Maria Pia de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maria-Pia de Savoie (homonymie).

La princesse Maria Pia de Savoie (Maria Pia di Savoia, née le 16 octobre 1847 et décédée le 5 juillet 1911) était une princesse italienne de la famille de Savoie qui devint par mariage reine consort de Portugal.

Famille[modifier | modifier le code]

La famille royale d'Italie (1870)

Maria Pia est le cinquième enfant et la fille cadette du roi Victor-Emmanuel II d’Italie et de son épouse Adélaïde de Habsbourg-Lorraine. Son parrain est le pape Pie IX. À son baptême, elle reçoit la Rose d'or.



De Turin à l'Italie[modifier | modifier le code]

En 1855, Maria-Pia perd sa mère.

En 1858, suite aux accords secrets de Plombières, le Piémont-Sardaigne pousse l'Autriche à lui déclarer la guerre. Soutenu par la France, ce petit pays annexe la Lombardie.

En 1859, sa sœur aînée Marie-Clotilde de Savoie est mariée au prince Napoléon, cousin germain de l'empereur des Français.

L'année suivante, après avoir conquis la quasi-totalité de la péninsule sauf la région de Rome où règne le pape, son père est proclamé roi d'Italie. En 1865, il transfère sa capitale de Turin à Florence.

De l'Italie à Lisbonne[modifier | modifier le code]

En 1862, Maria Pia de Savoie épousa le roi Louis Ier de Portugal.

De cette union naîtront 2 enfants :

Maria-Pia se fait remarquer autant par son extravagance que par sa charité. Son goût du luxe, de la mode et des fêtes lui vaut quelques remarques des parlementaires auxquels elle répond avec hauteur. Cependant, elle ne se mêle pas de politique. Elle est surnommée "l'ange des pauvres".

Maria Pia de Savoie

En 1868 la reine Isabelle II d'Espagne ayant abdiqué, la couronne est proposée au roi Louis Ier de Portugal, qui la refuse. Elle est alors proposée au prince Amédée d'Italie, frère de la reine Maria-Pia, qui l'accepte mais doit abdiquer au bout de cinq ans.

Conçu par Gustave Eiffel, inauguré en 1877, le pont Maria Pia qui enjambe le Douro, est ainsi nommé en l' honneur de Maria-Pia. Le Pont Dom-Luis situé en aval est inauguré quelques années plus tard et rend hommage au roi.

Veuve en 1889, elle conserve le même train de vie et assure la régence durant les déplacements de son fils et de sa belle-fille.

Retour en Italie[modifier | modifier le code]

Ebranlée par l'assassinat dont est victime son frère le roi Humbert Ier d'Italie en 1900, elle est traumatisée par la fin tragique de son fils le roi Charles Ier de Portugal et de son petit-fils le prince héritier Louis-Philippe assassinés en 1908 ainsi que par l'abdication de son second petit-fils, le roi Manuel II et la proclamation de la république au Portugal en 1910.

Elle commence alors à montrer quelques signes de sénilité et de démence. Elle s'exile avec la famille royale puis retourne en Italie où elle meurt l'année suivante à l'âge de 64 ans.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Généalogie des Rois et des princes de Jean-Charles Volkmann Edit. Jean-Paul Gisserot (1998)