Langage humain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Langage.

Le langage humain est la faculté de mettre en œuvre un système de signes linguistiques (lequel constitue une langue) permettant la communication et l'expression de la pensée. La linguistique est la discipline dont l'objet est l'étude scientifique du langage. De nombreuses définitions ont été proposées par les différentes disciplines étudiant le langage (la linguistique, mais aussi la neurobiologie, la psychologie, la philosophie, la biologie évolutive, etc.), chacune s’intéressant à une de ses particularités.

Définition[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

« Le mot “langage” désigne un ensemble d'activités mises en œuvre par un individu lorsqu'il parle, écoute, réfléchit, essaie de comprendre […] lit et écrit. »

— Programme d'enseignement de l'école maternelle[1]

Le langage peut être défini selon plusieurs caractéristiques :

  • La première est la fonction symbolique. En effet, le langage est l'utilisation de signes chez des individus qui sont capables de manier des représentations mentales associées.
  • La deuxième est la conjugaison, c’est-à-dire la perspective du temps ou des souvenirs et de l'espoir, prise en compte dans le discours.
  • La troisième est la grammaire. Elle permet d'intervertir les mots afin de changer le sens de ce qui est dit.
  • La quatrième est la phonétique. En changeant les phonèmes on change le sens.
  • La cinquième est l'intonation, qui permet de transformer une affirmation, pour qu'elle devienne un ordre, un souhait ou une question.

Fonctions du langage[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Fonction phatique
  • Fonction de subsistance
  • Fonction d'intégrité de l'identité

Selon Bühler :

  • Fonction émotive
  • Fonction conative
  • Fonction représentative

Selon Jakobson :

  • Fonction émotive
  • Fonction conative
  • Fonction représentative
  • Fonction phatique
  • Fonction métalinguistique
  • Fonction poétique

Selon Britton :

  • Fonctions transactionnelles, impliquant des interlocuteurs, parmi lesquelles la fonction conative
  • Fonction expressive
  • Fonction poétique

Il existe plusieurs sortes de langages : - le langage familier - le langage courant - le langage soutenu - l'argot, le langage vulgaire...

Origines du langage humain[modifier | modifier le code]

Origines du langage oral[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Origine du langage.

Origines du langage écrit[modifier | modifier le code]

Philosophie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Philosophie du langage.

Rapport entre langage et pensée[modifier | modifier le code]

Selon Aristote, les animaux peuvent exprimer le plaisir ou la douleur, qui sont des sensations, non le juste et l'injuste, qui sont des idées (et c'est pourquoi l'Homme, et l'Homme seulement, est « un animal politique »). La pensée, disait déjà Platon, est « le dialogue de l'âme avec elle-même ».

Selon Descartes, seul le langage (sous la forme de paroles articulées ou de tout autre système de signes équivalent) est capable de formuler des idées et de les communiquer à d'autres. Ainsi dans son Discours de la méthode Descartes écrit : « Les animaux peuvent proférer des paroles ainsi que nous et toutefois ne peuvent parler ainsi que nous. C'est-à-dire en témoignant de ce qu'ils pensent ce qu'ils disent ». Le langage est donc intimement lié à la pensée qu'il exprime ce qui fait qu'il est propre à l'homme et constitue un argument anthropologique afin de distancer l'homme des autres animaux.

La raison de ce lien privilégié entre pensée et langage est elle exposée par d'autres philosophes (Hobbes, Rousseau...) : le langage n'est pas simplement l'expression de la pensée ; il en est le point de départ et l'instrument : penser, c'est « se parler », se dire en quelque sorte des choses à soi-même.[réf. nécessaire]

Psychologie[modifier | modifier le code]

La psycholinguistique est la discipline scientifique qui s'intéresse aux processus mentaux qui permettent le langage.

Article détaillé : Psycholinguistique.

La psychoacoustique est l'étude scientifique des propriétés des sons des langues, les phonèmes ainsi que de la manière dont ils sont produits.

Article détaillé : Psychoacoustique.

Langage en psychanalyse et psychothérapie[modifier | modifier le code]

Bien que ne disposant pas des outils de la linguistique moderne, encore naissante à son époque, Sigmund Freud avait déjà mis au premier plan l'importance du langage pour l'être humain, la psychanalyse et l'exploration de l'inconscient. Ainsi, le protocole d'une séance de psychanalyse repose exclusivement sur la parole. Dans son Introduction à la psychanalyse Freud souligne combien l'état affectif d'un individu peut être modifié par des paroles prononcées par l'être aimé ou par un supérieur hiérarchique. Il remarque également, tout comme dans Psychopathologie de la vie quotidienne, que les erreurs de langage, les lapsus, ne doivent rien au hasard mais sont la manifestation de l'inconscient ou d'un désir inconscient. Ils seront dès lors, l'un des outils privilégié pour l'analyste et le patient permettant de saisir l'inconscient.

Avec l'introduction du signifiant, Jacques Lacan formalise et explicite la fonction du langage dans la théorie psychanalytique et le psychisme, et ce dans une perspective structuraliste. Il reprend les travaux de Ferdinand de Saussure sur le signifié et le signifiant mais inverse le rapport entre les deux : il affirme ainsi que, du point de vue du psychisme, le signifiant est premier sur le signifié. En effet, pour Lacan l'enfant tombe dans un bain de langage, d'images sonores (signifiants), dont il n'accède pas à la signification, mais qui va structurer son psychisme. Ceci conduit Lacan à énoncer sa fameuse phrase : « L'inconscient est structuré comme un langage ».

Acquisition du langage chez l'enfant[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Acquisition du langage.

Avant même que l'enfant soit capable de parler même avant la naissance, dans l'environnement utérin, le système auditif du fœtus est sensible aux sons si bien que, dès la naissance, le nouveau-né est capable de reconnaître les sons de sa langue maternelle. Dans les premiers mois de la vie, le nourrisson produit ses premières vocalisations : le babillage.

Psychologie cognitive[modifier | modifier le code]

La psychologie cognitive a étudié en détail le langage écrit. C'est par le développement des techniques (informatique, oculométrie, mesure du potentiel évoqué...) que la recherche dans ce domaine a pu mettre en évidence des caractéristiques cognitives liées au langage (N400, fixations et saccades oculaires...). Grâce à cela, la psychologie a pu élaborer de nombreuses théories et modèles sur le traitement du langage humain.

Linguistique[modifier | modifier le code]

La linguiste Stéphane Robert a proposé de décrire la structure du langage et sa complexité en utilisant le modèle de la mosaïque, proposé par Georges Chapouthier pour la description des organismes vivants. Selon ce modèle, deux grands principes semblent intervenir de manière répétitive : la « juxtaposition » d’entités identiques, puis leur « intégration » dans des entités plus complexes, dont elles constituent alors des parties. Ce modèle biologique paraît bien adapté à l’approche du langage[2].

Les troubles du langage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trouble du langage.

Parmi les troubles répertoriés concernant le langage et la parole (rééduqués par l'orthophoniste), nous pouvons relever entre autres :

Spécificité du langage humain par rapport aux autres langages animaux[modifier | modifier le code]

  • La capacité à exprimer le possible et non seulement le réel présent. C'est la condition sine qua non de la capacité d'abstraction[3].
  • Chez les animaux, il s'agit d'un besoin : chez les humains « l'art de communiquer nos idées dépend moins des organes qui nous servent que d'une faculté propre à l'Homme, qui fait employer ses organes à cet usage » (Essai sur l'origine des langues, Jean-Jacques Rousseau). Ce n'est pas spécialement une aptitude physique qui donne aux Hommes le langage.
  • L'Homme est « capable d'arranger ensemble diverses paroles et d'en composer un discours ». (René Descartes). C'est ce que le linguiste Martinet a nommé la double articulation. Avec un nombre fini de moyens (les phonèmes ou à l'écrit les graphèmes), l'Homme est capable de composer une infinité de discours.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Programme d'enseignement de l'école maternelle : arrêté du 18-2-2015 — J.O. du 12-3-2015 (NOR : MENE1504759A) », sur BOEN, (consulté le 3 août 2016)
  2. S.Robert, G.Chapouthier, La mosaïque du langage, Marges linguistiques (revue online), 2006, 11, pp 153-159, http://www.marges-linguistiques.com (aussi : http://www.texto.org) ; S.Robert, G.Chapouthier, The Mosaic of Language, Marges linguistiques (revue online), 2006, 11, pp 160-166, http://www.marges-linguistiques.com
  3. Georges Chapouthier, Kant et le chimpanzé, Belin, 2009

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Platon, Cratyle
  • Aristote, De L'Interprétation
  • Aristote, Les Politiques, Livre I
  • Hobbes, Leviathan, I
  • René Descartes, Discours de la méthode, V
  • Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les Hommes
  • Benvéniste, Problèmes de linguistique générale
  • Jean Métellus, Voyage à travers le langage, 1996 Ortho-Édition Isbergues(Nord), France.
  • Jean-Marc Rouvière, Brèves méditations sur la création du monde, L'Harmattan Paris, 2006.
  • Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus
  • Wittgenstein, Carnets 1914 - 1916
  • Wittgenstein, Le Cahier bleu et le cahier brun
  • Wittgenstein, Investigations philosophiques
  • S.I.Hayakawa, On pense avec les mots
  • Platon, Gorgias
  • E.Weill, Logique de la philosophie
  • H.Arendt, Le système totalitaire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]