet, Traité de métapsychique, Payot, Paris, 1922 lien Gallica
  • René Sudre, Introduction à la métapsychique humaine, Payot, Paris, 1926
  • Ernest Bozzano, Les Phénomènes de hantise, Alcan, Paris, 1929
  • G.N.M. Tyrell, Apparitions et fantômes, Fasquelle, 1955
  • René Sudre, Téléplastie spontanée et hantises in Traité de parapsychologie, Payot, Paris, 1968
  • Arthur Koestler, R. Harvie/A. Hardy, Le hasard et l'infini, Tchou, 1977
  • François Favre, Les Apparitions mystérieuses, Tchou, 1978
  • Anne Jaffé, Apparitions. Fantômes, rêves et mythes, Mercure de France, Le Mail, 1983 (ISBN 2-7152-0103-6)
  • Claude Lecouteux :
    • Fantômes et revenants au moyen âge, Imago, 1986 ; 3e édition : 2009, (ISBN 978-2902702336)
    • Dialogue avec un revenant, Paris, Presses de l'université Paris-Sorbonne, 2000, (ISBN 978-2840501565)
  • Collectif, Les lieux hantés, éditions Time-Life, Amsterdam, 1989 (ISBN 2-7344-0516-4)
  • Collectif, Fantômes et apparitions, éditions Time-Life, Amsterdam, 1990 (ISBN 27-344-0442-7)
  • Claude Lecouteux et Philippe Marcq, Les esprits et les morts, croyances médiévales, H. Champion, 1990 (ISBN 978-2745323156)
  • Daniel Cohen, Encyclopédie des fantômes, Robert Laffont, 1991 (ISBN 2-221-06841-6)
  • Jean-Claude Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts ans la société médiévale, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1994, (ISBN 978-2070736577)
  • « Le Moyen Âge croyait-il aux revenants ? », in L'Histoire, no 175, mars 1994, p. 26-33.
  • Dominique Besançon, Morts, fantômes et revenants, Terre de Brume, 2000 (ISBN 978-2843620744)
  • Jean-Paul Ronecker, Les annales du mystère, JMG, 2000 (ISBN 2-912507-27-8)
  • Sylvie Simon, Phénomènes étranges du surnaturel, Grancher, 2001 (ISBN 2-7339-0709-3)
  • Pascale Catala, Apparitions et maisons hantées, Presses du Châtelet, Paris, 2004 (ISBN 2845921187)
  • Édouard Brasey, Le Guide du chasseur de fantômes Éditions Le Pré aux clercs, 2005 (ISBN 9782842282530)
  • Didier Audinot, Les lieux de l’au-delà, JMG, 2006 (ISBN 978-2912507143)
  • Simon Marsden et Alice Boucher, La France Hantée, Flammarion, 2006 (ISBN 978-2080114099)
  • Xavier Yvanoff, Histoire de revenants, 2 tomes, JMG, 2007 (ISBN 2-915164-86-x)
  • Erick Fearson, Manuel du chasseur de fantômes, Lattès, 2008 (ISBN 978-2709630597)
  • Édouard Brasey, Stéphanie Brasey, Les enquêteurs de l'étrange : Les maisons hantées, Éditions Le Pré aux clercs, 2011 (ISBN 978-2842284527)
  • Stéphanie Sauget, Les âmes errantes. Fantômes et revenants dans la France du XIXe siècle, Éditions Créaphis, 2012 (ISBN 978-2-35428-055-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]