Jacques Natanson (homme de théâtre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Natanson et Natanson.
Ne doit pas être confondu avec Jacques Natanson (professeur).
Jacques Natanson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Le BugueVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jacques Joseph Emmanuel NatansonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Jacques Natanson est un écrivain, scénariste, réalisateur et dialoguiste français, né à Asnières-sur-Seine le 15 mai 1901 et mort au Bugue le 19 mai 1975.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il n'est encore qu'un adolescent quand il commence à écrire des pièces de théâtre qui connaissent un grand succès à Paris, comme L'Âge heureux en 1922 et surtout Le greluchon délicat en 1925[1]. Sa pièce L'infidèle éperdu a été choisie par Gustave Quinson pour inaugurer le théâtre de la Michodière le 16 novembre 1925. Cette activité d'auteur dramatique le met en contact avec le monde du cinéma, pour lequel il adapte en 1929 Le Greluchon délicat, renommé pour l'occasion Anschluß um Mitternacht. Il exerce ensuite les fonctions de directeur artistique sur plusieurs films avant de participer en 1931 au scénario de Un soir de rafle aux côtés de Henri-Georges Clouzot et Henri Decoin.

Mais il préfère revenir à l'écriture et rédige les dialogues de longs-métrages comme Michel Strogoff en 1936 puis le scénario de Salonique, nid d'espions de Georg Wilhelm Pabst en 1936.

Il est surtout connu pour sa collaboration avec le réalisateur Max Ophüls, pour lequel il écrit de nombreux scénarios et dialogues, notamment pour La Ronde (1951, qui lui vaut une nomination aux Oscars), Le Plaisir (1952) et Lola Montès (1955).

En 1941, son portrait est affiché dans l'exposition Les Juifs et la France dans la section Les Juifs, maîtres du cinéma français accompagnée de ce texte : « Les créateurs juifs imposaient des Juifs dans les films français au détriment des acteurs et des techniciens français. »[2]

L'une de ses pièces les plus connues, Le Greluchon délicat, a été reprise dans l'émission Au théâtre ce soir en 1978 et son roman La Nuit de Matignon a été adapté à la télévision en 1982. Colette le qualifiait d'« auteur dramatique le plus doué de sa génération »[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Manigances, éditions de la Nouvelle France, 1946
  • Le Club des Ex, éditions du Bateau ivre, 1948
  • La nuit de Matignon, Calmann-Lévy, 1960

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisation[modifier | modifier le code]

Scénarios et dialogues[modifier | modifier le code]

Dialogues[modifier | modifier le code]

Scénarios[modifier | modifier le code]

Direction artistique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edmond Sée, Le théâtre français contemporain, A. Colin, 1950, p.176
  2. Photographie de l'exposition Les Juifs et la France
  3. Jean-loup Passek dir. dictionnaire du cinéma français Larousse 1987 p.312 (ISBN 2-03-720031-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]