Hordeum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hordeum (les orges) est un genre de plantes monocotylédones de la famille des Poaceae (graminées), sous-famille des Pooideae, originaire de la plupart des régions tempérées du monde. Ce genre, qui appartient à la même tribu des Triticeae que le seigle (Secale) et le blé (Triticum), comprend une trentaine d'espèces, parmi lesquelles figure l'orge commune (Hordeum vulgare), largement cultivée comme céréale pour l'alimentation animale et humaine et pour la brasserie.

Ce sont des plantes herbacées, annuelles ou vivaces, cespiteuses, dont les tiges (chaumes) peuvent atteindre 1,3 m de haut. Elles se distinguent des autres espèces de Triticeae par leur épillets groupés dans les épis par « triplets », contenant chacun trois épillets formés d'un seul fleuron, les épillets latéraux étant parfois stériles.

Certaines espèces ont une importance économique, soit comme céréales, soit comme plantes fourragères, ou encore comme mauvaises herbes des cultures, nuisibles par la concurrence qu'elles exercent sur les plantes cultivées, mais aussi comme réservoir d'agents phytopathogènes (virus ou champignons). Les espèces sauvages du genre Hordeum constituent aussi une source de gènes intéressants pour l'amélioration des espèces domestiquées (gènes de résistance aux maladies ou à la sécheresse par exemple).

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Triplet d'épillets (Hordeum murinum subsp. murinum).

Les espèces du genre Hordeum (orges) sont des plantes herbacées, annuelles ou vivaces, cespiteuses ou à tiges isolées, de 3 à 130 cm de haut. Le limbe foliaire est linéaire, généralement étroit (de 1,5 à 15 mm de large), généralement plat, parfois enroulé, rarement sétacé. La ligule, membraneuse et tronquée, est courte (de 0,5 à 1 mm de long). L'extrémité de la gaine est parfois auriculée[1].

L'inflorescence est un faux épi portant des épillets groupés en triplets sur des axes contractés. Les épillets peuvent être sessiles ou pédicellés, généralement l'épillet central de chaque triplet est sessile et les épillets latéraux pédicellés. Les épillets, uniflores, sous-tendus par deux glumes plus ou moins égales, de texture coriace, peuvent être hermaphrodites (fertiles) ou mâles seulement ou stériles. Les épillets latéraux sont souvent mâles ou stériles, les épillets stériles pouvant se réduire à des arêtes. Les fleurs fertiles, insérées entre des glumelles de même texture que les glumes, le plus souvent aristées, comptent trois étamines et deux stigmates[1].

Le fruit est un caryopse qui peut être libre ou adhérent aux glumelles, oblong, comprimé dorsoventralement et sillonné longitudinalement. Le hile linéaire est relativement long. L'embryon est petit. L'endosperme, dur, sans lipides, contient seulement des grains d'amidon simples[1].

Génétique[modifier | modifier le code]

Cytologie 
le nombre chromosomique de base est x = 7. Les espèces sont diploïdes (2n=14), tétraploïdes (2n= 28) ou hexaploïdes (2n= 42).
Les chromosomes sont « grands ». La taille de l'ADN nucléaire haploïde est de 5,5 pg (moyenne sur 15 espèces)[1].
Hybridation 
des hybrides intergénériques peuvent se produire avec des espèces des genres Elytrigia (×Elytrordeum Hylander, ×Elyhordeum Zizan & Petrowa), Agropyron (×Agrohordeum A. Camus), Secale (×Hordale Ciferri & Giacom.), Sitanion (×Sitordeum Bowden), Triticum (×Tritordeum Aschers. & Graebn.)[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Le genre Hordeum a une très large distribution, puisque son aire de répartition recouvre la plupart des régions tempérées de l'hémisphère nord et de l'hémisphère sud. Elle atteint même des régions subtropicales en Amérique du Sud et des zones de climat arctique en Amérique du Nord et en Asie. Ses espèces sont présentes depuis le niveau de la mer jusqu'à des altitudes supérieures à 4500 m dans les Andes et l'Himalaya. On considère qu'il existe quatre « centres de diversité » du genre Hordeum, c'est-à-dire de zones dans lesquelles se rencontrent le plus grand nombre d'espèces : le sud-ouest de l'Asie, qui inclut le « Croissant fertile » où l'orge commune a été domestiquée, l'Asie centrale, l'ouest de l'Amérique du Nord et le sud de l'Amérique du Sud, où se rencontrent 17 espèces indigènes[2].

La distribution des différentes espèces est très contrastée : la plupart des espèces ont une aire de répartition restreinte, quelques unes, comme Hordeum brevisubulatum, Hordeum bulbosum et Hordeum brachyantherum, ont une distribution très vaste. Certaines espèces, telles que Hordeum erectifolium (centre de l'Argentine), Hordeum guatemalense (nord du Guatemala) et Hordeum arizonicum (sud des États-Unis et nord du Mexique), ne sont connues que dans quelques stations, voire une seule. Quelques unes, comme par exemple Hordeum murinum, Hordeum marinum et Hordeum jubatum, se sont répandues comme mauvaises herbes (adventices) dans de nombreuses régions du monde[2].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon GRIN[3] :

  • Critesion Raf.
  • Critho E. Mey.
  • Zeocriton Wolf

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon The Plant List (23 octobre 2016)[4] :

Liste des espèces et sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Kew Garden World Checklist (23 octobre 2016)[5] :

Production[modifier | modifier le code]

Production en tonnes. Chiffres 2003-2004
Données de FAOSTAT (FAO)

Fédération de Russie 17967900 13 % 18000000 12 %
Canada 12327600 9 % 13040300 8 %
Allemagne 10595573 8 % 12967000 8 %
Ukraine 6833000 5 % 11076300 7 %
France 9844289 7 % 10999000 7 %
Espagne 8698400 6 % 10583200 7 %
Turquie 8100000 6 % 9000000 6 %
Australie 8525000 6 % 7792000 5 %
États-Unis 6058900 4 % 6098520 4 %
Royaume-Uni 6370000 5 % 5860000 4 %
Danemark 3775593 3 % 3727420 2 %
Pologne 2831485 2 % 3476514 2 %
Chine 2717000 2 % 3200000 2 %
Autres pays 34608100 25 % 37729310 25 %
Total 139252840 100 % 153549564 100 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) L. Watson & M. J. Dallwitz, « Hordeum L. », sur The grass genera of the world,‎ (consulté le 24 octobre 2016).
  2. a et b (en) An ecogeographical study of the genus Hordeum (2e édition), coll. « Systematic and Ecogeographic Studies on Crop Genepools », , 129 p. (ISBN 9789290432296, lire en ligne).
  3. (en) « Genus: Hordeum L. », sur Germplasm Resource Information Network (GRIN) (consulté le 23 octobre 2016).
  4. The Plant List, consulté le 23 octobre 2016
  5. Kew Garden « World Checklist », consulté le 23 octobre 2016

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :