Tannage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tannerie à Fès (Maroc)
Machine de tannage en 1873

Le tannage est un procédé chimique, consistant à transformer les peaux en cuir en les rendant plus durables et plus souples. Cette opération se fait dans des tanneries. L'artisan qui pratique le tannage s'appelle un tanneur.

Histoire du tannage[modifier | modifier le code]

L'Homme a très rapidement du se rendre compte de l'utilité qu’offrait les animaux qu'il tuait, en effet l’Homme ne chassa pas seulement pour se nourrir mais également pour se vêtir afin de pouvoir se protéger des diverses intempéries.  

Les premières traces que l’on retrouve de l’utilisation du tannage fut chez le Neandertal, c’est-à-dire il y a environ 50 000 ans, qui utilisa la peau des animaux pour se couvrir mais également construire des habitats ou de quoi se chausser par exemple. Les outils et méthodes utilisées étaient encore assez archaïques et seule le fumage permettait de conserver la matière au maximum. Malgré les nombreuses contraintes, le tannage est de plus en plus utilisé.

C’est lors de l'apparition du tannage à huile que les procédés vont s'améliorer, soit il y a environ 9 000 ans. Le fait d'utiliser des matières dîtes « grasse » donnait un cuir plus souple et davantage résistant à l'eau. On retrouve déjà à cette époque des objets comme des chaussures ou des ceintures mais également des jarretières. Il est à précisé qu'aujourd'hui encore on utilise cette technique (avec certes d'autre type de matière grasse) Mais cela démontre l'importance de cette technique qui a su perdurer à travers les âges.

Par la suite l'apport des différentes civilisations va contribuer à l'essor du tannage. En premier lieu les égyptiens qui utilisèrent le tannage dans la construction de tombeau, par exemple pour la tombe de Toutankhamon, mais également un ensemble d'objet que l'on glissait à l'intérieur de la tombe (carquois ou siège par exemple). Par la suite c'est en Mésopotamie que l'on va assister à l'apparition des premières armures de cuire, soit il y’a 3000 avant JC, à cette même période les Mehrgarh au Pakistan utilisent le travail du cuire pour « l'appliquer » a leur bateau. Nous avons également les sumériens qui trouvèrent une autre utilisation militaire du cuire en l'appliquant sur les roues de chars. Enfin les grecs et les romains contribuèrent au développement du tannage et cette fois ci de manière plus industriel avec notamment l'utilisation de grande cuve pour travailler le cuire ce qui accrus le développement du tannage.

C’est en 1160 que l'on va voir arriver les corporations de cuire, c’est-à-dire des corps de métier définis autour du tannage. On retrouvera même des quartiers délimité dans certaines ville où ils pourront travailler le cuire. Ces corporations vont permettre ainsi le développement du cuire à plus grande échelle et aujourd'hui on retrouve cette héritage dans de nombreuses villes où des rues sont dédiés au tanneur. Ces quartiers délimités étaient souvent à l’écart de la ville car les anciennes méthodes étaient considérés comme trop nocives et mauvaises pour l’homme entre les utilisations d'excréments et de graisse qui, par les différents canaux, étaient juger « odorants » et le tannage était ainsi relégué dans les alentours de la ville[1],[2] .

Le XIXème siècle marque un tournant pour le tannage, la découverte par des scientifiques de la solution de Cr (III) en 1840 va permettre le tannage du Chrome qui est plus rapide, plus efficace et moins coûteux. La première application du tannage arrivera au début XXème siècle mais 1840 marque le début dune nouvelle ère, le premier brevet lié à une technique de tannage mais aussi l'apparition de nouveaux outils en cuir qui vont être adoptés rapidement par l’industrie. Avec ceci le développement de l’industrie va permettre l’expansion de ces usines dans lesquelles des milliers de français vont travailler dans la 2éme partie du XIXème siècle. Au début du XXème siècle dans les tanneries, le développement de l'utilisation du chrome appliqué au tannage et l’essor de la démocratisation de l'industrie, vont créer une nouvelle dynamique. On va assister à l'essor des grandes industries de tannage et indirectement, à la disparation de la quasi-totalité des petites entreprises de tannage (« ateliers-familiaux »)[3],[4].

Enfin aujourd'hui bien qu'ayant une moindre notifiée dans la communauté le tannage est tannage a su garder l'évolution de ces méthodes afin d'être d'autant plus développé. Les principaux pays travailleurs de cuire sont majoritairement les pays du Maghreb, en particulier le Maroc[5].

Les diverses méthodes de tannage[modifier | modifier le code]

Les différentes méthodes de tannage sont :

  • Tannage végétal utilisé pour les cuirs en semelle, bourrelleries, selleries, maroquineries, chaussures, etc.
  • Tannage à l'aldéhyde
  • Tannage à l'alun
  • Tannage à l'écorce de chêne ou de saule
  • Tannage à l'extrait
  • Tannage à l'huile
  • Tannage à la fumée
  • Tannage à la quinone
  • Tannage à la silice
  • Tannage à sec
  • Tannage adouci
  • Tannage au chrome
  • Tannage au fer
  • Tannage au formaldéhyde
  • Tannage au soufre
  • Tannage au sulfochlorure
  • Tannage au syntan
  • Tannage au zirconium
  • Tannage aux alcools gras sulfatés
  • Tannage aux phospholipides
  • Tannage aux polyacides
  • Tannage aux polyphosphates
  • Tannage aux résines
  • Tannage combiné utilisé pour certaines peaux, surtout celles destinées à l'équipement et l'ameublement
  • Tannage en fosse
  • Tannage en milieu solvant
  • Tannage en sac
  • Tannage gonflant
  • Tannage mégi, voir: mégisserie
  • Tannage minéral
  • Tannage mort
  • Tannage par condensation
  • Tannage par électro-osmose
  • Tannage par polymérisation
  • Tannage rapide
  • Tannage semi-chrome
  • Tannage végétal mixte

Le tannage au chrome[modifier | modifier le code]

Le tannage au chrome a été appliqué industriellement à partir du XXe siècle. Ce type de tannage a dépassé les autres méthodes de transformation de peau principalement celle du tannage végétal. L’avantage de ce procédé consiste essentiellement dans la rapidité de son exécution. En effet, en utilisant cette méthode, la transformation de peau dure au maximum 24 heures.

Tout d’abord, la peau en tripe est acidifiée dans un volume de 8 à 10% de sel marin, il faut rajouter ensuite de l’acide sulfurique. L’étape de l’acidification permet aux sels de chrome de pénétrer dans toute la peau.  À la suite de cette étape, le sulfate de chrome basique (en) est ajouté sous forme liquide ou bien sous forme de poudre. Après une à deux heures d’agitation, on ajoute du carbonate de sodium afin de neutraliser l’acidité. La neutralisation se fait progressivement car une addition brutale de carbonate peut causer une altération du produit final.

La durée du tannage dépend du type de la peau. En effet, elle est de 7 à 8 heures pour les peaux de moutons, chèvres et veaux et est de 14 à 18 heures pour les bovidés[6].

Le tannage au chrome est parmi les plus répandus actuellement car plus rapide. Cependant, il convient de préciser que cet élément métallique peut provoquer des réactions allergiques de plus en plus dénoncées par les associations de consommateurs. Cette production au Bangladesh très polluante est décriée[7],[8].

Le tannage végétal[modifier | modifier le code]

Cuir pleine fleur au tannage végétal de la tannerie Radermecker en Belgique

Le tannage végétal fut le premier moyen utilisé par l’Homme dans le but de rendre la peau imputrescible, résistante à l’eau chaude et souple. Ce type de tannage utilise des tanins végétaux issus des plantes. Ces tanins végétaux, grâce à leur richesse en groupements ions hydroxyde (OH), se lient facilement à la peau animale et la rende ainsi moins soluble dans l’eau, plus résistante et plus flexible. Les tanins végétaux sont séparés en deux familles : tanins pyrogalliques et tanins condensés. [6] Ces tanins végétaux incorporés au cuir se présentent sous la formes d'une poudre d'extraits végétaux (châtaigner, mimosa)[9].

Les étapes du tannage[modifier | modifier le code]

Stockage des peaux et atelier de rivière[modifier | modifier le code]

Tri[modifier | modifier le code]

Une première étape à la réception des peaux consiste à trier en fonction de plusieurs critères qui peuvent être le sexe des animaux, la taille, le poids ou la qualité[10]

Rognage[modifier | modifier le code]

Souvent réalisé pendant le tri l’étape du rognage consiste à éliminer certaines parties de la peaux brutes comme les pattes, les mamelles etc. Cette étape est réalisée en abattoir ou en tannerie[10].

Conservation des peaux et stockage[modifier | modifier le code]

Afin d’éviter la dégradation des peaux entre leur dépouillage et l’atelier de rivière un traitement de conservation est appliqué.

Le traitement pour une conservation de long termes (six mois) consiste en divers procédés : Salage, saumurage, séchage et séchage au sel. Pour une conservation de court termes (deux à cinq jours), les procédés de traitement sont principalement la réfrigération par entreposage frigorifique ou avec de la glace pilée. Ces traitements peuvent être réalisés dans une entreprise de collecte des peaux ou dans une tannerie[11],[10].

Reverdissage ou travail de rivière[modifier | modifier le code]

Cette étape communément appelée la trempe consiste à nettoyer les peaux, les dessaler et les réhydrater. Les peaux vont tremper dans un volume d’eau d’environ 5 fois leur poids auquel s’ajoute un antiseptique. Ces bains permettent d’éviter la putréfaction et la dégradation de la fleur et des fibres de la peau dans la cuve[11].

Épilage et pelanage[modifier | modifier le code]

Le but de cette étape est d’éliminer les poils. Le dépilage est réalisé par produit chimique qui détruisent l’épiderme de surface et la kératine. Le pelanage dégrade légèrement les fibres afin de rendre les peaux plus réceptives aux futurs traitements du tannage[10],[11].

Écharnage[modifier | modifier le code]

L’écharnage est une étape qui consiste à éliminer tous les tissus sous cutanés à l’aide d’une machine appelée écharneuse[11].

Opération de tannage[modifier | modifier le code]

Déchaulage[modifier | modifier le code]

Cette étape a pour objectif de réduire le pH des peaux. Les peaux sont trempées dans des cuves remplies d’eau et de produit chimique de déchaulage[10].

Confitage et picklage[modifier | modifier le code]

Le confitage dégrade partiellement les protéines non collagéniques au moyen d’enzyme afin de détendre la structure de la peau.

Le picklage a pour objectif de réduire le pH des peaux avant un tannage minéral et certains tannage organiques (tannage au chrome, tannage végétal)[11],[10].

Tannage[modifier | modifier le code]

Le tannage est l’étape clé qui consiste à déshydrater les peaux putrescibles et à y fixer des agents chimiques ou agents tannants afin de rendre les peaux imputrescibles et résistantes. Les agents tannants utilisés peuvent être classé en 3 catégories :

  • minéral
  • végétal
  • autres agents tannants

A savoir que les agents tannants majoritairement utilisés sont les agents tannants au chrome ou végétal[11],[10].

Égouttage essorage et mise au vent[modifier | modifier le code]

Après l’étape de tannage, les cuirs sont égouttés et rincés. Les cuirs sont ensuite essorés ou mis à plat sur un chevalet ou des grandes vitres pendant plusieurs heures. La mise au vent permet d’étirer le cuir à l’aide de machine[12],[10].

Refendage et dérayage[modifier | modifier le code]

Le refendage a pour objectif d’obtenir l’épaisseur voulue, en divisant le cuir en plusieurs épaisseurs. Le dérayage survient après, il permet d’égaliser l’épaisseur du cuir en éliminant des copeaux de chaire[13],[10],[14]

Corroyage et finissage[modifier | modifier le code]

Afin de rendre le cuir utilisable pour la fabrication d’objets divers, il faut passer par une série d’opérations avant et après le séchage. Cette phase est appelée : le corroyage et le finissage

Le corroyage et le finissage ont pour but de transformer le cuir en cuir fini. Il existe de nombreuses opérations qui peuvent être classer en trois familles :

  • les opérations mécaniques
  • les opérations chimiques
  • le séchage

Opération mécanique[modifier | modifier le code]

sur le cuir humide[modifier | modifier le code]

L’essorage : cette opération permet d’éliminer une grande proportion d’eau du cuir. L’essorage peut se faire soit à l’aide d’une presse soit à l’aide des machines à cylindres de feutre.

Le refendage : lors de cette opération, on sépare le cuir en deux feuilles, l’une portant sur le côté fleur d’épaisseur uniforme et l’autre partie correspond au côté chair (appelée également croûte). Cette opération permet ainsi d’égaliser le cuir en épaisseur.

Le dérayage : le dérayage permet d’éliminer les excès du cuir appelés : dérayures.

La mise au vent : consiste à étirer le cuir afin de lui donner une surface plane.

Le retenage : il s’agit d’une deuxième mise au vent exécutée sur le cuir à demi sec. Cette opération concerne principalement le cuir issu du tannage végétal

sur le cuir après séchage[modifier | modifier le code]

Le battage et le cylindrage : ces opérations permettent de donner au cuir plus au moins de fermeté. Pour le battage, on utilise une machine « marteau » afin de donner des cuirs fermes. Le cylindrage exécuté avec un « cylindre » permet de donner des cuirs plus flexibles.

Ces opérations concernent les cuirs à semelles.

  • le palissonnage : cette opération est pratiquée à l’aide d’un « palisson ». cela consiste à étirer le cuir afin de l’assouplir.
  • le meulage ou le ponçage : permet de modifier l’aspect des surfaces du cuir
  • le lissage- repassage-satinage : ces opérations sont effectuées sur le côté chair du cuir. Elles permettent de rendre cette surface lisse et brillante.
  • le liégeage : cette opération consiste à faire rouler le cuir sur un pli afin de le rendre plus souple. :
  • l’impression : permet d’imprimer des grains artificiels au moyen d’une plaque gravée.

Opération chimique[modifier | modifier le code]

La teinture : il s’agit de colorer le cuir en utilisant des colorants chimiques.

La nourriture : consiste à faire absorber au cuir des quantités de matières grasses afin de garder la souplesse du cuir

Le finissage : cette opération permet de donner à la surface du cuir un aspect brillant et résistant à l’eau. Le finissage a pour but d’uniformiser les cuirs issus de la production[15].

Dans une tannerie du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les peaux apportées fraîches ou en vert, ou préalablement salées et séchées dans les établissements de tannerie, sont immédiatement soumises soit à un traitement par la chaux, soit à l'action de la vapeur ou d'un courant d'eau chaude soit, enfin, à l'action de l'eau courante, après quoi les poils sont enlevés facilement par le grattage. Cette première partie des opérations, que facilite le voisinage d'un cours d'eau, est désignée sous le nom de travail de rivière, et explique la situation de la plupart des tanneries. Il peut cependant se faire sans difficulté dans l'intérieur des établissements. Le cuir ainsi préparé est soumis au tannage soit par la mise en couche des peaux et du tan ou écorce de chêne broyé, soit par l'action de l'alun. À ces opérations longues et prolongées succèdent le séchage et le graissage à l'aide du suif fondu ou de l'huile de dégras. Les manipulations du corroyeur et des maroquiniers qui mettent les peaux plus ou moins finement préparées en état d'être travaillées sont moins compliquées et consistent surtout dans l'humectation, le battage, le graissage et la teinture des cuirs[16].

Le tannage des voiles[modifier | modifier le code]

À bord des navires, voiles et cordages étaient également tannés, afin de lutter contre la pourriture des textiles, qu'il s'agisse de lin, de chanvre ou de coton. En France, cette opération fut longtemps effectuée à base de tan, écorce de chêne moulue et longuement bouillie. Dans le Golfe du Morbihan, connu pour ses voiles rouges, on utilisait de l'écorce de pin pilée. À partir de la fin du XIXe siècle, le tan à base d'écorces locales est remplacé par le cachou, qui provient du Areca catechu, un bois exotique, ce qui donna aux voiles leur couleur rouge brun longtemps si caractéristique. À Douarnenez, par exemple, les marins en utilisaient une dose plus forte que dans les autres ports, ce qui expliquait la couleur plus sombre des voiles des bateaux de ce port. Des tannages mixtes, à base, par exemple, de tan et d'ocre mêlés, ou utilisant divers produits locaux, selon les endroits, étaient aussi pratiqués.

Les petites voiles étaient tannées directement dans de grandes cuves qui appartenaient généralement au bistrot où l'équipage faisait escale. Les plus grandes voiles étaient enduites au balai sur le quai ou sur les dunes. Progressivement, après la Première Guerre mondiale, le cachou fut remplacé par de la poudre d'ocre additionnée parfois d'huile de lin, ce qui donna aux voiles une couleur brique intense et un aspect velouté[17].

Impact du tannage[modifier | modifier le code]

Aspect économique[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui, le tannage au chrome est le procédé permettant une rentabilité plus efficace ainsi qu’un gain de temps.

Ces dernières années, les usines de tanneries ont de plus en plus délocalisé leurs sites de fabrication afin de minimiser leurs coûts de production et d’éviter les contraintes environnementales qui sont moins strictes dans les pays en développement[18].

Aspect environnemental[modifier | modifier le code]

Les tanneries relèvent plusieurs préoccupations environnementales telles que les eaux résiduaires, les déchets solides, la pollution de l’air, la protection des sols et les aspects relatifs à la santé et à la sécurité. Les substances rejetées par les tanneries peuvent être des substances toxiques, persistantes ou nocives selon le processus de tannages choisis[10].

Parmi les différents moyens de production, le processus de tannage au chrome est la plus polluante.

En effet, à Kanpur, en Inde, environ 80% d’eau utilisée n’est pas traitée et est relâchée directement dans la principale source d’eau de la ville.

Cela mène donc à la pollution des terres agricoles d’eau bleue, de chrome III (trivalent), de plomb ou bien d’arsenic. Cela affecte aussi les élevages et la population locale qui accède à cette eau[19].

Aspect social[modifier | modifier le code]

Lors de son usage dans le processus de tannage, le chrome III (trivalent) peut sous certaines contraintes se transformer en chrome VI (hexavalent). Cette composante devenant alors cancérogène et donc dangereuse pour l’homme.

Selon son mode d’exposition, le chrome hexavalent peut causer différentes maladies.

Exposition par voie respiratoire :

  • Irritation de la muqueuse nasale ;
  • Asthme ;
  • Toux ;
  • Essoufflement ;
  • Respiration sifflante ;
  • Développement d’allergie au chrome ;
  • Cancer des poumons, nasaux, sinus.

Exposition par voie orale :

  • Problème gastro intestinaux :
    • Ulcérations buccales ;
    • Douleurs abdominales ;
    • Vomissements.
  • Hématologiques :
    • Anémies ;
    • Leucocytose[20].

D’autres éléments utilisés dans le tannage peuvent être relevés. Parmi eux, nous trouvons :

  • Le méthyl d’isothiazolinone ;
  • L’anthracène ;
  • L’arsenic ;
  • Le formaldéhyde.

Ses différents éléments peuvent engendrer des maladies telles que l’asthme, les problèmes de vues, les problèmes de peau telles que la dermatite, l’urticaire, eczéma, les problèmes de reins, de foie ou bien de poumon. Certaines de ces substances peuvent aussi être cancérogènes[21].

Autres[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, l'ouvrage du chimiste allemand Sigismund Hermbstädt, Principes du tannage du cuir (1806), rapporta plus de royalties à son auteur que le Frankenstein de Mary Shelley[22].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.leathermag.com/features/featurea-history-of-new-ideas-in-tanning/
  2. « EVOLUTION DES PROGRÈS DU TANNAGE DU CUIR, DES ORIGINES À L’ÈRE MODERNE », sur https://www.tout-en-cuir.fr (consulté le 28 octobre 2018)
  3. (en) « A history of new ideas in tanning », sur www.leathermag.com, (consulté le 1er novembre 2018)
  4. « Evolution des progrès du tannage du cuir, des origines à l’ère moderne », sur www.tout-en-cuir.fr (consulté le 1er novembre 2018)
  5. https://aida.ineris.fr/sites/default/files/directive_ied/tan_bref_0203_VF_0.pdf
  6. a et b Berlioz Lionel, Travail des peaux d'ovins et de caprins en mégisserie française et principaux facteur influençant la qualité des cuirs, Lyon, , 77 p., p. 27-28, 30
  7. Reportage Le scandale du Bycast et du cuir au Bangladesh, novembre 2012
  8. « Vidéo : Le scandale du Bycast et du cuir dans les tanneries au Bangladesh », sur www.wat.tv, (consulté le 9 octobre 2014)
  9. https://www.youtube.com/watch?v=QcngXsI_rnQ
  10. a b c d e f g h i et j « Tannage des cuirs et peaux », sur ineris.fr,
  11. a b c d e et f « Les étapes du tannage du cuir », sur tout-en-cuir.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  12. https://www.youtube.com/watch?v=0Oe7PheXhp0
  13. « Définition refendage », sur cntrl.fr
  14. « Définition dérayage », sur Larousse.fr
  15. Berlioz Lionel, Travail des peaux d'ovins et des caprins en mégisserie française et principaux facteur influençant la qualité des cuirs, Lyon 11,
  16. Ambroise Tardieu. Dictionnaire d’hygiène publique et de salubrité ou Répertoire de toutes les questions relatives a la santé publique...J.-B. Baillière et Fils, 1862
  17. Panneau d'information d'une exposition organisée au Port-Musée de Douarnenez en 2013
  18. « Tannage végétal ou le tannage au chrome ? | Les Cuirs Nomades », sur www.lescuirsnomades.fr (consulté le 13 novembre 2018)
  19. El-Hassan KE, El-Kordofani YM, Mithani A, Diab TEE, Babikir ZAA, A.Imeer AT, Elhassan GO, Alfarouk KO, Bashir. AHH. The Prevalence of Occupational Dermatosis among Workers in Khartoum State’s Tanneries.American Journal of Dermatology and Venereology 2014; 3(5): 81-83 doi:10.5923/j.ajdv.20140305.01
  20. Cancer et environnement, « Chrome VI et ses composés et risque de cancer | Cancer et environnement », sur www.cancer-environnement.fr (consulté le 13 novembre 2018)
  21. "Toxic hazards of leather industry and technologies to combat threat: a review". www.academia.edu. Archived from the original on 2016-03-24. Retrieved 2015-11-07.
  22. (en) « The Real Reason for Germany's Industrial Expansion? », sur spiegel.de, 18 août 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) 2013/84/UE. Décision d’exécution de la Commission du 11 février 2013 établissant les conclusions sur les meilleures techniques disponibles (MTD) pour le tannage des peaux, au titre de la directive 2010/75/UE du Parlement européen et du Conseil relative aux émissions industrielles [notifiée sous le numéro C(2013) 618] Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE