XXVIe siècle av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

../.. | IVe millénaire av. J.‑C. | IIIe millénaire av. J.‑C. | IIe millénaire av. J.‑C. | ../..

XXXe siècle av. J.-C. | XXIXe siècle av. J.-C. | XXVIIIe siècle av. J.-C. | XXVIIe siècle av. J.-C. | XXVIe siècle av. J.-C.
XXVe siècle av. J.-C. | XXIVe siècle av. J.-C. | XXIIIe siècle av. J.-C. | XXIIe siècle av. J.-C. | XXIe siècle av. J.-C.

Liste des millénaires | Liste des siècles


Évènements[modifier | modifier le code]

Mésopotamie[modifier | modifier le code]

Étendard d’Ur (v. 2600-2500 av. J.-C.), composition de type mosaïque sur un panneau de bois.
  • 2600-2334 av. J.-C. : période dynastique archaïque III. Domination de la première dynastie d’Ur (DA III A, 2600-2500 av. J.-C.). Cimetière royal d’Ur[2],[3].
  • 2600 av. J.-C. : règne d'Akalamdug, roi d’Ur[4].
  • Vers 2600-2500 av. J.-C. : Instructions de Shuruppak, premiers textes littéraires découverts à Adab, Fara (Shuruppak) et Abu Salabikh, en écriture syllabique[5].
  • 2570 av. J.-C. : règnes de Uhub, roi (ensi) de Kish et de En-hegal, roi de Lagash[4].
  • 2560-2525 av. J.-C. : règne de Mesannepadda, roi d’Ur. La ville qui ne compte alors que 4 000 habitants, deviendra une grande capitale après les 40 ans de règne de Mesannepadda. Son opulence est due à son activité commerciale : le port fluvial d’Ur concentre le commerce de la Mésopotamie, au moins méridionale, avec les rives du golfe persique, donc l’Arabie et peut-être par intermédiaires avec la vallée de l’Indus. Les métaux qui y arrivent sont vraisemblablement transformés dans des ateliers, sans doute royaux, dont la production est en partie réexpédiée[4].
Masse d’arme offerte au dieu Ningirsu par Mesilim de Kish.
  • 2550 av. J.-C. : règne de Meselim, lugal de Kish. Il semble être le suzerain du ensi de Lagash, Luga-shag-engur et du ensi d’Adab, Nin-kisalsi. Rivalité entre Lagash et sa voisine Umma à propos de champs revendiqués par chacune des parties : une première crise est réglée par Meselim de Kish en faveur semble-t-il de Lagash[4].
  • 2540 av. J.-C. : Mesannepadda, roi d’Ur, qui domine déjà Nippur, ville sacrée d’Enlil, profite d’une éclipse du pouvoir à Kish (provoquée par une incursion des Élamites d’Awan) pour s’emparer de la ville. Il est maître de toute la basse Mésopotamie puisqu’il porte le titre suprême de roi de Kish et que son nom réapparaît sur une perle à Mari[4].
  • 2525-2485 av. J.-C. : A-annepadda, roi d’Ur[4].
Relief en cuivre du temple d’El-Obeïd, conservé au British Museum.
  • Palais P ou édifice plano-convexe de Kish, à la fin du DA II. Palais d’Eridu (DA III) et palais nord de Tell Asmar (fin DA III)[6].

Égypte[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Demetrios Protopsaltis, An Encyclopedic Chronology of Greece and Its History, Xlibris Corporation, (ISBN 9781469139999, présentation en ligne)
  2. Selon la chronologie moyenne qui place le règne d'Hammurabi entre 1792 et 1750
  3. Georges Roux, La Mésopotamie. Essai d'histoire politique, économique et culturelle, Le Seuil (ISBN 9782021291636, présentation en ligne)
  4. a, b, c, d, e et f Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil, (ISBN 9782020086325, présentation en ligne)
  5. Harriet Crawford, The Sumerian World, Routledge, (ISBN 9781136219122, présentation en ligne)
  6. Jean-Claude Margueron, Le Proche-Orient et l'Égypte antiques, Hachette Éducation Technique, (ISBN 9782011400963, présentation en ligne)
  7. a et b Voir les chronologies comparées des dynasties égyptiennes
  8. a et b Zahi Hawass, La fantastique histoire des bâtisseurs de pyramides, Éditions du Rocher, (ISBN 9782268094588, présentation en ligne)