Lola Cars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lola Cars
logo

Discipline Formule 1
Endurance
Localisation Drapeau : Royaume-Uni Huntingdon, Royaume-Uni
Dirigeants et pilotes
Président Drapeau : Irlande Martin Birrane
Directeur Drapeau : Royaume-Uni Eric Broadley
Directeur technique Drapeau : Royaume-Uni Chris Murphy
Pilotes Drapeau : Italie Vincenzo Sospiri
Drapeau : Brésil Ricardo Rosset
Caractéristiques techniques
Châssis Lola T97/30
Moteurs Ford-Cosworth
Pneumatiques Goodyear
Résultats
Début en CM F1 Grand Prix d'Australie 1997
Dernier GP Grand Prix d'Australie 1997
GP disputés 2 (0 départ)
Points marqués 0
Titres constructeurs 0
Titres pilotes 0
Victoires en Grands Prix 0
Podiums 0
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0

Lola Cars est un constructeur automobile britannique, fondé en 1958 par Eric Broadley[1].

Spécialisé dans la conception et la construction de voitures de course dans son usine basée à Huntingdon, près de Cambridge, Lola a brillé dans de multiples disciplines (Champ Car, Formule 3000, Endurance) et compte également plusieurs années de présence en Formule 1, en tant qu'écurie propre (MasterCard Lola, qui n'a pris part qu'à une seule course de la saison 1997 de Formule 1) ou en tant que partenaire pour des écuries « clientes » (Larrousse, Scuderia Italia).

Formule 1[modifier | modifier le code]

La Lola T97/30 de 1997

Après avoir fourni des châssis à de nombreuses écuries (dont Larrousse) durant des années, Broadley décide de fonder sa propre écurie, fruit d'années de développements. Un prototype de châssis est testé une première fois en 1995 avec Allan McNish et, fin 1996, Broadley annonce l'entrée en lice prochaine de l'écurie. Les débuts en compétition de cette dernière sont initialement prévus pour 1998, mais son sponsor principal, MasterCard, la contraint à s'engager un an plus tôt, en 1997.

La tentative est loin d'être un succès pour le fondateur Eric Broadley, à tel point que l'écurie n'apparaît parfois même pas dans les listes d'engagements de cette saison 1997. Le châssis Lola, baptisé T97/30, repose principalement sur la technologie issue de l'IndyCar et n'a été que très peu testé sur piste et jamais en soufflerie. Vincenzo Sospiri et Ricardo Rosset sont engagés comme pilotes et resteront les grandes victimes du projet. Lorsque la monoplace est engagée au Grand Prix d'Australie 1997, le manque criant de symétrie de la voiture apparaît comme un spectacle désolant. Sospiri et Rosset n'arriveront pas à se qualifier, échouant à respectivement 11,6 et 12,7 du poleman, 5 et 7 secondes du temps minimum réglementaire de 107 %[2]. Les sponsors se retireront après cet unique engagement.

Le 26 mars 1997, le mercredi précédant le Grand Prix du Brésil, Lola annonce son retrait du Grand Prix à cause de « problèmes techniques et financiers ». Le personnel de Lola, qui avait déjà effectué le voyage à Interlagos, rentrera au siège de l'écurie à Huntingdon, en Angleterre. Peu de temps après, Lola se retire définitivement du championnat.

L'écurie laissera, malgré son existence éphémère, une dette de 6 millions de livres sterling (7,5 millions d'euros). L'entreprise est placée sous administration judiciaire quelques semaines plus tard. L'entrepreneur irlandais Martin Birrane la rachète en 1998 et supervise son redressement[1].

Reprise des activités (1998-2012)[modifier | modifier le code]

Une Lola-Chevrolet T163 de 1969

Martin Birrane va investir fortement et ramène Lola dans le championnat américain Champ Car. La marque remporte sept victoires en 2000, dix en 2001, 16 en 2002 et 17 en 2003. De 2004 à 2007, Sébastien Bourdais gagnera quatre titres d'affilée avec un châssis Lola. La société construit des monoplaces école, des Formule 3, les monoplaces A1 Grand Prix (trois premières saisons, de 2005 à 2008) et des voitures pour le championnat Grand-Am, mais aussi des châssis LMP1 et LMP2 en partenariat avec des constructeurs comme Nissan, MG, Honda, Aston Martin, Dyson et d'autres[1]. Les châssis Lola ont remporté cinq fois la catégorie LMP2 aux 24 Heures du Mans depuis 2000 et remporteront les titres LMP1 et LMP2 des American Le Mans Series 2011.

Le 29 mai 2009 le constructeur Lola se porte officiellement candidat au championnat du monde 2010 de Formule 1[3]. Encouragée par les changements apportés au règlement 2010 l'écurie décide de retenter sa chance en F1 treize ans après la double non-qualification de 1997 mais sa candidature n'est pas retenue par la FIA.

Confronté à la quasi hégémonie du constructeur de châssis italien Dallara sur le marché de la monoplace[1], Lola tentera de diversifier ses activités avec Lola Composites, qui se tourne vers l'industrie de la défense (drones etc.[4]), l'aérospatial, et le domaine des énergies renouvelables (éoliennes[5]).

Faillite[modifier | modifier le code]

Le 5 octobre 2012, fortement endettée et alors qu'elle était en liquidation judiciaire, Lola Cars cesse définitivement ses activités[6]. La branche Lola Composites continue néanmoins en attendant un repreneur[6].

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats de l'écurie Lola Cars en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits Classement
1997 Drapeau : Royaume-Uni MasterCard Lola Ford Lola T97/30 Ford-Cosworh V8 ED4 Goodyear Drapeau : Italie Vincenzo Sospiri
Drapeau : Brésil Ricardo Rosset
0
(2 engagements)
0 Non classé
Tableau synthétique des résultats de l'écurie Lola Cars en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17
1997 MasterCard
Lola Ford
Lola T97/30 Ford-Cosworth V8 ED4 Bridgestone AUS BRÉ ARG SMR MON ESP CAN FRA GBR ALL HON BEL ITA AUT LUX JAP EUR 0 Non classé
Vincenzo Sospiri Nq Forf
Ricardo Rosset Nq Forf

Légende : ici


Écuries privées ou semi-privées ayant engagé des châssis Lola en championnat
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés
1962 Drapeau : Royaume-Uni Yeoman Credit Racing Team Lola Mk4
Lola Mk4A
Climax Dunlop Drapeau : Royaume-Uni John Surtees
Drapeau : Royaume-Uni Roy Salvadori
9
1963 Drapeau : Royaume-Uni Reg Parnell Racing Lola Mk4
Lola Mk4A
Climax Dunlop Drapeau : France Maurice Trintignant
Drapeau : Belgique Lucien Bianchi
Drapeau : Nouvelle-Zélande Chris Amon
Drapeau : Royaume-Uni Mike Hailwood
Drapeau : États-Unis Masten Gregory
9
1963 Drapeau : Royaume-Uni Tim Parnell Lola Mk4 Climax Dunlop Drapeau : Royaume-Uni John Campbell-Jones 1
1963 Drapeau : Royaume-Uni DW Racing Entreprises Lola Mk4 Climax Dunlop Drapeau : Royaume-Uni Bob Anderson 2
1967 Drapeau : Allemagne Bayerische Motoren Werke AG Lola T100 BMW Dunlop Drapeau : Allemagne Hubert Hahne 1
1968 Drapeau : Allemagne Bayerische Motoren Werke AG Lola T102 BMW Dunlop Drapeau : Allemagne Hubert Hahne 1
1968 Drapeau : Espagne Escuderia Calvo Sotello Lola T100 Ford-Cosworth Dunlop Drapeau : Espagne Jorge de Bagration 1
1974 Drapeau : Royaume-Uni Embassy Racing with Graham Hill Lola T370 Ford-Cosworth Firestone Drapeau : Royaume-Uni Graham Hill
Drapeau : Royaume-Uni Guy Edwards
Drapeau : Allemagne Rolf Stommelen
15
1975 Drapeau : Royaume-Uni Embassy Racing with Graham Hill Lola T370
Lola T371
Ford-Cosworth Goodyear Drapeau : Royaume-Uni Graham Hill
Drapeau : Allemagne Rolf Stommelen
Drapeau : France François Migault
4
1985 Drapeau : États-Unis Team Haas (USA) Ltd Lola THL1 Hart Goodyear Drapeau : Australie Alan Jones 4
1986 Drapeau : États-Unis Team Haas (USA) Ltd Lola THL1
Lola THL2
Hart
Ford-Cosworth
Goodyear Drapeau : Australie Alan Jones
Drapeau : France Patrick Tambay
Drapeau : États-Unis Eddie Cheever
16
1987 Drapeau : France Larrousse & Calmels F1 Lola LC87 Ford-Cosworth Goodyear Drapeau : France Philippe Alliot
Drapeau : France Yannick Dalmas
16
1988 Drapeau : France Larrousse & Calmels F1 Lola LC87 Ford-Cosworth Goodyear Drapeau : France Yannick Dalmas
Drapeau : France Philippe Alliot
Drapeau : Japon Aguri Suzuki
Drapeau : France Pierre-Henri Raphanel
16
1989 Drapeau : France Larrousse & Calmels F1
Drapeau : France Équipe Larrousse
Lola LC88B
Lola LC89
Lamborghini Goodyear Drapeau : Italie Michele Alboreto
Drapeau : France Philippe Alliot
Drapeau : France Éric Bernard
Drapeau : France Yannick Dalmas
Drapeau : Japon Aguri Suzuki
15
1990 Drapeau : France ESPO Larrousse F1 Lola LC89B
Lola LC90
Lamborghini Goodyear Drapeau : France Éric Bernard
Drapeau : Japon Aguri Suzuki
16
1991 Drapeau : France Larrousse F1 Lola LC91 Ford-Cosworth Goodyear Drapeau : France Éric Bernard
Drapeau : Japon Aguri Suzuki
Drapeau : Belgique Bertrand Gachot
15
1993 Drapeau : Italie Lola BMS Scuderia Italia Lola T93/30 Ferrari Goodyear Drapeau : Italie Michele Alboreto
Drapeau : Italie Luca Badoer
14

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) The Way It Is/ End of the road for Lola? - Gordon Kirby, GordonKirby.com
  2. Pour être qualifié à participer à la course, les concurrents doivent réaliser un temps de moins de 107 % du meilleur temps réalisé aux essais qualificatifs. Ce jour là ce temps était de 1 min 35 s 6. Sospiri a tourné en 1 min 40 s 9 et Rosset en 1 min 42 s 0.
  3. Lola va s’inscrire pour le championnat 2010 - f1-live.com, 15 mai 2009
  4. (en) Lola and the Watchkeeper UAV Range - Site officiel
  5. (en) (Quiet) Revolution In The Air For Lola Group! - Site officiel
  6. a et b Lola Cars : c'est fini - Site de l'Automobile Club de l'Ouest (ACO), 11 octobre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :