Épave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans le domaine maritime, une épave est ce qui reste d'un navire en mer (épave dérivante), sur le rivage ou au fond de la mer, après qu'il a été abandonné, qu'il s'est échoué ou a coulé, à la suite d'un « événement de mer » (naufrage, avarie, collision, erreur de navigation, etc.) ou d'un sabordage. L' UNESCO évalue à 3 millions leur nombre total, mais dont à peine un millier seraient rentables économiquement[1].

Définition[modifier | modifier le code]

L'épave de l'American Star.
Épave de cimetière marin.

La définition de la préfecture maritime de l'Atlantique énonce qu'est considéré comme épave :

  • tout navire en état de non-flottabilité qui est abandonné par son équipage, ainsi que son approvisionnement ou sa cargaison,
  • les embarcations, machines, engins de pêche abandonnés,
  • les marchandises tombées ou jetées à la mer,
  • tout objet dont le propriétaire a perdu la possession, qui est échoué sur le rivage ou trouvé en mer.

Cependant, cette définition ne tient compte ni des critères de localisation, ni de l'âge de celles-ci. La protection du patrimoine culturel sous-marin est assurée par la loi relative aux biens culturels maritimes de 1989. Cette loi définit que les épaves sont déclarées comme biens culturels maritimes au bout de cent ans. Ce sont « les gisements, épaves, vestiges ou généralement tout bien représentant un intérêt préhistorique, archéologique ou historique, etc. situés dans le domaine public maritime ou au fond de la mer dans la zone contiguë » (art. 1).

Il apparaît très difficile, dans certains cas, de connaître si l'épave a un propriétaire ou quel il est : armateur du bateau, compagnie d'assurance lorsque le propriétaire n'existe plus, État auquel appartient l'épave en cas de guerre, prise de guerre, etc[2].

Épave et écologie[modifier | modifier le code]

Fin en 2006 de l'USS Oriskany (CV-34), un porte-avions de l’US Navy qui devient un récif artificiel.

Les épaves sont souvent des sources de pollution, notamment lors du naufrage (perte de fuel, de cargaison toxique ou polluante).

Ensuite, les épaves deviennent parfois — quand elles se couvrent de coraux ou d'autres organismes marins — un habitat de substitution pour de nombreuses espèces. Elles peuvent alors devenir des lieux riches quant à leur biodiversité. Certaines études ont lieu dans le monde, y compris en France. L'une d'entre elles, en cours au large des côtes belges sur plusieurs épaves, observe notamment si la biodiversité abritée (par ces épaves) croît alors que l'on s'éloigne du trait de côte[3],[4].

De nombreux navires ou d'autres engins ont d'ailleurs été volontairement coulés pour en faire des récifs artificiels.

Elles jouent parfois le rôle de dispositifs d'attraction pour les poissons. Certains pêcheurs y posent alors des filets calés. Les chaluts risquant de s'y accrocher, les chalutiers les évitent à tout prix.

La plus grande épave[modifier | modifier le code]

le Costa Concordia échoué

Depuis le 13 janvier 2012, c'est le Costa Concordia avec ses 290 mètres de long qui est la plus grande épave. Jusque là la plus grande était celle du Britannic (1914-1916) navire-jumeau du Titanic, mais plus long de 5 mètres. En 1916, il heurta une mine allemande ou fut torpillé, en mer Égée. Le paquebot coula deux fois plus vite que son jumeau, soit environ en 55 minutes. Le navire fut découvert par Jacques-Yves Cousteau, le 3 décembre 1975, reposant par 110 mètres de fond.

Épaves et plongée[modifier | modifier le code]

Les épaves constituent un terrain d'exploration pour la plongée sous-marine, mais non dénuée de risques, dont les plus courants sont la possibilité d'une rupture du tuyau d'arrivée d'air et les blessures par coupures pouvant être occasionnées par le métal rouillé de l'épave. Les épaves immergées depuis plus de cent ans font partie de l'héritage culturel mondial et sont protégées par la Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique. Le secrétariat de la Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique tente de permettre aux états parties de mieux protéger leur patrimoine subaquatique grâce à un cadre juridique international[5].

Les épaves situées sur les côtes françaises[modifier | modifier le code]

Une des principales sources d'informations concernant les épaves sous-marines situées sur les côtes françaises est le CD-ROM des épaves vendu par le Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM). Leur position y est systématiquement fournie avec une grande précision. Cette précision peut varier en fonction des moyens de localisation utilisés (GPS naturel, GPS différentiel, Sylédis, etc.) et de la méthode de collecte des données (levée bathymétrique, inspection par plongeur, répertoire de croches de chaluts, exploitation de documents nautiques, etc.). Le système géodésique utilisé est souvent le système mondial WGS 84. En plus de la position, la nature, les caractéristiques techniques de l'épave ou des éléments sur la configuration du site de plongée sont fournis quand ils sont connus du SHOM. Des sites internet mis en ligne par des plongeurs amateurs peuvent aussi fournir des indications très intéressantes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lefigaro.fr/societes/2011/07/21/04015-20110721ARTFIG00654-la-recherche-d-epaves-une-activite-lucrative.php
  2. Emmanuel Du Pontavice, Les épaves maritimes, aériennes et spatiales en droit français, Librairie générale de droit et de jurisprudence,‎ 1961, p. 96
  3. Mr Appeltans, Ward, Belgian Shipwreck: hotspots for Marine Biodiversity, cadre = projet de recherche Research action SPSD-II: Second scientific support plan for a sustainable development policy, N° détails référence : EV/42, Acronyme : BEWREMABI, Période: décembre 2003 à avril 2006, Vlaams instituut voor de zee
  4. Projet « Étude de la biodiversité des épaves du plateau continental belge par la plongée scientifique » piloté par l'université catholique de Louvain ; Faculté des sciences, Département de biologie / BANI
  5. UNESCO, [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]