Saint-Frégant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Frégant
Le château de Penmarc'h en Saint-Frégant
Le château de Penmarc'h en Saint-Frégant
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Lesneven
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lesneven et de la côte des Légendes
Maire
Mandat
Gislaine Morry
2008-2014
Code postal 29260
Code commune 29248
Démographie
Gentilé Saint-Fréganais, Saint-Fréganaise
Population
municipale
712 hab. (2011)
Densité 85 hab./km2
Population
aire urbaine
25 712 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 36′ N 4° 23′ O / 48.6, -4.38 ()48° 36′ Nord 4° 23′ Ouest / 48.6, -4.38 ()  
Superficie 8,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Frégant

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Frégant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Frégant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Frégant

Saint-Frégant [sɛ̃fʁegɑ̃] (en breton : Sant-Fregan) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Saint-Frégant est une commune du Léon située à une dizaine de kilomètres à peine du littoral de la Manche et au nord-ouest de la ville de Lesneven. Le finage communal forme grosso-modo un rectangle dont la longueur est selon l'axe nord-sud (deux ruisseaux affluents de rive gauche du Quillimadec, petit fleuve côtier, servent de limites communales tant à l'Est qu'à l'Ouest), le bourg de Saint-Frégant étant légèrement excentré dans la partie nord et le château, ainsi que le moulin, de Penmarc'h étant situés à sa limite sud. Le bourg de Saint-Frégant est à 42 mètres d'altitude, les altitudes variant de 76 mètres ( à Croas-ar-Justiçou, à la limite Sud de la commune) à 9 mètres (dans la vallée du Quillimadec, dans l'angle Nord-Est du territoire communal).Les principaux hameaux sont ceux de Kervolant, Kerfréoc, Rucaradec, Kéréobret dans la partie Nord de la commune, de Keravezan, Penhoat, Lesvern, Keradennec dans sa partie Sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Frégant
Guissény Kerlouan Plounéour-Trez
Guissény Saint-Frégant Goulven
Kernilis Le Folgoët Kernouës

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des preuves d'occupation humaine dès la Préhistoire ont été trouvées : plusieurs tombeaux maçonnés en pierres sèches datent de l'âge du bronze et une monnaie gauloise prouve une occupation celtique[1].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Transcription de la borne milliaire de Kerscao trouvée à la limite de Saint-Frégant et Kernilis
La borne milliaire de Kerscao (Musée départemental breton de Quimper)

Une villa gallo-romaine, une habitation luxueuse, centre probable d'un vaste domaine agricole a été découverte en 1967, les fouilles se poursuivant en 1968 et 1969, à Keradennec (en limite Est du territoire communal), dans un terrain occupé par un taillis dénommé Coat-ar-Mogueriou. Daniel Louis Olivier Miorcec de Kerdanet, vers 1833, avait le premier découvert le site, quatre hectares de pierres et de tuiles, qu'il assimila à tort à la ville gallo-romaine de Tolente dont le site réel reste incertain, mais que les historiens actuels pensent plutôt se trouver à Landéda, Plouguerneau ou du côté de l'Aber-Wrac'h[2].

« Toutes les terres du village de Keradennec appartenaient jusqu'à la Révolution française à la famille de Penmarc'h, dont le château (...) se trouve à 600 m à l'ouest. On a déjà souligné que celui-ci avait dû prendre la suite de l'établissement romain de Keradennec. (...). Ceci montre d'ailleurs une permanence remarquable de l'habitat seigneurial à travers les vicissitudes de l'histoire.[3] »

La villa romaine de Keradennec date des IIe siècle - IVe siècle après JC ; elle est composée de quatre corps de bâtiments qui s'organisent autour d'une cour rectangulaire, avec un espace de réception au Nord et une zone thermale à l'Est, présentant encore une hauteur d'un mètre cinquante. La construction disposait d'une luxueuse décoration faite d'enduits peints et de revêtements en stuc. Il s'agit de la villa gallo-romaine la mieux conservée d'Armorique[4].

Au sud du finage communal de Saint-Frégant, la limite communale avec Kernilis est formée par l'ancienne voie romaine (actuelle D 32) allant de Vorgium (Carhaix) et Vorganium (Kerilien en Plounéventer) à Plouguerneau (Tolente ?) dont l'ancienneté est attestée par la borne milliaire de Kerscao.

L'emplacement de la croix antique de Croas ar Justiçou, dont le nom indique l'endroit où les seigneurs de Penmarc'h rendaient la justice, correspond à un ancien carrefour antique : vers l'Est, un très ancien chemin qui se dirige en ligne droite vers Lesneven et qui porte dans la tradition locale nom de "voie romaine" et qui passe par d'anciens centres paroissiaux (Guicquelleau, Lannuchen, Élestrec) même si ceux-ci sont désormais délaissés ; vers l'Ouest, une ligne continue de talus débouche, dans la commune de Kernilis, sur une voie dénommée en breton Streat Hir ("Chemin long") et mène jusqu'à l'établissement gallo-romain de Kerbrat-Huella, dans la commune de Kernilis ; un troisième chemin, ver le Nord-Ouest, va en direction du château de Penmarc'h. D'autres traces actuelles de l'ancienne cadastration antique existent ; des traces toponymiques aussi : par exemple de nombreux champs portent le nom de An Nemeur, déformation du breton An Hent Meur ("La Grand Route")[3].

Étymologie et origines[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Saint-Frégant[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1794 LE MENNEC Yves    
Juin 1794 Juillet 1794 ROY Corentin    
1803 1804 ROUDAUT    
Février1808 Novembre 1808 PONT Jean    
1806 1816 LE BESCOND CHEF DU BOIS Alexandre    
Avril 1817 Août 1817 DUPLESSIS Charles Edouard    
1817 1821 DUPLESSIS QUINQUIS François Marie    
1821 1838 BOULCH Goulven Joseph    
1844 1851 DUPLESSIS    
1853 1863 LE BOULCH Guénolé    
1864 1870 LE BRETON Yves    
1870 1873 LE GALL Guillaume    
1874 1876 LE BIHAN Guillaume    
1876 1888 BRETON Yves Marie    
1888 1910 DUPLESSIS QUINQUIS Louis    
1910   BROUDIN Goulven    
1935 1943 CALVEZ Théophile    
1945 1952 BROCH Guillaume    
1965 1972 CORLOSQUET Goulven    
1972 1995 JACQ Eugène    
1995 2008 LE BORGNE Anne Marie    
2008 2014 MORRY Gislaine    
Les données manquantes sont à compléter.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 002 861 751 784 753 846 869 928 888
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
855 849 867 838 787 782 814 792 750
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
765 785 839 803 831 850 826 804 751
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
757 678 626 583 578 546 550 546 670
2011 - - - - - - - -
712 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique

Événements[modifier | modifier le code]

Élections municipales 2008[modifier | modifier le code]

Résultats du premier tour - 9 mars

Maire sortant : Anne-Marie Le Borgne. 15 sièges à pourvoir. 12 conseillers élus au premier tour. 3 sièges en ballotage.

Liste du maire sortant, menée par Mme Anne-Marie Le Borgne - 5 conseillers élus : Paul Bianéis (212 voix), Élisa Quétron (203 voix), Yannick Jaffrès (183 voix), Carine Corlosquet (179 voix), Chantal Gaud (178 voix).

Liste ouverte, menée par Mme Ghislaine Morry - 7 conseillers élus : Ghislaine Morry (211 voix), Pierre Le Roy (207 voix), Alain Balcon (206 voix), Cécile Le Roy (202 voix), Jean Calvez (200 voix), Agnès Salaün (197 voix), Hervé Grall (192 voix).

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Pape, Une monnaie gallo-belge trouvée à Saint-Frégant, revue "Annales de Bretagne", 1968, tome LXXV, pages 267-269
  2. René Sanquer et Patrick Galliou, Le « château » gallo-romain de Keradennec en Saint-Frégant (Finistère), revue "Annales de Bretagne", année 1969, volume 76, n° 76-1, pages 177-187 et année 1970, volume 77, n°77-1, pages 163-225, consultable http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/abpo_0003-391x_1970_num_77_1_2586
  3. a et b René Sanquer et Patrick Galliou, Le « château » gallo-romain de Keradennec en Saint-Frégant (Finistère), revue "Annales de Bretagne", année 1969, volume 76, n° 76-1, pages 177-187
  4. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/dapamer_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=cmer1&VALUE_1=Saint%2dFr%e9gant&FIELD_2=cmer2&VALUE_2=&FIELD_3=cmer3&VALUE_3=&FIELD_4=cmer4&VALUE_4=&FIELD_5=cmer5&VALUE_5=&FIELD_6=Appellation&VALUE_6=&FIELD_7=cmer6&VALUE_7=&FIELD_8=Date%20protection&VALUE_8=&NUMBER=1&GRP=0&REQ=%28%28Saint%2dFr%e9gant%29%20%3aLOCA%2cPLOC%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=50&MAX3=50&DOM=All
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :