Chemin de fer de Corbigny à Saulieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tacot du Morvan
Ligne de Corbigny à Saulieu
Ligne de Corbigny à Saulieu
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Corbigny, Lormes, Ouroux-en-Morvan, Montsauche-les-Settons, Alligny-en-Morvan et Saulieu
Historique
Mise en service 1901
Fermeture 1939
Caractéristiques techniques
Longueur 76 km
Écartement Voie métrique (1,000 m)
Nombre de voies Anciennement à voie unique
Trafic
Trafic Voyageurs et marchandises

Surnommée le « Tacot du Morvan », le chemin de fer de Corbigny à Saulieu est une ligne à voie métrique qui a fonctionné entre Corbigny (Nièvre) et Saulieu (Côte-d'Or) de 1901 à 1939.

Historique[modifier | modifier le code]

Le projet[modifier | modifier le code]

L'idée d'une ligne de chemin de fer secondaire desservant le Morvan a fait son chemin à l'époque parmi les autorités et personnalités influentes de la Nièvre à la fin du XIXe siècle. Son but était de désenclaver le massif en facilitant l'accès au réseau PLM. L'utilisation d'une voie étroite permettait de réduire très sensiblement l'importance des terrassements et des ouvrages d'art et par conséquent le coût des travaux dans une région au relief accidenté. Le but principal était d'assurer l'acheminement des marchandises vers le Morvan, mais surtout de faciliter le transport du bois, du granit ou des différents produits du Morvan vers le réseau ferré ou fluvial. En complément elle devait transporter des voyageurs.

Concession et travaux[modifier | modifier le code]

Un « chemin d'intérêt local de Corbigny à Saulieu et de Corbigny à Chitry-les-Mines » est concédé à MM. Denèfle, Claverie et Boixo, par la loi du 11 août 1897. Le décret du 15 novembre 1901 transfère la concession à la Compagnie des chemins de fer de la Nièvre[1].

Les travaux furent entrepris dès la fin du siècle sur un tracé reliant la gare PLM de Corbigny dans la Nièvre à celle de Saulieu en Côte-d'Or. Une extension au-delà de Corbigny vers Chitry-les-Mines permettait d'atteindre le canal du Nivernais. La ligne était concédée par le département à La Compagnie des Chemins de Fer de la Nièvre qui exploitait et entretenait le matériel et les 25 gares ou haltes.

La construction de la ligne[modifier | modifier le code]

Le , le premier tronçon Corbigny - Lormes - Ouroux était mis en service. Deux ans plus tard, le , la totalité de la ligne fonctionnait de Chitry-les-Mines à Saulieu.

L'exploitation[modifier | modifier le code]

Tractés par des locomotives à vapeur, les trains comprenaient des wagons pour les marchandises et des voitures de première et deuxième classe pour les voyageurs. Quatre trains par jour circulaient dans chaque sens entre Corbigny et Saulieu de 5h à 19h. Ils mettaient environ quatre heures pour parcourir la ligne soit à une vitesse moyenne de 20 km/h. En 1935, un essai d'automotrice fut réalisé mais sans mise en exploitation.

La fermeture[modifier | modifier le code]

L'amélioration de l'état des routes, le développement des transports par automobile (et autocar) pour les passagers et par camion pour les marchandises, le coût d'entretien des voies et du matériel ainsi que les accidents ont conduit à la fermeture de la ligne le .

La plupart des gares ont subsisté mais ont été vendues, transformées, aménagées. Le tracé de la ligne est encore visible en de nombreux endroits sous forme de chemins ou d'alignements d'arbres. Lors de leurs réfections certaines routes ont repris le tracé moins sinueux du tacot.

Les gares et haltes[modifier | modifier le code]

Carte détaillée du tracé de la ligne de chemin de fer de Corbigny à Saulieu.
L'ancienne gare de Lormes, reconvertie en café-restaurant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Société academique du Nivernais, Mémoires de la Société académique du Nivernais, volumes 26 à 28, 1924, p. 117 extrait (consulté le 21 juillet 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]