Gnome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gnome (homonymie).

Gnome

Description de cette image, également commentée ci-après

Gnome regardant un train, 1848, Carl Spitzweg.

Créature

Groupe Créature du folklore populaire
Sous-groupe Petit peuple
Caractéristiques Humanoïde, petite taille
Habitat Lieux souterrains
Proches Nain

Origines

Origine Hermétisme de la Renaissance
Région Europe
Première mention Paracelse vers 1537
Entretiens sur les sciences occultes, 1670

Le gnome est une petite créature humanoïde légendaire, qui a gagné le folklore européen. Paracelse, au XVIe siècle, l'inclut à sa liste d’élémentaires, en tant qu’élémentaire de la terre.

Il est caractérisé par une très petite taille, une vie souterraine, et une grande connaissance des secrets telluriques. Désormais, le gnome s'est « folklorisé ». En langue anglaise, le nain de jardin est nommé garden gnome.

Étymologie et terminologie[modifier | modifier le code]

Le mot « gnome » est dérivé du néo-latin gnomus, souvent présenté comme issu du grec ancien gnosis « connaissance », mais pourrait plus vraisemblablement descendre de genomos « habitant souterrain ». Il existe une tendance à rendre les termes en français par « nain » ou par « gnome » pour le petit peuple « s'il est en relation avec les profondeurs de la terre et ses richesses, et par « lutin » s'il habite une maison ou ses alentours »[1].

Une importante confusion existe entre les nains et les gnomes, dont le nom vient en premier pour désigner le nain au bonnet pointu en langue française. Les gnomes sont en effet des creatures plus robustes et plus tenaces.

Paracelse et l'abbé de Villars[modifier | modifier le code]

Paracelse est à l'origine d'une théorie de génération spontanée des nains, liée aux quatre éléments.

L'alchimiste Paracelse compte sept races de créatures sans âme, et y mentionne les nains sur la terre. Il croit aux génies des quatre éléments. La Terre, par génération spontanée, produit des nains qui gardent les trésors sous la montagne[2]. Il les décrit hauts de deux empans (soit 40 cm), et très taciturnes[3]. Géants et nains sont d'après lui issus de l'air, mais vivent sur la terre :

« Les deux autres familles sont composées d'hommes qui sont également nés sans âme ; mais qui, comme nous, respirent en dehors des Éléments. Ce sont d'une part les géants et d'autre part les nains qui vivent dans l'ombre des forêts, umbragines... Il existe des êtres qui demeurent naturellement au sein d'un même Élément. Ainsi le phénix, qui se tient dans le feu comme la taupe dans la terre. [...] Quant aux géants et aux nains de la forêt, ils ont notre monde pour séjour. Tous ces êtres sans âme sont produits à partir de semences qui proviennent du ciel et des Éléments, mais sans le limon de la terre... Ils viennent au monde comme les insectes formés dans la fange « par génération spontanée ». »

— Paracelse, La grande astronomie. (Astronomia magna)[2].

L'abbé de Villars le simplifie en 1670 :

« La terre est remplie presque jusqu'au centre de Gnomes, gens de petite stature, gardiens des trésors, des minières et des pierreries. Ceux-ci sont ingénieux, amis de l'homme et faciles à commander. Ils fournissent aux enfants des Sages tous l'argent qui leur est nécessaire et ne demandent guère pour prix de leur service que la gloire d'être commandés. Les Gnomides leurs femmes sont petites, mais fort agréables, et leur costume est fort curieux... »

— Nicolas-Pierre-Henri de Montfaucon de Villars, Le comte de Gabalis ou Entretiens sur les sciences occultes[4].

Folklore[modifier | modifier le code]

Illustration d'un gnome.

Souvent décrit dans les contes germaniques, par exemple ceux des frères Grimm, le gnome ressemble souvent à un vieil homme ridé vivant dans un souterrain profond où il garde un trésor enterré. Pour cette raison, les banquiers suisses sont parfois désignés par le sobriquet de « gnomes de Zurich »[5].

L’archétype du gnome se retrouve dans les légendes et le folklore de nombreux pays d’Europe, sous d’autres noms, comme le vættir islandais et le kaukis prussien. Mais de nombreuses confusions surgissent, car le gnome est l’une des nombreuses petites créatures surnaturelles, semblables mais subtilement différentes d’autres créatures du folklore européen, dont notamment les nains et gobelins, avec lesquels il est souvent confondu. Selon d’autres interprétations encore, les gnomes seraient des nains, laids, difformes, malicieux et méchants ou bien ils appartiendraient à la catégorie des génies qui, selon la Kabbale, détiendraient sous terre des trésors de pierres et métaux précieux[6].

Symbolique[modifier | modifier le code]

Les gnomes sont étroitement liés à l'alchimie et annoncent « un nouvel homme réconcilié avec la nature et la connaissance de la nature », celui « qui est changé dans l'or véritable » et « qui a trouvé le soufre véritable qu'il avait oublié dans ses premières opérations »[7].
Certains ouvrages désignent les gnomes comme une espèce vaste qui englobe d'autres spécimens bien connus sous d'autres noms : gremlin[8], etc.

Vision moderne[modifier | modifier le code]

Au cours du XIXe siècle, les premiers nains de jardin arrivent en Angleterre (garden gnomes), où ils connaissent une grande popularité[9].

Chez Tolkien[modifier | modifier le code]

Dans ses écrits, J. R. R. Tolkien employa pendant quelque temps le terme de « gnome » pour parler des Ñoldor, groupe d’Elfes réputés être les plus savants de tous, en référence au terme grec gnome qui signifie « pensée, intelligence ». Il y renonça par la suite, du fait de l’association du mot aux petites créatures du folklore[10].

Chez C. S. Lewis[modifier | modifier le code]

Dans la saga Le Monde de Narnia de C. S. Lewis, dans Le Fauteuil d'argent, les gnomes sont les habitants du Monde Souterrain.

Chez J.K Rowling[modifier | modifier le code]

Dans les livres Harry Potter, les gnomes sont des créatures qui envahissent le jardin du Terrier, la maison de Ron Weasley. Ils sont décrits comme un fléau à l'image des limaces. Ils ne sont qu'évoqués dans le deuxième livre, Harry Potter et la chambre des secrets, et n'apparaissent pas dans le film mais dans le jeu vidéo.

Jeu de rôle[modifier | modifier le code]

Ils apparaissent dans plusieurs jeux de rôle médiévaux-fantastiques. Dans Donjons et Dragons, ils sont décrits comme « des personnes appréciés de tous pour leurs talents en alchimie, ingénierie et inventeur ». De plus, ils sont connus pour leur humour et leur curiosité. Les gnomes mesurent entre 90 et 120 cm de haut et pèsent à peine plus de 20 kilogrammes. Leur peau est généralement très bronzée, pouvant même aller jusqu’à la couleur de l’écorce. Leurs cheveux sont généralement blonds et leurs yeux présentent tous les dégradés de bleu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leser 2001, p. 17
  2. a et b Paracelse, La grande astronomie. Astronomia magna (1537), trad., Dervy, 2000, p. 67-68 ; Le livre des nymphes, des sylphes, des pygmées, des salamandres et de tous les autres esprits (Liber de Nymphis, sylphis, pygmaeis et salamandris et de caeteris spiritibus), trad. de l'all., Nîmes, Lacour, 1998, 308 p.
  3. (en) C. S. Lewis, The Discarded Image, p. 135 ISBN 0-521-47735-2
  4. Abbé de Villars, Le comte de Gabalis ou Entretiens sur les sciences occultes, 1670, p. 45-48
  5. L’expression péjorative Gnomes of Zürich a été lancée le par Harold Wilson du parti travailliste britannique, leader de l’opposition, quand il accusa les banquiers suisses de dévaluer la monnaie par spéculation. Voir (en) Gnomes of Zürich
  6. Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, mythes, rêves, coutumes, gestes, formes figures, couleurs, nombres, éditions Bouquins Laffont-Jupiter, 1983, p. 480.
  7. germain Beauchamp, Le livre de l'influence, p. 13
  8. La grande encyclopédie des lutins, de Pierre Dubois et Roland Sabatier
  9. (en) Twigs Way, Garden Gnomes, a History, Osprey Publishing, Oxford, 2009, (ISBN 9780747807100), 56 p.
  10. J. R. R. Tolkien, Lettres, no 239, p. 317–318.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : Source utilisée pour la rédaction de l'article