Tramway d'Aubagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tramway d'Aubagne
Image illustrative de l'article Tramway d'Aubagne

Image illustrative de l'article Tramway d'Aubagne
Une rame Alstom Citadis Compact entre les stations Château Blanc et Piscine.

Situation Aubagne, Provence-Alpes-Côte d'Azur
Drapeau de la France France
Type Tramway
Entrée en service
Longueur du réseau 2,8 km
Lignes 1
Stations 7
Rames Alstom Citadis Compact
Fréquentation 313 704 personnes (2015)
Propriétaire Métropole d'Aix-Marseille-Provence
Exploitant Lignes de l'agglo
Site internet lignes-agglo.fr
Réseaux connexes Lignes de l'agglo

Image illustrative de l'article Tramway d'Aubagne

Le tramway d'Aubagne est un réseau de tramway du pays d'Aubagne et de l'Étoile.

Il comporte une seule ligne de 2,8 km dénommée « ligne T » et inaugurée le . Comme pour l'ensemble du réseau des Lignes de l'agglo, son usage est gratuit pour les voyageurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien réseau (1904-1958)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ancien tramway de Marseille.
La ligne 40 à Aubagne, cours du Maréchal-Foch, vers 1917
Motrice à bogies utilisé sur la ligne 40
Bifurcation des deux lignes de tramways à l'Obélisque

Une convention du , validée par décret du , autorise la Compagnie générale française de tramways (CGFT) — qui exploite du réseau de tramway de Marseille — à construire une ligne de Saint-Marcel à Aubagne à la condition que les départs aient lieu de la place Saint-Ferréol. Cette ligne est mise en service le 10 janvier 1905 avec le numéro 39. Elle est à l'origine à voie unique dès la sortie de Marseille (elle est doublée entre 1926 et 1930) et installée sur un trottoir en bordure de la route nationale. Le terminus d'Aubagne est alors situé cours Legrand (actuel cours Maréchal-Foch) d'où une voie mène jusqu'au dépôt situé à l'entrée de la « petite route » d'Aubagne à Marseille (actuelle RD2)[1].

Le 10 juin 1905, la ligne numéro 40 est créée entre la gare Noailles et Aubagne, utilisant la ligne de l'Est jusqu'à Saint-Pierre puis la ligne de la Pomme (« ligne Cayol », prolongée vers les Camoins en 1907) puis enfin un bref raccordement à la ligne précédente par l'actuel boulevard Heckel. Les départs ont alors lieu alternativement sur l'une et l'autre ligne avec un départ toutes les 30 ou 40 minutes. Les usagers préférant le nouvel itinéraire, plus rapide, la ligne 40 voit sa desserte renforcée et la ligne 39 est limitée au trajet Préfecture-La Penne-sur-Huveaune à partir du 3 mai 1909.

Les rames du 40 comportaient deux remorques dont une était détachée à la Penne-sur-Huveaune et reprise au retour. En 1928 sont mises en service des rames réversibles composées d'une motrice et une remorque ou de deux motrices encadrant une remorque. Ces rames « Pullman » sont remplacées en 1937 par des rames à bogies, à leur tour modernisées à partir de 1944.

À partir du , la desserte est partagée entre les tramways et des autobus qui relient la gare Noailles à Saint-Pierre par le cours Lieutaud, le boulevard Baille et le chemin de Saint-Pierre (actuelle rue Saint-Pierre) et poursuivent en parallèle à la voie du tram. Les tramways sont réservés aux heures de pointe. Le 23 juin 1958, les derniers tramways sont supprimés entre Saint-Pierre et Aubagne. La ligne d'Aubagne a ainsi vécu 53 ans[2]. La « ligne de l'Est » primitive, devenue 68, lui survivra plus de 45 ans.

Nouveau réseau[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • Juillet 2006 : adoption du Plan de déplacements urbains par le SITCA (Syndicat mixte des transports des cantons d’Aubagne et de Roquevaire) ;
  • 15 mai 2009 : mise en place de la gratuité des transports sur le réseau des transports en commun d'Aubagne ;
  • Septembre 2009 : lancement de la concertation préalable sur le projet de Transport en Commun en Site Propre ;
  • 1er janvier 2010 : Augmentation du versement transport de 1,05 % à 1,80 %[3]
  • Décembre 2009 : bilan de la concertation préalable et validation du projet de référence : tramway fer sur l’axe Est-Ouest de la ville d’Aubagne le long de la RD8 et son mode de financement ;
  • 18 juin - 2 juillet 2012 : enquêtes publiques
  • Septembre 2012 : Avis favorable de la commission d'enquête
  • 1er février 2013 : Déclaration d'utilité publique
  • 2013 : Lancement des travaux
  • 2014 : ouverture de la ligne de tramway

Réalisation[modifier | modifier le code]

À l'origine, le projet envisage la création de deux lignes de tramway. Les objectifs de ce nouveau réseau tels que décrits dans le dossier d'enquête publique sont notamment le désenclavement des quartiers politique de la ville d’Aubagne (centre ancien, Charrel, Tourtelle et Gantaume), la baisse de l'utilisation de la voiture et, à terme, la connexion des réseaux d'Aubagne, Marseille et La Penne-sur-Huveaune[4].

Le tracé du réseau est structuré sur un axe Est-Ouest et relie ses principaux pôles économiques ainsi que les zones d’habitat dense. Il regroupe plus de 30 000 habitants à proximité du tracé de l'ancienne RN8, soit près d’un tiers de la population de la communauté d'agglomération, plus de 9 000 emplois et les établissements scolaires qui s'y trouvent assurent la formation de 3 500 collégiens et lycéens, soit 71 % de ses effectifs scolaires secondaires. La plupart des équipements publics d'Aubagne sont situés à proximité du réseau ainsi que ses deux secteurs de développement majeurs, que sont la future ZAC des Gargues et la friche Rousselot.

Au moment des études du projets, 60 % des habitants de la communauté d'agglomération transite sur cet axe, principalement en voiture ou en utilisant la principale ligne de bus de l'agglomération[5].

Le coût d'investissement est évalué, dans le dossier d'enquête publique, et aux conditions économiques de 2011, à 166,5 millions d'euros, auquel se rajoute un million de surcoût annuel d'exploitation par rapport à celui du réseau de bus. La réalisation du réseau doit permettre des économies pour la collectivité, valorisées à 8,1 millions d'euros par an à l'échéance 2019 (aux conditions économiques de 2011)[4].

L'enquête publique se déroule du 18 juin au 2 juillet 2012 : 1300 personnes la consultent et 1020 observations sont recueillies dont 702 favorables (69 %), 314 défavorables (31 %) et 4 avis partagés. Les principales préoccupations constatées ont été relatives au coût du projet, ses effets sur les budgets et les impôts[6]. La commission d'enquête émet un avis favorable en septembre 2012[7].

Toutefois, après l'enquête publique, la déclaration d'utilité publique tarde à être signée et les élus communautaires estiment que ce retard pourrait être lié au refus de la communauté d'agglomération de s'inscrire dans le processus de création d'une métropole à l'échelle de l'agglomération marseillaise[8], [9]. La déclaration d'utilité publique est finalement signée le 1er février 2013[10] mais est contestée par l'opposition locale[11].

Les travaux sont lancés en 2013 et la ligne mise en service le , en tant que ligne T.

Les deux lignes du réseau initialement prévu.

Le projet initial prévoyait d'ici 2019 la construction d'une seconde ligne entre la gare d'Aubagne et La Penne-sur-Huveaune avec un temps de parcours de 14 minutes. Cette ligne entrait dans un l'objectif de rejoindre un jour la ligne 1 du tramway de Marseille. Toutefois, le , la droite remporte les élections municipales et devient majoritaire au sein de la communauté d'agglomération. La nouvelle majorité décide alors d'annuler la prolongation de la première ligne (qui aurait desservi le collège Lakanal, l'esplanade Charles-de-Gaulle, la rue de la République et le quartier des Gargues) et la construction d'une seconde ligne, conformément à son programme.

Réseau[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

La ligne T parcourt la ville d'Aubagne d'est en ouest, du quartier du Charrel à la gare SNCF. Elle dessert la plupart des endroits les plus fréquentés de la ville, tels que la piscine Alain-Bernard, le collège Lou Garlaban, le stade de Lattre-de-Tassigny et le lycée Joliot-Curie.

Plan du tramway d'Aubagne.


Légende PK Désignation
uKBHFa
Aubagne gare
uÜSTr
Diagonale
uBHF
Martin Luther King
uBHF
Ravel Decroix
uBHF
La Tourtelle
uKDSTl uABZgr+r
Atelier
uÜSTl
Diagonale
uBHF
Piscine Alain Bernard
uBHF
Château Blanc
uKMW
Début voie unique
uKBHFe
Le Charrel

Stations[modifier | modifier le code]

Terminus Gare d'Aubagne.
      Stations Lat./Long.        Communes               Correspondances       
Gare d'Aubagne 43° 17′ 45″ N, 5° 33′ 57″ E Aubagne Pôle d'échanges, TER, Cartreize, bus
Martin Luther King 43° 17′ 35″ N, 5° 33′ 46″ E Aubagne bus lignes 3 et 11
Ravel Decroix 43° 17′ 26″ N, 5° 33′ 36″ E Aubagne
La Tourtelle 43° 17′ 08″ N, 5° 33′ 16″ E Aubagne
Piscine 43° 17′ 05″ N, 5° 32′ 53″ E Aubagne bus ligne 6
Château Blanc 43° 16′ 54″ N, 5° 33′ 00″ E Aubagne
Le Charrel 43° 16′ 45″ N, 5° 33′ 04″ E Aubagne

Trafic[modifier | modifier le code]

Une rame circule toutes les 10 minutes du lundi au samedi de 5h45 à 21h05. Le tramway est remplacé par une ligne de bus le dimanche et les jours fériés. Le temps de trajet est de 9 minutes entre la gare et Le Charrel[12]. 4 821 000 personnes ont emprunté la ligne en 2014[13].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Le tramway d'Aubagne, au terminus Le Charrel.

Le 5 octobre 2011, le Citadis Compact est choisi pour équiper la première phase. Ce matériel, constitué de deux caisses motrices avec cabine de conduite, reliées par une caisse suspendue et à plancher bas intégral, est plus court et moins cher qu'un tramway classique. En effet, il est long de 22 mètres contre 32 pour un Citadis 302. Huit Citadis ont été commandés, avec une option pour 5 à 10 rames supplémentaires, soit un contrat de près de 14 millions d’euros[14], [15], [16]. Ce matériel a été construit dans les usines Alstom de Valenciennes, La Rochelle, Ornans, Le Creusot, Tarbes et Villeurbanne[17].

Habillage des sièges du tramway d'Aubagne.

Ses caractéristiques sont les suivantes[18] :

Longueur d'une rame 22,04 m.
Largeur extérieure 2,400 m.
Largeur intérieure 2,240 m.
Hauteur hors tout :
• avec pantographe replié 3,458 m. env.
• hors pantographe 3,280 m. env.
Hauteur de la ligne de contact mini : 3,600 m. / maxi : 6,500 m.
Hauteur du plancher 0,360 m.
Hauteur intérieure de la rame mini : 2,023 m.
Hauteur des portes d’accès 2,070 m.
Largeur de passage libre des portes doubles 1,300 m.
Distance entre centre des bogies 11,143 m.
Poids à vide d'une rame 30,015 T en ordre de marche ± 5 %
Nombre de passagers assis 35
Nombre de passagers debout (maxi) 90 (à 4 voy./m²) à 136 (à 6 voy./m²).
Nombre maxi de passagers 125 (à 4 voy./m²) à 171 (à 6 voy./m²).

Les rames seront « habillées » par Hervé Di Rosa[19].

Les huit premières rames seront livrés en 2014[20].

Tarification[modifier | modifier le code]

Le tramway est entièrement gratuit[21] comme le réseau de bus depuis le 15 mai 2009, ce qui est une première mondiale[22].

Projets de développement[modifier | modifier le code]

Projet de Val'Tram[modifier | modifier le code]

Le projet « Val'Tram » comprend la réutilisation de la voie de Valdonne afin de faire circuler un tram-train sur 14 km sur voie unique entre Aubagne et La Bouilladisse, avec 11 stations. Il sera construit par la métropole d'Aix-Marseille-Provence en deux phases : les travaux de la première phase entre Aubagne et Auriol doivent débuter en 2018 pour une ouverture en 2020[23],[24].

Le temps de parcours sur la totalité du projet serait de 25 minutes, avec 7 rames en circulation et une amplitude horaire de 6 h à 21 h. La vitesse moyenne serait de 50 km/h, avec des pointes à 70 km/h.

Projet de Val'Tram.

Ligne Val'tram:

Stations Communes Correspondances Coordonnées
    Aubagne Gare Aubagne Tramway d'Aubagne - SNCF 43° 17′ 45″ N, 5° 33′ 57″ E
    Centre-Ville Voltaire Aubagne 43° 17′ 39″ N, 5° 34′ 08″ E
    Les Défensions Aubagne 43° 17′ 43″ N, 5° 34′ 22″ E
    Campagne Valérion Aubagne 43° 18′ 03″ N, 5° 34′ 32″ E
    Napollon Solans Aubagne P+R 43° 18′ 32″ N, 5° 34′ 29″ E
    Pont de l'Étoile Roquevaire P+R 43° 19′ 30″ N, 5° 35′ 26″ E
    Roquevaire Roquevaire 43° 20′ 59″ N, 5° 35′ 57″ E
    Pont-de-Joux Auriol P+R 43° 21′ 58″ N, 5° 36′ 42″ E
    La Destrousse Auriol P+R 43° 22′ 28″ N, 5° 36′ 35″ E
    La Chapelle La Bouilladisse 43° 23′ 39″ N, 5° 36′ 07″ E
    La Bouilladisse La Bouilladisse P+R 43° 23′ 36″ N, 5° 35′ 36″ E

Les coordonnées sont approximatives et les noms des stations sont provisoires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J.Laupiès et R.Martin, op.cit., p. 104-105
  2. J.B. Luppi, Trois lignes à « longue distance », in revue Marseille no 216, mars 2007, (ISSN 0995-8703) pages 98 à 101
  3. ACOSS, « Lettre-circulaire n°2010-044 », sur http://www.urssaf.fr,‎ (consulté le 4 janvier 2013) : « À compter du 1er janvier 2010, le taux de versement transport applicable sur le territoire des communes de la Communauté d’Agglomération du PAYS D’AUBAGNE ET DE L’ETOILE est porté à 1,80 %. »
  4. a et b Dossier d'enquête publique référencé en liens externes, tome A.
  5. Dossier d'enquête publique référencé en liens externes, tome A, page 56,
  6. « Tramway : avis favorable de la commission d'enquête », sur http://www.agglo-paysdaubagne.com,‎ (consulté le 3 janvier 2013)
  7. Rapport de la Commission d'enquête reproduit en lien externe
  8. Marie-Cécile Berenger, « Métropole : l'Agglo estime que l'État tente de faire pression sur elle via son projet de tram », La Provence,‎ (lire en ligne)
  9. Marie-Cécile Berenger, « Aubagne : la métropole fera-t-elle dérailler le tramway de l'Agglo ? », La Provence,‎ (lire en ligne)
  10. La Communauté d'Aubagne et du Pays de l'Etoile, « Le tramway du Pays d’Aubagne et de l’Étoile est déclaré d’utilité publique ! », sur Tramway du Pays d'Aubagne et de l'Etoile,‎ (consulté le 16 février 2013)
  11. Marjorie Moly, « Tramway : à peine délivrée, la DUP déjà attaquée », La Provence,‎ (lire en ligne)
  12. « Le plan et les horaires », sur Les lignes de l'agglo (consulté le 3 février 2017)
  13. « Aubagne : le tramway plébiscité par les usagers », sur La Marseillaise,‎
  14. « Alstom fournira les rames de tramways Citadis Compact à la Communauté d’Agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Etoile », Communiqué de presse, sur http://www.alstom.com,‎ (consulté le 4 janvier 2013)
  15. Marjorie Joly, « Voilà à quoi ressemblera le futur tramway d'Aubagne », La Provence,‎ (lire en ligne)
  16. Thomas Brosset, « Si Aubagne peut se le payer… », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  17. « Le Pays d'Aubagne a choisi le Citadis Compact d'Alstom », La Vie du Rail,‎ (consulté le 4 janvier 2013)
  18. Dossier d'enquête publique référencé en liens externes, tome A, page 135,
  19. [PDF] « Hervé Di Rosa habille le tram d'Aubagne », sur http://www.tramway-paysdaubagne.com (consulté le 4 janvier 2013)
  20. Robert Viennet, « Un tramway haut en couleurs pour Aubagne »,‎ (consulté le 2 juillet 2013)
  21. http://www.laprovence.com/article/economie/1741790/lenquete-publique-debutera-le-18-juin-pour-le-tramway-daubagne.html
  22. http://carfree.fr/index.php/2011/07/06/aubagne-aura-le-premier-tramway-au-monde-entierement-gratuit/
  23. « Le projet Val'tram démarre... mais en deux morceaux », sur La Provence,‎
  24. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées valtram.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les tramways de Marseille ont cent ans, Jacques Laupiès et Roland Martin, 1re édition en 1975;, nouvelle éd. revue et complétée : (ISBN 2-903963-51-7).
  • Rail Passion N° 205 Novembre 2014, Philippe-Enrico ATTAL, Aubagne: un tram laboratoire en service, pages 38 à 40

Liens externes[modifier | modifier le code]