Rosaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rosaire (homonymie).
La Vierge de la fête du rosaire par Dürer (Galerie nationale de Prague)

Le rosaire est le nom d'une prière catholique composée de quatre chapelets d'oraisons. Consacré à Marie, mère de Jésus de Nazareth, il tire son nom du latin ecclésiastique rosarium qui désigne la guirlande de roses dont les représentations de la Vierge sont couronnées.

Historique et étymologie[modifier | modifier le code]

la Vierge aux roses (de William Bouguereau - XIXe siècle)
Saint Dominique reçoit le rosaire aux côtés de sainte Catherine de Sienne, église d'Atzwang (Tyrol du Sud)

Au premier millénaire, le « Psautier du Christ » était une prière chrétienne consistant à réciter cent cinquante Notre Père, en référence aux cent cinquante psaumes de la Bible. Pour ne pas perdre le compte, les fidèles utilisaient un collier de cent cinquante grains, nommé « patenôtre », instrument de piété qui est à l'origine des chapelets actuels. Vers le XIe siècle, par analogie, le « Psautier de la Vierge » se développa, consistant en une série de cent cinquante Ave.

La dévotion du rosaire était déjà en usage chez les Cisterciens depuis le XIIe siècle et s'est développée au XIIIe siècle sous l'influence des dominicains. C'est pourquoi de nombreux tableaux de la Vierge du Rosaire présentent celle-ci offrant une rose ou un chapelet à saint Dominique, le fondateur de l'ordre. Les mêmes tableaux lui associent souvent Catherine de Sienne, la plus célèbre des dominicaines. En général, on y montre dans des médaillons ou des cartouches entourant la scène les quinze mystères cités plus haut, la rose étant aussi associée à la Passion du Christ.

Le roi d'Espagne Philippe II pratiquait beaucoup la dévotion du Rosaire, à laquelle il attribuait sa victoire contre les musulmans lors de la bataille de Lépante (1571). À la suite de cette victoire, attribuée à l'intercession de la Vierge, la fête de Notre-Dame de la Victoire fut localement fixée au 7 octobre, date anniversaire de la bataille de Lépante. En 1716, Clément XII l'étendit à toute l'église catholique en la fixant le premier dimanche d'octobre et le pape saint Pie X en fixa à nouveau la date au 7 octobre en 1913. Cette fête se nomme à présent « Notre-Dame du Rosaire » depuis 1969 (elle s'appelait auparavant fête du Saint-Rosaire)[1].

À partir du XVIIIe siècle, l'usage de porter des chapelets se perd peu à peu chez les laïques, mais se maintient chez les religieux et les personnes pieuses qui parfois récitent leurs prières (« dire ses patenôtres » ) sur les longs chemin qu’elles font seules ou à pied.

Au XIXe siècle, les apparitions de la Vierge à Lourdes (puis au XXe siècle celles de Fátima) renforcent encore cette dévotion, surtout lorsque le mois d'octobre devient le mois du Rosaire, après 1886.

Le pape Jean-Paul II a promu la dévotion au rosaire et, lors de l' Année du Rosaire (octobre 2002 - octobre 2003), a proposé l'ajout des cinq mystères lumineux aux trois séries traditionnelles des mystères joyeux, douloureux et glorieux :

« Afin de donner une consistance nettement plus christologique au Rosaire, il me semble toutefois qu'un ajout serait opportun; tout en le laissant à la libre appréciation des personnes et des communautés, cela pourrait permettre de prendre en compte également les mystères de la vie publique du Christ entre le Baptême et la Passion. Car c'est dans l'espace de ces mystères que nous contemplons des aspects importants de la personne du Christ en tant que révélateur définitif de Dieu. Proclamé Fils bien-aimé du Père lors du Baptême dans le Jourdain, il est Celui qui annonce la venue du Royaume, en témoigne par ses œuvres, en proclame les exigences. C'est tout au long des années de sa vie publique que le mystère du Christ se révèle à un titre spécial comme mystère de lumière : « Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde (Jn 9,5) » »

(Lettre Apostolique Rosarium Virginis Mariae). »



Selon la tradition, c'est saint Dominique qui a reçu le Rosaire des mains de la Vierge Marie[2].

Historiquement, la dévotion au Rosaire est constatée à partir du XIIIe siècle, les Frères convers et les religieuses ne sachant pas lire ni écrire prirent l'habitude de témoigner de leur dévotion en récitant trois groupes de Pater et d' Ave comme dans les Psaumes. « Le rosaire, c'est la liturgie du pauvre » a écrit Sylvie Germain dans "Songes du Temps". Saluer Marie 50 fois, c'était lui offrir une couronne de fleurs, c'est-à-dire un "petit chapeau", un "chapelet". Le mot "rosaire", quant à lui, désignait au Moyen Âge une collection de textes sacrés.

Ainsi l'ordre des Prêcheurs (ou dominicains) répandit-il son usage qui consiste en un exercice de méditation simple sur les épisodes importants de la vie de Jésus-Christ au travers du regard marial.

La pratique du rosaire a été très populaire au point qu'une fête Notre-Dame du Rosaire a été instaurée le 7 octobre dans le calendrier liturgique catholique à l'initiative du pape dominicain Pie V en 1571, au lendemain de la bataille de Lépante, avant que le mois d'octobre entier ne lui soit ensuite consacré en 1886 par Léon XIII[3].

Les Louanges de la Vierge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rosa Mystica.

Le rosaire vient du « Psautier de la Vierge Marie » (Alain de la Roche) qui est un recueil de Psaumes[4]. Comme le dit saint Bernard: « Il n'est pas de doute que toutes les louanges que nous adressons à la Mère de Dieu ne s'appliquent aussi bien à son Fils ; et réciproquement, lorsque nous rendons hommage au Fils, nous ne perdons pas de vue la gloire de la Mère. Si, d'après Salomon : "un fils sage est la gloire de son père" (Pr,10,1), il est plus glorieux encore d'être la mère de la Sagesse »[5]. Saint Bonaventure a aussi écrit des Louanges de la Vierge et un Psautier (petit et grand psautier) c'est-à-dire un Livre des Heures qui est également un recueil de louanges adressées à la Vierge ; mais ce n'était pas encore le rosaire, destiné à remplacer la lecture du psautier de cent-cinquante Psaumes ou des cent-cinquante Pater Noster par cent-cinquante Ave Maria. Saint Bernard a aussi écrit des sermons sur les Mystères qui peuvent être à l'origine de la méditation des Mystères du Rosaire[6]. Les Louanges de la Vierge sont aussi contenues dans les Litanies de Lorette, celle de la Rose Mystique, Rosa Mystica est très connue : mais ce mot de Rosarium (Champ de roses) était déjà utilisé au XVe siècle ; toujours est-il qu'entre les fleurs, c'est la rose vermeille , Reine des Fleurs qui a donné son nom au Rosaire[7].

Le chapelet catholique[modifier | modifier le code]

Photo d'un chapelet catholique.

Le chapelet utilisé est un collier composé de cinq dizaines de petits grains appelés Ave, précédées chacune d'un grain plus gros appelé Pater. Partant de l'un des grains plus gros, une branche terminale comporte trois petits grains (Ave), un gros (Pater) et un crucifix. Les appellations Ave et Pater correspondent au premier mot de la version latine des prières récitées.

Les prières récitées dans un chapelet sont :

  • Sur la croix : le Credo.
  • Sur les gros grains : le Notre Père (Pater Noster).
  • Sur les petits grains : le Je vous salue Marie (Ave Maria).
  • À la fin d'une dizaine : le Gloria Patri (Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen.) : Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Un rosaire de quinze dizaines consiste à dire trois chapelets, un chapelet consiste en cinq dizaines, et une dizaine consiste en un Pater, dix Ave et un Gloria.

Approche spirituelle du rosaire[modifier | modifier le code]

Le rosaire est avant tout une école d'oraison et de contemplation, ce qui implique qu'il soit pratiqué régulièrement. La manière de le réciter a été décrite par Louis-Marie Grignion de Montfort dans Le Secret admirable du Très Saint Rosaire pour se convertir et se sauver. « Il faut que la personne qui récite le saint Rosaire soit en état de grâce ou du moins dans la résolution de sortir de son péché, parce que toute la théologie nous enseigne que les bonnes œuvres et les prières faites en péché mortel, sont des œuvres mortes » (§117).

« La confrérie du Rosaire ordinaire n'exige qu'on le récite qu'une fois par semaine. Celle du Rosaire perpétuel qu'une fois par an, mais celle du Rosaire quotidien demande qu'on le dise tous les jours tout entier, c'est-à-dire 150 Ave Maria » (§21).

Quatrième mystère douloureux, « Le portement de la croix » dans l'« Allée du Rosaire » sculptée fin XIXe siècle par Michel Cosme au sanctuaire de Warre/Tohogne

Le rosaire ne se réduit pas à la récitation, ce que Grignon de Montfort appelle l'oraison vocale (§9). Le rosaire doit éviter toute distraction volontaire (mais « Vous ne pouvez pas, à la vérité, réciter votre Rosaire sans avoir quelques distractions involontaires » - 120) et s'accompagner d'une oraison mentale:

« Le Rosaire renferme deux choses, savoir: l'oraison mentale et l'oraison vocale. L'oraison mentale du saint Rosaire n'est autre que la méditation des principaux mystères de la vie, de la mort et de la gloire de Jésus-Christ et de sa très sainte Mère. L'oraison vocale du Rosaire consiste à dire quinze dizaines d'Ave Maria précédées par un Pater pendant qu'on médite et qu'on contemple les quinze vertus principales que Jésus et Marie ont pratiquées dans les quinze mystères du saint Rosaire. »

Chaque mystère est une source de méditation possible : « Saint Dominique a partagé la vie de Jésus-Christ et de la sainte Vierge en quinze mystères, qui nous représentent leurs vertus et leurs principales actions comme quinze tableaux dont les traits doivent nous servir de règle et d'exemple pour la conduite de notre vie. » (61) C'est la méditation et la contemplation des mystères qui apportent les fruits du rosaire: « Cette méditation des mystères de la vie et de la mort de Notre-Seigneur Jésus-Christ est, pour tous ceux qui en font usage, la source des fruits les plus merveilleux. » (75)

Pour Grignon de Montfort, la prière commence par une invocation silencieuse au Saint-Esprit (§126), puis la contemplation du mystère et la demande de son fruit :

« Après avoir invoqué le Saint-Esprit, pour bien réciter votre Rosaire, mettez-vous un moment en la présence de Dieu et faites les offrandes des dizaines, comme vous verrez ci-après. Avant de commencer la dizaine, arrêtez-vous un moment, plus ou moins, selon votre loisir, pour considérer le mystère que vous célébrez par la dizaine et demandez toujours, par ce mystère et l'intercession de la sainte Vierge, une des vertus qui éclatent le plus dans ce mystère ou dont vous aurez le plus de besoin. »

Les mystères du rosaire et ses fruits[modifier | modifier le code]

Un chapelet

Le rosaire ne se limite pas à la récitation des prières qui le composent. En récitant chaque dizaine du rosaire, il convient de méditer sur un mystère (soit de la vie de Jésus, soit de celle de Marie). Comme l'a souligné le pape Jean-Paul II, l'objectif du rosaire est avant tout de « contempler avec Marie le visage du Christ ». Cette contemplation fait appel à l'imagination, ce qu'Ignace de Loyola appelle une « composition de lieu » : il s'agit de reconstituer dans son imagination et de voir en esprit tel ou tel évènement de la vie de Jésus de Nazareth. Chaque dizaine est l'occasion de méditer un mystère particulier, pour prier d'en obtenir le fruit spirituel.

On reconnait traditionnellement quinze mystères divisés en trois catégories : les mystères joyeux, les mystères douloureux, et les mystères glorieux. Chaque catégorie comprend cinq mystères, correspondant aux cinq dizaines du chapelet. Ceci permet de réciter une fois en entier le chapelet pour chaque catégorie de mystère, et trois fois le chapelet pour faire tous les mystères - soit un rosaire entier, composé de 15 dizaines, ou 150 prières (150 étant le nombre des psaumes).

On recommande aux fidèles de prier chaque jour une fois le chapelet : soit un tiers du rosaire. À chaque catégorie de mystère sont associés deux jours de la semaine, le dimanche faisant exception. En six jours on prierait deux fois le rosaire, et le dimanche, on prierait encore une catégorie de mystère, suivant le calendrier. D'ailleurs, les autres jours de méditation peuvent aussi être modifiés en fonction du calendrier (par exemple, méditer les mystères glorieux les jours de fête et les mystère joyeux la veille).

Le pape Jean-Paul II a proposé une nouvelle catégorie de mystère, appelée « mystères lumineux », pour faciliter l'accord œcuménique. Les mystères lumineux consistent en des épisodes de la vie évangélique de Jésus en vue d'intégrer les préoccupations des églises réformées Protestants qui voient dans les mystères traditionnels un accent trop marqué sur la naissance ou la Passion du Christ à l'exclusion de son message. L'Église catholique recommande de prier les mystères lumineux le Jeudi.

Motivation de la récitation du rosaire[modifier | modifier le code]

  • Pour aller vers Jésus-Christ et le rencontrer. Marie est appelée chez les catholiques Médiatrice universelle : on ne peut aller à Dieu que par Jésus, mais étant la mère du Sauveur, on ne peut se pénétrer des attitudes spirituelles et humaines de celui-ci qu'en se pénétrant du modèle de Marie. Chacun est rempli de la pensée de Dieu par elle[8].
  • Pour louer la Vierge. Le recueil des Psaumes a pour titre, en hébreu, Tehillim (louanges)[9]. Le Psautier de la Vierge est donc un ensemble de louanges destinées à Marie (voir aussi Litanies de Lorette).
  • Pour prier Marie (intercession de la Vierge : Marie exauce beaucoup de prières, car Dieu lui accorde tout comme le roi Assuerus à Esther dans le livre d'Esther, parce qu'elle est sa Mère (Concile d'Ephèse[10]).
  • Elle seule fut préservée de la faute originelle : Son Coeur est immaculé est comme une source, un puits ou une fontaine, où chacun vient puiser les grâces. Marie est appelée Fons de pitié, source de grâce par François Villon. La Vierge Marie pour les catholiques est la Mère de tous les hommes, c'est-à-dire du genre humain. La Mater Omnium ou Vierge du Manteau et de Miséricorde, Refuge des Pécheurs, Santé des Malades et des Infirmes (Litanie de Lorette). Elle est aussi appelée Portière du Ciel ou Porte du Ciel dans la tradition catholique et orthodoxe.
  • Pour méditer l'Évangile: le rosaire en est un résumé.
  • Pour vaincre le diable: dans la tradition chrétienne, c'est le serpent qui a causé la chute d'Adam et Eve dans la Genèse. Marie, la nouvelle Éve, donne quant à elle naissance à un enfant mâle Jésus- Christ qui sauve le genre humain. Ipsa conteret caput tuum. Le rosaire serait le marteau le plus efficace pour cela (L-M. de Monfort). C'est le grand signe dans le Ciel vu par saint Jean à l'île de Patmos. En conséquence on disait jadis une « petite couronne » pour une prière de douze ave et trois pater correspondant aux douze étoiles de la Vierge Marie, telle qu'elle est décrite dans l'Apocalypse de saint Jean.

Manière de réciter un chapelet ou le rosaire[modifier | modifier le code]

En ouverture, on récite sur la croix le Credo, puis en suivant les grains de l'appendice : un Pater, trois Ave Maria, et enfin un Gloria Patri. On arrive alors sur le grain du Pater qui fait la fermeture du collier.

Avant chaque dizaine, on médite un court instant sur le mystère qui va être prié. On peut s'aider pour prier de la formule inspirée de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort :

« Nous vous offrons, Seigneur Jésus, cette (première) dizaine, en l'honneur de (l'annonciation), et nous vous demandons, par ce mystère et par l'intercession de votre Très Sainte Mère, la grâce (de l'humilité). »

On récite ensuite la dizaine : un Pater, dix Ave Maria, et un Gloria Patri en conclusion. À la fin de la dizaine, on peut ajouter avant une courte pause de méditation :

« Grâce de (l'Annonciation), descendez en nos âmes. »

Puis on passe à la dizaine suivante.

On se contente souvent de nos jours d'une seule série de cinq mystères, ce qui représente un tour de chapelet, et de l'ordre de vingt minutes de prière. Le rosaire comprenait traditionnellement trois séries de mystères, soit trois tours de chapelets et une heure de prière ; mais il a été étendu à quatre séries de mystères par le pape Jean-Paul II, qui y a ajouté les mystères lumineux (et donc vingt minutes de prières supplémentaires).

À la fin du rosaire, on conclut par une prière mariale qui peut par exemple être le Salve Regina.

La clausule[modifier | modifier le code]

Insérée dans le Je vous salue Marie, entre « Jésus » et « le fruit de vos entrailles », on peut réciter une clausule.

« La clausule, qui s'harmonise bien avec le caractère répétitif et méditatif du Rosaire, est constituée de quelques mots qui suivent le nom de Jésus, et ont un rapport avec le mystère énoncé. Une clausule appropriée, permanente pour chaque dizaine, brève dans son énoncé et fidèle à la Sainte Écriture et à la Liturgie, peut constituer une aide de qualité en vue de la prière éditée du saint Rosaire. »[11]

Des clausules et les grâces associées à chaque mystère sont données dans les articles détaillés (cités ci-dessus).

Voir

Article détaillé : Historique du Rosaire.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Anecdotes tirées du dico Le Bas :

  • Les chapelets étaient portés pendus à la ceinture. Simples chez les religieux, alors que « ceux des personnes du monde étaient d'or, d'argent, de corail, de perles, de jais, etc., ce que le prédicateur Olivier Maillard censurait amèrement, comme chose de luxe bien plus que de dévotion. Les prostituées portaient elles-mêmes des chapelets de prix, que les agents du prévôt de Paris ne manquaient pas de leur saisir, avec les ceintures auxquelles ils étaient suspendus, quand celles-ci étaient dorées, argentées ou brodées, en infraction aux ordonnances ». En 1450, on saisit ainsi sur une « femme publique d'extraction noble » un « Pater noster (un chapelet) en corail » avec un « Agnus Dei d'argent » et « des heures à femme »
  • Henri III et ses mignons, afin de prouver ostensiblement leur attachement à la « véritable doctrine », portaient à la ceinture des chapelets ornés de petites têtes de mort sculptées en ivoire. (On appelle ce type de grains de rosaire Memento mori)
  • Le dimanche 26 septembre 1621, « des protestants qui revenaient de Charenton, où ils avaient été assister au prêche, furent assaillis, sous prétexte de religion, par une troupe de vagabonds et de voleurs armés, qui, dépouillant violemment les hommes de leurs manteaux, sous prétexte de s'assurer s'ils portaient des chapelets et étaient catholiques, leur enlevaient leurs bourses ».
  • La même année, un nommé Fontenay, pendant une guerre contre les protestants, proposa à Louis XIII un moyen infaillible, selon lui, de prendre les places de la Rochelle et Montauban, que ceux-ci possédaient. Ce moyen consistait à affilier toute l'armée royale à la confrérie du Rosaire, à obliger chaque officier et chaque soldat de porter un chapelet bénit par un religieux jacobin, et d'en réciter les prières. L'auteur de cette belle invention, dont jamais général d'armée ne s'était avisé jusque - là , voulait que les chapelets des officiers fussent plus riches que ceux des soldats ; à tout seigneur, tout honneur;
« il seroit à propos, disait-il, que Votre Majesté fît donner à chaque soldat un chapelet de deux sous, enfilé de fil ciré ou de corde à boyau ; et aux chefs et qualifiés, Votre Majesté en donneroit de sa propre main qui seroient de plus haut prix. » [12]
  • Il existe encore en France au début du XIXe siècle dans quelques villages des confréries du chapelet ; mais elles n'ont plus le caractère séditieux des confréries de la Ligue.
  • Le chapelet est aussi l'objet d'un commerce. Quand Pie VII vint à Paris en 1803 pour sacrer empereur Napoléon, « un homme bien avisé acheta à bas prix tous les chapelets qui étaient alors relégués dans les greniers des marchands bimbelotiers, et les revendit ensuite aux dévots, avec un grand bénéfice, comme ayant été bénits par le saint-père ».
Le Caravage, Vierge des Palefreniers. dite Madone au serpent[13]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jocelyne Bonnet, Inventions européennes du temps: temps des mythes, temps de l'histoire, éd. L'Harmattan, 2004, extraits en ligne

Ouvrages de foi et de piété[modifier | modifier le code]

Ouvrages anciens[modifier | modifier le code]

  • Bernard de Clairvaux. La Louange de la Vierge Mère, Œuvres complètes XX Introduction, traduction, notes et index par Marie-Imelda Huille, o.c.s.o., moniale de Notre-Dame d'Igny, et Joël Regnard, o.c.s.o., moine de Notre-Dame de Cîteaux. Décembre 1993 [2009] . Le Cerf.

Ouvrages contemporains[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La réforme fait du chapelet un signe de reconnaissance des catholiques: « Dans le temps de la ligue, les jésuites de la rue Saint-Jacques à Paris, qui en étaient les partisans les plus zélés, avaient fait de leur maison un foyer de fanatisme et de sédition, et y attiraient les hommes crédules et ignorants, dont ils faisaient des instruments de trouble. À cet effet, ils avaient institué une confrérie ou congrégation, dont chaque afflué était tenu de réciter journellement les prières indiquées par son chapelet, et de le porter au cou. Ce signe extérieur servait aux confrères à se reconnaître. Tous les dimanches, les seize chefs de quartier qui gouvernaient alors Paris, l'ambassadeur d'Espagne, le légat du pape, les curés et les religieux les plus exaltés, se réunissaient, dans une chapelle haute de la maison des jésuites, aux hommes du peuple qu'ils avaient séduits; Là, il se prononçait un discours dans lequel était accumulé tout ce qui pouvait avoir pour résultat de maintenir le public dans un état d'exaltation fanatique. Après ce discours, le peuple était congédié, et les chefs, parmi lesquels était le curé François Pigenat, qui, le 14 février 1589 figura dans une procession tout nu, et sans autre voile qu'une guilbe (guimpe) de toile blanche, discutaient les affaires de la sainte ligue. Le pape prodigua aux confrères du chapelet les trésors inépuisables dont il dispose ; il les gratifia de neuf vingt mille ans et neuf vingt mille quarantaines d'indulgences, et de la rémission de tous leurs péchés au moment de la mort. Tout bon ligueur devait être de cette confrérie, et porter ostensiblement son chapelet en guise de collier, témoin ces deux vers du temps : « Qui n'a de chapelets au cou / Mérite d'y avoir un licou. » (Dico Le Bas)
  2. Cf Jocelyne Bonnet, Inventions européennes du temps: temps des mythes, temps de l'histoire, éd. L'Harmattan, 2004
  3. Marie-Odile Metral-Stryker, article Rosaire in Encyclopaedia Universalis, édition 2006
  4. Il a pour titre en hébreu ספר תהילים Sefer Tehillim ce qui signifie Livre des Louanges
  5. Saint Bernard, Louanges de la Vierge Mère : http://spiritualite3.free.fr/notre_dame.html]
  6. Conférence du Père Wolfram [1]
  7. http://rosarium.op.org/spip/spip.php?article960 Site de l'Ordre Dominicain sur l'histoire du Rosaire
  8. Lire L-M de Montfort et saint Alphonse de Liguori [2]
  9. Sept mots hébreux pour la prière [3]
  10. Ephèse et Chalcédoine: actes des conciles Par André-Jean Festugière Sur Google Livres
  11. Directoire sur la Piété populaire et la Liturgie, n° 201.
  12. Advis au roi pour facilement prendre Montauban, la Rochelle et autres villes, Paris, 1622, pag. 10.
  13. Sur Persée, Vierge des Palefreniers, signification d'un tableau du Caravage [4]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]