Linguistique cognitive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En linguistique et en sciences cognitives, la linguistique cognitive se réfère à une école linguistique qui estime que la création, l’apprentissage et l’usage du langage trouvent leur meilleure explication par référence à la cognition humaine en général.

Présentation[modifier | modifier le code]

La linguistique cognitive se caractérise par son adhésion à trois postulats de base. D’abord, elle nie qu’il existe une faculté linguistique autonome dans l’esprit ; ensuite, elle considère la grammaire en termes de conceptualisation ; et enfin, elle affirme que la connaissance du langage provient de l’usage du langage[1].

Les linguistes cognitivistes rejettent l’idée que l’esprit humain posséderait un quelconque module unique et autonome dédié à l’apprentissage du langage. Cette attitude s’oppose aux travaux réalisés dans le domaine de la grammaire générative. Bien que les linguistes cognitivistes ne nient pas forcément qu’une partie de la capacité linguistique humaine soit innée, ils refusent l’idée qu’elle soit séparée du reste de la cognition. Ainsi, ils affirment que la connaissance des phénomènes linguistiques – c’est-à-dire les phonèmes, les morphèmes, et la syntaxe – est essentiellement conceptuelle par nature. En outre, ils affirment que le stockage et le mode d’accès ne sont pas foncièrement différents pour les données linguistiques et pour d’autres connaissances, et que l’usage du langage pour la compréhension fait usage de capacités cognitives similaires à celles qui sont mises en œuvre pour d’autres tâches non linguistiques.

En rompant avec la tradition de la sémantique vériconditionnelle, les linguistes cognitivistes considèrent le sens en termes de conceptualisation. Au lieu d’appréhender le sens par le biais de modèles du monde, ils le voient en termes d’espaces mentaux.

Enfin, les linguistes cognitivistes affirment que le langage est à la fois « incarné » (embodied) et « situé » dans un environnement spécifique. Ceci peut être considéré comme une divergence modérée d’avec l’hypothèse Sapir-Whorf, dans laquelle le langage et la cognition s’influencent mutuellement, et sont tous deux intégrés dans l’expérience et l’environnement des sujets.

Parmi les principaux linguistes appartenant à ce courant de pensée, on peut citer Wallace Chafe, Charles Fillmore, George Lakoff, Ronald Langacker, Gilles Fauconnier et Leonard Talmy.

Domaines d’études[modifier | modifier le code]

La linguistique cognitive comprend trois domaines d’études principaux :

Parmi les aspects de la cognition qui intéressent les linguistes cognitivistes, on peut citer:

Travaux en rapport avec les divers thèmes ci-dessus :

Les linguistes cognitivistes, davantage que les linguistes générativistes, cherchent à assembler toutes ces découvertes en un tout cohérent. Une complication supplémentaire vient du fait que la terminologie de la linguistique cognitive n’est pas entièrement stabilisée, à la fois parce que c’est un champ relativement neuf et parce qu’elle s’interface avec de nombreuses autres disciplines.

Les aperçus et les développements de la linguistique cognitive commencent aussi à être reconnus au niveau de l’analyse des textes littéraires. La poésie cognitive, nom sous lequel elle s’est fait connaître, est devenue une partie importante de la stylistique moderne. Jusqu’ici, le meilleur aperçu de cette discipline a été fourni par Peter Stockwell[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cognitive Linguistics, Croft, William et D. Alan Cruse, Cambridge University Press, 2004
  2. Stockwell, Peter (2002). Cognitive poetics: An Introduction. London and New York: Routledge.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geeraerts, D., ed. (2006). Cognitive Linguistics: Basic Readings. Berlin / New York: Mouton de Gruyter.
  • Kristiansen et al., eds. (2006). Cognitive Linguistics: Current Applications and Future Perspectives. Berlin / New York: Mouton de Gruyter.
  • Gilles Fauconnier a rédigé une brève introduction en forme de manifeste à la linguistique cognitive, en la comparant au courant dominant de la linguistique inspiré par Chomsky. Voir Introduction to Methods and Generalizations. In T. Janssen and G. Redeker (Eds). Scope and Foundations of Cognitive Linguistics. The Hague: Mouton De Gruyter. Cognitive Linguistics Research Series. (Version en ligne)
  • Grady, Oakley, et Coulson (1999). "Blending and Metaphor". In Metaphor in cognitive linguistics, Steen and Gibbs (eds.). Philadelphia: John Benjamins. (Version en ligne)
  • Schmid, H. J. et al. (1996). An Introduction to Cognitive Linguistics. New York, Longman.
  • Fauconnier, G. (1997). Mappings in Thought and Language.
  • Taylor, J. R. (2002). Cognitive Grammar. Oxford, Oxford University Press.
  • Croft, W. & D.A. Cruse (2004) Cognitive Linguistics. Cambridge: Cambridge University Press.
  • Tomasello, M. (2003). Constructing a Language. A Usage-Based Theory of Language Acquisition. Harvard University Press.
  • Fauconnier, Gilles and Mark Turner (2003). The Way We Think. New York: Basic Books.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]