Thermoscope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la thermodynamique
Cet article est une ébauche concernant la thermodynamique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Thermoscope de Galilée.

Un thermoscope est un instrument destiné à déceler des différences de températures[1]. Contrairement au thermomètre, le thermoscope ne permet pas de mesurer ces différences de manière absolue (en données quantitatives).

Les premiers thermoscopes utilisent la dilatation de l'air emprisonné. Un des plus connu est celui de Galilée. Il aurait pu s'appeler thermomètre car il présentait des graduations, mais il s'agissait d'un thermomètre tenant à la fois du baromètre et de la balance hydrostatique.

Le thermoscope utilisé pour déceler de très faibles différences de température, encore appelé thermomètre différentiel, fut inventé presque simultanément par le physicien écossais John Leslie et l'américain Benjamin Thompson, comte de Rumford, au début du XIXe siècle et fut alors employé notamment à l'étude du rayonnement.

Les différents thermoscopes[modifier | modifier le code]

  • Thermoscope de Philon de Byzance (IIIe siècle av. J.C.) : c'est le premier thermoscope[2].
  • Thermoscope de Héron d'Alexandrie (Ier siècle av. J.C) : avec une quantité constante d'air emprisonné[2].
  • Thermoscope de Santorio Santorio (1561-1636) : avec repères maximum et minimum, séparés par des graduations décimales, mais en système ouvert (influencé par la pression atmosphérique)[3].
  • Thermoscope de Rumford (1753-1814).
  • Thermoscope (ou thermomètre différentiel) de Leslie (1766-1832).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. D'après la « définition du Littré »
  2. a et b A. Birembaut, Thermodynamique (Histoire de la thermodynamique)., t. 17, Encyclopaedia Universalis, , p. 1159
  3. M.D. Grmek, La première révolution biologique, Payot, (ISBN 2-228-88277-1), p. 81-82