Michele Amari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michele Amari

alt=Description de l'image Микеле Амари.jpg.
Activités Historien, homme politique
Naissance 7 juillet 1806
Palerme (Sicile)
Décès 16 juillet 1889
Florence (Italie)
Langue d'écriture Italien

Œuvres principales

  • La guerra del vespro siciliano (1843)
  • Storia dei Musulmani di Sicilia (1854-1872)
  • Biblioteca arabo-sicula (1857-1887)
Plaque en mémoire de Michele Amari apposée sur l’immeuble Isnello où il vécut, par la ville de Palerme en 2006, à l’occasion du bicentenaire de sa naissance.

Michele Benedetto Gaetano Amari (Palerme, 7 juillet 1806 - Florence, 16 juillet 1889) est un homme politique et historien arabisant italien, spécialiste notamment de la Sicile arabo-musulmane et des Vêpres siciliennes.

Tous les historiens successifs de l’islam, en Italie Leone Caetani, Francesco Gabrieli, Umberto Rizzitano et Paolo Minganti, ont utilisé l’enseignement de cet auteur de plusieurs œuvres d’importance internationale appelé le régénérateur des études orientales parmi ses compatriotes[1] et dont l’arabiste de l’université de Leipzig Heinrich Leberecht Fleischer, a publié deux compléments à sa Biblioteca arabo-sicula.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Ferdinand et de Julia Venturelli, après avoir pris part aux mouvements insurrectionnels indépendantistes en Sicile de 1820-1821, Amari fut ensuite été employé au secrétariat d’État sous le régime des Bourbons, avant d’être déclaré indésirable par le gouvernement de Naples et contraint de fuir vers France suite à la publication, en 1843, de son ouvrage affirmant ses idées autonomistes et révolutionnaires, La Guerra del Vespro Siciliano, à laquelle les censeurs imposèrent le titre neutre et générique d’Un periodo delle istorie siciliane del XIII secolo (Une période de l’histoire sicilienne du XIIIe siècle), qui mettait en évidence tous les aspects des Vêpres siciliennes, surtout les documents historiques qui éclairent les lignes de force de cet évènement historique, dont les documents faisant référence à l’opposition aux Vêpres siciliennes de la garnison du château de Sperlinga, où les soldats de Petro de Lemannon y ayant trouvé refuge soutinrent un siège de treize mois.

Après avoir trouvé refuge en France, Amari s’installe à Paris où il poursuit ses études. Afin de se rapprocher des sources arabes de l’histoire de la Sicile[1], il entreprend, à l’âge de trente-sept ans, l’étude de la langue arabe sous la direction du grand arabisant Joseph Toussaint Reinaud. Il acquiert rapidement l’amitié et l’estime sincère de savants tels que l’orientaliste Quatremère et du baron de Slane pour son caractère exceptionnel d’homme et de chercheur. Il organise la section des manuscrits arabes à la Bibliothèque nationale. Toujours en vue d’aborder directement les sources byzantines, il s’adonnera à l’étude du grec sous la direction du paléographe helléniste Charles Benoît Hase (de).

En 1848, il met fin à son exil français à l’occasion de la parenthèse antibourbonnienne de la révolution indépendantiste sicilienne de 1848-49. Rentré dans sa patrie, il est élu député au Parlement de Sicile et nommé Ministre des Finances. Revenu en France après l’échec de l’essai d’autonomie de la Sicile, il se rapprochera considérablement de Mazzini, en participant à la diffusion de ses idées politiques. Le gouvernement provisoire de la Toscane, au pouvoir à partir de 1859, le nomme, le 4 mai 1859, professeur de langue et d’histoire arabe à l’université de Pise. De retour en Sicile en 1860, il participe à la vie politique de l’Italie réunifiée où il est nommé sénateur le 20 janvier 1861. Garibaldi le nomme Ministre de l’instruction Publique dans le gouvernement Farini de 1862 à 1864, année à laquelle il reprend l’enseignement de la langue arabe à Florence, en tenant même une chaire à l’Institut des hautes études jusqu’en 1873.

Il n’a jamais abandonné ses études historiques de prédilection qui cherchaient à combler le vide qui s’étendait entre la fin de la domination byzantine de la Sicile et la période de l'occupation angevine. De 1854 et 1872, il publie les 3 volumes de sa Storia dei Musulmani in Sicilia, un ouvrage de référence sur la Sicile islamique pour de nombreux historiens où Amari montre notamment les côtés positifs des deux siècles de domination musulmane en Sicile, aidé en cela par son talent linguistique hors du commun qui permit à Carlo Alfonso Nallino, la meilleure autorité universitaire arabisante italienne de son temps, de n’effectuer, au XXe siècle, que des corrections marginales à son chef-d’œuvre historique.

Michele Amari, cet érudit rationaliste et positiviste, doté d’un zèle moral considérable, tout inspiré par la laïcité et la « vertu civique », totalement insensible aux tensions religieuses, n’aurait probablement jamais imaginé que son Histoire des musulmans de la Sicile serait traduit en arabe en 2004 par une équipe égyptienne coordonnée par le Prof. Ibrahim Saad Moheb de l’Université Ain Shams du Caire en Égypte)[2], grâce à un financement du Ministère italien des Affaires étrangères, afin d’honorer la fructueuse collaboration séculaire entre l’Italie et l’Égypte. Considéré comme le fondateur de l’organisation moderne du études orientales en Italie, il reçoit, en 1884, l’ordre Pour le Mérite für Wissenschaften und Künste[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Geneviève Humbert, "Amari, Michele", dans François Pouillon, éd., Dictionnaire des orientalistes de langue française, Karthala Éditions, 2008, p. 13 ISBN 978-2-84586-802-1.
  2. Introduction de Franco Cardini et de Claudio Lo Jacono.
  3. (en) Pour le Mérite (Peace class)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (it) Elogio di Francesco Peranni, in Componimenti in morte di Francesco Peranni generale d'artiglieria, Palerme, Gabinetto tip. all'insegna di Meli, 1833.
  • (it) Un periodo delle istorie siciliane del secolo XIII, Palerme, Poligrafia Empedocle, 1842.
  • (it) La guerra del vespro siciliano, o Un periodo delle istorie siciliane del sec. XIII, 2 vol., Paris, Baudry, 1843.
  • (it) Conforti politici, traduction des Sulwan al-muta‘ d’Ibn Zafar (it), 1851.
  • (it) Storia dei Musulmani di Sicilia, 3 volumi. Florence, Le Monnier, 1854-1872.
  • (it) Biblioteca arabo-sicula, textes et traductions, 1857-1887.
  • (it) Epigrafi arabiche di Sicilia, in tre parti. 1875-1885.
  • (it) Racconto popolare del Vespro siciliano, Roma, Forzani e C. Tip. del Senato, 1882.
  • (it) Carteggio di Michele Amari, Roux Frassati, 1896.
  • (it) Diari e appunti autobiografici inediti, Edizioni Scientifiche Italiane, 1981.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :