Marussia F1 Team

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marussia F1 Team
logo

Discipline Formule Renault
Formule 3 Euro Series
Formule 1
Localisation Drapeau : Royaume-Uni Banbury, Angleterre
Drapeau : Russie Moscou, Russie
Dirigeants et pilotes
Président Drapeau du Royaume-Uni Graeme Lowdon
Directeur Drapeau du Royaume-Uni John Booth
Designer en chef Drapeau du Royaume-Uni John McQuilliam
Pilotes 17 Drapeau de la France Jules Bianchi
4 Drapeau du Royaume-Uni Max Chilton
Pilotes essayeurs Drapeau : États-Unis Alexander Rossi
Caractéristiques techniques
Châssis MR03
Moteurs Drapeau : Italie Ferrari
Pneumatiques Drapeau de l'Italie Pirelli
Résultats
Début en CM F1 Grand Prix d'Australie 2012
Dernier GP Grand Prix de Russie 2014
GP disputés 55
Points marqués 2
Titres constructeurs 0
Titres pilotes 0
Victoires en Grands Prix 0
Podiums 0
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0

Marussia F1 Team est une écurie de course automobile russe qui succède à l'écurie britannique Virgin Racing, elle-même née sous le nom Manor Motorsport. Fin 2010, Marussia Motors, commanditaire principal de l'écurie, acquiert 40 % des parts de l'équipe détenues par Virgin ; l'équipe est alors engagée en championnat du monde sous le nom « Marussia Virgin Racing ». En 2011, l'écurie s'engage sous licence russe et devient la seconde écurie de Formule 1 russe après Midland F1 Racing. Fin 2011, après le rachat de la totalité des parts de Virgin, Marussia Motors, avec l'accord des autres écuries, renomme l'équipe Marussia F1 Team lors de son engagement en championnat du monde en 2012. Marussia Motors revend ensuite ses parts à la société Marussia Communications Limited dont le siège social est à Dublin. Marussia, totalement indépendante de Marussia Motors qui disparaît en avril 2014, ne lui survit que quelques mois, la liquidation étant prononcée en novembre 2014.

Historique[modifier | modifier le code]

2012 : Changement de nom et de pilote[modifier | modifier le code]

La Marussia MR01 de Charles Pic lors du Grand Prix de Malaisie 2012.

Avec l'accord des autres équipes, l'équipe est renommée Marussia F1 Team en 2012[1]. Charles Pic remplace Jérôme d'Ambrosio aux côtés de Timo Glock[2]. Dès le début de la saison, l'écurie montre qu'elle a progressé par rapport à la saison précédente, Glock et Pic se classant quatorzième et quinzième du Grand Prix d'ouverture en Australie. Les deux Caterham, bien que plus rapides ayant abandonné sur raisons mécaniques, Marussia prend la dixième place du classement des constructeurs, synonyme de revenus financiers supplémentaires en fin de saison.

À l'issue du Grand Prix de Monaco Caterham récupère la dixième place mais Timo Glock surprend tous les amateurs de Formule 1 en se classant douzième du Grand Prix de Singapour. Peu avant le Grand Prix du Brésil Charles Pic annonce son départ pour l'écurie rivale Caterham.

Lors du chaotique Grand Prix du Brésil, Pic est dépassé en fin de course par Vitaly Petrov qui, en se classant onzième, permet à Caterham de ravir à Marussia la dixième place du classement général.

2013 : Changement de pilotes[modifier | modifier le code]

La Marussia MR02 de Jules Bianchi lors du Grand Prix de Malaisie 2013.

La préparation de la saison 2013 se fait sous le signe des difficultés financières, accentuées par l'arrivée des coûteux nouveaux moteurs V6 turbo pour la saison 2014. En conséquence l'écurie recrute Max Chilton, pilote novice payant puis, en janvier 2013, se sépare de Timo Glock pour le remplacer par un autre pilote payant, Luiz Razia. Cependant, ses sponsors n'honorant pas leurs échéances de paiement, il est remplacé par Jules Bianchi à deux semaines du début de la saison. L'équipe est complétée par Rodolfo González, qui officie en tant que troisième pilote.

Si les pilotes n'inscrivent aucun point de l'année, comme depuis les débuts de l'écurie en Formule 1, l'équipe franchit toutefois un premier palier : en terminant treizième en Malaisie grâce à Bianchi, Marussia termine le championnat à la dixième place devant Caterham (dont le meilleur résultat est une quatorzième place obtenue à deux reprises).

2014 : Changement de moteur, premiers points et fermeture de l'équipe[modifier | modifier le code]

Pour pallier le retrait de Cosworth à cause de la nouvelle réglementation technique, Marussia se fournit chez Ferrari pour les trois saisons à venir ; l'accord garantit la présence de Jules Bianchi qui fait partie de la Ferrari Driver Academy, pour une saison supplémentaire. Marussia conserve son second pilote Max Chilton.

En se classant neuvième du Grand Prix de Monaco malgré deux pénalités en course, Jules Bianchi inscrit ses premiers points en Formule 1, les premiers également de son écurie[3]. Marussia obtient son meilleur résultat en qualification lors du Grand Prix de Grande-Bretagne où les deux voitures accèdent à la deuxième phase qualificative. Bianchi se classe douzième, juste devant son coéquipier[4].

Le Grand Prix du Japon, disputé sous une pluie battante, est marqué par le très grave accident de Jules Bianchi, au quarante-deuxième tour. Un tour plus tôt, Adrian Sutil, parti en aquaplanage dans la courbe « Dunlop » , écrase sa Sauber C33 dans le mur de pneus. Un engin de levage est dépêché sur place pour la dégager tandis qu'un double drapeau jaune est brandi sur la zone. À cet instant, Bianchi perd le contrôle de sa monoplace, au même endroit et pour les mêmes raisons ; la Marussia MR03 percute la dépanneuse avec une rare violence et s'encastre dessous au point de la soulever. Le Français, retiré inconscient de sa voiture, est conduit en ambulance vers l'hôpital Mie de Yokkaichi avec de lourdes blessures à la tête. C'est le plus grave accident survenu en course lors d'un Grand Prix de Formule 1 depuis vingt ans.

Au Grand Prix suivant, en Russie, une série d'hommages est rendue à Bianchi, hospitalisé au Japon notamment à travers des autocollants (« Tous avec Jules #17 » et « Forza Jules #17 ») que les pilotes apposent sur leurs casques ou sur leurs voitures, ou le message « JULES WE ARE ALL SUPPORTING YOU » inscrit numériquement sur la grille de départ, et autour duquel tous se regroupent et se recueillent avant le départ de la course. Marussia F1 Team choisit de n'engager que la voiture de Max Chilton, celle de Bianchi restant dans le stand, préparée symboliquement par ses mécaniciens.

Quelques jours plus tard, comme Caterham F1 Team, l'équipe, placée en redressement judiciaire, déclare forfait pour le Grand Prix des États-Unis et le Grand Prix du Brésil. À l'occasion du Grand Prix du Brésil, les administrateurs judiciaires annoncent avoir mis l'équipe en liquidation et licencié tout le personnel. Malgré une inscription de l'équipe pour la saison 2015 et des ressources financières liées aux droits de retransmission télévisuels assurées par le fait d'avoir marqué des points en 2014, aucun repreneur n'a été trouvé. FRP Advisory, la société chargée de la liquidation déclare : « regretter profondément cette situation et que l'équipe qui avait marqué ses premiers points cette année cesse son activité et ferme maintenant ses portes. »[5],[6],[7],[8]. L'écurie est liquidée est tous les actifs sont mis aux enchères à la mi-décembre[9].

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats de l'écurie Marussia F1 Team en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits Classement
2012 Drapeau : Russie Marussia F1 Team Marussia MR01 Cosworth V8 Pirelli Drapeau de l'Allemagne Timo Glock
Drapeau de la France Charles Pic
20 0 11e
2013 Drapeau : Russie Marussia F1 Team Marussia MR02 Cosworth V8 Pirelli Drapeau de la France Jules Bianchi
Drapeau du Royaume-Uni Max Chilton
19 0 10e
2014 Drapeau : Russie Marussia F1 Team Marussia MR03 Ferrari V6 Pirelli Drapeau de la France Jules Bianchi
Drapeau du Royaume-Uni Max Chilton
16 2 9e
Tableau synthétique des résultats de l'écurie Marussia F1 Team en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
2012 Marussia F1 Team Marussia MR01 Cosworth V8 CA2012 Pirelli AUS MAL CHI BAH ESP MON CAN EUR GBR ALL HON BEL ITA SIN JAP COR IND ABU USA BRÉ 0 11e
Timo Glock 14e 17e 19e 19e 18e 14e Abd Np 18e 22e 21e 15e 17e 12e 16e 18e 20e 14e 19e 16e
Charles Pic 15e* 20e 20e Abd Abd Abd 20e 15e 19e 20e 20e 16e 16e 16e Abd 19e 19e Abd 20e 12e
2013 Marussia F1 Team Marussia MR02 Cosworth V8 CA2013 Pirelli AUS MAL CHI BAH ESP MON CAN GBR ALL HON BEL ITA SIN COR JAP IND ABU USA BRÉ 0 10e
Jules Bianchi 15e 13e 15e 19e 18e Abd 17e 16e Abd 16e 18e 19e 18e 16e Abd 18e 20e 18e 17e
Max Chilton 17e 16e 17e 20e 19e 14e 19e 17e 19e 17e 19e 20e 17e 17e 19e 17e 21e 21e 19e
2014 Marussia F1 Team Marussia MR03 Ferrari V6T 059 Pirelli AUS MAL BAH CHI ESP MON CAN AUT GBR ALL HON BEL ITA SIN JAP RUS USA BRÉ ABU 2 9e
Max Chilton 13e 15e 13e 19e 19e 14e Abd 17e 16e 17e 16e 16e Abd 17e 18e Abd Forf Forf Forf
Jules Bianchi Nc Abd 16e 17e 18e 9e Abd 15e 14e 15e 15e 18e* 18e 16e Abd

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marussia Racing – le deal avec Virgin Group », sur tomorrownewsf1.com,‎ 7 novembre 2011 (consulté le 20 décembre 2011)
  2. « Charles Pic rejoint l’équipe Marussia Virgin Racing », sur tomorrownewsf1.com,‎ 27 novembre 2011 (consulté le 20 décembre 2011)
  3. Olivier Cougard, « L’exploit de Jules Bianchi à Monaco », sur formule1.blog.lemonde.fr,‎ 30 mai 2014 (consulté le 8 juillet 2014)
  4. Yoann Richard, « F1 - Marussia signe son meilleur résultat en qualifications », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 5 juillet 2014 (consulté le 8 juillet 2014)
  5. Olivier Ferret, « Fin de parcours pour Marussia en liquidation », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 7 novembre 2014 (consulté le 7 novembre 2014)
  6. Basile Davoine, « L'écurie Marussia jette définitivement l'éponge », sur toileF1.com,‎ 7 novembre 2014 (consulté le 7 novembre 2014)
  7. auteur=Basile Davoine, « Marussia n'avait "aucune solution viable à long terme" », sur toileF1.com,‎ 7 novembre 2014 (consulté le 7 novembre 2014)
  8. Grégory Demoen, « Marussia met la clé sous la porte », sur f1i.com,‎ 7 novembre 2014 (consulté le 7 novembre 2014)
  9. « Marussia mise aux enchères », sur espnf1.com,‎ 30 novembre 2014 (consulté le 17 décembre 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :