Kerlouan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kerlouan
L'église Saint-Brévalaire
L'église Saint-Brévalaire
Blason de Kerlouan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Lesneven
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lesneven et de la côte des Légendes
Maire
Mandat
Charlotte Abiven
2014-2020
Code postal 29890
Code commune 29091
Démographie
Gentilé Kerlouanais
Population
municipale
2 229 hab. (2012)
Densité 125 hab./km2
Population
aire urbaine
25 712 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 46″ N 4° 21′ 52″ O / 48.646111111, -4.36444444448° 38′ 46″ Nord 4° 21′ 52″ Ouest / 48.646111111, -4.364444444  
Altitude Min. 0 m – Max. 61 m
Superficie 17,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Kerlouan

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Kerlouan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Kerlouan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Kerlouan
Liens
Site web Site de la commune

Kerlouan [kɛʁluɑ̃] (en breton : Kerlouan) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Kerlouan
Carte de la région de Plounéour-Trez et Kerlouan à la fin du XVIIIe siècle

Kerlouan est une commune littorale de la Manche, faisant partie du Pays pagan, qui dispose d'une longue façade littorale en raison de sa situation péninsulaire, due au golfe marin du Port de Tresseny, dans lequel se jette un petit fleuve côtier, le Quillimadec[1], qui la sépare de la commune voisine de Guissény et forme la presqu'île de Neiz Vran. Son littoral est formé de nombreuses plages et rochers, ces derniers pour la plupart en granulite. Les dunes basses qui longent le littoral ont été formées par l'action du vent qui a accumulé là une partie du sable des plages, principalement lors du petit âge glaciaire, qui provoqua un ensablement important[2].

L'abondance des rochers en mer, qui forment de nombreux écueils, rend cette côte particulièrement dangereuse à la navigation comme en témoigne cette description d'Ernest Daudet, parue en 1899 :

« En avant de ces rivages, et jusqu'à plusieurs milles en mer, [la nature] a jeté dans les fonds d'innombrables récifs. Quelques-uns s'assèchent à la mer basse et, quand elle les recouvre, on ne peut les deviner qu'à l'écume des eaux qui viennent se briser sur leurs dentelures redoutables. D'autres ne sont jamais couverts. Ils émergent au-dessus des ondes : ici, aiguilles acérées ; là, rocs massifs s'allongeant comme des monstres accroupis. Il en est qui ne se montrent qu'à de rares intervalles, dans les mouvements des grandes marées, et ce ne sont pas les moins périlleux. Pour naviguer parmi ces écueils, il faut les connaître et pour ne pas s'y briser il faut n'être pas saisi par les courants, enveloppé par les brumes et surtout ne pas confondre les feux des phares qui éclairent la bonne route (...). Encore aujourd'hui, des navires s'y perdent et, chaque année, on y signale des naufrages, bien qu'en ces endroits on ait multiplié phares, balises et signaux avertisseurs. Si, sur ces bords redoutés, les eaux pouvaient s'ouvrir (...) un vaste cimetière apparaîtrait sous nos yeux avec toutes les épaves que les siècles y ont accumulé, encore que les habitants en aient de tout temps arraché aux flots des quantités innombrables[3]. »

Le port de Tresseny

Les plages de Kerlouan

Les rochers de Kerlouan

Les nombreux rochers qui parsèment le finage de Kerlouan étaient d'anciens îlots rocheux en raison de la remontée du niveau de la mer lors de la transgression flandrienne. Selon une légende connue sous le nom Les danseurs maudits, les pierres disséminées dans la lande à Kerlouan étaient des jeunes gens et des jeunes filles changés en roches pour avoir voulu faire danser avec eux un prêtre qui portait les sacrements à un malade[4].

À la limite de Brignogan, en aval du hameau de Kerzenval, se trouvait une lagune, transformée partiellement en étang par la construction d'une digue (il figure sur la carte d'état-major de 1889) et asséché depuis ; une partie est restée marécageuse : les marais du Théven, d'une superficie de 11 hectares, dont l'eau douce devient parfois saumâtre en raison de d'infiltrations d'eau de mer et qui abrite une flore et une avifaune diversifiées.

La majeure partie du territoire communal est à moins de 20 mètres d'altitude, une colline atteignant toutefois 47 mètres près de Kerbizien. La commune possède aussi à sa limite méridionale, dont le tracé suit le cours du Quillimadec, un étang, l'Étang du Pont, alimenté par celui-ci.

Outre le bourg, l'habitat est dispersé en de nombreux hameaux, le plus connu étant l'ancien village de pêcheurs et goémoniers de Meneham (Ménez Ham).

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Kerlouan possédait plusieurs monuments mégalithiques, cinq au moins[5], qui ont disparu ; Benjamin Girard écrit en 1889 : « Kerlouan possède (...) un certain nombre de monuments druidiques : un dolmen au village du Ménec et deux menhirs, de cinq à six mètres de hauteur, sur une colline, près du manoir de Kérisquilllien. Au bas de la colline, on voit une énorme pierre branlante, et autour de cette pierre plusieurs blocs granitiques qui semblent être les vestiges d'un cromlec'h »[6] ; par contre un menhir subsiste, à l'est du hameau de Kervizouarn.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Étymologie et origines[modifier | modifier le code]

Au Ve siècle, en 477 probablement, saint Séni (ou saint Sezny), moine irlandais, s'installe et établit un petit ermitage « peneti Sant Sezni » au lieu-dit Poulluhen ("Pors Huel"), avant de bâtir un monastère à Guic-Sezny, à l'emplacement de l'actuelle église paroissiale de Guissény[7]. Au VIe siècle, saint Pol construisit un autre monastère, dit de Kerpaul[8] et c'est à lui qu'on attribue la fondation de Kerlouan[9], qui naquit au bord de la rivière Quillimadec.

La paroisse de Kerlouan faisait partie de l'archidiaconé de Kemenet-Ily relevant de l'évêché de Léon et était sous le vocable de saint Brévalaire. Elle avait comme trève Lerret, dit aussi An Erret, dont l'église était la chapelle de Saint-Seni, disparue[8]. Elle est issue d'un démembrement de la paroisse primitive de Plounéour-Trez.

Le toponyme provient du breton ker ( = village) et de saint Louan, moine ermite d'origine irlandaise, connu au Pays de Galles sous le nom de saint Llywan. Ce nom louan est transcrit pour la première fois en 1505[10]. Saint Louan a aussi donné son nom à Poullaouen ainsi qu'à un hameau de Riantec.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Sauveur, ou Kersalvator, dont l'existence est attestée en 1477 (le calvaire situé à proximité porte cette date), était réservée aux 200 cakous du hameau de Saint-Sauveur.

Parmi les familles nobles de Kerlouan, la famille Baron a donné naissance à un juriconsulte, Éguiner-François Baron (né vers 1495 à Saint-Pol-de-Léon, mort le ), professeur de droit à Angers, Poitiers, puis Bourges, qui publia plusieurs ouvrages juridiques en langue latine[11].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Les manoirs et familles nobles[modifier | modifier le code]

Le manoir de Kerisquillien, situé non loin de la mer, possédait une chapelle connue autrefois sous le nom de "Chapelle de la Vierge Marie" disparue depuis longtemps[12]. Le manoir de Keryvois (Kerivoas), construit au XVIe siècle, était fortifié de deux grosses tours reliées par une courtine[13]. Un autre manoir existait, celui de Kérénès.

Les archives ont gardé la trace de Guéguen Kerlouan, qui vivait en 1365, qui eut un fils, Alain de Kerlouan, marié avec Péronelle de Coëtivy (Coetivi), et qui habitait le manoir de Brenbuzual (actuellement Brondusval, dans la commune de Plouider)[14]. Leur fille Adélice (Adeline) de Kerlouan épousa en 1392 Tanguy de Parecevaux, seigneur de Mézarnou en Plounéventer[15].

Les épidémies[modifier | modifier le code]

Une épidémie de fièvre typhoïde sévit dans le Léon, frappant particulièrement Kerlouan à partir de 1758 où elle règne en permanence, faisant 88 morts en 1775 et culminant en 1776 : en 8 mois, la maladie emporte cette année-là 980 personnes à Kerlouan et dans les six paroisses voisines ; la prédication du jubilé, l'affluence des pèlerins dans l'église empestée de Kerlouan ranimèrent l'épidémie. Pendant les premiers mois de 1777, elle devint plus meurtrière que jamais. L'épidémie frappait particulièrement les paysans aisés, qui affectaient de braver les conseils des médecins. « Bien loin d'exécuter ce qu'on leur recommande, ils se moquent de ce qu'on leur dit, jusqu'à railler et insulter leur recteur en chaire, lorsqu'il cherche leur conservation. (...) Ce qui augmente la désolation, c'est que les chefs de famille meurent, et qu'avant que les mineurs soient pourvus, ils seront ruinés par les droits de greffe. Je crois que la culture des terres s'en ressentira » écrit le subdélégué de Lesneven. La fièvre typhoïde reparaît plusieurs fois encore à Kerlouan entre 1787 et 1789, y ayant un caractère plus ou moins endémique[16].

Le même subdélégué de Lesneven écrit en 1776 : « La maladie règne toujours dans la paroisse de Kerlouan ; elle est même plus mortelle qu'elle ne l'était au commencement. Le curé de cette paroisse qui, depuis que l'épidémie règne, n'avait pas passé vingt nuits dans son lit, étant sans cesse occupé, soit à confesser ou à administrer les sacrements, mourut mercredi dernier, regretté de tout le monde et victime de son zèle. Le recteur est seul prêtre, ses curés étant morts. Il y a deux malades chez lui et il craint singulièrement de le devenir »[17].

L'église de Kerlouan (c'était à l'époque l'actuelle chapelle Sainte-Anne) était particulièrement insalubre en raison des inhumations qui se faisaient, selon la coutume, à l'intérieur même de l'église, en dépit des interdictions dont les fidèles ne tenaient aucun compte, ce que constate un arrêt du Parlement de Bretagne en date du  : « La plupart des actes de sépulture portent que le corps a été inhumé dans l'église paroissiale de Kerlouan par les parents ou amis, pendant que le recteur et le clergé ont chanté les prières accoutumées près de la fosse [qui restait donc vide] dans le cimetière »[18]. Le même subdélégué de Lesneven écrit : « En rentrant dans l'église, je fus si fort frappé par l'odeur que l'on sent, que je fus obligé de sortir sur-le-champ. On n'enterre ce pendant plus dans cette église depuis environ trois semaines, mais cette odeur subsistera probablement longtemps encore. Je recommandai à M. le Recteur d'exhorter ses paroissiens à ne pas prier dans les cimetières, et de veiller à ce que les fosses eussent au moins cinq pieds ». Malgré l'infection, les paysans continuent d'affluer dans leur église ; chaque office amène une recrudescence du fléau. Le même subdélégué écrit quelques jours plus tard : « Cette vapeur cadavéreuse qui règne toujours dans l'église de Kerlouan est bien propre à entretenir le mal. J'envoyai samedi dernier un paquet de résine et de soufre au recteur pour y brûler et par ce moyen diminuer l'odeur insupportable qu'on y sent ». Malgré ses efforts, l'église resta plusieurs mois empestée et l'épidémie conserva longtemps sa violence[19].

La réputation d'être des naufrageurs[modifier | modifier le code]

Longtemps, Kerlouan et l'ensemble du Pays pagan ont eu la réputation, probablement exagérée, d'être des naufrageurs ; un auteur non précisé écrit par exemple en 1901 : « Pendant plusieurs siècles et jusqu'à ce que Louis XIV réprimât leurs sinistres exploits, Lannilis, Kerlouan, Guissény, Kertugal [Pontusval], Plounéour et bien d'autres lieux ne furent que des repaires de naufrageurs. Tous les hommes y étaient associés pour conspirer la perte d'autres hommes. (...) Les habitants étaient plus à craindre que les écueils parmi lesquels, le couteau au poing, ils guettaient les épaves et les naufragés »[20].

Kerlouan à la fin du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Selon Jean-Baptiste Ogée, à la fin du XVIIIe siècle, Kerlouan était alors peuplé de 1 600 "communiants" (personnes en âge de communier) ; il ajoute : « Son territoire est fertile en grains de toutes espèces et en lin. C'est un pays excellent et très agréable. Il est borné au nord par l'océan [en fait, la Manche] et au sud par un bras de mer qui remplit plusieurs grands étangs sur lesquels sont des moulins à eau »[21].

Un rôle des contributions de 1737 énumère les hameaux suivants à Kerlouan : Lestenguet, Lezerider, Keryot, Le Theven, Le Croazou, Kerizouarn, Saint-Trégarec, Le Goaz, Kerliver, Kerchuern, Cleuzmeur, Kersalvator, Tréguinec, Lerret (trève)[8].

En 1774, le recteur de Kerlouan, dans le cadre de l'enquête sur la mendicité dans le Léon effectuée à la demande de Mgr de La Marche, écrit : « Il y a environ quarante-cinq mendiants domiciliés dans cette paroisse. Le nombre des habitants aisés dépasse des deux-tiers celui des mendiants. Il y a plusieurs causes de la mendicité dans cette paroisse : la cherté du blé et du lin a augmenté considérablement le nombre des mendiants. Le défaut de travail pendant l'hiver oblige plusieurs à mendier et qui se passent d'aumône pendant l'été par le moyen de leurs journées (...) »[18].

En 1786, les prêtres de Kerlouan, un recteur et deux vicaires, percevaient de leurs paroissiens la dîme à la 36e gerbe, une autre dîme dite des novales sur les terres nouvellement défrichées, ainsi que les premices consistant en deux brassées de gerbes par ferme prises sur l'aire à battre, ce dont les paroissiens se plaignaient, les petites fermes payant autant que les grandes[8]. Par ailleurs, la chapelle Saint-Egarec était, selon Jean-Marie Abgrall, « l'un des bénéfices les plus considérables du Léon » ; son titulaire était en 1777 l'abbé Barbier de Lescoët, chanoine comte de Lyon, dont les ancêtres avaient habité le château de Kerjean et dans le château de Kerno en Ploudaniel.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Selon la loi du , Kerlouan devint une succursale de la paroisse de "Plounéourrés" (Plounéour-Trez), mais cela ne fut que temporaire[22].

En mars 1793, Kerlouan fit partie, avec Plounéventer, Ploudaniel, Guissény et Plouguerneau, des communes condamnées à payer chacune Modèle:Unité40600 de dédommagement pour s'être rebellée contre le gouvernement républicain[23].

Le 25 germinal an II (), un lundi, jour de marché, deux prêtres réfractaires trouvés alors qu'ils étaient cachés à Kerlouan, le premier chez un cultivateur, François Le Gac, le second chez un autre cultivateur, Guillaume Abautret[24], furent guillotinés à Lesneven. La sentence est "justifiée" ainsi par le tribunal révolutionnaire : « Tous les deux sont convaincus d'êtres prêtres non assermentés et comme tels avoir été sujet à la déportation. En conséquence, ordonne que les dits Jean Habasque et Guillaume Peton seront livrés dans les 24 heures à l'exécuteur des jugements criminels pour être mis à mort sur la place du marché publique de Lesneven »[25].

  • Jean Habasque, 42 ans, né au terroir de Keraigen en Kerlouan le . Il est arrêté à Kerlouan le .
  • Guillaume Péton, 41 ans, né à Plourin-Ploudalmézeau en 1753, demeurant à Saint-Thégarec, commune de Kerlouan. Devenu prêtre le , puis prêtre de Kerlouan, il est arrêté le .

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La fréquentation de la chapelle Saint-Egarec[modifier | modifier le code]

Cette chapelle, dite aussi chapelle Saint-Thégarec, était encore très fréquentée en 1806 ; le recteur de Kerlouan écrit alors à l'Évêque de Quimper et de Léon : « La chapelle de Saint-Thégarec est en grande vénération et très fréquentée par les pèlerins de toute part. Elle mériterait d'être ouverte pour entretenir la dévotion des fidèles ». Son pardon se déroulait le 3e ou 4e dimanche de juin et « avant la Révolution, c'était l'usage d'y aller en procession chanter la messe et les vêpres »[8].

L'échouage d'un cachalot en 1809[modifier | modifier le code]

Le Journal de l'Empire rapporte l'anecdote suivante (orthographe respectée) :

« Le 6 de ce mois [septembre 1809], un poisson cétacé fut trouvé sur la côte de Guissigny [Guissény], et traîné sur celle de Kerlouan par les habitans de cette commune, dans le lieu-dit Pors-Laër. Ce poisson (...) étoit le cachalot cylindrique de Bonaterre ou le physalus cylindricus, décrit par M. de Lacépède. Il avait vingt-deux mètres de longueur et cinq mètres de diamètre. C'était une femelle pleine (...). Un pharmacien de la marine a été envoyé sur les lieux, mais il est arrivé trop tard, les habitans s'étoient déjà partagé cet énorme poisson (...) Les habitans riverains auroient dû se rappeler que les objets d'une valeur réelle que la mer jette sur le rivage appartiennent au gouvernement ; ils auroient dû d'abord prévenir les autorités locales (...)[26]. »

Le ramassage du goémon[modifier | modifier le code]

L'activité goémonière fut longtemps très importante ; elle était réglementée comme l'indique ce texte datant de 1852 :

« (...) Il y a beaucoup de roches à goémon, particulièrement à Kerlouan et à Plounéour-Trez. On fait habituellement deux coupes : celle du goémon noir vers la fin d'avril ; celle du lacet, taly, corré ou goémon jaune en septembre et octobre. Les conseils municipaux désignent des gardes goémonniers, qui assignent à chaque maison ou famille l'emplacement où elle pourra couper à volonté dans le temps indiqué. Depuis un temps immémorial, les grèves se partagent par feux[27]. »

Beaucoup plus tard, en 1939, Yvonne Pagniez, dans un roman, Pêcheur de goémon, a décrit la vie des goémoniers de Plouguerneau, l'Aber-Wrac'h et Kerlouan coupant le tali, « ce goémon particulièrement riche en iode, dont le thalle brun et lisse, froid au toucher comme une eau de batracien, peut atteindre plusieurs mètres de longueur », à l'aide d'une faucille emmanchée d'un long bâton, le retour des barques, les charrettes attendant sur la plage pour emporter la cargaison d'algues, les chevaux entrant dans l'eau jusqu'au poitrail, la récolte du goémon d'épave après les tempêtes qu'il est interdit de ramasser avant que « les phares n'aient éteint leurs feux », l'opération qui consiste à brûler, sur des foyers de fortune, le goémon, pour en recueillir les cendres dont les usines se chargeront d'extraire l'iode[28].

La construction de l'église Saint-Brévalaire[modifier | modifier le code]

Le Conseil municipal de Kerlouan, après que le Conseil de fabrique eût émis un vœu analogue le , déclare le  : « Considérant que l'église actuelle est insuffisante aux besoins de la population, qu'elle menace ruines, qu'elle est insalubre, tant par manque d'élévation que par l'abaissement de son sol qui se trouve en contrebas des terres du cimetière dont l'exhalation pénètre dans son intérieur, considérant qu'il est impossible de songer à son agrandissement, attendu que le cimetière dans lequel elle se trouve est déjà trop exigu pour les inhumations (...), le conseil émet le vœu qu'une nouvelle église soit construite dans la commune de Kerlouan »[29].

Une souscription faite auprès des paroissiens rapporta 11 072 francs, ce qui aida à financer la construction de la nouvelle église. Elle fut consacrée le par Mgr Sergent, évêque de Quimper et Léon[30].

L'épidémie de variole de 1864[modifier | modifier le code]

En 1864, 1 517 cas de variole sont recensés dans le département du Finistère, dont de nombreux cas dans le canton de Lesneven :

« La variole a fait de nombreuses victimes dans plusieurs communes du canton : Plouider, Ploudaniel et Kernouës ont été les communes les plus éprouvées : les cas de mort y ont été nombreux. Plounéour-Trez, Kerlouan, Goulven ont eu aussi beaucoup de malades, mais la mortalité y a été moins sensible[31]. »

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La compagnie des pêcheries des grèves de Kerlouan[modifier | modifier le code]

La société en commandite par action De Ranglandre et Cie, dite "Compagnie des pêcheries des grèves de Kerlouan" existait à Kerlouan pendant la décennie 1870[32]. En 1881, un procès oppose la commune de Kerlouan à Mr de Ranglandre, accusé d'occupation indue, à propos de la propriété des dunes de Kerlouan situées entre le Louch-an-Dreff et la mer et en confirme la propriété communale, condamnant donc le sieur de Ranglandre, attendu que ces terrains « en l'absence de toute clôture spéciale (...) sont toujours restés et subsistent encore à l'état de vagues et servent aux habitants, soit pour faire pacager leurs bestiaux, soit pour faire brûler leurs goémons et varechs »[33]. Le même Mr de Ranglandre demanda en 1878 le droit d'exploiter une source d'eau minérale sulfureuse jaillissant dans sa propriété à des fins médicales, source découverte lors du creusement d'un vivier destiné à recevoir les crustacés dont la "Société des pêcheries de Kerlouan" fait principalement commerce[34].

La surtaxe sur l'alcool à l'octroi de Kerlouan[modifier | modifier le code]

La demande de prorogation d'une surtaxe sur l'alcool, qui était déjà en vigueur antérieurement, à l'octroi de la commune de Kerlouan, provoqua le un débat à la Chambre des députés au cours duquel le député Monjaret de Kerjégu, qui soutint la demande, déclara que le maintien de cette surtaxe, qui avait antérieurement permis de construire une école de garçons et de restaurer l'église, allait permettre de construire une école de filles et une mairie. Cette demande fut finalement acceptée par 145 voix contre 54[35].

Naufrages et persistance de la tradition du droit de bris[modifier | modifier le code]

Le , une embarcation montée par onze personnes de la commune de Kerlouan, qui allaient cueillir du goémon sur les rochers de Carreg-Hir, chavira à quelques centaines de mètres de la côte ; deux personnes furent noyées[36].

Le , le bateau La Fanny, de Kerlouan, est submergé par une lame de fond ; le naufrage fait 3 morts parmi les quatre marins à bord en dépit des secours effectués par un pilote de Pontusval, Yves Le Gall[37].

Le , la goélette norvégienne Gulos Hana, venant de Glasgow chargée de charbon, s'échoue dans les brisants de Kerlouan et est abandonnée par son équipage qui est sain et sauf[38].

Le , le canot de sauvetage de Pontusval sauve les membres de l'équipage d'une goélette échouée sur les brisants de la côte de Kerlouan[39].

La tradition du droit de bris subsistait : le , le journal L'Armoricain écrit :

« Le naufrage du navire Le Jacques[40], de Calais, a réveillé dans la population de Guissény et de Kerlouan tous les instincts sauvages que déjà malheureusement nous avons eu bien des fois à stigmatiser. Non seulement les débris du navire et sa cargaison de tabac, dispersés sur une étendue de côte assez considérable, ont été pillés avec une inconcevable effronterie (une dixaine (sic) des pillards viennent d'être écroués au château de Brest), mais les effets même des hommes de l'équipage qui avaient échappé par miracle et presque nus à la mort, n'ont pas été non plus épargnés[41]. »

En 1876 encore, un auteur non précisé écrit : « Il n'est pas encore facile de persuader [les] riverains de Kerlouan et de Guissény que les débris ou le chargement d'un navire échoué ne sont pas la propriété légitime du premier occupant ; c'est pour eux un principe d'équité naturelle ; le prêtre et le procureur du roi y ont souvent perdu leurs sermons et leurs réquisitoires »[42].

Dans la nuit du 3 au , le vapeur La Vendée, chargé de vins et d'eaux-de-vie, vint se briser sur la côte. Le lendemain, on retrouva sur le rivage des grappes d'hommes, de femmes et d'enfants qui, presque ivre-morts, buvaient aux tonneaux qu'ils avaient défoncés[43].

Le , le Saint-Jean, un bateau de pêche de Kerlouan, en difficulté à six milles au nord de Pontusval fut sauvé, ainsi que son équipage formé de trois hommes, pris en remorque par le canot de sauvetage Marie-Thérèse, du port de Pontusval[44].

La révocation d'un maire en 1882[modifier | modifier le code]

Le , un décret du Président de la République révoque le maire de Kerlouan, Yves Uguen, qui avait refusé d'installer dans ses fonctions un instituteur laïque nommé en remplacement d'un Frère qui avait abandonné son poste[45]. Le même maire, réélu, fut suspendu de ses fonctions en juillet 1883 pour avoir prescrit la fermeture des débits de boissons pendant les offices religieux[46].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La vie à Kerlouan au début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Goémonier de Kerlouan vers 1920
Le four à soude de Meneham (on y brûlait le goémon)
Meneham : tas de goémon en train de sécher

A. Ferrand relate la vie à Kerlouan au début du XXe siècle que lui décrit dans des lettres qu'il lui envoie un de ses amis, resté anonyme, qui loue une chambre aménagée sommairement dans un grenier chez la famille Maout, une famille de paysans-pêcheurs du hameau de Poulfeunteun (Poul Feunteun), dans un long article publié dans le "Bulletin de la Société académique de Brest" en 1904 : « Le pays est le même jusqu'au Conquet : des dunes plates, crevées de roches grises, qui suivent la mer et larges d'une cinquantaine de mètres, et puis es champs, de lande d'abord, de betteraves ou de blé ensuite, et de plus en plus verdoyants au fur et à mesure qu'on s'éloigne de l'Océan, et que diminue la morsure du vent maritime. Dans ces champs, et assez loin pour ne pas être trop éventées, quelques maisons, une demi-douzaine, plantées sans ordre, sur le bord de ces petits chemins à ornières, qui serpentent dans nos campagnes. C'est tout çà Poulfeunteun (...). ». Parlant des huit membres composant cette famille , il ajoute : « Si tu voyais manger ces huit individus ! Chacun d'eux avale une écuelle de soupe, du fard, du lard, c'est effrayant la quantité de nourriture qu'ils engloutissent à grands coups de mâchoires, les coudes sur la table. (...) La grève est ici le principal personnage de la vie : avant le curé, avant la terre, avant tout. On vit par la grève, on vit sur la grève. (...) Toute cette population, ces milliers d'homes, ne vivent que de la grève. Elle les nourrit, les chauffe, les abreuve, les habille quelquefois, elle leur donne tout ; elle est leur complice contre le douanier ; elle est, autant que la mer, le grand marché où leur arrive la fortune qu'ils n'ont qu'à prendre, ou le maigre salaire d'un travail infernal.»[47].

Dans une autre lettre écrite deux mois plus tard, le même ami écrit : « Tu connais la silhouette d'un Pagan, n'est-ce pas ? C'est un pêcheur comme un autre : fini le costume bizarre : le bonnet glaz orné de la pipe, le bragou-braz ! fini tout cela. Maintenant c'est un marin breton en vareuse ou en veste ou en blouse de toile bleue, et coiffé d'un béret quelconque. (...) Ils sont tous moitié paysans moitié pêcheurs, suivant le temps et le moment (...), mais je ne retrouve pas en eux les sauvages historiques. (...) Nous nous levons tous à 4 heures. Moi, je me lave dans un seau d'eau, eux n'ont pas le temps ; puis nous allons à la grève ramasser le goëmon. (...) On arrache les herbes avec de grands râteaux, on les met en tas sur la dune pour sécher, le plus souvent on est dans l'eau jusqu'aux épaules, ce n'est pas chaud. Ensuite on rentre à la maison pour déjeuner. De la soupe aux pommes de terre ! Nous sommes loin du chocolat ! Mais ça donne plus de forces pour travailler aux champs jusqu'à onze heures où on déjeune d'une platée de bouillie de blé noir ou de pommes de terre, avec du lait. (...) [Le gouter est à] trois heures, encore de la soupe. Après, je vais me promener ou aider à rentrer les bêtes. À sept heures, on dîne comme on a déjeuné et à huit heures, tout le monde est au lit. Et ce coucher pèle-mêle ! Ils sont huit dans quatre lits-clos (...) Les femmes ont des chemises fermées comme des portes de prison et, en plus, ne tirent leurs jupes que dans leur lit bien clos. En fait de mœurs, nous y sommes, c'est patriarcal. (...) »[48].

Dans d'autres lettres, le même ami évoque la manière dont se déroulaient les demandes en mariage, les fiançailles, les mariages, les décès et les enterrements, etc.., à Kerlouan à cette époque

Le droit de bris et le naufrage du Vesper en 1903[modifier | modifier le code]

Le guetteur d'épaves dans les brisants de Kerlouan (carte postale ND Photo, début XXe siècle)
Scène de naufrage au pays de Kerlouan (gravure de François Hippolyte Lalaisse, Musée départemental breton de Quimper)

Le journal La Lanterne raconte ainsi une scène consécutive au naufrage du Vesper le sur les rochers d'Ouessant (des fûts de vin, que contenait le navire, dérivent jusqu'à Kerlouan et les pêcheurs locaux ne se privent pas d'user du droit de bris) :

« À Kerlouan, les choses prirent une tournure comique. Un fût ayant été trouvé sur la grève, il fut éventré  ; et comme les pêcheurs n'avaient pas de récipients, ils burent à pleins sabots. À Landéda, il y avait une noce. On mit deux fûts en perce, et le soir toute la noce était ivre. Bref, toute la contrée se grisa pendant huit jours[49]. »

Mais Kerlouan n'est pas, ou n'est plus, à cette date le pays des naufrageurs :

« Je suis arrivé ici bourré de légendes, convaincu que Kerlouan était le nid des pilleurs, j'en doute maintenant. En somme, nous n'avons aucun renseignement précis. Et puis, il faudrait s'entendre sur ce mot : pilleur d'épaves. Si c'est l'individu qui garde pour lui ce qu'il trouve en mer, ou sur la grève, oui, ils le sont tous ici, et je les approuve. Si c'est l'homme qui attirait les navires à la côte les nuits de tempête et massacrait les naufragés, on n'en trouve plus de trace. Oui je connais les histoires. Le pêcheurs allumaient des feux, mettaient des lanternes aux cornes des vaches dont les pas imitaient le balancement d'un navire. Les marins, croyant voir devant eux un autre bateau, suivaient cette lumière et venaient se briser sur les roches. À leurs appels au secours les pilleurs répondaient joyeusement : On y va ! Ils y allaient effectivement, mais pour tuer et voler. Ces mœurs étaient plutôt sauvages ; mais réfléchit à l'époque lointaine où cela se passait, les hommes n'étaient guère tendre. Je sais bien que mes Pagans priaient saint Guevroc pour entendre mieux les cris d'appel, saint Brévalaire pour mieux voir la nuit et qu'ils promettaient à Notre-Dame des Brisants, près de Guissény, un cordon de cire autour de sa chapelle pour qu'elle leur donne de fructueux naufrages. Je sais tout cela. Mais il n'y a là qu'une exagération criminelle du droit de bris, et nul n'a prouvé que ce fut une coutume générale en Bretagne, ni particulière (...) aux Paganis[50]. »

Les autres naufrages[modifier | modifier le code]

En février 1905, à la suite du mauvais temps, six cadavres sont rejetés à la côte à Kerlouan et dans les communes avoisinantes, laissant supposer plusieurs naufrages[51] dont celui d'un navire de la Pacific Steam Navifgation Company[52]. En septembre 1907, le vapeur espagnol Amboto (certains journaux de l'époque le nomment à tort Ambolo), allant de Newcastle à Bordeaux, chargé de charbon, s'échoue sur les rochers du Carréquir (Kerreg Hir) en face de Kerlouan, l'équipage fut sauvé ; le bateau resta échoué plus d'une semaine, toutes les tentatives de déséchouage restant vaines[53]. Des habitants de Kerlouan profitèrent de cet échouage pour piller le navire, mais dix paysans et pêcheurs furent poursuivis par la justice[54], huit d'entre eux furent condamnés à des peines allant de un mois à six mois de prison avec sursis[55].

Un marin de Kerlouan, François Bellec, fit partie des victimes du naufrage du sous-marin Lutin, survenu le près de Bizerte[56].

En avril 1908, le bateau de pêche Marsouin, de Plouguerneau, sombra au large de Kerlouan : aucun corps ne fut retrouvé, ni le bateau[57]. Le , le vapeur italien Fratelli-Prinzi, échoué sur les roches de Kerlouan, est considéré comme perdu[58]. Le , le sloop Jeune-Bernardin coule près de la pointe de Kerlouan ; l'équipage est sauvé[59].

En novembre 1910, dix-sept cadavres de membres de l'équipage du vapeur anglais Kurdistan qui s'était perdu corps et biens sur des rochers des Sorlingues, furent trouvés en divers endroits du littoral breton, à Ouessant, à Plouguerneau, à Kerlouan, Landéda , Guissény, etc... Pour commémorer ce naufrage, le gouvernement britannique fit élever une croix sur un rocher de Plouguerneau et fit distribuer des gratifications aux marins-pêcheurs qui avaient trouvé des cadavres[60].

Le , une lame de fond renverse, sous les yeux des touristes présents, une barque de pêche à 50 mètres de la côte ; si le patron réussit à regagner la côte, son homme d'équipage se noie dans les flots déchaînés[61].

Dans la nuit du 14 au , le vapeur allemand Wandsbeck, qui se rendait d'Angleterre en Turquie avec un chargement de houille, s'échoua sur un plateau rocheux dénommé Hamounn ar Roz, à deux milles nautiques de la côte de Kerlouan ; il coula par l'avant mais les 24 hommes de l'équipage furent tous sauvés, 23 étant recueillis par un autre vapeur allemand, le Sofia et le 24e par un marin-pêcheur de Kerlouan[62].

Les querelles liées à la laïcité au début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les querelles liées à la laïcité et à l'application de la Loi de séparation des Églises et de l'État, votée en 1905, ont été particulièrement vives dans le Léon au début du XXe siècle ; en voici quatre exemples qui concernent Kerlouan :

- En 1902, le décret Combes concernant la fermeture des écoles privées religieuses, dites "écoles libres" ou "écoles congréganistes", provoqua une intervention en chaire du curé de Kerlouan, l'abbé Gautier, et des manifestations à l'issue de la grand-messe et des vêpres[63]. Le père de l'institutrice communale, M. Rozeau, reçut une lettre violente contenant des menaces contre lui et sa fille ; il porta plainte[64]. Le , un arrêté du Préfet du Finistère laïcise l'école tenue par les Sœurs de la Sagesse[65].

- En 1905 l'"affaire de Kerlouan" défraya la chronique de journaux : deux instituteurs-adjoints, MM. Simon et Le Bourse, sont accusés d'avoir arraché le divers symboles religieux apposés sur les murs de l'école en dépit des lois et circulaires sur la laïcisation ; le Christ décroché aurait été brisé et piétiné ; le directeur de l'école, M. Nédélec, qui s'y opposait, aurait été insulté et frappé. Le journal La Lanterne écrit : « La population cléricale de ce bourg breton se soucie infiniment plus de ses "bons dieux" que de la loi. Aussitôt que le "crime" fut commis, l'indignation souleva les bonnes âmes, et les enfants, heureux d'une telle aventure, refusèrent d'entrer dans les classes des deux maîtres accusés d'avoir mis en pièces l'image sacrée. Les ensoutanés excitant le zèle de leurs ouailles, le scandale fut grand »[66]. Le journal L'Aurore indique que la population, de Kerlouan est très surexcitée, un habitant du hameau de Saint-Egarec tirant même un coup de revolver contre le directeur de l'école et le blessant[67]. Le , une grande procession de réparation fut organisée à Kerlouan, les débris du crucifix étant portés sur un coussin de velours[68].

- En 1907, un article parut dans le journal Ouest-Éclair sous le titre "Les crucifix des écoles" :

« C'est à une véritable rafle de crucifix scolaires que MM. les instituteurs se sont livrés pendant les vacances du Premier de l'An dans l'arrondissement de Brest, d'après les instructions de M. l'inspecteur primaire. es classes étant vides, l'opération n'a offert aucune difficulté, mais la rentrée a été mouvementée dans certaines communes. (...) À Kerlouan, l'opération du vide dans l'école dépouillée de ses Christs s'est faite d'une façon [très] radicale (...). Dès la rentrée, un certain nombre d'écoliers, en constatant que les crucifix avaient disparu, étaient immédiatement rentrés, mais la plupart n'avaient pas osé résister aux instances de leurs maîtres. Mais le lundi ce fut une autre affaire. Tous les pères et mères de famille ayant des enfants à l'école accompagnèrent ceux-ci jusqu'à l'entrée de l'immeuble scolaire. Au nom de tous, l'un d'eux parlementa avec le directeur, lui faisant expliquer comment et pourquoi avait été commis cet acte froissant la conscience des parents catholiques, et le mettant finalement en demeure de replacer les christs. Sur le refus du maître d'école, les parents ordonnèrent à leurs enfants de prendre leurs livres et cahiers, et de s'en retourner chez eux, ce qui fut fait en un clin d'œil[69]. »

- Le , le Préfet du Finistère annule une délibération du Conseil municipal de Kerlouan qui demandait le remplacement du manuel d'histoire Guyot par celui d'un auteur non mis à l'index par l'épiscopat[70].

En 1937, l'école publique de garçons de Kerlouan, qui comptait 150 élèves, se vida de presque tous ses élèves (ils n'étaient plus que trois) en raison de l'ouverture d'une école privée catholique[71].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Kerlouan porte les noms de 114 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[72].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En janvier 1920, l'hydravion géant Latham, parti de Cherbourg pour Brest, victime d'une panne de moteur, dut amerrir en catastrophe ; pris en remorque par la canonnière Vaillante, il chavira et fit côte à Kerlouan , ses flotteurs brisés et sa coque défoncée. Il fut démonté sur place[73].

De nombreux bateaux de Kerlouan pratiquaient alors la petite pêche : le journal Ouest-Éclair indique par exemple qu'en juin 1922 104 bateaux des ports de Kerlouan et Brignogan ont pêché 1,86 tonne de crustacés et coquillages dont 1,5 tonne de homards, 250 kg de langoustes, 600 kg de crabes et tourteaux, ainsi que 2,7 tonnes de poissons divers et, par ailleurs, 3 500 m3 de goémon de soude et 5 000 m3 de sables coquilliers et amendements marins[74]. Le même journal indique que pour le premier trimestre 1931, 2,4 tonnes de crustacés et homards sont pêcheurs par les pêcheurs des deux mêmes ports[75].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le Lichen caragheen était récolté dans les premières décennies du XXe siècle : en 1915, les ports de Kerlouan et Plouescat en récoltaient chacun 100 tonnes, devancés seulement par Plouguerneau, qui en produisit cette année-là 150 tonnes[76].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Deux membres de la famille El Michali[77], d'origine juive, qui possédaient une villa à Kerlouan, sont morts en déportation au camp de concentration d'Auschwitz après avoir été déportés par le convoi n° 64 depuis Drancy : Maurice El Michali (père)[78], Maurice El Michali (fils)[79].

L'après-Seconde-Guerre-mondiale[modifier | modifier le code]

Le renard de Kerlouan et le corbeau[modifier | modifier le code]

À partir de 1986, un mystérieux saboteur de bateaux, qui sévit nuitamment particulièrement les nuits de pleine lune, surnommé "le renard de Kerlouan", pillant, coulant ou brûlant des embarcations, dont le zodiac de la SNSM ; le bâtiment du club de plongée local a été incendié : une cinquantaine de plaintes ont été déposées. Ces faits entraînent localement une atmosphère délétère : une dizaine de propriétaires de bateaux ont même reçu des menaces de mort. La rumeur publique a accusé un pêcheur local d'être le renard, mais personne n'a été condamné pour l'instant par la justice[80].

Un corbeau a expédié à partir de 2002 d'une soixantaine de lettres anonymes qui accusaient tel ou tel d'être le renard. Une femme de pêcheur, accusée d'être le corbeau, mise en examen en 2002, obtint de la justice un non-lieu en 2011[81].

Jean Failler a écrit un roman Le renard des grèves décrivant ces événements. Malgré l'utilisation de noms d'emprunts, les habitants reconnaissaient aisément tel ou tel, y compris les personnes suspectées. L'auteur fut condamné pour "atteinte à la vie privée" à supprimer certains passages litigieux de son roman[82].

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 986 3 244 2 854 3 201 3 204 3 351 3 362 3 560 3 406
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 262 3 176 3 158 3 038 3 140 2 930 2 772 2 772 2 700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 865 2 933 3 061 3 003 3 035 2 820 3 042 2 877 2 745
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 717 2 693 2 656 2 572 2 406 2 238 2 257 2 258 2 229
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[83] puis Insee à partir de 2004[84].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Les maires successifs de Kerlouan[85]
Période Identité Étiquette Qualité
1810   Tanguy Prigent    
1826 François Uguen   Nommé par le Roi
1830 Joseph Marie Ambroise de Coataudon   Nommé par le Roi
1848 François Prigent   Nommé par le Roi
1866 Hyacinthe Lemoine   Nommé par l'Empereur ; Conseiller général[86]
1868 François Prigent    
1870 Yves Uguen    
1871 François Gac    
1887 Yves Uguen    
1888 Goulven Prigent    
1890 François Habasque    
1919 François Uguen    
1941 Yves Benoît Uguen    
1945 Joseph Uguen   Nommé par l'État français
1959 François Abiven    
1965 Joseph Loaëc    
1981 Albert Uguen    
1995 Étienne Guilmoto    
2001 Jean Le Goff    
  Charlotte Abiven    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Orschwihr (68).

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 24 février 2011.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Le plus beau monument de Kerlouan est son site naturel, en bord de mer. Ce site est émaillé de rochers granitiques, qui ont souvent servi de sujet de légendes.

Monuments et sites religieux[modifier | modifier le code]

La commune de Kerlouan abrite plusieurs églises et chapelles[87] :

  • La chapelle du Croazou ("Les Croix" en breton) date de 1832, construite par François Pont, aveugle, qui aurait recouvré miraculeusement la vue ; elle est considérée comme étant la plus petite de la région. Deux stèles protohistoriques, dont une est encastrée dans le mur de la chapelle, et trois croix pattées datant du Moyen Âge, se trouvent à l'arrière de la chapelle (à leur emplacement d'origine sur un lech couché) ; d'autres croix ont été déposées depuis à proximité.
  • La chapelle Saint-Egarec est un édifice comprenant une nef de deux travées avec bas-côtés, deux chapelles et un chœur à chevet plat ; datant du XVe siècle et construite par les seigneurs de Coëtmenech, elle a conservé des sablières datant de cette époque et possède plusieurs statues anciennes. Sa façade porte le blason de la famille Rosmadec (de Cléder) et la tombe située dans la chapelle serait celle du seigneur Kersaint Gilly, du manoir de Kérivoas. Le clocher de la chapelle fut détruit par la foudre le . La fontaine située à proximité est surmontée d’une statue en kersanton de saint Hervé et de son loup. Elle est désormais souterraine en raison de l'ensablement survenu depuis sa construction lors du petit âge glaciaire ; on y descend par un escalier. La tradition disait que l'eau de cette fontaine était très efficace pour les maux d'yeux et on s'y rendait en pèlerinage[8].
  • La chapelle Saint-Guénal, située au lieu-dit Lestorquet, construite vers 1521, fut longtemps très fréquentée, un pardon y étant célébré chaque Mardi gras (saint Guénal était considéré localement comme le patron des bouchers) ; longtemps laissée à l'abandon car elle fut ravagée par un incendie dans la seconde moitié du XIXe siècle, a été reconstruite en 1989.
  • La chapelle Saint-Sauveur, ou Kersalvator, est de plan rectangulaire : la chapelle actuelle (remplaçant celle construite au Moyen Âge et détruite probablement lors de la Révolution française) a été construite en 1863 ; délaissée depuis 1925, elle a été restaurée en 1976 et abrite plusieurs statues anciennes : sainte Trinité en pierre, Ecce Homo en bois, Vierge Marie (statuette en bois). Sur une pierre de la façade est gravé un blason avec une tête de cerf.

Disséminées sur la commune, de nombreuses croix et calvaires aux croisements des routes (pas moins de 58 croix répertoriées)[92], dont la croix monolithe de Tromelin[93].

Quelques fontaines sont également remarquables : la fontaine noire (Feunteun zu), les deux fontaines de Saint-Égarec et la fontaine de Saint-Sauveur.

Il subsiste encore trois manoirs sur le territoire communal : Kerivoas, Kerenez et Pen ar Méas. Celui de Kerivoas est classé au titre de monument historique[94].

À la limite avec Plounéour-Trez se trouve un des quatre centre de transmissions militaire des forces sous-marines servant entre autres à la transmission d'informations à destination des sous-marins français.

Le hameau de pêcheurs de Meneham[modifier | modifier le code]

Le poste de garde de Ménéham.

Le village de Meneham abritait encore il y a une trentaine d'années quelques paysans pêcheurs. D'abord fut construite "la maison des douaniers" ou maison du corps de garde. À l'origine, il s'agissait d'un poste de guet (XVIIe siècle sous Vauban). Cet édifice a pour particularité d'avoir un toit en pierre. En effet à chaque relève des gardes, les habitants venaient voler la charpente en bois qui servait pour le feu.

Ce poste de guet est inséré dans un énorme chaos de rochers granitiques. Le hameau fut construit derrière ce chaos, bien abrité des éléments. On trouve dans ce hameau une construction étonnante par sa longueur (plus de 40 m) : "la caserne". Cette bâtisse est en fait constituée de 6 logements. Sur le site : la maison Boédoc, la maison Salou, la Chaumière, les maisons à avancées. Propriété de l'armée, ces édifices furent confiés par la suite à la Douane (1817) et celle-ci l'occupa jusqu'en 1835. Un particulier racheta les lieux et les loua à des paysans, pêcheurs, goémoniers.

Ce village est quasi désert et en ruine dans les années 1990. Une opération de réhabilitation est alors engagée à partir de 2004. C'est la renaissance du village. Les travaux débutent par les bâtis, restaurés d'après les images d'archives de 1950.

L'ancienne chaumière devient l'auberge du village (restaurant), les maisons à avancée un gîte d'étape où l'on peut dormir dans des lits clos, la caserne un espace artisans.

Pour appréhender l'histoire du village, 4 espaces muséographiques sont créés et ouverts au public depuis l'été 2009 :

  • le corps de garde aborde les défenses côtières et la légende des naufrageurs,
  • la maison Salou est consacrée au quotidien : une première partie évoque la convivialité et la solidarité entre les villageois, une seconde la vie quotidienne et une dernière pour présenter les veillées,
  • les activités - la pêche, l'agriculture et le goémon - sont présentées à l'extérieur dans la lochenn (c'est une remise qui servait à entreposer des outils encombrants comme la charrette et les casiers de pêche et à stocker les betteraves pour le bétail),
  • la maison Boédoc, la maison de site, est un espace d'accueil et d'informations sur le village et ses environs et un lieu d'exposition.
Article détaillé : Meneham.

Kerlouan et la littérature[modifier | modifier le code]

  • Tanguy Malmanche a écrit une pièce de théâtre Les Païens (Ar Baganiz) dont l'action se déroule en 1681 à Kerlouan, mettant en scène une famille de pilleurs d'épaves et des marins de la Cornouailles anglaise, échappés à un naufrage.
  • Louis-Casimir Colomb a écrit en 1866 une nouvelle Loïk Malô dont l'action se déroule à Kerlouan, Plounéour-Trez et dans les communes avoisinantes[95].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Éguiner-François Baron (v. 1495-1550), jurisconsulte, professeur à Bourges.
  • Jean Favé, dit "Le barde de Gralon" (né en 1826 à Plounéour-Trez, mort en 1884), avocat à Quimper, puis régent de collège à Landerneau, puis médecin à Kerlouan, poète à ses heures, collaborateur de plusieurs journaux et revues comme le Journal de Rennes, l'Indépendance bretonne et Feiz ha Breiz, auteur de livres dont "Histoire de saint Yves"[96].
  • Job Larigou, humoriste breton.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Quillimadec est un petit cours d'eau long de 26,5 km, qui prend sa source sur les hauteurs de Plounéventer et forme la limite entre les communes de Ploudaniel, Trégarantec, Lesneven, Kernouës, Saint-Frégant et Guissény, situées sur sa rive gauche, et celles de Saint-Méen, Plouider et Kerlouan, situées sur sa rive droite. À la fin du XVIIIe siècle, selon Jean-Baptiste Ogée, il faisait tourner 14 moulins.
  2. L. Collin, Évolution de la côte nord du Finistère pendant l'époque quaternaire, "Bulletin de la Société des sciences naturelles de l'Ouest de la France", 1913, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1125198/f67.image.r=Kerlouan.langFR
  3. Ernest Daudet, Au pays des pilleurs d'épaves, article paru dans le journal Le Temps n° 13987 du 23 septembre 1899, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k236144z/f3.image.r=Kerlouan.langFR
  4. L. F. Sauvé, Les danseurs maudits, "Revue des traditions populaires", n° du 25 mars 1887, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5833058w/f39.image.r=Kerlouan.langFR et Paul Ginisty, Contes de fées, revue La Tradition, Paris, octobre 1887, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57906890/f24.image.r=Kerlouan.langFR
  5. http://www.infobretagne.com/kerlouan.htm
  6. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f234.image.r=kerlouan.langFR
  7. Albert Le Grand, "Les vies des saints de la Bretagne Armorique", 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f431.image.r=Kerlouan.langFR et http://www.kerlouan.fr/index.php?rub=histoire_legendes_
  8. a, b, c, d, e et f [PDF] Jean-Marie Abgrall, "Notices sur les paroisses du diocèse de Quimper et Léon : Kerlouan", Archives diocésaines de Quimper et Léon, consultable http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_notices/kerlouan.pdf
  9. Jean-Martial Besse, "Les moines de l'ancienne France : (période gallo-romaine et mérovingienne)", 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111716g/f162.image.r=Kerlouan.langFR
  10. http://www.marikavel.org/bretagne/poullaouen/accueil.htm
  11. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", livre premier, Les bretons. 2,BEC-BER, 1886-1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5817533g/f133.image.r=Kerlouan.langFR
  12. http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/KERLOUAN.pdf
  13. Émile Souvestre, Le Finistère en 1836, consultable
  14. http://memoire.plouider.infini.fr/IMG/article_PDF/Le-manoir-de-BRONDUSVAL_a93.pdf
  15. Comtesse du Laz, "Généalogie de la maison de Saisy de Kerampuil", 1896, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55351888/f290.image.r=kerlouan.langFR
  16. A. Dupuy, Les épidémies en Bretagne au XVIIIe siècle, revue "Annales de Bretagne", novembre 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214900h/f47.image.r=Kerlouan.langFR
  17. A. Dupuy, Les épidémies en Bretagne au XVIIIe siècle, revue "Annales de Bretagne", novembre 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214900h/f26.image.r=Kerlouan.langFR
  18. a et b Cité par http://www.infobretagne.com/kerlouan.htm
  19. A. Dupuy, Les épidémies en Bretagne au XVIIIe siècle, revue "Annales de Bretagne", avril 1886, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214899q/f137.image.r=Kerlouan.langFR
  20. Auteur non précisé, Les rivales amies, "Revue du monde catholique", 1er décembre 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5658250w/f319.image.r=kerlouan.langFR
  21. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist02og
  22. "Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale", tome 12, 1791, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5685361x/f432.image.r=Kerlouan.langFR
  23. Charles-Laurent Marie, "Histoire de la Bretagne républicaine depuis 1789 jusqu'à nos jours", 1875, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57656266/f151.image.r=Ploun%C3%A9venter.langFR
  24. Armand du Châtellier, Brest et le Finistère sous la Terreur, 1858, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6569249s/f139.image.r=Kerlouan.langFR
  25. http://les.guillotines.free.fr/habasque%20jean.htm
  26. Journal de l'Empire, n° du 30 septembre 1809, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k419220t/f4.image.r=Kerlouan.langFR
  27. J.-M.-P.-A. Limon, "Usages et règlements locaux en vigueur dans le département du Finistère", 1852, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5688569v/f377.image.r=Kerlouan.langFR
  28. Journal des débats politiques et littéraires n° 111 du 10 mai 1939
  29. Cité par http://www.randokerlouan.fr/randokerlouan/patrimoine-culturel/chapelles/eglise-saint-brevalaire.html
  30. http://www.kerlouan.fr/index.php?rub=l_eglise_de_saint_brevalaire_de_kerlouan
  31. Henri-Marie Husson, Rapport sur les vaccinations pratiquées en France ..., Imprimerie impériale, 1866, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6361337z/f73.image.r=Ploudaniel.langFR
  32. "Archives commerciales de la France", n° du 13 juillet 1879, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5595839v/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  33. "Journal de l'enregistrement et des domaines", 1881, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5813462m/f262.image.r=Kerlouan.langFR
  34. "Bulletin de l'Académie nationale de médecine", 1878, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k408668z/f1211.image.r=Kerlouan.langFR
  35. Journal des débats politiques et littéraires n° du 6 février 1870, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4575027/f2.image.r=Kerlouan.langFR et journal Le Temps n° 326 du 7 février 1870, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2241568/f4.image.r=Kerlouan.langFR
  36. Journal des débats politiques et littéraires' n° du 18 juin 1850, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k448770j/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  37. Journal des débats politiques et littéraires du 17 juin 1876, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4597524/f3.zoom.r=brignogan.langFR et Le Petit Journal n° 4924 du 19 juin 1876, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k592956h/f3.image.r=Kerlouan.langFR
  38. "Annales du sauvetage maritime", Paris, 1881, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57683908/f242.image.r=Kerlouan.langFR
  39. Journal Le XIXe siècle n° 3978 du 22 février 1882, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7566697h/f3.image.r=Kerlouan.langFR
  40. Le brick Le Jacques, qui se rendait à Dunkerque chargé d'une cargaison de tabac, talonna le des brisants à peu de distance de la pointe de Monéroux ; le récit du naufrage et de la manière dont les hommes de l'équipage parvinrent difficilement à se sauver se trouve dans le Journal des débats politiques et littéraires, n° du 1er février 1840
  41. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 5 février 1840, citant le journal L'Armoricain du 1er février 1840, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4404759/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  42. Auteurs multiples, "Les Français peints par eux-mêmes", tome 2 , 1898, Philippart, Paris, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5732057x/f182.image.r=kerlouan.langFR
  43. Louis Gallouédec, Études sur la Basse-Bretagne, revue "Annales de Géographie", 1892, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1041344/f191.image.r=Kerlouan.langFR
  44. "Annales du sauvetage maritime", Paris, 1900, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5801914c/f8.image.r=Kerlouan.langFR
  45. Journal La Lanterne n° 2057 du 8 décembre 1882, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75378649/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  46. Journal Courrier de Sétif n° 619 du 12 juillet 1883, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6247243d/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  47. A. Ferrand, Visages douloureux et masques bêtes, "Bulletin de la Société académique de Brest", 1904, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207672b/f135.image.r=Kerlouan.langFR
  48. A. Ferrand, Visages douloureux et masques bêtes, "Bulletin de la Société académique de Brest", 1904, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207672b/f144.image.r=Kerlouan.langFR
  49. Journal La Lanterne no 9715 du 28 novembre 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7509021k/f2.image.r=Molene.langFR
  50. A. Ferrand, Visages douloureux et masques bêtes, "Bulletin de la Société académique de Brest", 1904, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207672b/f155.image.r=Kerlouan.langFR
  51. Journal La Lanterne n° 10171 du 26 février 1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75106622/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  52. Journal Le XIXe siècle, n° 12770 du 26 février 1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7570034b/f3.image.r=Kerlouan.langFR
  53. Journal Le Rappel n° 13641 du 17 juillet 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7549804x/f3.image.r=Kerlouan.langFR, n° 13646 du 22 juillet 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75498090/f4.image.r=Kerlouan.langFR et n° 13652 du 28 juillet 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7549815q/f4.image.r=Kerlouan.langFR
  54. Journal Le Matin n° 8625 du 9 octobre 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k568478b/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  55. Journal Le Radical n° 327 du 23 novembre 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76170165/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  56. http://ferryville-menzel-bourguiba.com/lieumonum/monumcomemo/farfadet/SMLutin.html
  57. Journal La Lanterne n°11330 du 30 avril 1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7518680g/f4.image.r=Kerlouan.langFR
  58. Journal L'Aurore n° 3906 du 4 juillet 1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k740765h/f3.image.r=Kerlouan.langFR
  59. Journal La Lanterne n° 11534 du 20 novembre 1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7515567b/f3.image.r=Kerlouan.langFR
  60. Journal des débats politiques et littéraires n° 214 du 5 août 1911, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k484254p/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  61. Journal Le Populaire n° 1667 du 28 août 1927, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8190714/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  62. Journal Le Matin n° 19413 du 16 ai 1937, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k585601j/f3.image.r=Kerlouan.langFR
  63. Journal L'Aurore n° 1744 du 29 juillet 1902, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k728442g/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  64. Journal L'Aurore n° 1750 du 4 août 1902, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k728448r.r=Kerlouan.langFR
  65. Journal La Justice, n° 9694 du 21 août 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k826557p.r=Kerlouan.langFR
  66. Journal La Lanterne n° 10204 du 31 mars 1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7510695f.r=Kerlouan.langFR
  67. Journal L'Aurore n° 2720 du 31 mars 1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k729414g/f3.image.r=Kerlouan.langFR
  68. Journal Le Matin n° 7703 du 29 mars 1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k567558p/f3.image.r=Kerlouan.langFR
  69. Journal Ouest-Éclair n°2926 du 15 janvier 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6413147/f5.image.r=Plouvien.langFR. Cette affaire est à nouveau évoquée dans le n° 10209, daté du 5 avril 1905, du même journal
  70. Journal Le Radical n° 15 du 15 janvier 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76193711/f3.image.r=Kerlouan.langFR
  71. Journal Le Populaire n° 5358 du 16 octobre 1937, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k822825q/f6.image.r=Kerlouan.langFR
  72. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?insee=29091&dpt=29&idsource=17631&table=bp03
  73. Journal Le Radical n° du 6 janvier 1920, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7617242b/f2.image.r=Kerlouan.langFR
  74. Journal Ouest-Éclair n° 7555 du 11 juillet 1922, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5838321/f6.image.r=Kerlouan.langFR
  75. Journal Ouest-Éclair n° 12611 du 18 mai 1931, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k624449t.r=Kerlouan.langFR
  76. Dr. G. Quesneville, L'exploitation industrielle des plantes marines, "Le Moniteur scientifique du Docteur Quesneville", 1915, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2152612/f178.image.r=Kerlouan.langFR
  77. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?insee=29124&dpt=29&idsource=55602&table=bp08 et http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/juifs29.htm
  78. Maurice El Michali, né le à Oran (Algérie), ingénieur architecte, propriétaire de l'hôtel Celtique à Brest, mort le au camp de concentration d'Auschwitz
  79. Maurice El Michali, né le à Kerlouan, étudiant, mort le au camp de concentration d'Auschwitz
  80. http://www.lexpress.fr/informations/mystere-sur-le-port-de-kerlouan_649507.html
  81. http://www.ladepeche.fr/article/2011/04/24/1067250-dans-le-finistere-le-renard-et-son-corbeau-restent-inconnus.html
  82. http://www.liberation.fr/societe/2003/12/23/a-kerlouan-la-vie-ne-veut-pas-etre-un-roman_456253
  83. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  84. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  85. D'après le site Internet http://www.kerlouan.fr/index.php?rub=historique
  86. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203931d/f638.image.r=Kerlouan.langFR
  87. http://www.kerlouan.fr/index.php?rub=les_chapelles
  88. http://nominis.cef.fr/contenus/Branwallader.pdf
  89. http://fr.topic-topos.com/eglise-saint-brevalaire-kerlouan
  90. Saint Egarec serait un abbé breton fort peu connu, honoré aussi à Lesneven, au Folgoët et à Lampaul-Plouarzel, invoqué pour les maux d'oreille et la surdité, voir http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12561/Saint-Egarec.html
  91. "Gwel'ta !", Guide du patrimoine architectural, naturel et économique de Kerlouan, 1999, Association "Environnement et Patrimoine de Kerlouan"
  92. http://www.croix-finistere.com/commune/kerlouan/kerlouan.html
  93. http://fr.topic-topos.com/croix-kerlouan
  94. Base de données Mérimée du Ministère de la Culture
  95. Louis-Casimir Colomb; Loïk Malô, nouvelle, "Revue française", 1866, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6424334s/f485.image
  96. René Kerliver, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", livre premier, Les bretons. 12-13,ENA-EVE, 1886-1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58167704/f257.image.r=Kerlouan.langFR

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Gwel'ta ! - viens voir !" - guide du patrimoine architectural naturel et économique de Kerlouan - réalisé par Stéphanie Cousquer, Daniel Guézénoc, Nolwenn Ménez, Séverine Pascoët, Sandra Viaud - Environnement et Patrimoine.
  • Croix et Calvaires de Kerlouan - Environnement et Patrimoine.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]