Naufrageur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un naufrageur est celui qui provoque volontairement le naufrage d’un navire, à la différence du pilleur d'épave qui se contente de piller un navire déjà échoué.

Dans l'imaginaire collectif, le terme de naufrageur désigne principalement certains habitants du littoral qui, autrefois, auraient cherché à tromper les navires suivant le rivage pour les attirer sur des récifs, afin de s’enrichir en s’emparant de leur cargaison. Aucune recherche historique ne semble attester de la réalité de telles pratiques, qui semblent plus relever de la légende et du folklore lié au monde maritime, et confondue souvent avec l'usage du droit de bris, qui lui était une pratique courante, bien qu'abusive. Ainsi, l’historien Paul Cornec affirme « Contrairement au pillage d’épaves, jamais historiens et chercheurs n’ont pu produire le moindre document, ancien ou moderne, pour corroborer ces allégations. À ce jour, le dossier « Naufrageurs du Cap-Sizun » est totalement vide…[1] ». En revanche, cette figure, à l'image des légendes de vaisseaux fantômes, semble se retrouver dans des sociétés très différentes : en Bretagne, au Royaume-Uni, mais aussi en Amérique du Nord, en Afrique ou au Japon

Cette légende tire sans doute son origine dans le pillage des épaves par les populations littorales, qui cherchaient systématiquement à s'attribuer ce que la mer rejetait sur les côtes, notamment lors des tempêtes à l'origine de « fortunes de mer ». Si les terriens portaient généralement secours aux équipages, cela n'était pas le cas lorsque ceux-ci tentaient de protéger leur marchandise. Ils étaient dans ces cas parfois victimes d'actes de grande violence de la part des habitants pour qu'ils puissent récupérer tout ce qui pouvait leur être utile (bois, alcool, vêtements, richesses venues des Indes…). Par exemple, le 14 juillet 1751, La Dame Regineau, un navire suédois de Wismar de cent tonneaux fit naufrage aux Glénan et son épave dériva jusqu'à Trégunc. Le lieutenant de l'Amirauté René Ranou décrivirent ainsi le pillage de l'épave :

« Au long de la côte était une multitude de personnes de différents sexes, hommes, femmes et enfants, au nombre de trois cents personnes, presque toutes ayant des brocs, pots ou autres vases, et plusieurs armés de haches et bâtons, auxquelles nous avons représenté que le port de pareilles armes ne leur était point permis et annonçait de mauvais desseins sur ce bâtiment. Mais inutilement les avons requis de se retirer, même d'emporter leurs pots et autres vases, et sur ce que nous avons demandé les noms du procureur terrien de la paroisse de Trégunc, des gardes-côtes et des officiers, ces gens nous ont répondu qu'ils étaient absents de la paroisse. Et autour de la coque du bâtiment nous avons vu cinq chaloupes qui en retiraient des barriques, lesquelles nous avons fait héler pour se rendre à terre, à quoi elles n'ont porté aucun état et ont mis à la voile faisant route vers les Glénan[2]. »

La fréquence des naufrages, sur des côtes dangereuses et en l'absence de signalisation moderne des dangers représentait pour des populations très pauvres une occasion inespérée d'améliorer le quotidien ou de se procurer des biens rares. La tentative de dresser un phare à Penmarc'h, en 1794, a soulevé de vives protestations de la part des riverains qui craignaient de ne plus pouvoir bénéficier de ces tempêtes providentielles. L'ingénieur en charge de cette édification relevait ces résistances dans des correspondances adressées à Paris, notant notamment des prix de repas exorbitants pour les ouvriers et toutes sortes de résistances, et les liait directement à la crainte de la disparition de cette « manne providentielle ». Ces protestations ont eu, à l'époque, raison du projet[3].

La fréquence de ces pillages poussa Henri II d'Angleterre à intervenir dans la province de Bretagne en 1166 [4].

Jules Michelet a évoqué cette pratique en ces termes, accréditant la légende des Bretons « naufrageurs », en 1832 :

« La nature est atroce [sur la côte bretonne], l'homme est atroce et ils semblent s'entendre. Dès que la mer leur jette un pauvre vaisseau, ils courent à la côte, hommes, femmes et enfants,ils tombent sur cette curée. N'espérez pas arrêter ces loups ; ils pilleraient tranquillement sous le feu de la gendarmerie. Encore, s'ils attendaient toujours le naufrage, mais on assure qu'ils l'ont souvent préparé. Souvent, dit-on, une vache, promenant à ses cornes un fanal mouvant, a mené les vaisseaux sur les écueils. Dieu sait alors quelles scènes de nuit ! On en a vu qui, pour arracher une bague au doigt d'une femme qui se noyait lui coupaient le doigt avec les dents. L'homme est dur sur cette côte. Fils maudit de la création, vrai Caïn, pourquoi pardonnerait-il à Abel ? La nature ne lui pardonne pas[5]. »

Guy de Maupassant a renchéri, écrivant en 1883, faisant allusion à la réputation de naufrageurs que possédaient les Bigoudens, à l'instar des habitants du Pays pagan :

« La plage de Penmarch fait peur. C'est bien ici que les naufrageurs devaient attirer les vaisseaux perdus, en attachant aux cornes d'une vache, dont la patte était entravée pour qu'elle boitât, la lanterne trompeuse qui simulait un autre navire[6]. »

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le livre et la série télévisée adaptée de l'ouvrage Dolmen, saga de l'été 2005 de TF1, noue son intrigue autour de la légende des naufrageurs, reproduite par certains personnages de la série un soir de tempête.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Cornec, « Les pilleurs d'épaves du Cap-Sizun, mythe ou réalité » [lire en ligne]
  2. Christian Enjolras et André Juillard, L'archipel de Glénan, éditions du Chasse-Marée, Douarnenez, 2007, (ISBN 978-2-3535-7019-5)
  3. Serge Duigou, Quand les Bigoudens étaient pilleurs d'épaves, Ressac, 1985.
  4. Judith Everard, « Le duché de Bretagne et la politique Plantagenêt aux XIIe et XIIIe siècles », in Marin Aurell et Noël-Yves Tonnerre éditeurs, Plantagenêts et Capétiens, confrontations et héritages, [actes du colloque organisé par le Centre d'études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) et le Centre d'histoire des régulations et des politiques sociales (HIRES) les 13, 14 et 15 mai 2004]. Brepols, 2006, Turnhout. Collection Histoires de famille. La parenté au Moyen Âge, no 4 (ISBN 2-503-52290-4), p. 202
  5. Jules Michelet, Tableau de la France, paru dans La Revue des deux Mondes, 1832
  6. Guy de Maupassant, En Bretagne, article publié dans la Nouvelle Revue du 1er janvier 1884

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Cornec, Pilleurs du Cap ! Le pillage d'épaves dans les paroisses du Cap-Sizun au XVIIIe siècle, Éditions du Cap-Sizun. 2001.
  • Alain Cabantous, Les côtes barbares. Pilleurs d'épaves et société littorales en France. 1680-1830., éditions Fayard. 1993.