La Provence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Provence (journal))

La Provence
Image illustrative de l’article La Provence

Pays Drapeau de la France France
Zone de diffusion France
Langue Français
Périodicité Quotidienne
Format Berlinois
Genre Presse régionale
Diffusion 87 797[1] ex. (2019)
Date de fondation 1997
Ville d’édition Marseille

Propriétaire Groupe La Provence (Groupe Bernard Tapie 89 %, NJJ 11 %)
Directeur de publication Jean-Christophe Serfati
ISSN 2102-6815
Site web www.laprovence.com

La Provence est un quotidien régional français créé en 1997 à Marseille. Il est né de la fusion des deux quotidiens anciennement dénommés Le Provençal et Le Méridional, jadis contrôlés tous deux par l'ancien maire de Marseille, Gaston Defferre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement, La Jeune République était un quotidien populaire de Marseille fondé en 1873 par Léo Taxil (1851-1907) et auprès duquel Clovis Hugues a commencé sa carrière de journaliste.

Ce journal devient à la suite de plusieurs remaniements, tour à tour Le Petit Provençal (1868-1944) avec son supplément Le Petit Provençal illustré (1898-1908), Le Provençal (1944-1997) et La Provence en 1997, après la fusion entre Le Provençal et Le Méridional.

La Provence rayonne sur trois départements : Bouches-du-Rhône, Vaucluse et Alpes-de-Haute-Provence. Racheté pour 160 millions d'euros à [Qui ?]

Depuis , La Provence diffuse sur Marseille le quotidien gratuit Marseille Plus, après avoir lancé Marseille l'Hebdo, hebdomadaire diffusé à 15 000 exemplaires en 2005. Il co-détenait également depuis 1999 avec le groupe Nice-Matin la S.A Corse Presse, éditrice du quotidien Corse-Matin. Il en est devenu l'unique actionnaire depuis le .

Le quotidien devient en 2008 propriété du Groupe Hersant médias.

Le PDG Didier Pillet a succédé à Stéphane Duhamel en [2]. Il a été remplacé en septembre 2010 par Marc Auburtin. Le journal a changé trois fois de directeur de la rédaction en six ans. De 2004 à , ce fut Gilles Dauxerre. Philippe Minard occupe ce poste depuis [3].

En , après plusieurs mois de tractations avec les banques et le groupe belge Rossel[4], Philippe Hersant conserve la propriété du titre en apportant la moitié d'une augmentation de capital de 48 millions d'euros, l'autre moitié venant de Groupe Bernard Tapie[5].

Pour aboutir à ce résultat, Philippe Hersant a posé un ultimatum aux 17 banques créancières : soit elles acceptaient son offre, soit il effectuait un dépôt de bilan de Groupe Hersant Média dans lequel lui-même risquait de tout perdre. La Provence dégage un résultat brut d'exploitation de 5 millions d'euros par an[5], qui servira à l'un de ses deux actionnaires, Philippe Hersant, pour rembourser les dettes de son autre groupe de presse situé en Suisse.

Période Bernard Tapie[modifier | modifier le code]

Au printemps 2013, Groupe Bernard Tapie devient actionnaire du quotidien. Le groupe Hersant média annonce, le , la cession du journal La Provence à Groupe Bernard Tapie[6].

Fin octobre 2015, Le groupe belge Nethys annonce qu'il entre, via sa filiale Avenir Développement (AD), à hauteur de 11 % dans le groupe La Provence[7].

En 2015, la maquette subit d’importants changements : le titre est désormais bleu sur fond blanc, ainsi que les titres des sections, qui sont agrandies.

À partir de 2017, le titre redevient profitable.

Au printemps 2019, la participation de Nethys est cédée à Xavier Niel[8].

En 2020, Bernard Tapie pourrait devoir se séparer des 89% des parts qu’il détient au capital du groupe pour rembourser ses dettes[9]. Cette information inquiète au sein du groupe et un CSE extraordinaire est réuni le 5 mai pour rassurer les employés[10]. La direction assure qu'il n'y a ni plan social ni procédure de sauvegarde de prévus[9].

Malgré les promesses rassurantes du printemps, La Provence prévoit début novembre 2020 le licenciement économique de 18 personnes alors que les pertes du groupe devraient s'élever à 7 millions d'euros à la fin de l'année. Il devrait s'agir des plus gros salaires de certains chefs de service, ce qui provoque une réaction virulente de la part des employés qui dénoncent une "procédure inhumaine, abjecte et brutale.[11]"

Le 29 janvier 2021, la direction du journal annonce la vente de son siège au promoteur Constructa[12]. L'opération devrait rapporter autour de 35 millions d'euros à La Provence, qui devra déménager à l'horizon 2023-2024[13].

Le 11 janvier 2022, la bataille pour la reprise du groupe est relancée après que le tribunal de commerce de Marseille a levé le droit d'agrément dont disposait Xavier Niel, actionnaire minoritaire à hauteur de 11 %[14]. Cette décision, qui fait l'objet d'un appel de la part de Xavier Niel, relance une concurrence aiguisée entre les deux candidats à la reprise qui ont déjà déposé des offres financières auprès du tribunal de commerce[15]: il s'agit de NJJ Presse, le groupe de Niel, et du groupe CMA-CGM[16].

Le 24 février, les liquidateurs judiciaires sélectionnent l'offre de Rodolphe Saadé (81 millions d'euros) face à l'offre de Xavier Niel (20 millions d'euros) qu'ils ne jugent pas recevable[17].

Début juin 2022, le tribunal de commerce de Bobigny étudie la faisabilité d'une reprise du journal par CMA-CGM[18]. Le tribunal doit statuer le 22 juin sur la possibilité d'une reprise par l'armateur ou si le journal doit être soumis à un redressement judiciaire[19].

Soutien à Martine Vassal[modifier | modifier le code]

Mediapart révèle en [20],[21] que le quotidien a reçu 1,2 million d’euros du conseil départemental des Bouches-du-Rhône (principalement) et de la métropole Aix-Marseille-Provence (présidée par Jean-Claude Gaudin jusqu’en , puis par Martine Vassal), en échange d'un soutien du journal à Martine Vassal (LR), et « d'articles dithyrambiques dans le journal en sa faveur »[22],[23]. L'initiative viendrait de la direction du quotidien, Franz-Olivier Giesbert et Jean-Christophe Serfati. Ce dernier est un ami proche de Marc Jolibois, directeur de cabinet de Martine Vassal au département[20]. La Provence a exercé son droit de réponse en publiant un démenti sur le site de Mediapart[24].

Informations financières[modifier | modifier le code]

La Provence emploie 476 collaborateurs en 2018 et réalise un chiffre d'affaires de 66 189 600 €. Elle enregistre une perte de 671 600 €.

Ses fonds propres, fin 2018, sont de 12 384 300 € et la dette financière s'élève à 17 858 400 €[25].

Les éditions locales[modifier | modifier le code]

04 - 05 Alpes-de-Haute-Provence et Hautes-Alpes

  • Alpes Matin

13 Bouches-du-Rhône

84 Vaucluse

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Provence - ACPM », sur acpm.fr (consulté le ).
  2. Finalisation de la cession de journaux régionaux par Lagardère à Hersant dépêche de l'Agence France-Presse du 21 décembre 2007, lire sur le site du quotidien Le Monde
  3. Philippe Minard nommé directeur de la rédaction de La Provence Article de Auxerre TV du 9 octobre 2010, lire sur le site http://www.auxerretv.com
  4. Les belges histoires du Groupe Hersant dans le mensuel provençal le Ravi, janvier 2012
  5. a et b "Une belle opération pour Bernard Tapie et Philippe Hersant", dans Le Monde du 20 décembre 2012, par Xavier Ternisien [1]
  6. Bernard Tapie désormais seul actionnaire de La Provence, Alexandre Debouté, Le Figaro.fr, mis à jour le 16 juillet 2013
  7. Nethys entre au groupe La Provence
  8. Thomas Romanacce, « Xavier Niel rejoint Bernard Tapie au capital de La Provence », sur capital.fr, (consulté le )
  9. a et b « Incertitudes et inquiétudes s’accumulent à « La Provence » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Inquiétude à La Provence à cause de la liquidation des sociétés de Bernard Tapie », sur Marsactu (consulté le )
  11. « « La Provence » prévoit 18 licenciements économiques », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « La Provence vend son siège à Constructa et vise un déménagement en 2024 - Gomet' », sur Gomet, (consulté le )
  13. « Le journal « La Provence » vend son siège au promoteur Constructa », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Adrien Franque et AFP, « Rachat de «la Provence»: le droit de veto de Xavier Niel suspendu par la justice », sur Libération (consulté le )
  15. « Rachat de « La Provence » : la justice replace Xavier Niel et Rodolphe Saadé sur la même ligne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « La Provence : la bataille est relancée », sur LEFIGARO, (consulté le )
  17. « [Urgent] Rachat de La Provence : l'offre de Saadé recommandée par les liquidateurs - Gomet' », sur Gomet, (consulté le )
  18. « Vente ou redressement judiciaire? L'avenir de La Provence à un tournant », sur LEFIGARO, (consulté le )
  19. AFP, « Vente ou redressement judiciaire ? L’avenir du journal « La Provence » à un tournant », sudouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  20. a et b Laurent Mauduit, « Marseille: «La Provence» a passé un pacte avec la candidate LR à la mairie », Mediapart,
  21. Sidonie Canetto, « Municipales : Médiapart dénonce "un pacte" entre Martine Vassal et le journal "La Provence" », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, 2019-11-21,
  22. « Tour de La Provence : Martine Vassal au cœur du peloton », sur LaProvence.com, (consulté le )
  23. « Municipales : en 2020, Marseille sera la reine des batailles », sur LaProvence.com, (consulté le )
  24. La rédaction de Mediapart, « Un droit de réponse de «La Provence» », sur Mediapart (consulté le )
  25. « La Provence : bilans », sur www.societe.com (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]