Giuseppe Dabormida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le chevalier Giuseppe Dabormida, devenu comte en 1863, (né le à Verrua près de Turin, mort le à Buriasco) est un lieutenant-général des armées, et un homme politique italien du XIXe siècle, qui fut un patriote de l'Unité italienne du Royaume de Sardaigne[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

En 1815, Giuseppe Dabormida, fait ses études à Gênes comme cadet dans l'artillerie militaire. Le 14 septembre 1819 il est promu lieutenant et participe à la bataille de Novare. Le , il est promu capitaine, et en 1828 il est instructeur à l'Académie royale militaire de Turin. Le il est promu major. En 1839, il est promu lieutenant-colonel, et le 17 octobre 1843 il est promu colonel et nommé commandant du régiment d'artillerie de Venaria Reale. Le il est promu au grade de major-général.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Député le , Giuseppe Dabormida accepte le portefeuille de ministre de la Guerre et de la Marine, dans le gouvernement de Cesare Balbo. Le il est élu au Collège de Avigliana. Le 26 mai 1852 il est nommé vice-président de la Chambre. Le il est nommé sénateur[2].

Par résolution souveraine du , le roi Victor-Emmanuel II constitue son nouveau ministère, conduit par le comte Camillo Cavour, Président du conseil et ministre des Finances. Le général Giuseppe Dabormida accepte le portefeuille de ministre des Affaires étrangères jusqu'au , remplacé momentanément par Camillo Cavour, puis par Luigi Cibrario et sous le gouvernement du sous la Présidence du général Alfonso La Marmora[3].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Camillo Benso comte de Cavour, Rivista contemporanea nazionale italiana, Volumes 58-59, Turin, Augusto Federico Negro,‎ , p. 573
  2. Camillo Benso comte de Cavour, Nouvelles lettres inédites, Turin, L. Roux et cie,‎ , p. 476
  3. Charles de La Varenne, Victor-Emmanuel II et le Piémont en 1858 - Lettres italiennes, Librairie nouvelle,‎ , p. 162