Gare de Cannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cannes
Image illustrative de l'article Gare de Cannes
Le bâtiment voyageurs.
Localisation
Pays France
Commune Cannes
Quartier Centre-ville - Croisette
Adresse 4 place de la Gare
06400 Cannes
Coordonnées géographiques 43° 33′ 15″ nord, 7° 01′ 11″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV
Thello
TER PACA
Caractéristiques
Ligne(s) Marseille-Saint-Charles à Vintimille (frontière)
Voies 3
Quais 2
Transit annuel 3 180 933 voyageurs (2016)
Altitude 6 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Autobus et autocars voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cannes

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Cannes

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Cannes

Géolocalisation sur la carte : Cannes

(Voir situation sur carte : Cannes)
Cannes

La gare de Cannes, également appelée Cannes-Voyageurs[1], est une gare ferroviaire française de la ligne de Marseille-Saint-Charles à Vintimille (frontière), située dans le centre-ville de Cannes, commune du département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains de grandes lignes (TGV et Thello) et des trains régionaux (réseau TER Provence-Alpes-Côte d'Azur).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 6 mètres d'altitude, sous la couverture urbaine homonyme (dont la longueur est de 2 087 m), la gare de Cannes est située au point kilométrique (PK) 193,132 de la ligne de Marseille-Saint-Charles à Vintimille (frontière), entre les gares de Cannes-la-Bocca et de Golfe-Juan-Vallauris. Par ailleurs, elle est l'origine du chaînage des PK — en l'occurrence le PK 0,000 — de la ligne de Cannes-la-Bocca à Grasse, bien que les infrastructures de cette dernière ne commencent qu'à la bifurcation jouxtant la gare de Cannes-la-Bocca.

Toutes les circulations ferroviaires de la gare, ainsi que de ses proches environs et de l'ensemble de la ligne de Cannes-la-Bocca à Grasse, sont gérées depuis un poste d'aiguillage installé dans le bâtiment voyageurs[1].

Elle dispose de deux quais, desservant trois voies : le quai 1-A (central, d'une longueur utile de 472 m pour la voie 1 et de 431 m pour la voie A), et le quai 2 (latéral, d'une longueur utile de 463 m, pour la voie 2 ; jouxtant le bâtiment voyageurs)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare, à la fin du XIXe siècle.

La gare a été ouverte le [2], quand la section de ligne reliant Les Arcs à Cagnes-sur-Mer est ouverte aux voyageurs. Elle dispose alors d'un bâtiment voyageurs élégant, avec une marquise enjambant les voies[2].

En 1870, la ligne de Grasse est ouverte. Le dépôt a été déplacé à la Bocca en 1880 (du fait de la croissance du trafic, imposant un allongement des quais), et une gare de marchandises y a été ouverte en 1883[2]. Le bâtiment voyageurs est agrandi en 1928 (par l'adjonction d'une nouvelle salle des pas-perdus devant la façade), pour faire face à l'afflux touristique commencé à la Belle Époque[2].

Le , Louis Lumière, président d'honneur du premier Festival international du film (annulé), arrive à Cannes par la gare[3].

À partir de 1962, la nécessité d'améliorer la circulation automobile dans Cannes a amené la municipalité à réaliser un projet de couverture des voies ferrées, pour y construire une route en 2 × 2 voies[2] (l'avenue Bachaga-Saïd-Boualam et, surplombant l'établissement par un tablier métallique, le boulevard de la 1re Division-Française-Libre). La même année, la construction d'une nouvelle gare a donc commencé[2]. Le bâtiment d'origine a ainsi été remplacé par la structure actuelle en 1975[2],[4].

La première desserte de Cannes par un TGV a lieu de , sur la liaison Paris – Nice.

Le , la gare est le terminus de l'Eurostar venant d'établir le nouveau « record du monde de la plus longue distance parcourue sans arrêt par un train de voyageurs » : le TGV TMST 3209/3210, spécialement affrété pour transporter depuis Londres-Waterloo l'équipe du film The Da Vinci Code — à l'occasion du 59e Festival de Cannes —, a parcouru la distance de 1 421 kilomètres en h 25 min[5],[6].

En , le Train bleu disparaît, pour être remplacé par un Corail Lunéa limité à Nice ; ce train est finalement supprimé le , et seul le TGV permet désormais d'effectuer le trajet depuis ou vers la capitale[7]. De même, la relation saisonnière Lille – Nice en train Lunéa a été supprimée le , au profit du TGV[8]. Par contre, les liaisons nocturnes Reims – Nice, Nantes – Nice, Luxembourg – Nice et Strasbourg – Nice (entre autres) sont respectivement interrompues les , , et , le tout sans substitutions directes.

Le , la gare subit une importante inondation (alors que sa rénovation, visant à en faire un pôle d'échanges, s'était en grande partie achevée moins d'un an auparavant[2],[9]), à la suite des intempéries dans les Alpes-Maritimes : les voies (avec la rame Z 26513/514 restée sur la no 2), les quais et le hall principal sont recouverts d'un mètre d'eau. Le trafic ferroviaire est totalement interrompu, en raison des dégâts causés aux installations de sécurité et d'alimentation électrique[10] ; les dernières réparations ont été effectuées après plusieurs mois[11].

En 2016, la SNCF estime la fréquentation annuelle de cette gare à 3 999 158 usagers, dont 3 180 933 voyageurs[12].

Le , l'Intercités Bordeaux – Nice est supprimé, ce qui impose une correspondance à Marseille pour effectuer le trajet complet.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

L'un des espaces d'attente (dit le « balcon »).

Cannes est une gare de la SNCF, disposant d'un bâtiment voyageurs (avec guichets et divers services pratiques), ouvert tous les jours. Elle est également équipée d'automates pour l'achat de titres de transport[13].

Desserte[modifier | modifier le code]

Grandes lignes[modifier | modifier le code]

Les trains suivants marquent l'arrêt à Cannes :

Transport express régional (TER)[modifier | modifier le code]

Cannes est également l'une des principales gares du réseau TER Provence-Alpes-Côte d'Azur, située sur les axes[13] :

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un dépose-minute est disponible[9], en complément d'une station de taxis, d'un parking et d'un abri à vélos sécurisé[13].

En outre, des arrêts permettent d'effectuer des correspondances avec la plupart des lignes d'autobus du réseau urbain « Palm Bus », ainsi que plusieurs lignes d'autocars du réseau interurbain « Lignes d'Azur »[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Document de Référence du Réseau », sur sncf-reseau.fr (consulté le 5 octobre 2017) ; cf. les annexes du DRR de l'année en cours ou de la suivante.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h « DOSSIER DE PRESSE : INAUGURATION DU BÂTIMENT VOYAGEURS DU PÔLE D'ÉCHANGES MULTIMODAL DE CANNES » [PDF], sur sncf.com, (consulté le 27 août 2017).
  3. Dominique Widemann, « Cannes 1939, un festival disparu prend corps », sur humanite.fr, (consulté le 28 novembre 2017).
  4. « La modernisation des bâtiments à voyageurs de Cannes, Nice-Ville et Menton », Charles Trédé, Revue générale des Chemins de Fer, octobre 1973, p. 573-584.
  5. « Les acteurs et l’équipe du film The Da Vinci Code se rendent à Cannes en Eurostar », sur eurostar.com, (consulté le 27 août 2017).
  6. (en) « Eurostar sets new Guinness World Record with cast and filmmakers of Columbia Pictures’ The Da Vinci Code », sur eurostar.com, (consulté le 27 août 2017).
  7. Mathilde Frénois, « Nice-Paris : requiem pour un train de nuit », sur liberation.fr, (consulté le 9 décembre 2017).
  8. M. Marc Dolez (Gauche démocrate et républicaine – Nord), « Question écrite no 44661 », sur assemblee-nationale.fr ; question du à la p. 2503, réponse du à la p. 5439 du JORF (consulté le ).
  9. a et b CannesWebTV, « Inauguration du hall de la gare de Cannes » [vidéo], sur youtube.com, (consulté le 29 juin 2016).
  10. SNCF, « Gare de Cannes : la situation suite aux intempéries du samedi 3 octobre 2015 » [vidéo], sur youtube.com, (consulté le 14 mai 2016).
  11. « La gare de Cannes a refait peau neuve après les intempéries. », sur gares-sncf.com, (consulté le 27 août 2017).
  12. « Fréquentation en gares », sur data.sncf.com (consulté le 5 octobre 2017).
  13. a, b et c « Gare Cannes », sur ter.sncf.com/paca (consulté le 27 août 2017).
  14. « GARE SNCF DE CANNES : Répartition des quais à compter du 18 janvier 2016 », sur palmbus.fr (consulté le 27 août 2017) ; cette page est une archive.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Paris-Gare-de-Lyon Saint-Raphaël-Valescure TGV Antibes Vintimille
Paris-Gare-de-Lyon Toulon
ou Saint-Raphaël-Valescure
TGV Nice-Ville Nice-Ville
Paris-Gare-de-Lyon Les Arcs - Draguignan
ou Saint-Raphaël-Valescure
TGV Antibes Nice-Ville
Bruxelles-Midi
ou Metz-Ville
ou Lyon-Part-Dieu
Saint-Raphaël-Valescure TGV Antibes Nice-Ville
Marseille-Saint-Charles Saint-Raphaël-Valescure Thello Antibes Milan-Centrale
Marseille-Saint-Charles Cannes-la-Bocca TER PACA Juan-les-Pins Vintimille
Marseille-Saint-Charles Saint-Raphaël-Valescure TER PACA Antibes Nice-Ville
Les Arcs - Draguignan
ou Cannes-la-Bocca
ou Terminus
Cannes-la-Bocca
ou Terminus
TER PACA Golfe-Juan-Vallauris Menton
ou Vintimille
Les Arcs - Draguignan
ou Saint-Raphaël-Valescure
Cannes-la-Bocca TER PACA Golfe-Juan-Vallauris Nice-Ville
Les Arcs - Draguignan Cannes-la-Bocca TER PACA Terminus Terminus
Grasse Le Bosquet TER PACA Golfe-Juan-Vallauris Monaco-Monte-Carlo
ou Menton
ou Vintimille