Alexie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'alexie (du grec ἀ privatif, exprimant la négation, et λέξις, « mot ») est un trouble sensoriel acquis ou congénital de type aphasique. Elle se manifeste principalement par un trouble d'accès à la lecture.

C’est en 1891 que Dejerine[1] distingue “la cécité verbale avec agraphie” et “la cécité verbale pure”, mais c’est surtout grâce à l’article de 1973 de Marshall et Newcombe[2] “patterns of paralexia : a psycholinguistic approch” que s’ouvrent les portes de l’étude neurocognitive des troubles de la lecture. 

Alexie pure[modifier | modifier le code]

Alexie n’étant pas accompagnée d’un trouble de l’écriture (= alexie sans agraphie, alexie agnosique, alexie postérieure, ou alexie occipitale). C’est une atteinte de la compréhension du langage écrit. Elle peut être accompagnée d’acalculie, d’une difficulté à la copie, et d’une hémianopsie homonyme latérale droite. Elle est causée par une lésion du lobe occipital gauche ou du splénium du corps calleux. L’alexie pure peut elle-même être divisés en différents syndromes 

Alexie verbale[modifier | modifier le code]

Impossibilité de lire les mots, même si il est parfois possible pour la personne de lire lettre après lettre. La personne peut reconnaître le mot si on le lui épelle. Concernant la lecture de chiffre, seul les nombres avec peu de chiffres sont lus. La copie est mauvaise. 

Alexie littérale[modifier | modifier le code]

Impossibilité de lire les lettres, mais elle réussit à lire en partie les mots. La lecture à haute voix est difficile, les nombres ne peuvent pas être lus, la copie est difficile (cela ressemble plus à du dessin). L’écriture spontanée ou sous dictée est plus ou moins possible en fonction de la personne, mais la personne peut écrire des lettres isolées. Epeler le mot n’aide pas la personne. L’alexie littérale a été souvent étudiée, par Marshall et Newcombe en 1973[2] (ils parlaient de dyslexie profonde), mais aussi par Shallice et Warrington[3] en 1975 (ils parlaient de dyslexie phonémique). 

Alexie phrastique[modifier | modifier le code]

Ici la lecture des lettres, mots et chiffres sont préservées, mais les phrases ne peuvent être lus et sont incompréhensibles pour la personne, et ce d’autant plus que la longueur de la phrase augmente. Ce syndrome est rare. 

Alexie globale[modifier | modifier le code]

La lecture des chiffres est possible, mais la personne ne peut lire ni les lettres, ni les mots, et encore moins les phrases. La lecture peut être possible seulement lorsque la personne reproduit chaque lettre avec son doigt ou qu’on lui épelle le mot. Malgré tout l’écriture spontanée est conservée, ainsi que l’écriture sous dictée. Souvent ce trouble peut être accompagné de troubles du calcul, de la reconnaissance des notes écrites, et des couleurs.

Alexie avec agraphie (avec troubles de l'écriture)[modifier | modifier le code]

Elle a été décrite pour la première fois en 1891 par Dejerine[1]. La personne est presque incapable de lire, la compréhension est nulle, la lecture à haute voix est impossible (ou incompréhensible). La reconnaissance des lettres est plus préservée que celle des mots. Ce type d’alexie est le résultat d’une lésion sur le gyrus angulaire de l’hémisphère gauche du cerveau. Parfois elle est accompagnée d’une acalculie, d’une agnosie digitale, ainsi que d’une confusion droite gauche.

Alexie frontale[modifier | modifier le code]

Il existe aussi l’alexie frontale (= alexie antérieure ou 3ème alexie) ajouté par Benson[4] en 1977. Pour Benson, elle est caractérisée par une mauvaise lecture des lettres, une bonne compréhension mais une mauvaise lecture orale, et enfin un déficit très marquée de la lecture et de la compréhension des mots grammaticaux. Ce trouble est souvent associée à une aphasie de Broca.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jules Dejerine, Sur un cas de cécité verbale avec agraphie, suivi d’autopsie, , p. 197-201
  2. a et b (en) Marshall et Newombe, patterns of paralexia : a psycholinguistic approch,
  3. (en) Shallice et Warrington, the impairment of verbal semantic memory,
  4. (en) Franck Benson, The Third alexia, Archives of Neurology,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dejerine J. (1892), Contribution à l’étude anatomo-pathologique et clinique des différentes variétés de cécité verbale
  • Pierre Morin, « 7. Les alexies », in Francis Eustache et al., Langage et aphasie, De Boeck Supérieur « Questions de personne », 1993 (), p. 147-172.
  • Hécaen, H., & Lanteri-Laura, G. (1983). Les Fonctions du cerveau. Paris ; New York ; Barcelone: Masson.
  • Eustache, F., Faure, S., & Desgranges, B. (2013). Manuel de neuropsychologie (4e édition entièrement revue et actualisée.). Paris: Dunod.
  • Botez, M. I., & Albert, M. L. (1996). Neuropsychologie clinique et neurologie du comportement (2e éd. entièrement remaniée et augmentée.). Montréal (Canada) : Paris ; Milan ; Barcelone: les Presses de l'Université de Montréal.
  • Maryse Siksou, Introduction à la neuropsychologie clinique, Paris, Dunod, « Psycho Sup », 2012, 212 pages. 

Articles connexes[modifier | modifier le code]