Giacinto di Collegno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giacinto Provana comte de Collegno, né le à Turin, mort le à Baveno, est un militaire de carrière et homme politique italien, qui fut sénateur et ministre de la guerre lors de l'investiture du premier ministre Gabrio Casati, sous le royaume de Sardaigne au XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giacinto di Collegno descendant d'une famille bourgeoise et appartenant à la petite noblesse, est le fils de Giuseppe Francesco Giovanni Nepomuceno Provana di Collegno (francisé : Joseph-François-Marie Provana, comte de Collegno) [1] et de la savoyarde Anne Morand de Saint-Sulpice[Note 1]. Giacinto di Collegno est un général du génie militaire, ami de Giuseppe Garibaldi, patriote pour la liberté et l'unité italienne. Giacinto di Collegno étudie la botanique avec Augustin Pyrame de Candolle, et la géologie avec Léonce Élie de Beaumont à Paris, avec qui il étudiera la géologie, des Alpes, les causes maritimes dans les Landes, et modifiera la carte géologique italienne[2]. Officier supérieur dans l'armée napoléonienne et dans l'armée sarde, il participe à la révolution piémontaise en 1821. Émigré et proscrit par son pays, il s'engage avec le colonel Charles Nicolas Fabvier, aux côtés des libéraux espagnols contre les partisans absolutistes de Ferdinand VII et les troupes expéditionnaires françaises, dépêchées par le gouvernement de Louis XVIII au nom de la Sainte-Alliance. Soldat volontaire au service de l'Espagne constitutionnelle, il combat sur les bords de la Bidassoa en avril 1823,l'armée du duc d'Angoulême.

Fervent défenseur de l'indépendance grecque, il s'engage volontaire avec le grade de commandant. Enfermé dans la citadelle de Navarin, assiégée et prise par Ibrahim Pacha en mai 1825 après la bataille de Sphactérie, il perd son meilleur ami le comte Santorre de Santa Rosa, en défendant l'ile de Sphacterie contre l'armée égyptienne. Giacinto Provana raconte dans son mémoire « Diario dell'assedio di Navarino », l'histoire de cette défense qui dura trente jours[3]. Promu successivement major-général, lieutenant-général, puis général, il est nommé ministre de la guerre dans le gouvernement de Gabrio Casati], puis président du conseil du royaume de Sardaigne du 27 juillet au 15 août 1848. Envoyé en France comme Ministre plénipotentiaire du (28 décembre 1851 au 29 août 1852), et est nommé membre consultatif du conseil permanent de la guerre'.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Anne Morand eu en seconde noce Charles-Antoine Piossasco De Scalenghe

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Grillet, Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départemens du Mont-Blanc et du Léman, contenant l'histoire ancienne et moderne de la Savoie, J.-F. Puthod,‎ 1807 (lire en ligne), p. 109
  2. Massimo d'Azeglio, Revue des deux mondes : Une vie d'immigré, J.-F. Puthod,‎ 1859 (lire en ligne), p. 460-478
  3. Victor Cousin, Œuvres, vol. 4, J.-F. Puthod,‎ 1845 (lire en ligne), p. 114