Tramway de Nancy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tramway de Nancy
Situation Drapeau de la France Nancy et son agglomération (Grand Est)
Type Tramway
Entrée en service remis en cause[1],[2]
Longueur du réseau 15 km
Lignes 1
Stations 27
Fréquentation Prévisions
65000 voyageurs par jour (2023)
90000 (2028)
Écartement des rails Voie normale (1 435 mm)
Propriétaire Métropole du Grand Nancy
Exploitant Stan
Réseaux connexes

Le tramway fer de Nancy est un projet de transport visant à remplacer l'actuel transport léger guidé (TVR) par un tramway classique à roulement sur fer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien réseau[modifier | modifier le code]

Un premier tramway avait circulé à Nancy entre 1874 et 1958 ; d'abord hippomobile, puis électrique en 1903. Le réseau compta jusqu'à 14 lignes et s'étendait jusqu'à Pompey, Pont-Saint-Vincent et Dombasle mais ferma à l'aube des années 1960, période de l'avènement de l'automobile en France avec la fermeture d'une grande partie des réseaux de tramways de du pays.

Tramway sur pneus ou TVR[modifier | modifier le code]

En 2000, Nancy se dote d'une ligne dite tram utilisant la technologie du TVR développée par Bombardier. Celle-ci connaît de nombreux problèmes de fiabilité et les besoins d'extension du réseau sont contrariés par le constructeur qui a stoppé la production du TVR, ne l’ayant vendu qu'à Caen et Nancy[3].

Si Caen souhaitait développer son réseau, neuf ans après la mise en service de la ligne, Nancy envisage de stopper la ligne de TVR au profit d'un Bus à haut niveau de service ou bien d'un tramway à l'horizon 2013[4]. Finalement, le système reste en place et est complété par des lignes de bus à haut niveau de service.

Dans l'attente d'un projet, la métropole récupère en 2019 une douzaine de rames du TVR de Caen, qui a démantelé son réseau et construit un tramway[5].

En 2016, la métropole annonce l'arrêt du TVR à l'horizon 2022 et la définition d'un projet de remplacement[6].

Lancement du projet[modifier | modifier le code]

L'autorisation de circulation du TVR court jusqu'en 2022. La métropole souhaite lancer le chantier avant l'échéance et des études préalables sont lancés dès 2014, confiées à Egis portant sur un remplacement par un tramway à roulement fer[7]. Le but est de doubler la capacité de la ligne de 45 000 à 70 000 voyageurs par jour et de continuer à desservir Brabois qui contient un plateau universitaire important. Le TVR avait été choisi pour sa capacité à franchir la pente de 8,5% permettant d'accéder à Brabois, afin de contourner cette difficulté - courant sur près de 5 kilomètres, deux options sont envisagées : un passage via l'Avenue du Général-Leclerc à Vandœuvre-lès-Nancy ou un tunnel s’ouvrant par le campus Science. Ces études envisagent un tracé de base de 7,8 kilomètres outre l'accès à Brabois mais aussi trois extensions potentielles : une à l’Est (2,3 kilomètres) et deux à l’Ouest (2,2 kilomètres).

Le premier projet prévoit un chantier à 250 millions d'euros mais face à l'ampleur du projet, la métropole élargit fin 2018 l’enveloppe budgétaire à 400 millions d'euros et une mise en service complète en 2024 pour quatre années de travaux[8]. Le tracé prévoit une ligne allant de Brabois jusqu'à Porte-Verte avec une possibilité d'extension jusqu'à Seichamps.

Durant l'été 2019, l'enquête publique a lieu et propose un tracé de 15 kilomètres avec des rames de 40 mètres pour une capacité de 300 passagers mais avec un phasage pour l’extension vers Brabois. L'arrêt du TVR est alors prévu pour 2021 et la mise en service du tramway pour 2023 puis 2026 pour Brabois avec un coût total de 412 millions d'euros[9]. Fin 2019, après un avis favorable de la commission d'enquête, le conseil de la métropole approuve la déclaration de projet préalable à la déclaration d'utilité publique[10].

Le préfet déclare le projet d'utilité publique en et le calendrier définitif est établi[11]. En 2020 débutent les études, maitrise d’œuvre et premiers travaux préparatoires seront lancés ainsi que le choix du constructeur du matériel roulant. Le service de substitution ainsi que les travaux de constructions auront lieu en 2021 jusqu'en 2023, où le tramway sera mis en service de Porte Verte (Essey-lès-Nancy) à Nations – Jeanne d’Arc (Vandœuvre-lès-Nancy). La montée vers Brabois est envisagé pour 2026 et la branche vers Roberval pour 2028[12].

Le réseau[modifier | modifier le code]

Stations Commune desservie Mise en service Notes
Porte Verte Essey-lès-Nancy 2023 Parc relais
Plaine Rive droite Essey-lès-Nancy 2023
Kléber Essey-lès-Nancy 2023
Mouzimpré Essey-lès-Nancy 2023 Parc relais
Roosevelt Essey-lès-Nancy 2023
Carnot Saint-Max 2023
Barrois-Mairie Saint-Max 2023
Cristallerie Nancy 2023
Meurthe canal Nancy 2023
Saint-Georges Nancy 2023 Parc relais
Division de Fer Nancy 2023
Point Central Nancy 2023
Nancy Gare Nancy 2023 Gare SNCF
Kennedy Nancy 2023
Garenne Nancy 2023
Jean Jaurès Nancy 2023
Exelmans Nancy 2023
Campus Artem Nancy 2023
Vélodrome Vandoeuvre-lès-Nancy 2023
Nations Vandoeuvre-lès-Nancy 2023
Jeanne d'Arc Vandoeuvre-lès-Nancy 2023
Campus Villers-lès-Nancy 2026
Saint-André Vandoeuvre-lès-Nancy 2026
Faisanderie Vandoeuvre-lès-Nancy 2026
CHRU Brabois Vandoeuvre-lès-Nancy 2026 Parc relais
Europe Vandoeuvre-lès-Nancy 2028
Roberval Vandoeuvre-lès-Nancy 2028 Parc relais - Gare SNCF

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Dépôt[modifier | modifier le code]

Le nouveau dépôt de remisage des tramways est prévu sur la commune d'Essey-lès-Nancy à proximité de l'arrêt Quartier Kléber[12].

Parking relais[modifier | modifier le code]

Cinq parcs relais sont prévus dans le projet.

Trois existent déjà et sont utilisés avec le système TVR : Essey Mouzimpré, Vandœuvre - CHU Brabois et Saint-Georges. En outre, deux nouveaux parcs sont prévus : Porte Verte et Roberval[12].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Le choix du constructeur et du modèle de matériel roulant devait se faire fin 2020. Deux candidats sont déclarés : Alstom avec son Citadis et CAF avec le modèle Urbos.

Les caractéristiques définies par le projet sont des rames bidirectionnelles de 40 mètres pour une capacité de 300 passagers[13].

Compte tenu de la pandémie de Covid-19 qui dissuade perpétuellement les Nancéiens à prendre les transports en commun au profit de la marche, du vélo, du télétravail et massivement de la voiture puis de la victoire de Mathieu Klein (PS) aux élections municipales de 2020, à Nancy, le remplacement du TVR par un tramway fer est remis en cause et au-delà de 2021, les TVR jouent les prolongations[14],[15],[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.lasemaine.fr/nancy-le-nouveau-tram-sur-une-voie-de-garage/amp/
  2. https://www.estrepublicain.fr/amp/economie/2020/12/27/le-tramway-bombardier-joue-les-prolongations-et-apres
  3. Est Republicain, « Nancy : dix ans de tram sur pneus »,
  4. « Nancy prépare déjà l'après TVR »,
  5. Ph.-E. Attal, « Nancy récupère le TVR de Caen »,
  6. Mathieu Barbier, « Nancy : un tramway remplacé par... un tramway ? »,
  7. Philippe Bohlinger, « Nancy opte pour un tramway sur rails, mais devra résoudre l’équation de son financement »,
  8. Guillaume MAZEAUD, « Le tramway du Grand Nancy ira de la Porte Verte à Brabois dès 2024 »,
  9. « Nancy : enquête publique pour le (vrai) tramway »,
  10. Pierre Cossard, « Nancy, projet préalable approuvé »,
  11. « Nancy : feu vert de l'État au projet de tramway »,
  12. a b et c Métropole du Grand Nancy, « Nouveau Tramway : l'essentiel du projet »,
  13. Benoît de Butler, « Le futur tram de Nancy obtient le feu vert de l'Etat »,
  14. https://www.lasemaine.fr/nancy-le-nouveau-tram-sur-une-voie-de-garage/amp/
  15. https://www.estrepublicain.fr/amp/economie/2020/12/27/le-tramway-bombardier-joue-les-prolongations-et-apres
  16. https://www.francebleu.fr/amp/infos/politique/avec-la-crise-du-covid-19-retards-a-prevoir-pour-le-nouveau-tram-du-grand-nancy-1590223541

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]