Tramway de Bucarest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le chemin de fer image illustrant les transports en commun image illustrant la Roumanie
Cet article est une ébauche concernant le chemin de fer, les transports en commun et la Roumanie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Tramway de Bucarest
(ro) Tramvaiul din București
Image illustrative de l'article Tramway de Bucarest

Situation Bucarest et sa région
Drapeau de la Roumanie Roumanie
Type Tramway
Entrée en service 1871 (traction hippomobile)
1894 (traction électrique)
Longueur du réseau 143 km
Longueur additionnée des lignes 342 km
Lignes 27
Stations 785
Rames 581
Fréquentation 112 000 000 passagers par an
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire Municipalité de Bucarest
Exploitant RATB (Regia autonomă de transport București)
Vitesse moyenne 40 km/h
Vitesse maximale 80 km/h
Réseaux connexes Métro de Bucarest (4 lignes), Trolleybus de Bucarest (21 lignes) , Autobus de Bucarest (150 lignes) et la navette ferroviere vers l'aéroport

Image illustrative de l'article Tramway de Bucarest

Le tramway de Bucarest est composé de 27 lignes exploitées par la Regia autonomă de transport București (RATB). C'est l'un des réseaux de tramway les plus étendus au monde et l'un des plus grands d'Europe après Moscou (50 lignes), Saint-Petersburg (46 lignes), Budapest (35 lignes) et Vienne (30 lignes).

Chronologie[1][modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article contient une ou plusieurs listes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

  • En 1871, mise en service de la 1re ligne de tramways hippomobiles de Bucarest.
  • En 1894, début de l'électrification des tramways de Bucarest.
  • En 1930, disparition des derniers tramways hippomobiles, l'ensemble du réseau est pourvu de matériel électrique Thomson V056 livré par la filiale française de General Electric remorquant des wagons de construction locale dont, l'été, des plate-formes légères sans vitres.
  • Entre 1972 et 1980, tandis que le matériel Thomson est progressivement remplacé par des rames de fabrication locale V2A puis V3A et que débute la construction du métro, les grands travaux édilitaires dans le centre-ville du dictateur communiste Ceaușescu, qui considère le rail urbain comme obsolète, déconnectent le réseau jusque-là établi « en toile d'araignée » dont le centre est supprimé, de sorte que les correspondances et la traversée de la ville en surface deviennent tributaires de longues marches à pied, d'ailleurs allongées dans toute la ville par la suppression d'un arrêt sur deux. Les couloirs du métro, eux aussi, sont très longs (centaines de mètres). Le matériel et les voies, mal entretenus, sont vétustes.
  • En 1989 à la chute de la dictature, les usagers réclament la reconnexion du centre du réseau et le rétablissement des arrêts supprimés, mais le nouveau gouvernement poursuit la politique du « tout-automobile » et la ville se remplit de voitures, les embouteillages apparaissent puis se généralisent. À partir de 2000, l'urgence de moderniser le réseau devient criante, malgré les rames bavaroises anciennes Rathgeber achetées d'occasion pour remplacer le matériel roumain défectueux (dans la même période, on voyait aussi rouler d'anciens bus parisiens Saviem SC10 aux couleurs de la RATP).
  • Depuis 2007, un programme de modernisation est en cours, du nouveau matériel roumain de meilleure qualité V3A-93M est livré, les arrêts (même s'ils restent trop distants les uns des autres) sont mis aux normes de sécurité, et la ligne 41 est convertie en métro léger (avec un plan d'extension jusqu'à l'aéroport-« Henri Coandă »), mais la reconnexion dans le centre n'est toujours pas à l'ordre du jour, priorité étant encore donnée à la circulation automobile.

Réseau actuel[modifier | modifier le code]

Aperçu général[modifier | modifier le code]

Le réseau compte actuellement 27 lignes :

Ligne Trajet Stations
1 Sura Mare - Serban Voda - Nerva Traian - Sos.Mihai Bravu 45
1 Sura Mare - Sos.Viilor - Pasaj Basarab - Sos.Stefan cel Mare - Sos.Mihai Bravu 47
4 C.F.R. Progresul ↔ Zețarilor 7
5 Piața Sf. Gheorghe ↔ Pasaj Băneasa 16
7 C.R.F. Progresul ↔ Piața Unirii 18
8 Depoul Militari ↔ Zețarilor 30
11 Zețarilor ↔ Cartier 16 Februarie 34
12 C.F.R Progresul - Gara Basarab 31
14 Piața Sf. Vineri ↔ Granitul 13
16 Piața Sf. Gheorghe ↔ Platforma Industrială Pipera 20
21 Piața Sf. Gheorghe ↔ Pasaj Colentina 14
23 Zețarilor ↔ Complex RATB Titan 36
24 Cartier Dămăroaia ↔ Vasile Pârvan 17
25 C.F.R. Progresul ↔ Depoul Militari 35
27 Complex RATB Titan ↔ Piața Unirii 25
32 Depoul Alexandria ↔ Piața Unirii 11
35 Depoul Militari ↔ C.F.R. Basarab 21
36 Republica ↔ Platforma Industrială Pipera 26
40 Complex RATB Titan ↔ Piața Sf. Vineri 26
41 Piața Presei ↔ Ghencea 15
42 Piața Presei ↔ Gara de Nord 12
44 Cartier 16 Februarie ↔ Vasile Pârvan 16
45 Mezes ↔ Gara de Nord 15
46 Gara de Nord ↔ Granitul 16
47 Piața Unirii ↔ Ghencea 14
56 Piața Sf. Vineri ↔ Republica 15
57 Piata Unirii - C.F.R Progresul 22

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Matériel en service : il y a actuellement 581 rames en service.

  • V3A: 400 unités (livrés entre 1971 et 1990 puis 2007 à 2010 pour les anciens V2A)
  • Tatra T4: 131 unités (livrés entre 1973 et 1976)
  • Bucur LF: 21 unités (livrés entre 2008 et 2015)
  • Bucur V2A-T: 15 unités (livrés entre 1999 et 2007 à 2010)
  • V3A-2S-93: 12 unités (livrés en 1975 et 2010 pour les anciens V2S)
  • Bucur V2S-T: 2 unités (livrés en 1997 et 1999)

Matériel passé :

  • V2A: 49 unités, transformés en V3A entre 2007 et 2010 par l'ajout d'une voiture à plancher bas. 2 exemplaires conservés
  • V2S: 6 unités, transformés en 2010 en V3A-2S-93 par l'ajout d'une caisse à plancher bas pour porter le parc de 2S-93 à 12 rames.
  • Rathgeber (ex Munich): 43 rames reçues au début des années 1990 et transformées en rames destinées a l'entretien du Réseau.
  • EP/V3A: 232 rames livrées entre 1955 et 1960, 215 reformées entre 1998 et 2003, 2 rames conservées et 15 trains de travaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Istoricul transportului din București pe situl RATB

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]