Liste des évêques de Cornouaille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Ancien diocèse de Cornouaille.

Évêché de Cornouaille jusqu'en 1790, puis de Quimper et Léon

Le chapitre comprenait deux archidiacres (pour la Cornouaille et le Poher), un chantre, un trésorier, un théologal et douze chanoines. Il était le moins riche de toute la Bretagne.

La Constitution civile, créant un diocèse du Finistère, supprima celui de Cornouaille, dont la partie la plus importante fut attribuée à la nouvelle circonscription.

Liste des évêques de Cornouaille[modifier | modifier le code]

Pour la période antérieure au XIe siècle, les noms en italiques sont connus uniquement par une tradition dont les sources écrites les plus anciennes sont les cartulaires de Quimperlé et de Quimper.

  • saint Corentin VIe siècle
  • saint Menulphe dit aussi saint Menoux (très incertain comme évêque de Quimper; non cité dans les cartulaires de Quimperlé et de Quimper, mais indiqué comme tel par plusieurs sources)
  • saint Guenoc ou Conogan (généralement considéré comme le deuxième évêque de Quimper, successeur de saint Corentin)
  • Saint Alor
  • saint Alain

Évêques du Finistère[modifier | modifier le code]

Évêques concordataires[modifier | modifier le code]

Le diocèse actuel fut établi, lors du concordat de 1801, dans les limites du département du Finistère. Par rapport aux évêchés d'avant la Révolution, il comprend : la majeure partie de l'évêché de Cornouaille (les portions orientales qui s'étendaient jusqu'aux abords de Pontivy et Quintin ont été rattachées au diocèse concordataire de St Brieuc ; les cantons de Gourin et du Faouët à celui de Vannes), l'évêché de Léon tout entier, trois cantons de celui de Tréguier, ( y compris les enclaves de Dol, Lanmeur, Locquirec et Locquénolé) et enfin le Canton d'Arzano de l'évêché de Vannes.

Un décret de la S.C. Consistoriale du 23 novembre 1853, enregistré par décret impérial du 13 mars 1854, autorisa l’évêque de Quimper et ses successeurs à joindre à leur titre celui de l'évêché supprimé de Léon.

Gisant de René-Nicolas Sergent à la cathédrale de Quimper

Évêques depuis la séparation des Églises et de l’État en 1905[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cartulaire de Landévennec
  • Albert le Grand, Vie des saints de Bretagne
  • Joëlle Quaghebeur, La Cornouaille du IXe au XIIe siècle, Société archéologique du Finistère, 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Marie Mayeur, Yves Marie Hilaire, Michel Lagrée, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, vol. 3, Éditions Beauchesne,‎ 1990 (ISBN 9782701012025, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]