Aire de Broca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aires de Broca et Wernicke
Description de l'image BrocasAreaSmall.png.
Données
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2007).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

L'aire de Broca est l'une des deux principales zones du cerveau humain responsables du traitement du langage. Découverte par le médecin français éponyme Paul Broca en 1861, elle est située dans le cortex cérébral au niveau de la partie inférieure (ou « pied ») de la 3e circonvolution frontale de l'hémisphère dominant (le plus souvent à gauche, tant chez les droitiers que chez les gauchers).

L'aire de Broca est la zone de production des mots parlés alors qu'une zone différente du cerveau, l'aire de Wernicke, est responsable de la compréhension de ces mots[1].

Découverte[modifier | modifier le code]

C'est en 1861 que Broca publie les résultats de l'autopsie du cerveau de M. Leborgne[2], un patient aphasique (surnommé «Tan Tan») qu'il suivait depuis plusieurs années, décrivant avec précision le siège de la lésion cérébrale responsable.

Paul Broca pensait avoir trouvé le centre unique du langage, mais ceci fut rapidement nuancé par la découverte d'autres zones impliquées dans le langage, notamment par le neurologue allemand Carl Wernicke, qui décrivit l'aire de Wernicke une décennie plus tard.

Classification anatomique[modifier | modifier le code]

L'aire de Broca chevauche les aires 44 et 45 de la classification de Brodmann (les 52 aires corticales du cortex cérébral), en avant de l'aire prémotrice.

Remise en cause de la fonction langagière de l’aire[modifier | modifier le code]

Dans une étude publiée en 2014 dans la revue Brain[3], le neurochirurgien et neuroscientifique Hugues Duffau montre que « l'aire de Broca n'est pas l'aire de la parole »[4].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Aux origines des langues et du langage, Librairie Arthème Fayard 2005, Jean-Jacques Hublin, page 105
  2. Broca, Wernicke et les autres aires du langage Document en ligne
  3. (en) Matthew C. Tate, Guillaume Herbet, Sylvie Moritz-Gasser, Joseph E. Tate et Hugues Duffau, « Probabilistic map of critical functional regions of the human cerebral cortex: Broca’s area revisited », Brain, Oxford University Press, vol. 137, no 10,‎ , p. 2773-2782 (DOI 10.1093/brain/awu168)
  4. Hugues Duffau et Estelle Saget (interviewer), « Hugues Duffau : "Le cerveau se répare lui-même" », L'Express,‎ (lire en ligne)