Joakim Bonnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnier.

Joakim Bonnier

{{{alternative}}}

Joakim Bonnier en 1968

Date de naissance 31 janvier 1930
Lieu de naissance Stockholm (Suède)
Date de décès 11 juin 1972 (à 42 ans)
Lieu de décès Le Mans (France)
Nationalité Drapeau de Suède Suédois
Années d'activité 1956-1972
Qualité Pilote automobile
Nombre de courses 104 (F1)
Podiums 1 (F1)
Victoires 1 (F1)

Joakim Bonnier (surnommé affectueusement « Jo » ou « Jocke »), né le 31 janvier 1930 à Stockholm, Suède, et mort le 11 juin 1972 au Mans, France, est un pilote automobile suédois qui s'illustra dans les années 1960 tant en Formule 1 qu'en endurance.

Francophone, il vivait en Suisse, près de Fribourg. C'était aussi le siège de ses écuries, le Bonnier Racing Team et le Bonnier Switzerland Team.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jo Bonnier est né à Stockholm au sein de la riche famille Bonnier. Il parle six langues et ses parents espèrent qu'il deviendra médecin. Son père, Gert, est professeur de génétique à l'université de Stockholm et plusieurs membres de sa famille travaillent dans l'édition, domaine qu'il envisage de rejoindre pendant un temps. Il étudie les langues pendant un an à l'Université d'Oxford puis vient à Paris où il se prépare à travailler dans l'édition.

Parallèlement, il commence à faire des courses à l'âge de 17 ans sur une vieille Harley-Davidson. Il retourne en Suède en 1951 et prend part à plusieurs rallyes et courses sur glace à bord d'une Simca puis d'une Alfa-Romeo, marque dont il est le représentant distributeur pour la Suède. Il prend part à cinq grands rallyes dont le Midnattssolsrallyt[1] entre 1953 et 1957. Il prend une quatrième place en 1954 (équipage : J. Bonnier/B. Boeson sur Alfa Romeo) et il semble même qu'il soit passé près de la victoire en 1957. Il participe à d'autres épreuves sur circuit comme le Daily Express à Silverstone, en 1958, sur une PV544. On le trouve aussi dans des courses de côte[2].

Il débute en Formule 1 au Grand Prix d'Italie 1956 avec l'équipe officielle Maserati. Il continuera à courir sur Maserati avec la Scuderia Centro Sud puis sur sa propre Maserati. Sa carrière manque de s'achever en septembre 1958, à Imola, lors d'un accident où il est projeté hors de son véhicule. Il souffre d'une concussion, de plusieurs côtes cassées et d'une vertèbre brisée, et sa voiture est réduite en miettes. Peu après, il entre dans l'écurie BRM avec laquelle il marque ses premiers points au Grand Prix du Maroc en 1958 avec une très belle quatrième place. Ses progrès se confirment l'année suivante avec sa pole position au Grand Prix des Pays-Bas, sur le circuit de Zandvoort, épreuve qu'il remporte après un coude à coude serré avec les Cooper de Moss, Brabham et Gregory[3]. Il termine le championnat 1959 à la huitième place. La saison 1960, toujours chez BRM, est plus morose, Bonnier ne finissant que deux fois dans les points à Monaco et aux USA. Début 1961 il signe chez Porsche, écurie pour laquelle il courait déjà en Sport et en Formule 2. À partir de 1963, après le retrait de Porsche en Formule 1, il court pour l'écurie Rob Walker, et termine sa carrière en monoplace sur les voitures de sa propre écurie mais son intérêt pour la Formule 1 diminue à partir de 1966 et il ne court plus qu'occasionnellement de 1969 à 1971.

En parallèle avec cette carrière de pilote de Formule 1, il participe à de nombreuses courses de voitures de sport. Il remporte la Targa Florio en 1960 et 1963 ainsi que les 12 Heures de Sebring en 1962. L'année 1964 est sa meilleure année en tant que pilote, il prend la seconde place des 24 Heures du Mans à bord d'une Ferrari P (en équipe avec Graham Hill, pour treize participations à compter de 1957[4]) et gagne une course à Montlhéry ainsi que les 12 Heures de Reims, toujours avec Graham Hill. Sa dernière grande victoire a lieu en 1966 quand il remporte les 1 000 kilomètres du Nürburgring (avec Phil Hill). En 1968, il participe à la CanAm au volant d'une Mc Laren, finissant second lors du premier Grand Prix mais étant poursuivi par des problèmes mécaniques pendant tout le reste de la saison.

Au début des années 1970, il monte sa propre écurie et la fait participer au Championnat du monde des voitures de sport et remporte le Championnat d'Europe des voitures de sport en 1970. Il se tue lors des 24 Heures du Mans 1972 quand sa Lola T280 entre en collision avec une Ferrari Daytona conduite par le pilote amateur suisse Florian Vetsch. Son véhicule est catapulté dans les arbres et il est tué sur le coup. Ses équipiers cette année-là étaient Gérard Larrousse et Gijs Van Lennep.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Joakim Bonnier en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Victoires Pole
positions
Points
inscrits
Classement
1956 Officine Alfieri Maserati Maserati 250F Maserati l6 Pirelli 1 0 0 0 Nc.
1957 Scuderia Centro Sud
Privé
Maserati 250F Maserati l6 Pirelli 4 0 0 0 Nc.
1958 Scuderia Centro Sud
J Bonnier
Owen Racing Organisation
Maserati 250F
Maserati 250F
BRM P25
Maserati l6
BRM l4
Dunlop 9 0 0 3 18e
1959 Owen Racing Organisation BRM P25 BRM l4 Dunlop 7 1 1 10 8e
1960 Owen Racing Organisation BRM P25
BRM P48
BRM l4 Dunlop 8 0 0 4 15e
1961 Porsche System Engineering Porsche 787
Porsche 718
Porsche Flat-4 Dunlop 8 0 0 3 13e
1962 Porsche System Engineering Porsche 718
Porsche 804
Porsche Flat-4
Porsche Flat-8
Dunlop 7 0 0 3 14e
1963 Rob Walker Racing Team Cooper T60
Cooper T66
Climax V8 Dunlop 10 0 0 6 9e
1964 Rob Walker Racing Team Cooper T66
Brabham BT11
Brabham BT7
Climax V8
BRM V8
Climax V8
Dunlop 9 0 0 3 15e
1965 Rob Walker Racing Team Brabham BT7 Climax V8 Dunlop 10 0 0 0 Nc.
1966 Joakim Bonnier Racing Team Brabham BT7
Brabham BT22
Cooper T81
Climax V8
Climax l4
Maserati V1
Firestone 9 0 0 1 17e
1967 Joakim Bonnier Racing Team Cooper T81 Maserati V12 Firestone 8 0 0 3 14e
1968 Joakim Bonnier Racing Team Cooper T81
McLaren M5A
Honda RA301
Maserati V12
BRM V12
Honda V12
Goodyear 8 0 0 3 21e
1969 Écurie Bonnier Lotus 63
Lotus 49B
Ford-Cosworth V8 Firestone 2 0 0 0 Nc.
1970 Écurie Bonnier McLaren M7C Ford-Cosworth V8 Goodyear 1 0 0 0 Nc.
1971 Écurie Bonnier McLaren M7C Ford-Cosworth V8 Goodyear 3 0 0 0 Nc.
Détails sur GrandPrixStats.com[5]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joakim Bonnier au volant de sa Cooper en 1966

Parallèlement, Jo Bonnier participe à des courses de Grand Tourisme et d'endurance.

  • 1955 : Grand Prix routier de Suède GT 2 litres - Alfa Romeo 1900 Super Sprint, puis Kanonloppet et Stockholmsloppet GT - Alfa Romeo 6C 3000 CM
  • 1956 : Grand Prix de Berlin GT 1.3 litres - Alfa Romeo Giulietta Veloce
  • 1957 : Eläintarhanajo - Maserati 200S, puis Rheinland Nürburgring GT 1.3 litres - Alfa Romeo Giulietta Veloce
  • 1958 : vice-champion d'Europe de la montagne[6] (victoire à Schauinsland, 2e à Gaisberg, 3e à Trento Bondone - Borgward H1500RS), Grand Prix de Naples Sport 2 litres - Maserati 200S, et USAC Watkins Glen - Maserati 250F
  • 1959 : Grand Prix des Pays Bas - BRM P25
  • 1960 : Targa Florio - Porsche 718 RS 60 Spyder (avec Hans Herrmann et Graham Hill), et Trophée d'Auvergne - Porsche 718 RSK
  • 1962 : 12 Heures de Sebring - Ferrari 250 TRI61 (avec Lucien Bianchi)
  • 1963 : Targa Florio - Porsche 718 W-RS (avec Carlo Abate), et DARM Solitude GT 2.5 litres - Porsche 356B Carrera
  • 1964 : 12 heures de Reims[7] - Ferrari 275LM/P et 1 000 kilomètres de Paris - Ferrari 330P (les deux avec Graham Hill),
  • 1966 : 1 000 kilomètres du Nürburgring - Chaparral 2D Chevrolet (avec Phil Hill)
  • 1967 : SM Skarpnäck (SP championnat de Suède) - Lola Chevrolet T70 Mk3, et Stockholmsloppet - Mirage M1
  • 1968 : SM Falkenberg, Velodrom, Skarpnäck, et Dalsland (SP championnat de Suède, et Groupes 4 et 6) - Lola T70 (MkIIIGT), et première Internationella Racertävlingar Anderstorp (1 Heure d'Andertorp) - Lola T70 (championnat de Scandinavie)
  • 1969[8] : victoire en Groupe 4 aux 1 000 kilomètres de Spa - Lola T70 (MkIIIB, avec Herbert Müller)
  • 1969 : Grand Prix de Paris (Montlhéry, et Groupes 4 et 6) - Lola T70
  • 1969 : victoire dans la première course des 200 miles de Nuremberg (ADAC Meeting international du Norisring) - Lola T70 (MkIIIB)
  • 1969 : victoire de classe 2 litres aux 300 miles d'Hockenheim (ADAC Prix de Hesse) - Lola T70 (MkIIIBGT)
  • 1970[9] : Silverstone International (Angleterre, Daily Express GKN Sankey International Trophy ) - Lola T210-Ford
  • 1970 : Champion d'Europe 2 litres - Écurie Bonnier:
    • Salzburgring (Autriche, Taurenpokal) - Lola T 210-Ford
    • Anderstorp (Suède) - Lola T 210-Ford
    • Hockenheim (Allemagne, Südwest-Pokal) - Lola T 210-Ford
    • Enna-Pergusa (Italie, Coppa Citta di Enna) - Lola T 210-Ford
  • 1970 : Grand Prix Jyllandsringen (Danemark, Grand Prix du) - Lola T 210-Ford
  • 1970 : victoire de classe SRP2 litres au Nürburgring-Südschleife Internationales AvD SCM-Rundstrecken-Rennen Aachen - Lola T 210-Ford
  • 1971 : victoire au Petit Circuit de Madonie (étape lors de la 55e Targa Florio) - Lola T 212-Ford (avec Richard Attwood)
  • 1971 : 1 000 kilomètres de Barcelone (Montjuich) - Lola T 212-Ford (avec Ronnie Peterson, écurie Filipinetti)
  • 1971 : 2 Heures de Jarama - Lola T 212-Ford
  • 1972 : 4 Heures du Mans - Lola T 280-Ford (avec Hugues de Fierlant)

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (sv) Compte rendu Midnattssolsrallyt
  2. Carrefour-soir information - Reportage TSR de 1962 [vidéo]
  3. L'Année Automobile 1959-1960, éditions EDITA SA,‎ 1959
  4. Jo Bonnier sur 24 Heures en Piste (12 abandons, dont 9 sur bris mécaniques)
  5. (en) All entries of Jo Bonnier - GrandPrixStats.com
  6. Podiums du championnat d'Europe de la montagne de 1957 à 1969
  7. Souvenir de Graham hill - Mémoires des Stands, 22 août 2007
  8. LolaHeritage : 1957-1969
  9. LolaHeritage : 1970-1979

Liens externes[modifier | modifier le code]