Claude-Marie Raudot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude-Marie Raudot
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
PontaubertVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Claude Marie Raudot est un homme politique français né le à Saulieu (Côte-d'Or) et décédé le à Pontaubert (Yonne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jean-Edme Michel Auguste Raudot, député de l'Yonne sous la Restauration, il est avocat, puis magistrat en 1824. Il est substitut à Sens, à Auxerre, puis à Versailles. Il démissionne en 1830 et s'occupe de ses propriétés, à Alligny-en-Morvan (où il possède le manoir de Régloix, un nom dont il signe parfois ses œuvres), et à Pontaubert, près d'Avallon.

Conseiller général en 1842, il est député de l'Yonne de 1848 à 1851, siégeant à droite. Il ne se rallie pas à l'Empire et perd son mandat. Il se présente en vain comme candidat indépendant en 1852. Il est à nouveau député de l'Yonne de 1871 à 1876, siégeant à droite. En 1874, il est président de la commission du budget.

Grand partisan de la décentralisation, il est membre de l'Institut des Provinces. Très actif, il s'occupe du chemin de fer, de l'amendement des terres, et Avallon lui doit ses premières fontaines. Il est l'auteur de nombreux ouvrages[1] et articles, dont les principaux ont été réunis sous le titre de "Mes Oisivetés", emprunté à Vauban.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Claude-Marie Raudot (1801-1879) », sur bnf.fr (consulté le )