Ferrari 250

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
La Ferrari 250 GTO est le modèle le plus emblématique de la série des 250.

Les Ferrari 250 sont une série emblématique d'automobiles de course et de Grand Tourisme produites par le constructeur italien Ferrari du début des années 1950 au milieu des années 1960. Cette appellation fait directement référence à leur inhabituelle mais « prodigieuse mécanique »[1] pour l'époque, un moteur V12 « Colombo » – du nom de son concepteur Gioacchino Colombo – d'une cylindrée unitaire de 250 cm3.

Inauguré en 1952 par la 250 MM, jamais jusqu'alors une motorisation n'avait dominé aussi longtemps au niveau international le sport automobile, les Ferrari 250 remportant aussi bien les Mille Miglia et la Targa Florio que les 24 Heures du Mans ou encore les 12 Heures de Sebring. Cette impressionnante domination ne sera d'ailleurs jamais réitérée par aucun constructeur automobile. Mais au-delà de la compétition, cette série marque également un tournant dans l'histoire du constructeur, le faisant passer du statut de petit manufacturier d'automobiles de course à celui de constructeur d'automobiles de prestige d'importance.

À partir de 1964, les Ferrari 250 sont progressivement remplacées par les Ferrari 275 et 330.

Similarités[modifier | modifier le code]

Le moteur V12 est aujourd'hui tout aussi célèbre que les Ferrari 250 sur lesquelles il est installé.

L'une des particularités communes à l'ensemble des Ferrari 250 (à l'exception de la 250 Europa) concerne leur moteur V12 « Colombo », dénommée ainsi en l'honneur de son concepteur, l'ingénieur italien Gioacchino Colombo. D'une cylindrée unitaire de 250 cm3, soit une cylindrée totale de 3 litres (2 953 cm3), il est d'ailleurs à l'origine de la désignation « 250 ». Ce moteur est en réalité le V12 « Colombo » 1,5 litre – le premier et le plus petit V12 de l'histoire de Ferrari qui équipa la 125 S – dont l'alésage s'est vu porté à 73 mm[2] ; la course reste quant à elle fixée à 58,8 mm.

Plus étroit, moins haut et de plus faible cylindrée que celui dessiné par Aurelio Lampredi quelques années plus tard, le moteur Colombo est parfois désigné par le terme anglais short block[3],[Note 1]. D'un point de vue technique, ce moteur présente de nombreux avantages pour l'époque : la vitesse linéaire des pistons modérée grâce à un alésage supérieur à la course, le centre de gravité placé bas, le bloc en V ouvert à 60° entièrement composé d'alliages légers ou encore la distribution munie d'un arbre à cames en tête pour chaque banc de cylindres. Ce V12 était d'ailleurs incroyablement puissant – près de 100 chevaux au litre – mais aussi fiable et endurant[2].

Les premières Ferrari 250 sont construites sur un châssis long, désigné par les lettres LWB pour long wheel base, de 2 600 mm d'empattement, hormis la 250 Europa dont le moteur « Lampredi » plus long nécessite un empattement de 2 800 mm[4]. En 1960, la 250 GT Berlinetta SWB inaugure le premier châssis court (SWB pour short wheel base) de la génération 250. D'une longueur d'empattement de 2 400 mm, ce changement est destiné à améliorer la tenue de route de l'automobile, notamment en virage[5],[4], mais profite également à l'équilibre visuel de l'automobile[4]. La génération des Ferrari 250 est également connue pour avoir inauguré les systèmes de freinage à disques[6]. Elles sont enfin généralement dessinées par le carrossier turinois Pinin Farina, qui adoptera le nom « Pininfarina » en un seul mot en 1961, et carrossées à Modène par la Carrozzeria Scaglietti.

Modèles de course[modifier | modifier le code]

Ferrari 250 S[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari 250 S.

Remplaçante de la 225 S, la Ferrari 250 S est la première Ferrari de la lignée des 250. Mue la première par le moteur V12 « Colombo », développant alors une puissance d'environ 230 ch, la 250 S a davantage valeur de prototype expérimental dont le meilleur terrain d'essai ne serait autre que les Mille Miglia. Et le résultat est concluant. Engagé ainsi aux Mille Miglia en 1952, la Ferrari 250 S sort victorieuse face à sa principale rivale, la Mercedes-Benz 300 SL[7].

Ferrari 250 MM[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari 250 MM.
Ferrari 250 MM Spider carrossée par Vignale.

Fort du succès de la 250 S, Ferrari entame en 1953 la production d'un nouveau modèle destinée à la remplacer, en collaboration pour la première fois avec le carrossier turinois Pinin Farina. La Ferrari 250 MM (« Mille Miglia »), dénommée ainsi en l'honneur de la victoire réalisée sur le circuit des Mille Milles en 1952, se dote d'un nouveau châssis tubulaire[8] sur le même empattement de 2 400 mm que la 250 S mais allégé de 50 kg.

Doté du moteur V12 « Colombo » porté à une puissance de 240 ch, la 250 MM n'était certes pas une « bête de compétition » — sa carrière en compétition sera pourtant longue[9] — mais sa popularité était bien réelle[10]. S'affranchissant des « excès » de la 250 S, elle arbore la première la calandre grillagée, reprise et revue par l'ensemble des 250[9]. Une quinzaine d'exemplaires de la berlinette et un nombre équivalent de Spider assemblé par Vignale sur un dessin de Giovanni Michelotti, seront réalisés[8].

Ferrari 250 Monza[modifier | modifier le code]

La Ferrari 250 Monza est une automobile un peu particulière dans la lignée des 250. La 250 Monza est en réalité un modèle dont la mécanique est issue de la 250 MM et est installée sur le châssis d'une Ferrari 750 Monza. Cette conception « hybride » ne fut néanmoins à l'origine de seulement quatre modèles. Deux d'entre eux sont habillés par Pininfarina avec un design similaire à celui des Ferrari 500 Mondial tandis que les deux autres le sont par Scaglietti dans le style de la 750 Monza[11].

Ferrari 250 Testa Rossa[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari 250 Testa Rossa.
Ferrari 250 Testa Rossa lors du Grand Prix Oldtimer.

Réalisée par la Carrozzeria Scaglietti, la Ferrari 250 Testa Rossa domine le Sport-Prototypes de la fin des années 1950 et le début des années 1960. Propulsée par le moteur V12 « Colombo », elle remporte notamment les 24 Heures du Mans en 1958, 1960 et 1961[12]. Ces victoires s'expliquent par le contexte particulier dans lequel la 250 Testa Rossa est née. Suite aux accidents meurtriers de Pierre Levegh aux 24 Heures du Mans en 1955 et de Alfonso de Portago aux Mille Miglia en 1957, le CSI décide de limiter à trois litres la cylindrée des moteurs dans le but de réduire « l'escalade à la puissance des monstrueuses Aston Martin, Jaguar et Maserati »[13]. Ferrari était pour sa part déjà prêt à ce bouleversement puisque le moteur Colombo est depuis longtemps, de trois litres.

Apparue en mai 1957 sous la forme d'un prototype lors des 1 000 kilomètres du Nürburgring, il faut attendre le mois de novembre 1957 pour que la production de la version « cliente » soit entamée. Construite de 1956 à 1961, la Ferrari 250 Testa Rossa est l'une des automobiles Ferrari les plus cotées. L'une d'entre elles s'est d'ailleurs adjugée en mai 2009 au prix de 9 020 000 euros, un record[14].

Le dessin très particulier de la 250 Testa Rossa est en réalité davantage utile qu'esthétique. L'originalité des ailes antérieures permet de ne couvrir les roues que partiellement pour mieux refroidir les freins à tambours[12]. Néanmoins, ce style peu conventionnel sera adouci en cours de production, abandonnant les ailes très découpées au profit de deux ouvertures pratiquées de part et d'autre de la large prise d'air frontale[12].

Ferrari 250 P[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari P.
Ferrari 250 P de Willy Mairesse et John Surtees, victorieuse aux 1 000 km du Nürburgring 1963.

Produite en 1963, la carrière de la Ferrari 250 P en compétition automobile sera, certes très courte, mais très prestigieuse. Propulsée par le moteur V12 de 3 litres à simple arbre à cames issu de la 250 Testa Rossa, elle remporte les 12 heures de Sebring, les 24 Heures du Mans, les 1 000 kilomètres du Nürburgring et offre un nouveau titre de champion du monde des constructeurs à Ferrari[15].

Mais au-delà de son succès, la Ferrari 250 P tourne une page dans l'histoire du constructeur italien. Elle donne en effet naissance à une « prestigieuse lignée » de prototypes à moteur central[15]. Lors de ses premiers essais, la 250 P témoigne déjà de nombreuses qualités routières. La plupart des Ferrari de Grand Tourisme sont à l'époque équipées de moteur placé en position avant. Seule la Ferrari Dino s'équipe d'un moteur en position centrale arrière. Les succès dont notamment les deux victoires consécutives remportées à la Targa Florio par cette dernière et ceux de la 250 P vont convaincre Enzo Ferrari d'adopter ce type d'emplacement moteur pour les prochains modèles[15].

Ferrari 250 GTO[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari 250 GTO.
La Ferrari 250 GTO, une des plus mythiques automobiles du monde.

La Ferrari 250 GTO, automobile de Grand Tourisme produite de 1962 à 1963, est largement considérée comme la quintessence des modèles Ferrari de l'époque et l'une des voitures de sport les plus célèbres de tous les temps. Le nom GTO signifie « Gran Turismo Omologata »[16] en italien soit « homologuée pour le Grand Tourisme ». Héritant du moteur V12 de 300 ch du prototype Testa Rossa, allégée grâce à l'emploi d'une carrosserie entièrement en aluminium et profitant d'une aérodynamique travaillée, la GTO surclasse immédiatement toutes ses rivales. Elle devient ainsi triple championne du monde en GT (1962, 1963 et 1964)[17].

Au-delà de son fantastique palmarès sportif, la GTO est entrée dans la légende avant tout pour son esthétique[17]. Au total, 39 modèles ont été produits : 36 en 1962 et 1963, plus 3 autres en 1964. En 2004, Sports Car International a placé la 250 GTO à la huitième place dans la liste des meilleures voitures de sport des années 1960. Motor Trend Classic a, quant à lui, nommé la 250 GTO à la première place de la liste des « meilleures Ferrari de tous les temps ».

Ferrari 250 LM[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari 250 LM.
Ferrari 250 LM de 1964.

Présentée à Paris en novembre 1963, la Ferrari 250 LM (« Berlinetta Le Mans ») est une déclinaison Grand Tourisme de la Ferrari 250 P. Destinée à remplacer la victorieuse 250 GTO, elle ne connaîtra pas les heures de gloire des modèles précédents. Face à une concurrence toujours plus pressante, et notamment face au nouveau projet dénommé GT40 de Ford, Ferrari décide de produire à un son tour un modèle GT, en espérant comme à son habitude « la nonchalante bienveillance de la CSI pour obtenir l'homologation en GT dès la mise en route de la production »[18].

Alors que Ferrari avait déjà fait passer la 250 GTO pour une simple évolution de la 250 GT, la même ruse ne convainquit pas une deuxième fois le CSI. L'homologation de la 250 LM en Grand Tourisme ayant été refusée par les instances internationales de l'époque, elle fut condamnée à se battre avec les prototypes qui la surclassait. À noter cependant qu'elle remporta les 24 Heures du Mans en 1965, sauvant la victoire pour Ferrari[18].

Modèle de tourisme[modifier | modifier le code]

Ferrari 250 Europa et Europa GT[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari 250 Europa.
Ferrari 250 Europa exposée au concours d'élégance de la Villa d'Este en 2008.

Alors que la Ferrari 250 MM brille en compétition, et notamment aux Mille Miglia, Ferrari se lance dans la production de la première version de tourisme de la 250. Deux séries de cette version « standardisée » de la 250 MM seront produites : la Ferrari 250 Europa (20 exemplaires) et la Ferrari 250 Europa GT (44 exemplaires)[19].

Les différences sont essentiellement mécaniques : la 250 Europa est construite sur un châssis de 2 800 mm et est mue par un moteur V12 « Lampredi » — la seule Ferrari 250 que ne soit pas propulsée par le moteur « Colombo » — tandis que l'Europa GT est basée sur l'empattement long de 2 600 mm et est propulsée par le moteur « Colombo »[19].

Les performances de cette première Ferrari 250 de tourisme sont également au rendez-vous avec une vitesse de pointe atteinte au-delà de 217 km/h et un 0 à 100 km/h atteint en moins de 8 secondes, faisant de la 250 Europa « l'une des plus rapides GT de tourisme de son temps »[19].

Ferrari 250 GT Boano/Ellena[modifier | modifier le code]

Ferrari 250 GT Coupé Boano 1956
Ferrari 250 GT Coupé Boano 1956
Habitacle de la Ferrari 250 GT Coupé Boano 1956
Article détaillé : Ferrari 250 GT Boano/Ellena.
Ferrari 250 GT Boano/Ellena lors du Scarsdale Coucours 2006.

Produite à partir de 1956, la Ferrari 250 GT Boano/Ellena est le résultat de la volonté de Ferrari de produire une version plus civilisée que les précédents modèles. Pininfarina est dans un premier temps chargé de carrosser la nouvelle automobile. Celui-ci, qui déménage à cette période dans des installations plus grandes[20], n'aura néanmoins pas le temps de produire tous les châssis. Cette tâche incombe alors à Mario Boano, cofondateur de la Carrozzeria Ghia. L'automobile est donc tout naturellement dénommée 250 GT Boano[21].

Toutefois, Boano s'engage en 1957 au département de style de Fiat et cède son entreprise à son associé Luciano Pollo et à son beau-fils Ezio Ellena. Ce derniers carrossent alors les derniers modèles et apportent quelques retouches stylistiques mineures. L'entreprise Carrozzeria Boano est pour l'occasion renommée en Carrozzeria Ellena, et la 250 GT de prendre le nom de son nouvel habilleur[21],[22].

Produites à 75 exemplaires Boano et 49 exemplaire « Ellena »[21], les 250 GT Boano/Ellena sont les Ferrari les plus abordables de la génération 250, mais se négocient pour autant à plus de 300 000 euros[23].

Ferrari 250 GT Berlinetta « Tour de France »[modifier | modifier le code]

Motivé et lancé au défi par la victoire d'Armando Zampiero au Championnat italien des voitures de Sports de 1955 avec une Mercedes 300 SL, Ferrari décide de produire une GT apte à concourir dans cette catégorie. Apparue en 1956, la Ferrari 250 GT Berlinetta « Tour de France » est le fruit des carrossiers Pinin Farina et Scaglietti[24].

D'une conception allégée grâce à l'aluminium, elle s'équipe du châssis de la 250 GT Boano/Ellena afin de produire rapidement une centaine d'exemplaires et ainsi obtenir l'homologation de cette nouvelle GT. Toujours propulsée par le V12 « Colombo », la 250 GT TdF innove en termes de châssis puisqu'elle s'équipe de ressorts hélicoïdaux à l'avant. Fort de 240 ch — portés par la suite à 260 ch — elle triomphe à trois reprises, en 1957, 1958 et 1959 au Tour de France, d'où son nom éponyme[24].

Ferrari 250 GT Cabriolet Pinin Farina[modifier | modifier le code]

Défilé de Michael Schumacher à bord d'une Ferrari 250 GT Cabriolet Pinin Farina sur le circuit d'Hockenheim en 2004.

Déclinaison « cabriolet » de la berlinette 250 GT, la Ferrari 250 GT Cabriolet Pinin Farina est dessinée par le célèbre carrossier Pinin Farina. Elle est de surcroît carrossée par ses soins, une exception pour Ferrari puisque c'est un autre carrossier, Scaglietti, qui s'en charge habituellement. Produite de 1958 à 1962, la 250 GT Cabriolet PF sera produite dans un premier temps en un volume très restreint (Serie I) ayant valeur d'une présérie expérimentale jusqu'en 1959, avant de céder sa place à la version définitive légèrement modifiée (Serie II)[25] qui sera vendue à environ 200 exemplaires.

La 250 GT Carbriolet PF est esthétiquement remarquable et adopte un style nouveau dans la lignée des Ferrari 250. Elle allie à un nez saillant des phares couverts, tandis que la ligne de caisse se termine par des feux arrière au dessin original. Le style combine des lignes tendues aux courbes typiques de Pininfarina[26].

Ferrari 250 GT California Spyder[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari 250 GT California Spyder.

Dessinée par Pinin Farina et carrossée par Scaglietti, la Ferrari 250 GT California Spyder « est assurément l'une des plus belles Ferrari et l'un des plus beaux cabriolets de l'histoire de l'automobile »[27].

Contrairement à ce que laisse penser son nom, la 250 GT California Spyder n'est pas un spyder mais une déclinaison cabriolet de la berlinette de l'époque. Propulsée par le mythique moteur V12 Ferrari, elle sera produite à une centaine d'exemplaires, répartis à peu près équitablement entre une version châssis long LWB (long wheel base) (19581960) et une version châssis court SWB (short wheel base) (19601962). L'adoption en 1960 du châssis court « donne des proportions plus compactes qui musclent la silhouette de la California »[28] et améliore la tenue de route en virage.

Le 18 mai 2008, une Ferrari 250 GT California Spyder SWB bleu nuit s'est vendue à une enchère à un prix extraordinaire de 7 040 000 euros[29], devenant ainsi la deuxième automobile la plus chère de l'histoire après la Ferrari 250 Testa Rossa.

Ferrari 250 GT California Spyder LWB 1959 ex Roger Vadim
Ferrari 250 GT California Spyder LWB 1959 ex Roger Vadim

Ferrari 250 GT Coupé Pininfarina[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari 250 GT Coupé Pininfarina.

Construite à partir de 1958 dans la nouvelle usine de Pinin Farina à Grugliasco, la Ferrari 250 GT Coupé Pininfarina — cette nouvelle Ferrari est la première à arborer le nom Pininfarina en un seul mot — compte parmi les modèles les plus vendus du constructeur italien Ferrari. Vendu à près de 350 exemplaires, son processus de fabrication est celui qui sera le plus proche de ce qu'on peut appeler une fabrication en série[30].

Reposant sur l'empattement long (LWB) de 2 600 mm, la 250 GT Coupe Pininfarina brille par ses performances impressionnantes pour l'époque. Le 0 à 100 km/h est ainsi chronométré en 6,7 s et la vitesse de pointe est atteinte à 240 km/h. Les concurrentes directes de la 250 GT Coupe Pininfarina (Jaguar XK, Aston Martin DB4, etc.) sont surclassées car la Ferrari est la plus légère[30].

Ferrari 250 GT Berlinetta SWB[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari 250 GT Berlinetta SWB.

Apparue en 1959, Ferrari 250 GT Berlinetta SWB devient la première automobile connue sur le plan international pour ses victoires en Grand Tourisme[5]. Le pilote Heinz-Ulrich Wieselmann la perçoit ainsi : « Docile comme un amour d'été [...], le plaisir absolu sur quatre roues, aujourd'hui encore à la portée de quelques heureux élus »[31].

Alors que le nom de Ferrari est déjà synonyme de performance, la réduction du châssis des Ferrari 250 — auparavant de 2 600 mm — leur accorde des proportions idéales tandis que le terme SWB, pour Short Wheel Base, devient culte dans la catégorie GT[31]. La berlinette réalise par ailleurs le départ-arrêté jusqu'à 100 km/h puis jusqu'à l'arrêt en 22 secondes. Cette performance est en partie due aux freins à disque Dunlop sur les roues, qui ont remplacé les tambours des modèles précédents[32].

Déclinée en version cabriolet avec la California Spyder et en version luxe avec la Lusso, la 250 GT Berlinetta SWB est le dernier modèle client de la génération 250. Elle sera remplacée en 1963 par la Ferrari 330.

Ferrari 250 GTE[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari 250 GTE.
Ferrari 250 GTE exposée Grand Prix Festival 2007 de Melbourne lors des 60 ans de Ferrari.

Bien que certaines Ferrari furent dotées d'un espace restreint derrière leurs deux seuls sièges, la Ferrari 250 GTE inaugure en 1960, une nouvelle gamme de carrosserie pour Ferrari, les « GT 2+2 »[33]. Malgré la condescendance des puristes automobiles, les GT 2+2 – ou coupés 4 places – connaissent un grand succès et deviennent, durant de nombreuses années, la spécialité du constructeur. Par ailleurs, la 250 GTE et sa descendante, la 330 GT, représentent à l'époque plus de 50 % de la production de la firme[34].

Décrite par le magazine Road & Track comme « une voiture de tourisme non seulement grande, mais aussi glorieuse »[35], la 250 GTE sera la Ferrari la plus commercialisée de son époque[36]. Son succès est pour une bonne partie lié à sa mécanique. Son moteur V12 parvient en effet à développer 240 ch à 7 000 tr/min, performance remarquable à l'époque pour une 2+2. Associée à une boîte mécanique surmultipliée à 4 rapports, elle réalise le 0 à 100 km/h en un peu plus de sept secondes[37].

En 1964, la 250 GTE est remplacée par la Ferrari 330 America, qui fut produite à 50 exemplaires. Il s'agit stricto sensu du même modèle dont la cylindrée est augmentée à 4 litres[34].

Ferrari 250 GT Lusso[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferrari 250 GT Lusso.
Cette Ferrari 250 GT Berlinetta est surnommée Lusso en référence à son luxe.

La Ferrari 250 GT Lusso, ou GTL, est une déclinaison plus spacieuse et surtout plus luxueuse de la berlinette 250 GT. Le terme « Lusso » désigne en effet « Luxe » en italien. La 250 GT Lusso, qui n'est pas destinée à la compétition, est d'ailleurs généralement considérée comme « l'un des plus élégants modèles Ferrari »[38].

Fidèle à la tradition Ferrari, la 250 GTL est dessinée par le carrossier turinois Pininfarina et fabriquée de 1962 à 1964, dernière année de sa production, par la Carrozzeria Scaglietti. Bien que l'habitacle soit plus généreux que celui de la 250 GT, la GT Lusso demeure un coupé GT deux places, contrairement à la 250 GTE. Elle est par ailleurs le dernier modèle de la génération Ferrari 250 GT.

Si la berlinette 250 GT SWB est le dernier modèle de la lignée 250, la GT Lusso, produite à 351 exemplaires jusqu'en 1964, en est la dernière déclinaison, avant d'être remplacée par la Ferrari 275 GTB[38].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par opposition, le moteur dessiné par Aurelio Lampredi est désigné par le terme long block.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bruno de Prato, « The Colombo's Idea », Ferrari World, no 27,‎ 1995 (lire en ligne)
  2. a et b « La Dynastie 250 GT Ferrari », sur Autodrome Cannes (consulté le 5 août 2009)
  3. (en) Matt Boyd, « Ferrari - Motor Magic », DieCastX Magazine, Air Age Media,‎ Automne 2006, p. 25 (lire en ligne)
  4. a, b et c (en) Steve Ahlgrim, « 1954 Ferrari 250 GT Europa Series II », Sports Car Market magazine,‎ février 2008, p. 49 (lire en ligne)
  5. a et b M. Bowler et al. 2003, Voitures d'exceptions de 1945 à nos jours, p. 346-351
  6. (en) « 1952 Ferrari 250 S news, pictures, and information », sur Conceptcarz (consulté le 7 novembre 2009)
  7. (en) Leonardo Acerbi (2006), Ferrari : A Complete Guide to All Models, Ferrari 250 S, pp.48-49
  8. a et b Gilles Bonnafous, « Ferrari 250 MM », sur Motorlegend,‎ 29 octobre 2008 (consulté le 6 novembre 2009), p. 2
  9. a et b (en) Leonardo Acerbi (2006), Ferrari : A Complete Guide to All Models, Ferrari 250 MM, p.53
  10. Hartmut Lehbrink et al. (2004), Ferrari, Ferrari 250 MM Coupé Pininfarina, pp. 36-39
  11. (en) Wouter Melissen, « Ferrari 250 Monza Scaglietti Spyder », sur Ultimate Car Page,‎ 18 février 2008 (consulté le 6 novembre 2009)
  12. a, b et c Gilles Bonnafous, « Ferrari 250 Testa Rossa », sur Motorlegend,‎ 17 février 2003 (consulté le 2 septembre 2009)
  13. Patrick Erhardt, « Ferrari 250 Testa Rossa : Pierre de touche » (consulté le 11 novembre 2009)
  14. Jacques Chevalier, « Record des enchères pour la Ferrari 250 Testa Rossa », sur Le Figaro,‎ 18 mai 2009 (consulté le 2 septembre 2009)
  15. a, b et c « Ferrari 250 P 1963 », sur Caradisiac (consulté le 6 novembre 2009)
  16. Gilles Bonnafou, « Ferrari 250 GTO », sur Motorlegend,‎ 28 novembre 2002
  17. a et b « Ferrari 250 GTO : la divine », sur Caradisiac (consulté le 6 novembre 2009)
  18. a et b « Ferrari 250 LM : La mal aimée de Maranello », sur Caradisiac (consulté le 6 novembre 2009)
  19. a, b et c (en) « Ferrari 250 Europa », sur QV500 (consulté le 7 novembre 2009)
  20. (en) Steve Ahlgrim, « 1956 Ferrari 250 GT Boano Coupe », sur Sports Car Market (consulté le 1er septembre 2009)
  21. a, b et c Hartmut Lehbrink et al. (2004), Ferrari, 250 GT Boano/Ellena, pp. 62-65
  22. « Ferrari 250 GT Boano, Ellena », sur Histomobile (consulté le 2 septembre 2009)
  23. Eddy Clio, Julien Taillandier, Lionel Lucas, « Photos du jour : Ferrari 250 GT Boano/Ellena », sur Caradisiac,‎ 3 août 2008 (consulté le 1er septembre 2009)
  24. a et b « Ferrari 250 GT Berlinetta Tour de France », sur Motorlegend,‎ 9 juin 2001 (consulté le 7 novembre 2009)
  25. (en) Leonardo Acerbi (2006), Ferrari : A Complete Guide to All Models, Ferrari 250 GT Cabriolet, pp. 108-109
  26. (en) Steve Ahlgrim, « 1961 250 GT Pininfarina Cabriolet Series II », sur Sports Car Market (consulté le 1 septembre 2009)
  27. Gilles Bonnafous, « Ferrari 250 GT Spyder California », sur Motorlegend,‎ 8 octobre 2007 (consulté le 1er septembre 2009), p. 1
  28. Serge Bellu, « Ferrari 250 GT California Spyder », sur Motorlegend,‎ 28 mai 2008 (consulté le 1er septembre 2009), p. 1
  29. Denis Adams, « Prix record : 7 millions d'euros pour une Ferrari 250 GT SWB California Spyder », sur Caradisiac,‎ 19 mai 2009 (consulté le 1er septembre 2009)
  30. a et b Sébastien Dupuis, « Ferrari 250 GT Coupe Pininfarina (1958 - 1961) », sur L'Automobile Sportive (consulté le 7 novembre 2009)
  31. a et b Hartmut Lehbrink et al. (2004), Ferrari, 250 GT Berlinetta SWB, pp. 108-115
  32. « Ferrari 250 GT SWB (1959 - 1962) », sur Scalexsite (consulté le 3 septembre 2009)
  33. Les années 1950 sont marquées par l'évolution rapide des infrastructures routières, induisant une demande croissante d'automobiles plus rapides, plus équilibrées, connues sous le nom de « Grand Tourisme ». Strictes 2 places à l'avant et 2 places à l'arrière, ces GT sont dites « 2+2 ».
  34. a et b Gilles Bonnafous, « Ferrari 2 Plus 2 », sur Motorlegend,‎ 28 novembre 2002 (consulté le 20 juin 2009)
  35. « A not only grand, but glorious, touring car » est le titre accordé à la 250 GTE par le magazine Road & Track suite à son essai en 1962.
  36. (en) « Ferrari 250 GTE », sur How Stuff Works (consulté le 21 juin 2009)
  37. (en) « Ferrari 250 GTE 2+2 Series 1 », sur QV500.com (consulté le 21 juin 2009)
  38. a et b Gilles Bonnafou, « Ferrari 250 GT Lusso », sur Motorlegend,‎ 16 avril 2002 (consulté le 1er juillet 2009)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rainer W. Schlegelmilch, Hartmut Lehbrink, Jochen von Osterroth, Ferrari, Paris, Editions Place des Victoires,‎ 2004 (ISBN 978-2844590787), p. 408
  • Michael Bowler, Giuseppe Guzzardi, Enzo Rizzo, Voitures de légende, Editions Gründ,‎ 2003 (ISBN 978-2844590787), p. 632
  • (en) Leonardo Acerbi, Ferrari : A Complete Guide to All Models, MotorBooks/MBI Publishing Company,‎ 2006 (ISBN 978-0760325506, lire en ligne), p. 408

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 27 novembre 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.